Jump to content

Admission en classe préparatoire, questionnement.


laptt

Recommended Posts

Bonsoir,

J'ai appris il y a peu mon admissibilité en classe préparatoire ECE au lycée du Prytanée. Ayant pour vocation d'intégrer la gendarmerie/l'armée de terre, une CPGE se révèle être le meilleur moyen pour prétendre intégrer l'école des officiers (je fais bien évidemment allusion à St-Cyr l'école!).
Mais alors que le temps se raccourcit et que je me rapproche dangereusement du 28 mai, date à laquelle je suis censée faire un choix quant à mon orientation, me voilà que je me questionne. Beaucoup de questions me trottent dans la tête vis-à-vis de la classe prépa et surtout, du lycée militaire.

Les questions qui vont suivre peuvent paraitre... bêtes! Mais j'ai le besoin d'être rassurée (ou au moins d'avoir des réponses).
- Nous connaissons tous les scandales qui ont donné lieu à de nombreux articles, notamment celui de Libération portant sur la place des femmes dans le lycée militaire St-Cyr. Étant une jeune femme, ce serait mentir si je disais être confiante vis-à-vis de l'intégration de la gente féminine dans la classe/le lycée. Je me fais énormément de soucis à ce sujet! J'ai essayé d'aller fouiller de droite, de gauche pour trouver des réponses et le peu que j'ai eu n'étaient pas très rassurantes. On parle de "traditions" du lycée Prytanée, notamment celle de "ne pas parler aux filles". Cette tradition est-elle toujours d'actualité? Ou les femmes sont susceptibles d'avoir des amis mecs?! (j'ironise un peu sur le sujet, n'y voyez pas là une provocation haha).

- L'ambiance. Si l'ambiance dans certaines classes prépa est au top, dans d'autres: on se tire des bâtons dans les roues pour avoir un petit demi point de plus (ex: lycée du parc pour les connaisseurs). Étant une fille très open, qui aime la solidarité & la cohésion dans une classe... ça me poserait problème, pour être franche! La compétition me semble inévitable en CPGE, sachant que tous voulons intégrer l'école de St-Cyr mais quand ça devient malsain, alors là... l'horreur.

- Le rythme de travail. Oui, je sais qu'en classe prépa, on croule sous les bouquins! Ma question risque de paraître également étonnant mais... on arrive réellement à s'acclimater à ce rythme? Beaucoup disent que les premiers mois sont très compliqués (jusqu'à décembre/janvier) et puis que finalement, on finit par prendre le rythme. Mythe ou réalité? Chers étudiants de classe préparatoire, je serai curieuse de connaître votre ressenti à ce sujet ;)

- L'école. Si j'ai eu Prytanée et Autun lors de la "première phase" parcoursup, je ne suis pas bien loin dans la liste d'attente du lycée d'Aix & de St-Cyr.
Une idée de comment faire mon choix vis-à-vis de ces quatre lycées? Je pense mettre de côté Autun, le taux d'intégration à St-Cyr l'école étant relativement faible par rapport aux trois autres... mais ensuite? En terme de résultats, quel est le lycée qui excelle le plus? En terme d'ambiance (et d'intégration des femmes!!)? Au niveau du cadre (Aix a le mérite de ne pas être perdu en campagne! Si on pouvait en dire autant d'aucun et du Prytanée...).

Je vous remercie d'avance pour les potentielles réponses que vous pouvez m'apporter!
J'espère que vous ne prendrez pas mes mots au pied de la lettre: j'ai essayé de rédiger toutes mes questions avec une certaine légèreté et un semblant d'ironie. C'est toujours mieux selon moi.


Vous souhaitant une bonne journée/soirée (...nuit!).
Cordialement,
Laptt.

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Bonjour à toi ! 

 

Figure toi que je suis exactement dans le même cas de figure que toi concernant les craintes en acceptant la prépa au Prytanée ! Puis-je te demander quelle prépa as-tu demandé ? :)

 

Link to comment
Share on other sites

Salut,

Tout d'abord, merci pour ta réponse Cne Caesar et pour les quelques liens que tu m'as donné. Je passerai y faire un tour dès ce soir et, si ça t'intéresse, te ferai un retour d'après-lecture!

