Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'sous marin'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • La vie du forum
    • Ma présentation
    • Membres
    • Support du forum
  • Actualité et débats
    • Relations internationales
    • Politique de défense française
    • Histoire
    • Matériel et innovation technologique
    • Evenements et rendez vous
  • Le parcours pour s'engager
    • JDC / PM
    • CIRFA
    • CSO
    • Lettres de motivations.
    • SMV
  • Les écoles
    • Armée de l'Air
    • Armée de Terre
    • La Marine Nationale
    • La Gendarmerie
    • Lycées de la Défense
  • Armées Françaises
    • Armée de l'Air
    • Armée De Terre
    • Marine Nationale
    • Gendarmerie Nationale
    • Services Inter Armées
    • Forces Spéciales
    • Réserve
    • Musique, aubade, fanfare, bagad...militaire
  • La reconversion
    • Après l'armée et la reconversion
  • Etre militaire, ses proches, après l'armée
    • Familles de militaires
    • Calendrier d'incorporation
  • A l'Internationale
    • Armées étrangères
  • Traditions, uniformes, insignes, décorations, recherches...
    • Traditions.
    • Uniformes.
    • Insignes.
    • Décorations.
    • Musées militaires ou commémoratifs.
    • Recherches généalogiques, parcours militaires, identifications...
  • Club des esprits aventureux's Sujets
  • Club voyage et joies simples.'s Une ou des envies de voyages?
  • Wargame's Wargame et scénario
  • NVAR Lions Club's Travel

Calendars

  • Calendrier
  • Club des esprits aventureux's Calendrier de l'Avent
  • NVAR Lions Club's Events

