Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'ssa'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La vie du forum
    • Ma présentation
    • Membres
  • Actualité et débats
    • Relations internationales
    • Politique de défense française
    • Histoire
    • Matériel et innovation technologique
    • Evenements et rendez vous
  • Le parcours pour s'engager
    • JDC / PM
    • CIRFA
    • CSO
    • Lettres de motivations.
    • SMV
  • Les écoles
    • Armée de l'Air
    • Armée de Terre
    • La Marine Nationale
    • La Gendarmerie
    • Lycées de la Défense
  • Armées Françaises
    • Armée de l'Air
    • Armée De Terre
    • Marine Nationale
    • Gendarmerie Nationale
    • Services Inter Armées
    • Forces Spéciales
    • Réserve / Garde Nationale.
    • Musique, aubade, fanfare, bagad...Choeur de l'Armée française.
  • La reconversion
    • Après l'armée et la reconversion
  • Etre militaire, ses proches, après l'armée
    • Familles de militaires
    • Calendrier d'incorporation
  • A l'Internationale
    • Armées étrangères
  • Traditions, uniformes, insignes, décorations...
    • Traditions ( terre, mer, air, gendarmerie ).
    • Uniformes.
    • Insignes.
    • Décorations.
    • Musées militaires ou commémoratifs.
  • Sujets de Club des esprits aventureux
  • Une ou des envies de voyages pour 2018? de Club voyage et joies simples.
  • Wargame et scénario de Wargame

Calendriers

  • Calendrier
  • Calendrier de l'Avent de Club des esprits aventureux

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


AIM


MSN


Website URL


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Lieu


Mes centres d'intérêts

26 résultats trouvés

  1. Afin de se faire une idée de la filière réserve du Service de Santé des Armées. ( Source : SSA ) Régiment médical de l' Armée de terre.
  2. Bouchon-Gras 49

    Témoignage.

