Jump to content

Mon fils veut devenir Gendarme


Recommended Posts

Bonjour à tous :rolleyes:

Je suis tout nouveau sur le forum, et suis le plus parfait ignare en matière de Gendarmerie et d'Armée: soyez donc indulgent, s'iou plaît !:unsure::icontexto-emoticons-09-032x032::bouletrepere:

Il se trouve que mon fils, âgé de 15 ans, nourrit depuis toujours une passion pour l'armée, les armes, les règles, la discipline; et que depuis son plus jeune âge, il parle de "servir le pays, être au service de la population et de l'état"... Jeune, il nous parlait déjà d'en faire son métier, mais il notait que nous étions, mon épouse et moi-même, plutôt moyennement chauds (litote!:unsure:) pour qu'il s'engage dans cette voie dont il a toujours su qu'elle nous est totalement inconnue.

De plus, notre ado -très mature pour son âge- a toujours eu conscience que, comme nous avons perdu deux fils (l'un en 2000, l'autre en 2014) emportés tous deux par une maladie, nous étions fragilisés et que, naturellement, nous faisions un raccourci inconscient entre "gendarmerie-armée" et "nouveau risque de perdre une enfant"... Et il a voulu nous "protéger", nous, ses parents, en dissimulant pendant quelques années ses véritables aspirations, et en nous laissant croire qu'il se destinait à présent à la programmation informatique. Nous l'avons donc orienté vers un bac Pro SEN (Systèmes Electroniques et Numériques), car ses résultats scolaires moyens ne lui permettaient pas d'envisager un bac "plus noble" (mais surtout plus scientifique) , le Bac STI2D. Il nous a très récemment indiqué qu'en fait , sa véritable vocation, sa seule aspiration, c'est de devenir gendarme... :smiley_430::grrr: Ayant "accusé le coup", nous avons d'emblée accepté son choix, et l'avons assuré de tout notre soutien pour la réalisation de son projet, puisque nous considérons que chacun devrait pouvoir avoir la chance de se réaliser dans un métier qui le passionne, et qu'il a choisi avec enthousiasme.

J'ai donc, avec mon fils, la semaine dernière, rencontré un Capitaine , à la gendarmerie à Avignon, qui nous a fort aimablement reçus et informés, pendant 1h et demie. Une personne délicieuse et passionnée, qui a clairement indiqué à mon ado qu'il devait avant toute chose axer son travail (quel que soit le bac qu'il va passer) sur le Français et sur sa condition physique... Il a tenté de motiver notre loulou, de lui faire entendre tout l'intérêt qu'il aurait à être le plus préparé possible pour pouvoir envisager, après son bac, de passer le concours des Sous-Officiers.

Il nous a aussi parlé des Gendarmes Adjoints Volontaires, de ce que cela peut représenter comme entrée possible dans la gendarmerie, ce que c'est , ce que cela implique, etc.

Nous y voyons donc un peu plus clair...

MAIS: j'ai l'impression que mon fiston n'a entendu QUE ce qu'il voulait entendre:rolleyes::icontexto-emoticons-04-032x032:. En tant qu'élève qui ne s'intéresse qu'à ce qui le passionne (!) il a, me semble-t-il, "tilté", lorsque notre interlocuteur lui a juste laissé entendre qu'au pire, si le bac ne pouvait pas être obtenu, il y aurait quand même moyen, en cravachant sérieusement, d'intégrer les GAV (6 ans, pas une année de moins ou de plus) et d'en profiter pour passer le concours interne. Et c'est ça que le coquin m'a semblé retenir, dans sa grande logique... :Nerd@2x::super:

Voilà un peu où en sont les choses, à ce jour.