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


AIM


MSN


Website URL


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Lieu


Mes centres d'intérêts

Found 5 results

  1. L’insigne de sous-marinier Porté sur le côté droit au-dessus de la poche de poitrine, l’insigne de sous-marinier, dans sa forme actuel, a été conçu en 1946. Il a évolué à plusieurs reprises jusqu’en 1974 où 3 niveaux ont été fixés : Le niveau élémentaire est attribué au personnel non officier possédant le certificat élémentaire de sous-marinier et au personnel officier possédant le certificat de connaissances générales du sous-marin. Il comporte une rose des vents argentée et un sous-marin en métal doré. Le niveau supérieur est attribué personnel non officier titulaire du certificat supérieur de sous-marinier et au personnel officier titulaire du certificat d'aptitude à la navigation sous-marine. Il se distingue de par un glaive à la lame argentée et à la poignée dorée. Le niveau commandant est attribué aux commandants et anciens commandants de sous-marins. L’insigne est alors composé de deux glaives entrecroisés aux lames argentées et aux poignées dorées. (Source : Marine Nationale - Emmanuelle Mocquillon/Charles Wassilieff/Lisa Bessodes)
  2. Décès de l’Amiral François Dupont (1947 - 2022) La cérémonie des obsèques aura lieu le jeudi 13 octobre à 10h30 en l'église Saint-Germain-des-Prés, 3 place Saint-Germain des Prés, 75006 Paris L'amiral François Dupont a été sous-marinier pendant plus de vingt ans. Il appartenait à la promotion 1968 de l'Ecole Navale. Sa première affectation a été le Patrouilleur Croix du Sud à Dakar. Il rallie les forces sous-marines en 1973 pour embarquer sur les sous-marins Amazone, puis Daphné et Junon. Commandant en second du sous-marin nucléaire lanceur d'engin "Le Terrible" avant sa refonte, il est affecté en 1987, à l'Etat-Major de la Marine dans le bureau chargé de la construction des sous-marins nucléaires d'attaque et du sous-marin lanceur d'engin "Le Triomphant". En 1991, il prend le commandement du Triomphant jusqu'en 1995. Il rallie Cherbourg le 18 avril 1991 pour prendre le commandement du TRIOMPHANT. Après avoir suivi l'achèvement de ce sous-marin, il le conduit pour ses essais à la mer de mai 94 à juin 95. Il quitte le commandement du TRIOMPHANT le 23 août 1995 pour être admis comme auditeur au Centre des hautes études militaires (CHEM) et à l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN 48ème Session Nationale). En août 1996, il est affecté à l'Etat-major des armées au bureau Etudes et stratégie militaire générale. Le 1er août 1999, il est nommé contre-amiral et désigné à la Délégation générale pour l'armement comme adjoint au directeur des relations internationales, chargé de la sous-direction « Moyen-Orient - Méditerranée - Pakistan ». Le 18 juin 2001, il est nommé chef de cabinet du chef d'Etat-major des armées. Le 1er avril 2002, il est nommé vice-amiral. Le 1er août 2002, il est nommé chef du cabinet militaire du ministre de la Défense, Michèle Alliot-Marie. Le 1er décembre 2002, il est élevé au rang et appellation de vice-amiral d'escadre. Le 1er septembre 2005, il est nommé directeur de l'Institut des hautes études de défense nationale, de l'Enseignement militaire supérieur et du Centre des hautes études militaires. Le 1er septembre 2007, il est nommé Inspecteur Général des Armées et élevé au rang et appellation d'amiral. L'amiral François DUPONT est ingénieur en Génie atomique. Il est Grand Officier de la Légion d'honneur 300 mètres carrés, 111 hommes, 70 jours sous la mer : bienvenue à bord d'un SNLE, c'est-à-dire d'un sous-marin nucléaire lanceur d'engins, seigneur des océans. Monstres d'acier, cathédrales de silence, les sous-marins rôdent sous les flots, veillant sur nous et notre sécurité, et nous n'en savons rien. Pourtant bien des choses se passent au fond des eaux, et la vie à bord est tout sauf ennuyeuse. Elle obéit à des règles, une discipline stricte et sereine, des rituels, des loyautés et des amitiés qui ont le goût de l'aventure et sans lesquelles peut-être risquer leur vie aurait moins de sens pour ces hommes. Sous-marinier pendant plus de vingt ans, l'amiral François Dupont nous emmène à bord du bateau qu'on lui a confié, immergé avec les hommes dont il a la responsabilité, pour, le temps d'une traversée, partager avec nous la beauté