    Voici un témoignage : Caroline Boisard-Vannier, officier de réserve au service de santé des armées Dentiste et élue d’opposition sur le territoire de la commune d’Hellemmes, elle vient de signer un contrat de trois ans avec l’Armée et a été directement élevée au grade de commandant. « En cas de conflit, je peux être amenée à partir en opération extérieure. » Caroline Boisard-Vannier, chirurgien-dentiste et élue d’opposition (Les Républicains), est un petit bout de femme qui a de la suite dans les idées. Au moment de démarrer ses études de médecine, elle a longtemps hésité à les faire dans l’armée. Née à Saïgon (Hô-Chi-Minh-Ville), d’un père breton et d’une maman vietnamienne, elle a renoncé et suivi le parcours universitaire plus classique. Il a six mois, elle a été rattrapée par l’envie de servir sous les drapeaux et a envoyé un dossier pour grossir les rangs des officiers de réserve. « Je viens de signer un contrat d’engagement de trois dans la réserve opérationnelle du service de santé des armées », raconte l’Hellemmoise, qui a été élevée au grade de commandant. Un engagement qu’on ne prend évidemment pas à la légère : « En cas de conflit, je peux partir en opération extérieure ». Par EMMANUEL CRAPET | Publié le 16/01/2017 ( Source : La Voix du Nord )
  3. Voici une décoration relativement recherchée par le personnel du SSA, LA MÉDAILLE D' HONNEUR DU SERVICE DE SANTÉ DES ARMÉES. La Médaille d’honneur du Service de Santé des Armées a été créée par le décret du 30 août 1962, en remplacement des médailles d’honneur suivantes : ¨ la Médaille d’honneur des Épidémies du ministère de la Guerre ( décret du 15 avril 1892 ) ; ¨ la Médaille d’honneur des Épidémies du ministère de la Marine ( décret du 30 septembre 1909 ) ; ¨ la Médaille d’honneur du Service de Santé Militaire ( décret du 27 juin 1931 ) de l’Armée de Terre ; ¨ la Médaille d’honneur du Service de Santé de la Marine ( décret du 18 juillet 1947 ) ; ¨ la Médaille d’honneur du Service de Santé de l’Air ( décret du 18 mai 1948 ). Les titulaires de ces décorations peuvent être proposés pour la médaille d’honneur actuelle à un échelon supérieur à celui qu’ils détiennent. Cette dernière est d’une structure à quatre échelons pouvant être décernés à titre posthume : ¨ la Médaille de Bronze pour 10 ans de services ; ¨ la Médaille d’Argent pour 15 ans de services et la Médaille de Bronze ; ¨ la Médaille de Vermeil pour 20 ans de services et la Médaille d’Argent ; ¨ la Médaille d’Or qui n’est attribué que dans des cas exceptionnels. A l’occasion de circonstances exceptionnelles, notamment lors de périodes épidémiques, des propositions peuvent être faites pour des personnes ne réunissant pas les conditions fixées. Nul ne peut être proposé pour la concession d’une médaille s’il n’est déjà titulaire de celle de l’échelon inférieur. Toutefois, les membres de l’Ordre de la Légion d’honneur sont proposables directement pour les échelons Argent ou Vermeil. Le titulaire reçoit un diplôme rappelant que celle-ci lui a été décernée pour les services rendus ou le dévouement dont il a fait preuve. La Médaille d’honneur du Service de Santé des Armées est attribuée, sauf cas exceptionnel, deux fois par an, le 1er janvier et le 14 juillet. Candidatures et propositions auprès de la direction centrale du service de santé des Armées, pour transmission au cabinet du ministre de la Défense, bureau des décorations. Ruban : Largeur de 36 mm. Blanc portant, au centre, une raie rouge de 6 mm encadrée, de part et d’autre, par une raie blanche de 4 mm et une raie bleue de 4 mm. Médaille ronde en bronze, argent, vermeil ou or suivant l’échelon et du module de 27 mm. Gravure de Hubert PONSCARME. Sur l’avers : la légende REPVBLIQVE FRANÇAISE entoure l’effigie de la République ailée. Sur le revers : un cartouche nominatif rectangulaire, surmonté d’un caducée et d’une palme, est entouré de l’inscription : MINISTÈRE DE LA DEFENSE , avec sur le bas, le mot et l’inscription : DEVOVEMENT - SERVICE DE SANTE DES ARMEES Les barrettes de décoration des Médailles d’Argent, de Vermeil et d’Or portent : - pour la Médaille d’Argent, une petite rosette bleu, blanc et rouge ; - pour la Médaille de Vermeil, une petite rosette bleu, blanc et rouge posée sur un canapé argent de 6 mm sur 15 mm ; - pour la Médaille d’Or, une petite rosette bleu, blanc et rouge posée sur un canapé or de 6 mm sur 15 mm. Bélière : En bronze, argent, vermeil ou or suivant l'échelon. ( Source : Bureau des internes et assistants du Val de Grace )
  4. Bouchon-Gras 49

    Actu Santé en ligne...

    Voici un peu de lecture ( à ne pas mettre à la vue de tous, certaines images peuvent choquer ) qui pourront intéresser les candidats pour l'active et ou de la réserve. https://fr.calameo.com/read/00016596100a304b3cab1 https://fr.calameo.com/read/000165961ed6176d3b5fd https://fr.calameo.com/read/000165961856f28f48c70 https://fr.calameo.com/read/00016596151179f20d74c https://fr.calameo.com/read/0001659610347f820d20b https://fr.calameo.com/read/0001659614e1aca92356f
  5. Bouchon-Gras 49

