Jump to content
×
×
  • Create New...

Recommended Posts

Bonjour tout le monde !

Lors de mon premier rdv au CIRFA, mon conseiller m'a parlé de la spé linguiste d'écoute au vu de mon parcours. Je sors d'une Licence LEA et j'ai donc très peu de problème pour parler Anglais et Espagnol. J'ai appris l'Italien seul de mon côté, et j'ai acquis un niveau très correct en quelques mois. J'ai aussi des bribes de Suèdois et de Russe mais je le répète, ce n'est que des toutes petites bases qu'il faudrait approfondir.

Evidemment, cette spé m'intéresse mais même en cherchant sur le site de l'ADT, le quotien d'un linguiste, que ce soit en régiment ou en OPEX, reste très flou pour moi et ça me rend hésitant vis-à-vis des voeux à formuler.

Alors, si quelqu'un est en mesure de répondre à cette question, je le/la remercie :)

Link to post
Share on other sites


  • Posts

    • Nous venons d'apprendre avec une infinie tristesse la disparition de Patricia Warner, considérée comme la dernière espionne de l'Office of Strategic Services, le célèbre OSS, l'ancêtre de la CIA en charge des opérations clandestines pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle avait 99 ans.    Le 12 octobre 1942, en pleine bataille de Guadalcanal, le destroyer USS Duncan est attaqué par les Japonais. À bord, le jeune Robert Fowler III, l'époux de Patricia Warner, est tué lors de l'assaut impérial. La jeune femme décide alors de prendre la place de son mari disparu et demande à rejoindre l'US Navy : la marine militaire américaine refuse, l’enrôlement de veuves de guerre étant prohibé. Qu'à cela ne tienne : Patricia décide alors de rejoindre les services de renseignement.   Fin 1942, alors âgée de 22 ans, elle rejoint l'OSS. Après une rapide formation, elle est envoyée à Washington D.C., puis à Londres, sous la couverture de secrétaire. Devant ses facilités opérationnelles, il est très vite décidé de l'envoyer en Europe. Direction Madrid, où de nombreux espions et réseaux allemands sont à l’œuvre. Elle prend une nouvelle couverture : la voilà danseuse de ... flamenco !   Comme danseuse, elle parcourt de nombreux bars, rencontre beaucoup de monde, et recrute même des indics dans toute la ville. Elle assiste régulièrement aux corridas, où elle donne rendez-vous aux membres de son réseau. Elle vient également en aide à un pilote américain, et lui fournit le nécessaire pour que ce dernier rentre en Angleterre. Mais elle est traquée par un espion allemand, qui se rapproche dangereusement d'elle. Finalement, début 1945, sa mission s'achève et elle est rapatriée aux États-Unis.   De retour aux États-Unis, Patricia Warner reprend ses études et devient une experte dans l'anorexie chez les femmes. Elle rencontre notamment le Président américain George H.W. Bush, même si elle reste discrète sur son passé d'espionne. Finalement, elle a reçu cette année, quelques mois avant son décès, la Congressional Gold Medal, la médaille d'or du Congrès des États-Unis, en remerciement pour ses actions au sein de l'OSS Source : Boston Herald
    • Bonjour, Coté tenue, c'est la même que précédemment. Quand à sa "monture" ma première impression serait un tracteur de mine ou simplement loco-tracteur de fort, puisque vous précisez qu'il a été affecté dans la ligne Maginot.
    • Bonjour, J'ai retrouvé une autre photo du soldat AC, classe 1934, service militaire de 1936 à 1938 au 22ème BOA chimistes (partiellement en Algérie à Béni Ounif), brigadier de réserve, mobilisé de 1939 à 1940 au 22ème BOA (partiellement sur la Ligne Maginot). J'ignore la date et le lieu de la photo. J'ignore la nature du matériel montré sur la photo. Je vais vous adresser un second message. Cordialement. Bonjour, En complément de mes demandes d'information sur le soldat AC, je me pose les mêmes questions sur l'un de ses camarades de service militaire, le soldat RZ : Né en 1914, ingénieur chimiste en 1936, classe 1934, service militaire de 1936 à 1938 au 22ème BOA (Aubervilliers, Algérie, Figuid, Béni Ounif, Colomb Béchar), Maitre-Ouvrier, mobilisé de 1939 à 1940 au 22ème BOA (démobilisé à Lésignan). Cordialement.
    • Salut, non pas de masque pendant les épreuves sportives.