J'ajouterai que j'ai beaucoup lu, sur Internet, de témoignages (sur des forums) de jeunes ayant été GAV, et dont l'expérience, en grande majorité, avait été négative. À tel point que dans bon nombre de cas, une fois passés leurs 6 ans dans la Gendarmerie, il en sont venus à passer "dans la maison d'en face" (selon leurs propres termes!) et donc à intégrer la police nationale... Et tout ceci me laisse bien perplexe... :debile2:

J'aurais 3 principales questions à vous soumettre, si vous les permettez:

1) Quel est votre avis sur la filière GAV?

2) Pensez-vous qu'il soit de loin préférable de ne se focaliser que sur la seule entrée en tant que Sous-Officier dans la gendarmerie ?

3) Que pensez-vous de tous ces lycées qui préparent des "Bac Pro Métiers de la Sécurité" ?  J'ai la curieuse impression qu'il s'agit de "boîtes à fric", fort onéreuses, et en outre toujours - me semble-t-il - privées (?) Ont-elles un réel intérêt??

 

Je vous remercie de m'avoir lu, et d'éventuellement éclairer ma (toute petite!) lanterne...

À bientôt, j'espère, le plaisir de vous lire ! :Wink@2x::merciii::huglove:

 

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonjour.

Il y a 1 heure, novicetotal a dit :

MAIS: j'ai l'impression que mon fiston n'a entendu QUE ce qu'il voulait entendre:rolleyes::icontexto-emoticons-04-032x032:. En tant qu'élève qui ne s'intéresse qu'à ce qui le passionne (!) il a, me semble-t-il, "tilté", lorsque notre interlocuteur lui a juste laissé entendre qu'au pire, si le bac ne pouvait pas être obtenu, il y aurait quand même moyen, en cravachant sérieusement, d'intégrer les GAV (6 ans, pas une année de moins ou de plus) et d'en profiter pour passer le concours interne. Et c'est ça que le coquin m'a semblé retenir, dans sa grande logique... :Nerd@2x::super:

15 ans!!! Que dire de plus? Rien. tout est dit.  :arf:  

Il y a 1 heure, novicetotal a dit :

1) Quel est votre avis sur la filière GAV?

Que vous avez (à mon sens) tout compris, lorsque vous écrivez ceci :" J'ajouterai que j'ai beaucoup lu, sur Internet, de témoignages (sur des forums) de jeunes ayant été GAV, et dont l'expérience, en grande majorité, avait été négative."

L'objectif du statut de GAV, c'est bien d'avoir des gendarmes "de base" jeunes et "renouvelables". Cependant il faut bien une carotte pour les motiver et en leur laissant la porte ouverte vers un statut de sous officier, on met en place la dite carotte. Cependant bien peu y arriveront car il s'agira bien de passer un concours (places limitées) même s'il s'agit d'un concours interne, et qu'il faudra bien le préparer ce fameux concours.... tout en assurant son poste de GAV, les missions afférentes au poste, les gardes, les permanences et ce, sans passe droits. 

Notez comme le précise votre question, qu'il ne s'agit que de mon avis. 

Il y a 1 heure, novicetotal a dit :

2) Pensez-vous qu'il soit de loin préférable de ne se focaliser que sur la seule entrée en tant que Sous-Officier dans la gendarmerie ?

 

Oui très clairement. Passer et obtenir le Bac, puis tenter le concours de sous-officier. 

Il y a 1 heure, novicetotal a dit :

3) Que pensez-vous de tous ces lycées qui préparent des "Bac Pro Métiers de la Sécurité" ?  J'ai la curieuse impression qu'il s'agit de "boîtes à fric", fort onéreuses, et en outre toujours - me semble-t-il - privées (?) Ont-elles un réel intérêt??

S'il s'agit de lycées de l'Education Nationale ce ne sont pas des boites à fric. S'il s'agit de structures privées ou sous contrat avec l'EN, il est évident qu'ils s'intéressent en priorité à votre argent, même si la formation est une formation validée et reconnue et reste la même. Cependant je ne suis absolument pas certain que cette formation vous ouvre plus grandes les portes de la Gendarmerie. Je pense qu'elle est plutôt destinée à des emplois s'orientant vers les métiers de la sécurité privée. Il serait interessant de trouver sur internet le référentiel d'examen de ce diplôme qui nous en dirait plus. 