    Programmation de suppression de postes au SSA

    On en parle peu mais les personnels du Service de Santé des Armées sont partout. De la simple " bobologie " à du soin de guerre en passant par la visite d' aptitude...sans oublier la recherche. Que ce soit dans les grands hôpitaux militaire, le Val de Grasse ( qui reste emblématique et conserve les traditions ), Percy, Begin, Legouest, Deagenettes, Saint Anne, Lavaran, Robert Piquet, Clermont Tonnerre. Dans les unités ( infirmerie ) dans les zones de guerre, en OPEX... Déjà en 2014 les hôpitaux militaires étaient dans le collimateur : Pourquoi les hôpitaux militaires sont dans le collimateur du gouvernement Confronté à un objectif de réduction des dépenses, le ministère de la défense envisage la fermeture de l'hôpital militaire du Val-de-Grâce, à Paris. Le Monde.fr | 09.10.2014 à 16h22 | Par Alexandre Pouchard Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Ajouter Partager Tweeter image: http://s2.lemde.fr/image/2014/10/09/534x267/4503556_3_f706_confronte-a-un-objectif-de-reduction-des_3311b6f9de1fe4b67591586f5f0ed26e.jpg Connu du grand public pour accueillir les présidents de la République mais également des chefs d'Etats étrangers, l'hôpital militaire du Val-de-Grâce, à Paris, est sur la sellette. Plusieurs sources du ministère de la défense ont affirmé au Monde que le gouvernement, confronté à une obligation de réduction de son déficit, envisageait la fermeture de l'établissement, qui se distingue dans le paysage hospitalier national. A quoi servent les hôpitaux militaires ? Leur mission prioritaire est de soigner les militaires blessés lors d'opérations de l'armée française, comme ce fut le cas ces dernières années avec les interventions au Mali ou en Afghanistan. Mais les hôpitaux militaires, que le ministère de la santé assimile à des centres hospitaliers et universitaires (CHU), peuvent également accueillir des patients non militaires, comme tout autre hôpital. Combien de personnes y travaillent ? 9 La France compte neuf hôpitaux militaires. Ils sont répartis en deux catégories : les établissements « de premier rang » (Val-de-Grâce, Percy-Clamart, Bégin à Saint-Mandé, Toulon, et Marseille), qui forment le pôle d'excellence de la médecine de guerre, pour garantir aux armées leur capacité « d'entrer en premier » dans un conflit. les hôpitaux considérés comme de « deuxième rang » (Bordeaux, Brest, Lyon et Metz). Ils emploient au total 8 400 personnes, dont 680 médecins. Parmi eux, le Val-de-Grâce représente 800 employés de la défense, auxquels s'ajoutent les 700 agents travaillant pour les écoles de médecine militaire et le musée. La défense au régime drastique Si la plupart des ministères sont soumis à un objectif de réduction de leurs dépenses annuelles, la défense – troisième budget de l'Etat après l'éducation et la charge de la dette (31,4 milliards d'euros) et premier budget d'investissement public (17 milliards d'euros) – paye le plus lourd tribut. La dernière loi de programmation militaire (LPM), dessinant le paysage de l'armée française entre 2014 et 2019, prévoyait 6 milliards d'euros de coupes budgétaires en trois ans et une réduction des effectifs de l'ordre de 34 500 personnes d'ici à la fin de la décennie, s'ajoutant aux 45 000 déjà supprimés par la dernière LPM. Voir notre infographie : L'armée française à l'horizon 2020 Le budget de la défensehors pensions, en milliards d'eurosBudget militaire (en euros courants)Budget militaire (en euros constants 2012)19801983198619891992199519982001200420072010201310203040Ministère de la Défense Lire aussi : Le budget français de la défense est-il en baisse depuis trente ans ? Ces réductions d'effectifs passent notamment par la fermeture de nombreux sites militaires. La précédente LPM prévoyait ainsi la fermeture de 83 implantations militaires et le déménagement de 33 autres, sur 471 sites existants, entre 2009 et 2016. D'autres sites ont été visés par la dernière LPM. Lire aussi : L'amertume des militaires face aux coupes budgétaires Une gestion financière longtemps critiquée 281,3 Les hôpitaux militaires traînent une réputation de mauvaise gestion. La Cour des comptes avait publié en 2010 un rapport incendiaire, pointant notamment un déficit hors de contrôle : 281,3 millions d'euros pour l'ensemble des 9 établissements en 2009, soit « plus que le cumul des déficits de l'Assistance publique de Paris, Marseille et Lyon », notait le premier président de la juridiction financière, Didier Migaud. Le rapport évoquait également un taux d'occupation des lits bien en deçà de celui rencontré dans les hôpitaux civils, une activité chirurgicale au ralenti et une gratuité des soins un peu trop généreuse pour les militaires et leur famille – « les trois quarts des consultations [étant] sans lien avec le service des armées » – pour un coût de 10 millions d'euros. La Cour des comptes avait formulé 14 recommandations (page 92 du document) pour une meilleure gestion, tandis que Didier Migaud avait soulevé le débat : « Le choix de conserver un réseau d'hôpitaux militaires s'avère coûteux et inadapté. Il faut en corriger les défauts ou se poser la question d'une refonte fondamentale du système. » Dans son dernier rapport annuel, publié en février 2014, la Cour des comptes observe une amélioration de la situation, notant avec satisfaction que « la plupart des recommandations du rapport public thématique de 2010 sur le service de santé des armées (...) ont été mises en œuvre ou sont en passe de l'être ». Le déficit cumulé des établissements est ainsi passé de 281 millions d'euros en 2009 à 190 millions d'euros en 2012 et le taux d'occupation des lits a progressé de 52 % en 2010 à 61 % en 2013. Le Val-de-Grâce, premier de la liste ? Pour autant, la question du nombre d'hôpitaux militaires, elle, reste « non tranchée à ce jour », affirmait la Cour des comptes. La juridiction soulignait notamment que certains établissements allaient « nécessiter des investissements importants en matériels hospitaliers dans les prochaines années ». L'hôpital du Val-de-Grâce, notamment, aurait besoin d'une remise aux normes estimée à 250 millions d'euros. Comme nous le notions dans notre article du 8 octobre, le gouvernement va désormais devoir trancher entre trois hypothèses : la fermeture pure et simple du Val-de-Grâce une fermeture partielle une cession à l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP). Mais cette dernière, confrontée