Merci également pour ton retour d'expérience en classe préparatoire, par rapport à l'ambiance et au rythme de travail! En réalité, j'ai vraiment besoin d'être rassurée après tout ce qu'on m'a dit par rapport aux classes prépa ahah.
C'est préférable d'avoir une bonne atmosphère de travail, quitte à galérer, autan galérer à plusieurs!
Tu aurais un exemple type d'une journée en classe prépa (une journée type que tu vis régulièrement en gros)? Désolée, c'est chiant ce genre de question!

Le lycée le plus proche est celui d'Autun. Mais au vu du faible taux d'intégration, mon coeur pencherait plus pour St-Cyr ou Prytanée...
Et choisir le lycée où je serai le mieux... c'est tellement difficile de le savoir! Très peu de retour d'expérience, d'explications quant à la vie dans le lycée etc sont apportées par d'anciens élèves. Il est donc plus difficile de pouvoir comparer.

Bruh. Merci, oui!

 

Salut Lilo!
J'ai demandé prépa ECE. Et toi? ;)

Link to comment
Share on other sites

Non, non ceux relatifs au harcèlement! Espérant qu'ils me fassent réfléchir (je n'en doute pas un instant).

Ce qui est déprimant, c'est que même pendant les quinze minutes de pause... tu es dans tes livres! Quelle tristesse ahah.
Merci beaucoup (encore). Je n'ai pas plus de questions pour le moment!

Link to comment
Share on other sites

Je complète , en sachant que le lycée naval et l'EPA sont quand même assez différent des 3 autres

journée type

7h20 levé ( au départ 6H45 pour le petit déj fait on fait sans 😂)

7h45 appel (couleur ou simple appel dans la salle d'honneur Richelieux) 

8h05 début des cours 

recre à 10h avec goûté payé par le contribuable 

12h10 repas jusqu'à 13h15 

fin de cours à 17H15 en général , ( on peut néanmoins dépasser à 17H45/18h15 selon une particularité d'emploi du temps ) 

colle ( environ 3 par semaine ) 

Dîner 

Pointage à 19H45 , 

étude 

Extinction des feux à 23H 

 

enfin pas de règle débile sur le fille et des traditions à peine visible et bon enfant 

Link to comment
Share on other sites

  • Moderator

Je pense qu'il "zappe" le petit dej pour rester plus longtemps au lit et rejoindre directement l'appel du matin.

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Fred689 a dit :

Je pense qu'il "zappe" le petit dej pour rester plus longtemps au lit et rejoindre directement l'appel du matin.

 

Oui , et je suis pas le seul ! 

Link to comment
Share on other sites

J’intègre moi aussi la Prépa ECE du PNM, on se retrouvera donc dans la même promo. 

Concernant l’ambiance au PNM, j’ai eu de bons échos concernant celle-ci auprès d’anciens élèves. Une bonne ambiance où l’entraide est de mise entre nous, de la cohésion de groupe ( sorties etc ... ).

 

Concernant ta question sur la différence entre H et F en prépa mili. Franchement, la question ne se pose plus, l’armée a évolué dps qqls dizaines d’années ( même si l’actualite récente sur « le sort des filles en prépa mili » prouve que certains n’ont pas évolué... voire même ont régressé ). Tu n’as pas de craintes à avoir là-dessus ! 

 

Sur ce, on se voit au PNM à la rentrée, bonne soirée. 

 

PS : Le PNM reste LA référence en % de réussite à l’ESM de Coët, n’en déplaise aux préparants des autres les prépas mili 😛

 

CorailDeMer.

 

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 21 heures, CorailDeMer a dit :

PS : Le PNM reste LA référence en % de réussite à l’ESM de Coët, n’en déplaise aux préparants des autres les prépas mili 😛.

Ba en même temps , le KN prépare en priorité la Baile et l'ENSTA et l'EPA l'air ...

D'ailleurs en classement brut des concours c'est

EPA (avec l'école de l'air , la plus dure à intégrer ) 

LN(KN) avec L'école navale sur centrale et l'ENSTA sur mine pont 

puis le pryt et les autre pour l'ESM

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 33 minutes, Cne Caesar a dit :

KN, ça désigne le lycée naval j'ai l'impression, qu'est-ce que ça veut dire ?

Tu es sûr que ce n'est pas la baille plutôt ?

Il me semble que l'ENSTA est sur le concours Mines Telecom plutôt que Mines Ponts.