de ce métier où s'incarnent à chaque instant le sens de l'engagement et la notion du devoir. A bord de tous les bateaux de la marine, comme à bord de tous les bâtiments de combat du monde il y a les hommes de la passerelle et ceux de l’arrière, les hommes des machines. Il y a ceux qui sont en grande tenue et qui donnent les ordres et ceux qui dans la chaleur des chaudières font tourner les hélices. Il y a au fond de la cale les bouchons gras et sous le ciel les intellectuels. Quiconque a vu ce merveilleux film qu’est Le Crabe-tambour se rappelle la figure du chef mécanicien joué par Jacques Dufilho qui considère que ce n’est pas Jean Rochefort le commandant mais bien lui puisque sans lui les hélices … Débat éternel qui se prolonge même à l’heure de la propulsion nucléaire, alors que les chaudières suffocantes ont disparu, que l’informatique est aussi indispensable au réacteur qu’elle l’est aux turbines ou aux usines à oxygène qui à bord des sous-marins permettent à l’homme de respirer pendant les 70 jours que dure une patrouille sans voir le soleil. Et pourtant cette fierté de ceux de l’arrière subsiste, qui pour rien au monde ne laisseraient leur place. Quant à ceux de la passerelle qui donnent le cap, ils sont bien heureux que ceux de l’autre clan répondent dans la seconde à l’ordre venu d’en haut. Rivalité ? Non car de la passerelle aux hélices c’est le même bateau, c’est la même mission, c’est le même équipage et aucun des membres de cet assemblage humain ne doit manquer. Des egos ? Pour servir qui ou quoi ? On est à des milliers de milles nautiques de la terre, personne ne nous voit. L’autorité, oui. Pas l’autoritarisme, l’autorité, la vraie, la plus belle des vertus lorsqu’elle s’exerce à bon escient, au bon moment, dans le respect de ce qu’est l’autre. L’autre où qu’il se place dans l’organigramme. Et quand survient la crise, quand l’avarie met en péril le bateau que l’on croyait d’un acier si résistant, alors on a besoin de chacun. Et « chacun » est peut-être le plus humble qui, lui, aura la solution, une solution à laquelle même les intellectuels de la passerelle n’avaient pas pensé. Encore faut-il que ce plus humble soit reconnu, voire gratifié, que l’on donne toute leur valeur aux responsabilités qui lui ont été confiées. Quand la mer est belle car c’est par beau temps que se forge la confiance et quand la mer se fâche car c’est encore lui qui sait. Le bateau, la mission, l’équipage, trois acteurs indissolublement liés. Pour le meilleur et si possible loin du pire. Le bon commandant est celui qui sait à tout instant faire de la solidité du bateau, de l’importance de la mission et de la force de l’équipage ses atouts maitres. - Eloge de l'autorité | François DUPONT | TEDxLaBaule - Amiral François Dupont : "70 jours sous la mer" (Conférence AGORA) - Dialogues avec François Dupont er aussi : https://www.facebook.com/watch/?v=2614890975272631 J'ai eu l'honneur de servir sous ses ordres de juillet 1992 à juillet 1994 à bord du Triomphant, c'était un officier à l'écoute de son équipage, accessible à tous. J'ai perdu "mon" Commandant, mais il continuera de vivre dans ma mémoire et dans celles des nombreux marins qu'il a côtoyé. Bon vent, bonne mer Amiral
  3. La semaine dernière la marine indonésienne reconnaissait la disparition de son sous marin KRI Naggala 402, le monde de la mer, les marins et la sous marinade ne peut que s'associer à la peine et à la douleur des familles. Cet évènement n'est pas sans rappeler la disparition du sous marin argentin. Ce document de l’armée indonésienne pris le 20 février 2019 et publié le 21 avril 2021 montre l’équipage et les officiers lors d’une cérémonie à bord du sous-marin indonésien de classe Cakra KRI Nanggala 402 à la base navale de Surabaya. L’armée indonésienne a déclaré qu’elle était à la recherche du sous-marin avec 53 membres d’équipage à bord après avoir perdu le contact avec le navire lors d’exercices navals au large des côtes de Bali sur Avril 21, 2021. (AFP/Handout) This article was published in thejakartapost.com with the title "Marine indonésienne dit disparu KRI Nanggala 402 coulé". Click to read: https://www.thejakartapost.com/news/2021/04/24/indonesian-navy-says-missing-kri-nanggala-402-submarine-sank.html?fbclid=IwAR1hs-Ddytdl9asFgDZypA00xsas3VAPq9qNa2oufwJ72sueCiBTaS7jrRQ. Download The Jakarta Post app for easier and faster news access: Android: http://bit.ly/tjp-android iOS: http://bit.ly/tjp-ios