à un fort endettement du secteur hospitalier public, considère qu'il y a déjà trop de lits à Paris. Selon nos informations, l'arbitrage de l'Elysée devrait intervenir « avant la fin du mois ». Pourrait ensuite être abordé le sort des hôpitaux militaire de « deuxième rang ». En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/10/09/pourquoi-les-hopitaux-militaires-sont-dans-le-collimateur-du-gouvernement_4503548_4355770.html#u2qDcPMwopKxSrOb.99 Or avec la loi de programmation militaire, le SSA est resté dans l' oublie et risque une suppression de personnel : Budget : Déjà sous tension, le Service de Santé des Armées n’échappera pas à la réduction de ses effectifs Laurent Lagneau1 novembre 20170 Partager la publication "Budget : Déjà sous tension, le Service de Santé des Armées n’échappera pas à la réduction de ses effectifs" En 2015, la décision d’augmenter les effectifs de la Force opérationnelle terrestre (FOT) de 11.000 soldats a oublié un détail : le soutien nécessaire à ces renforts. Or, même si l’annulation, après les attentats de Paris et de Saint-Denis, des déflations de postes prévues au sein du ministère des Armées a donné un peu d’oxygène, il n’en reste pas moins que certaines spécialités sont sous tension. Ainsi en est-il du Service de Santé des Armées (SSA), qui a vu sa charge de travail augmenter, ne serait-ce que pour faire passer les visites médicales d’aptitude aux recrues de l’armée de Terre, tout en étant sollicité pour les opérations extérieures et intérieures. Or, le SSA a été oublié par la Loi de programmation militaire actualisée en 2015, ses crédits de fonctionnement et ses investissements devant être réduits de manière « significative » sur la période 2014-2019, avec à la clé plus de 1.600 suppressions de postes (sur 16.000). D’ailleurs, son directeur, qui était alors, Le médecin général des armées (MGA) Jean-Marc Debonne, avait prévenu que le SSA remplissait ses missions « avec de plus en plus de difficultés »En novembre 2016, la Cour des comptes, d’habitude si prompte à critiquer les coûts de fonctionnement des hôpitaux d’instruction des armées, avait tiré le signal d’alarme. Avec, qui plus est, un taux de projection sur les théâtres extérieurs toujours aussi élevé, les magistrats estimèrent que la « forte tension » sur les ressources humaines du SSA était de nature à « compromettre sa capacité à assurer sa mission dans la durée. » Actuellement, le SSA mène un plan de transformation « SSA 2020 », censé lui permettre de faire face à ces réductions d’effectifs tout en maintenant la qualité et son offire de soins. D’où la dissolution ou le regroupement de certaines structures, l’ouverture au sercice public, la différenciation entre les hôpitaux ou encore la simplification de sa gouvernance. Avec la hausse annoncée du budget du ministère des Armées (1,8 milliard en 2018 et 1,7 milliard par an jusqu’en 2022), le SSA aurait pu espérer échapper à la réduction de ses effectifs, d’autant plus qu’il lui reste à supprimer 150 postes en 2018 et 332 autres en 2019. Au mieux, il n’aura qu’un répit. En effet, lors de son audition devant les députés de la commission de la Défense, le chef d’état-major des armées (CEMA), le général François Lecointre, a indiqué que les suppressions d’effectifs du SSA seront reportées sur les années 2020 et 2021. « Aujourd’hui, nous estimons cette réduction d’effectifs trop rapide, et nous avons choisi de la décaler dans le temps pour laisser toute latitude au SSA d’effectuer sa transformation », a expliqué le CEMA. « Alors qu’il était prévu de supprimer sur la période 2014-2019 1 608 équivalents temps plein – dont 150 en 2018, et 332 en 2019 –, nous reportons ces suppressions d’effectifs sur les années 2020 et 2021 », a-t-il en effet précisé. Pour autant, rien ne dit que l’activité du SSA sera moindre en 2020 ou 2021 qu’actuellement… Et les médecins, comme les infirmiers et les aide-soignants n’auront toujours pas le don d’ubiquité. Mais pour le général Lecointre, cette déflation de postes est « néanmoins indispensable » tout simplement parce qu’il y a des besoins dans d’autres domaines, comme le cyber et le renseignement. La Loi de programmation des finances publiques (LPFP), dévoilée en septembre, indique que « l’évolution de la masse salariale de l’État et de ses opérateurs fera l’objet d’une maitrise stricte », ce qui signifie que leurs effectifs « s’inscriront en baisse sur le quinquennat », sauf pour les ministères « stratégiques » comme « les Armées, l’Intérieur ou la Justice ». Les création de postes dans ces missions seront « compensées par des réductions d’effectifs plus importantes dans les autres domaines, selon les capacités d’optimisation et de gains de productivité identifiées. » Pour les Armées, 1.500 postes seront ainsi créés, ce qui est insuffisant pour répondre à la montée en puissance de certains domaines jugés prioritaires. « L’effort prévu par la LPFP est important, je le mesure, il est pourtant aujourd’hui inférieur aux besoins exprimés par la ministre des Armées et il va contraindre, en l’état, notre effort de régénération », a encore prévenu le CEMA. Et d’ajouter : « Nous devrons donc apporter une attention particulière à la reconnaissance des besoins en effectifs sur les plans quantitatif et qualitatif au-delà de l’horizon de la LPFP et à partir de 2023. » Toujours à propos des effectifs, le CEMA a critiqué les importantes suppressions d’effectifs subies par les Armées au cours de ces dernières années. « Je rappelle qu’entre 2008 et 2017, ces déflations ont représenté un volume de l’ordre de 50.000 militaires sur un total de 250.000 environ en 2008, soit une diminution de près de 20 % », a-t-il rappelé, en soulignant que les « soutiens » ont été « particulièrement concernés par ce phénomène ». « Le cadrage à plus 1.500 équivalents temps plein de la LPFP marque un début de prise en compte de cette situation. Les armées sont conscientes de l’effort que cela représente au moment où la fonction publique doit supporter des déflations mais j’insiste sur le fait que les armées ont subi des déflations trop importantes lors des deux LPM précédentes au regard de l’engagement que la Nation leur demande de soutenir », a conclu le général Lecointre. En savoir plus sur http://www.opex360.com/2017/11/01/budget-deja-sous-tension-le-service-de-sante-des-armees-nechappera-pas-la-reduction-de-ses-effectifs/#2f60GH4GQRgPu66w.99
  6. francis.boyer