KN , kholege naval

Cette au niveau du concours oui , mais il y a moins de postulant et la où la baille est la dernière du groupe central , l'air est la première de CCP 

C'est pas la même chose ( même épreuves écrites en particulier ) 

Link to comment
Share on other sites

à l’instant, Cne Caesar a dit :

Ah, je ne savais pas que Navale était la dernière de Centrale. Par contre, tu es sûr pour l'EA ? On s'éloigne un peu du sujet de départ mais il me semble que les trois écoles d'officiers accessibles après prépa (sans compter l'X) font partie du groupe d'écoles B, or il y a des écoles du groupe A dans les meilleures de CCP (ensimag, ...). 

Oui mais là le classement est biaisé ( par exemple le nombre de docteur en école militaire est de 0 vue que tout les ingénieurs vont être recruté direct ) 

En terme de concurrence l'EA est selon moi en premier , puis EN et enfin ESM .

Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    Pascalou69

    Posted

    Bonjour   un grand merci pour cette  réponse si précise et documentée. je vais continuer mes recherches dans les archives militaires et vous tiens au courant des résultats à venir. Cordialement  

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Dans la Marine nous utilisons le fusil à pompe (fap) Valtro, avec comme munitions de la gomme cogne (non létal au delà de 5 m) le plomb et la breneck (utiliser pour la chasse aux sangliers).