Après recherche, en particulier sur le site de l'ONISEP, voir à quoi destine ce bac pro: "sécurité privée ou publique ". Il me semble donc que dans l'idée d'un accès gendarmerie, contrairement à ce que l'on pourrait penser ce ne sera pas un plus, puisque une fois intégré en Gendarmerie il fera toute une scolarité en école de sous officier de Gendarmerie pour apprendre à la fois l'aspect militaire du métier, et son aspect "spécialité de sécurité" différent dans son approche, de la sécurité privée.

D'ailleurs votre interlocuteur Capitaine de Gendarmerie vous en t'il parlé comme d'un bac préférentiel? Non.  

Extraite du site onisep.fr: 

Le titulaire de ce bac pro est préparé à l'exercice des différents métiers de la sécurité, de la sûreté et de l'ordre public, de la protection des personnes, des biens et de l'environnement.

Il contribue à la sûreté, à la sécurité de l'espace public et privé. Il lutte contre les incendies conformément aux techniques professionnelles. Il assure des missions de secours et d'assistance aux victimes. Il est chargé de la surveillance des lieux et des accès, rappelle et fait respecter les réglementations spécifiques. Il protège l'intégrité physique des personnes. Il constate et identifie les atteintes aux biens et/ou à l'environnement ainsi que les situations à risques.

Le diplômé, après recrutement par concours ou sélection, peut intégrer la sécurité publique (police nationale, police municipale), civile ou privée.

Dans le secteur de la sécurité civile, il peut exercer le métier de sapeur-pompier professionnel (en qualité de fonctionnaire territorial au sein d'un Service Départemental d'Incendie et de Secours) ou militaire (brigade de sapeurs-pompiers de Paris, sapeur-sauveteur militaire en unité d'instruction et d'intervention de la sécurité civile).

Dans le secteur de la sécurité privée, il peut travailler soit dans une entreprise privée de sécurité soit dans un service interne de sécurité d'une entreprise. Il peut occuper des postes d'agent de sécurité, d'agent de contrôle d'accès, d'agent de surveillance, d'agent de gardiennage, d'agent de protection physique des personnes, d'agent de sécurité dans l'événementiel, d'agent de sécurité incendie.

Le diplômé peut accéder à d'autres fonctions, par des formations complémentaires et/ou des concours, examens professionnels dans les domaines d'activités suivants : plongée sous-marine, recherche en milieux périlleux, sauvetage-déblaiement, cynotechnie, risques radiologiques et chimiques, conduite d'engins spéciaux, lutte contre les feux de forêt, le secours en montagne, etc.

Les élèves de ce bac pro se présentent obligatoirement aux épreuves du CAP Agent de sécurité (facultatif pour les apprentis).

Il y a 1 heure, novicetotal a dit :

qu'il devait avant toute chose axer son travail (quel que soit le bac qu'il va passer) sur le Français et sur sa condition physique...

Le bac pro Métiers de la sécurité n'améliorera pas ou peu son Français et cette matière est particulièrement importante et exigeante en Gendarmerie. Une majorité de candidats se plante sur cet exercice au concours de sous-officiers, en ayant sous estimé sa valeur. Quant à la condition physique, à 15 ans il a encore de quoi prendre une peu de "caisse" pour être au mieux.

 

D'autres avis à venir, j'espère, seraient interessants. 

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonjour,

Il y a 2 heures, novicetotal a dit :

à passer "dans la maison d'en face" (selon leurs propres termes!) et donc à intégrer la police nationale...