    Quand rejoindre l'armée

    Bonjour, Je suis actuellement en terminal. Je souhaite devenir médecin. Et depuis que j'ai appris a la JDC qu'un médecin n’était pas contraint de déménager tous les 5 ans, je souhaite rejoindre l'armée. L'armée m'a toujours intéressée, je rêve maintenant de devenir médecin militaire. Je m'interroge cependant, est ce que il faut mieux que je passe (essaye) ma PACES normalement, et que je rejoigne l'armée ensuite pour poursuivre mes études. Ou est ce qu'il faut mieux que je la rejoigne des la première année. Je pensais essayer de passer ma PACES a Grenoble, dans le but de bénéficier de leur méthode d'enseignement (ils procèdent pas l'informatique via des CD-roms), puis ensuite aller à Lyon pour rejoindre le SSA. Je crois que cette technique d'enseignement me conviendrait beaucoup, et m'aiderait a passer cette dure année. Mais le changement de fac peut-être compliqué par la suite... Rejoindre le SSA en première année m’effraie, car j'ai peur d’être d'autant plus débordé si je dois suivre un enseignement militaire en parallèle de mes études. D'un autre coté, il doit être adapté a la quantité de travail que doit fournir les étudiants en médecine, enfin... j’espère.... Si quelqu'un peut me donner son opinion ou des conseils, je suis preneur!
  7. francis.boyer