  4. Si vous allez à Nantes faite le détour vers Saint Nazaire, vous pourrez y découvrir prés de l'ancienne base sous marine des U-Boots allemands ( où d’ailleurs je vous invite à pénétrer et faire la visite de " l'escale Atlantique ", c'est sympa et bien fait ). Dans l'ancienne écluse fortifiée de la base sous marine vous pourrez découvrir L'Espadon. Le sous-marin Espadon a été construit, dans les années 50, sur le modèle des grands sous-marins allemands, les fameux U-Boote. Pendant la visite il sera toujours question de voyages –pendant sa carrière, le sous-marin a parcouru l’équivalent de 14 fois le tour de la terre !- mais vous serez loin du prestige des grands paquebots. Au milieu des innombrables manettes, boutons et témoins, l’espace de vie des sous-mariniers était singulièrement réduit, à tel point qu’il n’y avait que deux couchettes pour trois hommes d’équipage ! Le « plus » de la visite : la découverte de l’univers sonore sous-marin… étonnant ! (Environ une demi-heure de visite audio-guidée). Depuis qu’il a été désarmé et cédé à la Ville de Saint-Nazaire, il y a trente ans, l’Espadon est amarré dans l’écluse fortifiée du port de Saint-Nazaire. Vous allez le parcourir d’un bout à l’autre, le long de la coursive principale -bien étroite par endroits- et découvrir un patrimoine maritime exceptionnel. Banette chaude et oreilles d’or Les commentaires de votre audioguide vous disent tout sur les espaces de vie de l’équipage et le principe de la « banette chaude », la responsabilité du poste de pilotage, les bruits et la chaleur des moteurs diesel, le travail des « oreilles d’or »… La visite idéale pour : S’imaginer plonger dans les profondeurs des océans, partir en expédition sous-marine au-delà du Cercle Polaire, pendant de longues semaines ; Découvrir comment 65 hommes d’équipage pouvaient cohabiter dans si peu de place ; Ecouter pour la première fois le bruit d’un banc de crevettes ou celui d’un iceberg qui se casse en deux. Construit par les Chantiers Augustin Normand du Havre, l’Espadon a été mis en service en 1960. Long de 78 m, ce sous-marin pouvait plonger pendant 5 à 6 jours. Ses moteurs électriques (ce n’est pas un sous-marin nucléaire) lui assuraient une vitesse maximale de 16 nœuds en surface et 18 nœuds en plongée, soit environ 29 et 32 km/h. Pendant ses 25 années de service, il a passé 2 561 jours en mer et 33 796 heures en plongée, il a parcouru 360 547 milles marins, soit l’équivalent de 17 fois le tour de la terre. Témoin de la guerre froide, il n’a jamais été engagé dans un conflit militaire, et les impressionnants lance-torpilles (que vous voyez à la fin de votre visite) n’ont servi que pour des exercices. Escal’Atlantic, le sous-marin et l’Ecomusée sont ouverts 7 jours sur 7, de 10 h à 19 h. Dernière entrée : 1h30 avant la fermeture pour Escal’Atlantic, 45 minutes pour l’Ecomusée, 30 minutes pour le sous-marin. Notre conseil : venez visiter le matin, pour plus de tranquilité. Pas de réservation, pour tout renseignement appelez le 0 810 888 444 (N° Azur, tarif local depuis un poste fixe).
  5. Le Chef d’État Major de la Marine à Itagaí pour le lancement du Riachuelo, premier Scorpène construit au Brésil, avec le PM Sébastien, inséré dans les forces sous-marines brésiliennes, artisan quotidien de notre partenariat stratégique. ( Source : compte Twitter CEMM ) La Marine brésilienne a mis à l’eau, ce vendredi, le Riachuelo, le premier d’une série de quatre sous-marins Scorpène commandés à la France et construits au Brésil. Un contrat de 6,7 milliards d’euros remporté par le groupe français DCNS (aujourd’hui Naval Group), en 2009. Il prévoit la conception et le transfert de technologie de quatre sous-marins Scorpène, ainsi que l’assistance à la conception et à la réalisation du premier sous-marin à propulsion nucléaire du Brésil (hors chaufferie nucléaire). Le Riachuelo commencera les essais en mer en 2019 pour une livraison en 2020. Il sera suivi d’ici à 2024 par les Humaita, Tonelero et Angostura, en cours de construction. 14 Scorpène sont aujourd’hui en service opérationnel ou en construction, pour la marine chilienne (2 unités), la marine malaisienne (2 unités), la marine indienne (6 unités) et la marine brésilienne (4 unités) ( Source : Le Télégramme du 14 décembre 2018 )
×
×
  • Create New...