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Nous apprenons avec tristesse la disparition d'Ernest J. "Ernie" Lamson, parachutiste américain du 508th Infantry Regiment. Gravement blessé pendant un saut d'entraînement, il avait loupé le D-DAY et avait été déployé tardivement sur le front. Il venait d'avoir 100 ans. Né le 28 mars 1922, et ayant grandi dans la région de St. Paul, Ernie s'est engagé après le lycée dans le 508th Infantry Regiment, une unité qui appartient alors à la 82nd Airborne Division, l'une des deux divisions américaines parachutées au-dessus de la Normandie en juin 1944. Ernie achève sa formation de parachutiste en 1943 mais en aout de la même année, lors d'un saut d'entrainement, il loupe son atterrissage et se casse les deux jambes lors de l'impact. Sa blessure est grave mais elle va l'être encore plus : au moment de le charger sur la civière, l'une des poignées casse et va lui transpercer l'un de ses poumons. Il est envoyé dans un hôpital militaire en urgence, où il va rester de longs mois. En raison de cette blessure, il va manquer le D-DAY et les opérations de parachutage. S'il reconnait que cette blessure lui a sûrement sauvé la vie au final, Ernie s'en voudra de ne pas avoir sauté avec ses camarades. Il va rester dans l'armée jusqu'en 1946, avant de finalement quitter l'uniforme. Ernie est par la suite devenu comptable et a travaillé pour la firme Blue Cross/Blue Shield. Il attribue à sa pratique hebdomadaire du golf et à ses autres habitudes de vie saines le fait d'être en forme, en bonne santé et d'avoir des contacts sociaux. En 1984, Lamson a assisté aux réunions d'anciens combattants du 508th Infantry Regiment Omaha, Nebraska. Par la suite, il a servi en tant que président et trésorier pendant plusieurs années pour honorer la mémoire de la 82e Airborne. Et en 2014, Ernie Lamson est retourné aux Pays-Bas, dans la forêt de Hürtgen et dans la forêt des Ardennes avec la fondation The Greatest Generations (Source : The Greatest Generations Foundation / Passionmilitaria)     Une grande résistante vient de nous quitter jeudi matin, Madame Colette Lacroix, à l’âge de 98 ans à son domicile de La Garde. Née le 17 février 1924 à Bourg-en-Bresse, Colette Lacroix est lycéenne en 1940 quand son père, mobilisé, est fait prisonnier. Ne supportant pas l’occupation qui commence et ayant entendu l’appel général de Gaulle à la radio, Colette qui n’a alors que 16 ans, décide aussitôt de rallier Londres. Avec quatre camarades, elle tente en avril 1941 de s’embarquer à Collioure dans un navire à destination de l’Angleterre mais, les cinq étudiants sont dénoncés et arrêtés. En raison de son jeune âge, Colette est rapidement relâchée. Elle intègre alors le mouvement « Libération » à Bourg-en-Bresse aux côtés de Paul Pioda, grande figure de la résistance à Bourg et voisin de sa famille, et forme son propre groupe de résistance au sein de son lycée, distribuant des tracts, des journaux clandestins ou des photos du général de Gaulle. Elle intègre également le groupe « Combat » à Lyon pour lequel elle réalise de faux papiers en imitant la signature d’un commissaire de police. En avril 1942, elle s’installe à Nantua dans l’Ain. Elle y rencontre son futur mari Henri Gauthier alias Jag, membre du réseau Pimento du SOE britannique et dirigé par le major Anthony Brooks dit Alphonse. Colette Lacroix rejoint le réseau et effectue des missions de repérage de terrains de parachutages ou de futurs maquis, réception de parachutages ou d’instructeurs alliés, transport de matériels (explosifs, postes émetteurs…) sur Grenoble, Toulouse, Montauban, missions d’espionnage à Lyon etc. Parmi ses contacts figure André Moch, membre comme elle du réseau Pimento à Grenoble et fils de Jules Moch (futur ministre de l’Intérieur en novembre 1947) qui sera tué par la Milice en avril 1944. En 1943, elle est agent de liaison et de renseignement pour les maquis de l’Ain. Colette Lacroix accouche un an plus tard à Montauban mais repart ensuite rapidement en mission, cachant ses messages ou un poste émetteur sous les langes du bébé et participant à des sabotages comme des ponts sur le Suran. Elle manque de peu d’être arrêté lorsque, interpellée à la gare Montauban par des soldats de la division SS Das Reich, on fouille sa valise et le berceau de son bébé, heureusement sans trouver le poste. Un autre jour, sa poupée noire qui lui sert à dissimuler des messages est saisie par un officier allemand mais la laideur de la poupée ne l’incite pas à des recherches plus approfondies. Quelques jours avant le débarquement de Provence du 15 août 1944, elle est chargée d’occuper Klaus Barbie, chef de la Gestapo de Lyon et assassin de Jean Moulin, dans un train entre Lyon et Sète où les Allemands soupçonnent l’imminence d’un débarquement allié. La voie ferrée devait être sabotée par les résistants afin de l’arrêter. Le sabotage est finalement annulé au dernier moment et Colette fait tout le voyage en compagnie de Klaus Barbie. Arrivés à Sète, le train s'arrête six heures puis repart à Lyon où ce dernier l’invite au restaurant. Prétextant d’aller aux toilettes, Colette se sauve à toutes jambes. Après la libération, alors qu’elle est lieutenant des Forces Féminines, elle est démobilisée en septembre 1944, épuisée par plus de quatre ans de combat clandestin, après avoir refusée la citoyenneté anglaise que lui proposait le gouvernement britannique. En 2014, elle participe à un colloque au Sénat sur les femmes dans la Résistance, témoignant ainsi sur son engagement. (Source : Mémorial du débarquement et de la libération de Provence)       Le Musée du Débarquement d'Arromanches vient d'annoncer la disparition de Lewis Trinder, vétéran de la Royal Navy, décédé aujourd’hui à l’âge de 98 ans. Il s'était rendu en France à plusieurs reprises pour les commémorations du D-DAY, notamment lors du 75e anniversaire. Adieu Lewis Lewis rejoint la Royal Navy à l'âge de 18 ans. Il sert sur le HMS Magpie, un sloop britannique qui escorte le débarquement amphibie des alliés en Normandie le 6 juin 1944. Il participe également lors de l’Opération Pluto, comme escorte aux remorqueurs chargés de déployer l’oléoduc entre l’Île de Wight et les côtes françaises (afin d'approvisionner en carburant le front en France). Lewis Trinder venait plusieurs fois par an à Arromanches. La dernière fois, ce fut au moment des commémorations du 75ème anniversaire du débarquement. Il disait : « Arromanches est comme une seconde maison pour moi. J’ai plus d’amis ici que n’importe où ailleurs dans le monde ».

    Heïdi

    Posted

    Bonjour, A la rencontre du Lieutenant Bradley pilote. source ... https://rh-terre.defense.gouv.fr/actualites/item/986-alarencontre-du-lieutenant-bradley-pilote-gazelle-au-4e-regiment-d-helicopteres-de-forces-speciales-4e-rhfs

    Heïdi

    Posted

    Bonjour, Nouveau fusil à pompe. source ... https://www.forcesoperations.com/un-nouveau-fusil-a-pompe-pour-les-militaires-francais/
×
×
  • Create New...