    Quand rejoindre l'armée

    Bonjour, Je suis actuellement en terminal, et je vais aller en Fac de médecine l'année prochaine. J'ai toujours été intéressé par l'armée, et je ne voulais pas y aller jusqu’à que j'apprenne à la JDC, qu'un médecin ne devait pas déménager tous les 5 ans. C'est décidé je souhaite vraiment y aller... Je me pose maintenant la
  8. tobonarine

    Intégration SSA

    Bonjour, Dans ma section j'ai un Aux san (2 même mais chut) qui est moniteur PSC1, PSE1, PSE2, SC1, SC2... Bref il est calé à mort. Ça me fend le cœur de le voir éventuellement partir chez les pompiers. Je pense qu'il existe une passerelle entre l'armée de terre et le SSA. De quelles sortes sont-elles? Il veut rester dans l'ops mais en restant à se place actuelle il n'évoluera pas dans la branche santé.
  9. Du nouveau dans notre gestion De manière schématique, voilà vers qui il faudra se tourner selon les questions L'article en entier : http://www.defense.gouv.fr/sante/a-la-une/2012/reorganisation-de-l-administration-des-reserves J'espère que cela va fluidifier le suivi car la DRSSA qui me suit n'a pas forcement les moyens de le faire malgré de bonnes volontés.
  10. Bonjour, voilà je suis une ancienne militaire d'active Terre (sergent-chef) et je viens de signer comme réserviste SSA. Je suis recrutée MITHA AMACS, grade d'assistante médico administrative de classe supérieure (adjudant chef), échelon 7, indice brut 444, indice majoré 390. D'active, j'étais échelon 3, échelle 4, indice majoré 394. Quelqu'un aurait il la grille indiciaire SSA afin que je puisse me référer à quelque chose En vous remerciant
  11. Marc44

    test aptitudes infirmier reserviste SSA

    bonjour à tous nouveau sur le forum je me permet de poster une première question j ai lu dans un post qu'il y a des tests a passer quelqu'un pourrait il préciser de quels types de test s agit il. sportifs ? autres ? en vue dune incorporation en qualité d infirmier réserviste. merci
  12. Bouchon-Gras 49

    Mutualisation SSA au profit du SAMU Brestois.