Méfiance quand même,

Les jeunes ( comme beaucoup d' adultes " voient toujours la prairie d' à coté plus verte que leurs prés " ) j' ai eu avec moi en réserve des jeunes " adjoint de la police " ce qui est grosso-modo le même principe, on leurs laisse entrevoir la possibilité d' intégrer via un concours interne, que peu, voir très peu réussissent.

Avec moi en réserve j' ai aussi des policiers ( 25-30 ans ) qui sont de simples brigadiers, une bonne partie ont fait des études de droit ( licence ) avant de passer le concours.

Il y a 2 heures, novicetotal a dit :

Que pensez-vous de tous ces lycées qui préparent des "Bac Pro Métiers de la Sécurité" ?

Ce cursus s' adresse essentiellement à préparer les futurs agents de sécurité, que l' on retrouve dans les espaces publiques ( ex vigile ) et dans les administrations ( les hommes aux pull rouge ).

Après certains peuvent rebondir et passer les concours de Gendarmerie, de Police, des Douanes...

Il y a 2 heures, novicetotal a dit :

Pensez-vous qu'il soit de loin préférable de ne se focaliser que sur la seule entrée en tant que Sous-Officier dans la gendarmerie ?

Oui, si son but est de faire carrière.

Il y a 2 heures, novicetotal a dit :

Quel est votre avis sur la filière GAV?

Comme pour beaucoup de chose, l' affectation, l' encadrement, l' entourage... joue pour beaucoup !

Certains diront que ce n' est pas bien , d' autres que c' est super...

Après ça ne vaut pas le concours de sous officier.

Link to comment
Share on other sites

Le 25/2/2018 à 16:24, novicetotal a dit :

 

1) Quel est votre avis sur la filière GAV?

 

j'y croit pas trop , il me semble que le calcul est mauvais pour avoir les place sous-off et pour decouvirir la gendarmerie il y les préparations militaires de quelque semaine seulement .

Le 25/2/2018 à 16:24, novicetotal a dit :

2) Pensez-vous qu'il soit de loin préférable de ne se focaliser que sur la seule entrée en tant que Sous-Officier dans la gendarmerie ?

oui , voir officier ( faut viser haut ) 

Le 25/2/2018 à 16:24, novicetotal a dit :

3) Que pensez-vous de tous ces lycées qui préparent des "Bac Pro Métiers de la Sécurité" ?  J'ai la curieuse impression qu'il s'agit de "boîtes à fric", fort onéreuses, et en outre toujours - me semble-t-il - privées (?) Ont-elles un réel intérêt??

aucun intérêt pour moi dans une optique sous off  

Le 25/2/2018 à 16:24, novicetotal a dit :

. Nous l'avons donc orienté vers un bac Pro SEN (Systèmes Electroniques et Numériques), car ses résultats scolaires moyens ne lui permettaient pas d'envisager un bac "plus noble" (mais surtout plus scientifique) , le Bac STI2D.

le mieux c'est d'avoir un bac ES / L (surtout pour le français ,après le bac S passe partout aussi) . sinon le bac SEN peut aussi être utile pour intégrer la cyber-defence dans la gendarmerie (nombreux poste a pourvoir dans les années a venir) 

 

Link to comment
Share on other sites

Le 25/02/2018 à 18:30, Bouchon-Gras 49 a dit :

Bonjour,

Méfiance quand même,

Les jeunes ( comme beaucoup d' adultes " voient toujours la prairie d' à coté plus verte que leurs prés " ) j' ai eu avec moi en réserve des jeunes " adjoint de la police " ce qui est grosso-modo le même principe, on leurs laisse entrevoir la possibilité d' intégrer via un concours interne, que peu, voir très peu réussissent.

Avec moi en réserve j' ai aussi des policiers ( 25-30 ans ) qui sont de simples brigadiers, une bonne partie ont fait des études de droit ( licence ) avant de passer le concours.

Ce cursus s' adresse essentiellement à préparer les futurs agents de sécurité, que l' on retrouve dans les espaces publiques ( ex vigile ) et dans les administrations ( les hommes aux pull rouge ).