    Voici une première, les médecins militaires vont intégrer le SAMU Brestois : Des médecins de la base de Lanvéoc au Samu: une première pour le service de santé des armées La Bretagne va être la première région à engager des médecins militaires correspondants SAMU. A cet effet, une convention sera signée ce mercredi 18 mai, permettant la mobilisation de cinq médecins de la base de Lanvéoc en réponse aux besoins civils de soins urgents sur la presqu'île de Crozon. Cette zone est, en effet, située à plus de trente minutes d’un Service mobile d’urgence et de réanimation (SMUR). Le projet a associé l’Assurance maladie, le CHU (siège du SAMU 29), la DRSSA de Brest et l’hôpital d’instruction des armées de Brest. Depuis 2014, un dispositif de médecins généralistes locaux correspondants SAMU, pour les besoins de soins urgents dans les zones situées à plus de trente minutes d’un Service mobile d’urgence et de réanimation (SMUR), était opérationnel sur les îles bretonnes. Ce dispositif s’étend désormais à la presqu’île de Crozon avec le renfort des médecins militaires. Jusqu’à présent les signatures de conventions se faisaient sur le périmètre hospitalier, "là il s’agit de la médecine des forces", insiste-t-on au service de santé des armées (SSA). Voici ce que Ouest-France a publié le 13 mai sur ce projet novateur: Un accord cadre. Dans les semaines qui viennent la ministre de la Santé et le ministre de la Défense devraient signer un accord cadre (à la demande de la ministre Marisol Touraine, au cours du débrief Ebola en décembre) étendant l'expérience bretonne. ( source : Ligne de Défense )
  13. Suite aux attentas récents à Paris, bon nombre de concitoyens ce sont porté volontaire pour intégrer la réserve opérationnelle des différentes Armées ( terre, mer, air, gendarmerie, Service de Santé des Armées... ) Ceci vous concerne : Si vous êtes ‪#‎réserviste‬ et volontaire, ce post vous concerne. Défense Ile de France Depuis les attentats du 13 novembre dernier, de nombreux citoyens ont manifesté leur désir de se porter volontaires pour aider les armées et les pouvoirs publics. Le ministère de la Défense se devait de répondre à cette demande en accueillant toutes les offres de volontariat. Une cellule temporaire d’aide aux volontaires vient d’être mise en place au sein du cabinet du gouverneur militaire de Paris et fonctionnera jusqu’à Noël. Elle s’adresse aux personnes déjà réservistes et celles qui, désireuses de rejoindre la réserve opérationnelle ou la réserve citoyenne, souhaiteraient obtenir une réponse personnalisée et actualisée à leur volontariat. Cette cellule aura pour mission d’orienter ces personnes afin de faciliter la réalisation de leur projet. Pour contacter cette cellule, un numéro est à votre disposition : 01 44 42 39 44 FREE ( Ministère de la Défense, mercredi 2 décembre 2015, Facebook )
  14. L'armée de terre compte encore dans son parc un certain nombre de véhicule vieux de 30 ans d'age. En tête de liste des véhicules très utilisé il y a le VAB. Le VAB reste également la seule monture polyvalente du SSA pour la relève tactique. On compte à ses coté le valeureux VLRA aussi pratique que dépourvu de protection et ...le J5 (passons..) Je cite le directeur central du SSA Mais rien n’émerge actuellement. Nos bon vieux vab san avec leur immense croix rouge et blindage des années 80 ont été ressorti au Mali (quid de l'expérience des VAB SAN afgha armés et banalisés ?) Les américains ont même fait l'acquisition de véhicules sanitaires protégés : http://www.armyrecognition.com/decembre_2010_defense_armees_militaires_actualites/larm_e_am_ricaine_commande_250_v_hicules_m-atv_version_ambulance_oshkosh_defense.html (j'avoue avoir du mal à imaginer la cellule san derrière qui semble minuscule) Je m'attendais à la sortie d'une version sanitaire du Sherpa par Renault Truck Défense mais ma recherche a fait choux blanc. En gros, je n'ai trouvé aucune prospections du service et aucune solution proposée par nos industriels. Le PVP me semble trop petit voir insuffisamment protégé. Il reste l'achat a l'étranger. Des infos ? des avis ? des idées ?
  15. Pendemonium

    Prospection resrviste OPEX SSA 2013-2014

    Salut à tous J'ai reçu un message de prospection pour des OPEX et MCD SSA il y a 4 jours. Je ne mettrai pas le message en clair ici alors pour ceux qui sont intéressé, rapprochez vous de vos directions régionales. Il y a quasiment toutes les destination pour beaucoup de spécialités : KAIA, Liban, Tchad, RCI, Djibouti, Guyane, kosovo... Seuls absents: les MDR. Aucune sollicitation. RMed oblige probablement.
  16. Info disponible sur : http://www.defense.gouv.fr/sante/a-la-une/une-2013/stress-post-traumatique-le-ministere-de-la-defense-lance-le-numero-d-appel-national-ecoute-defense Nous tentons de créer un espace de parole pour ça sur le forum mais nous ne pouvons parler de quelque chose que nous n'ayons vécu. Du moins pas comme la victime de stress. A défaut, cette information me semble importante pour ceux qui souhaite sortir du chaos.
  17. J'ai entendu l'histoire de cet infirmier par l'un de ses camarades. Il fut l'un des blessés de l'attaque depuis l'intérieur d'un camp en Afghanistan de janvier 2012 Beaucoup de courage et de résilience L'interview en entière : http://www.defense.gouv.fr/sante/a-la-une/une-2013/nous-sommes-toujours-des-combattants
  18. Le DCSSA a fait une audition un peu plus courte que son prédécesseur surement due à sa recente nomination mais il a vite cerné des objectifs ambitieux. Il estime la transformation actuelle insuffisante. Il propose des recentrages dont en voici un exemple. Article : http://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20130121/etr.html#toc5 Pour ma part, je trouve les problématiques du soutien aux forces bien cerné. L'Afghnaistan et la LPM ont fait évolué pas mal de choses mais le chantier reste vaste. Je note surtout l'ambition d'ouverture du SSA vers l'extérieur. J'ai souvent déploré cette sensation que le SSA se complaisait derrière sa casquette de spécialistes en négligeant sa racine militaire. ça se voit dans la volontés et les moyens alloués par ceux d'en haut pour entretenir nos compétences militaires. heureusement que l'armée de terre reste à nos cotés malgré ses moyens décroissants.
  19. C'est un grand pas dans la formation initiale et complémentaire du personnel du SSA. article : http://www.defense.gouv.fr/sante/a-la-une/2012/creation-du-centre-de-formation-operationnelle-sante
  20. Pendemonium

    le sauvetage au combat: référentiel

    Salut C'est fou ce qu'on trouve sur le net !! Voici la dernière édition du SC en PJ pour les 3 niveaux. Bonne lecture (disponible on line sur http://www.ecole-valdegrace.sante.defense.gouv.fr/content/download/3960/56683/file/Sauvetage%20au%20Combat%20-janvier%202012.pdf ) Sauvetage au Combat -janvier 2012.pdf
  21. Salut Une vidéo ancienne trouvé après avoir vu que le SSA présentait cette année à Eurosatory Au programme: le lot chirurgicale vital, le module Morphée Présenté cette année mais pas encore d'image d'Eurosatory : La technique unique au monde de lyophilisation du plasma sanguin mis au point par le centre de transfusion sanguine des armées de Clamart. Explications en images: [media=] C'est tout bonnement révolutionnaire!
  22. Article : http://www.defense.g...t-l-afghanistan Bien que partant d'une initiative intelligente, j'y vois aussi un cautères sur la jambe de bois du manque de moyen. Le directeur central du SSA donnait le ton il y a 2 ans devant la commission de défense de l'assemblé sur la généralisation du SC2 pour les aux san en vue de limiter la consommation d'infirmiers (en OMLT principalement). Un aux san référent section n'a droit qu'a une formation raccourci dite SC1 "renforcée" ? Le CISA n'a pas les moyens de former ces aux san au SC 2? Le 35 n'a pas les moyens de libérer 12 soldats pendant le temps nécessaire à cette formation? J'ai beau chercher, je ne comprend pas l'intérêt de faire de la demi mesure lorsqu'on a les moyens et l'expertise du CISA et des CITERA. Autant appeler ça un SC2 allégé ? On ne fait pas faire une formation renforcée à un MDR qui veut devenir EVSO, à un GV qui va devenir tireur minimi ou à aspirant qui va devenir chef de section.....
  23. A Gap, le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Briançon, forme aux secours en montagne le personnel du centre médical des armées du 4e régiment de chasseurs.
  24. Salut Les réservistes du SSA peuvent se voir attribuer des insignes marquant leur parcours et leur engagement à servir dans la RO. Une photo de l'insigne de formateur du SSA (l'échelon le + haut) celui de bronze La référence du texte est l'instruction 13174 DEF/DCSSA/RH/RES normalement disponible dans toutes vos directions régionales En pièce jointe un article détaillant le parcours donnant droit à ces insignes. Article insigne resrviste SSA (1).pdf Article insigne resrviste SSA (2).pdf
  25. Pendemonium

    quel prochain véhicules tactiques pour le SSA

    Salut Vu l'age des vab san, des VLRA san dont on ne trouve presque plus de pièces de rechange), les J5 RQB a bout de souffle et qu'en remplacement, on voit fleurir des defender sanitaire tout blanc, très bien comme véhicule d'intervention civil mais totalement inadapté pour le terrain (pas d'espaces pour le matos perso, capacité d'1 seul blessé, non aérotransportable et on parle pas de la couleur...) que nous réserve l'avenir ? J'ai trouvé le PVP sanitaire en photo que chez nos collègues de "Servir et defendre" (merci à eux) au sinon, je n'ai trouvé aucun projet. Des infos ?
×