Après certains peuvent rebondir et passer les concours de Gendarmerie, de Police, des Douanes...

Oui, si son but est de faire carrière.

Comme pour beaucoup de chose, l' affectation, l' encadrement, l' entourage... joue pour beaucoup !

Certains diront que ce n' est pas bien , d' autres que c' est super...

Après ça ne vaut pas le concours de sous officier.

Bonjour, Berogetaibi, Bouchon-Gras 49 et Alsur, et un grand merci pour vos aimables et précieuses réponses.    :merciii:

Nous allons donc continuer à encourager notre loulou à d’abord passer un bac, puis à tenter directement le concours de Sous-Officier :):entreamis:

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Bonsoir, J'ai vu un collègue, lieutenant colonel de réserve de la Gendarmerie hier soir et je lui ai posé la question, une PMG c'est 15 jours. Une PMGA, ça ne lui parle pas, peut être le rajout de l'APJA, ce qui expliquerai ce rallongement de temps. 

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Une journée type "bureau" où tu arrive le matin et repart le soir, ça peut être une mise en place pour un événement type fête du village, où tu patrouilleras toute la journée, la fête terminée, tu rentre chez toi. 

    berogeitabi

    Posted

    Bonjour.  Connaissez vous l'opération "FRANKTON"?  Cette opération a eu lieu pendant la seconde guerre mondiale. Elle est plutôt méconnue. Des kayakistes d'un commando anglais, emmenés par un sous marin à l'embouchure de l'estuaire de la Gironde on remonté cet estuaire pour aller miner et couler des bateaux allemands dans le port de Bordeaux, ceci entre le 7 et le 11  décembre 1942. Pour commémorer les 80 ans de cette formidable et périlleuse opération des kayakistes du club de Mérignac vont refaire l'itinéraire parcouru par ces commandos. 5 équipages de kayakistes du SAM (sport athlétique mérignacais) dont un équipage féminin tenteront cette folle aventure. Demain 8 décembre, ils partiront depuis l'océan pour quatre jours en autonomie, en bivouaquant aux mêmes endroits où les anglais ont bivouaqués.  Ils prévoient d'arriver à Bordeaux ce dimanche 11 décembre où une cérémonie commémorative sera organisée. Voici un lien à consulter pour comprendre cette tentative réalisée par ces kayakistes en mémoire de ceux qui se sont sacrifiés pour que l'on vive libre aujourd'hui. Des kayakistes refont le parcours de l'opération Frankton en Gironde.  Source: 20minutes.fr Puis un autre lien vers le récit de cette opération et le sacrifice des commandos anglais. L'opération Frankton.    Source: 20minutes.fr Ici la carte de l'opération.  Source: 20minutes.fr         A l'occasion d'un passage au Verdon, j'avais publié les photos du monument du souvenir lié à cette opération. Je vous les remets ici.  

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Bonjour, Pour la plaque dans certain surplus, le bon coin, eBay... 05 pour le centre de recrutement de Toulon (seul et unique pour nous) les deux chiffres suivant correspondent à ton année d'incorporation puis les chiffres suivant aux nombre où tu te trouver dans la file. Ex : 05 92 48521 donc 05 pour Toulon, 92 pour incorporation à Hourtin ou Querqueville en 1992 et l'incorporé était le 48 521 -ème à passé.  

    Milites

    Posted

    Merci beaucoup bouchon gras, J’ai eu la chance de croiser une personne qui a travailler à saint mandrier, et qui a pus me préciser les périodes,  La semaine d’evaluation et soi en juin soi en septembre, pour septembre ont enchaîné directement le Plg de bord en temp Qmf jusqu’au début de l’année suivante pour faire maistrance en janvier/février et faire l’école de spécialisation derrière Merci à toi et bonne continuation   
×
×
  • Create New...