Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'snu'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • La vie du forum
    • Ma présentation
    • Membres
  • Actualité et débats
    • Relations internationales
    • Politique de défense française
    • Histoire
    • Matériel et innovation technologique
    • Evenements et rendez vous
  • Le parcours pour s'engager
    • JDC / PM
    • CIRFA
    • CSO
    • Lettres de motivations.
    • SMV
  • Les écoles
    • Armée de l'Air
    • Armée de Terre
    • La Marine Nationale
    • La Gendarmerie
    • Lycées de la Défense
  • Armées Françaises
    • Armée de l'Air
    • Armée De Terre
    • Marine Nationale
    • Gendarmerie Nationale
    • Services Inter Armées
    • Forces Spéciales
    • Réserve
    • Musique, aubade, fanfare, bagad...militaire
  • La reconversion
  • Etre militaire, ses proches, après l'armée
  • A l'Internationale
  • Traditions, uniformes, insignes, décorations...
  • Club des esprits aventureux's Sujets
  • Club voyage et joies simples.'s Une ou des envies de voyages?
  • Wargame's Wargame et scénario

Calendars

  • Calendrier
  • Club des esprits aventureux's Calendrier de l'Avent

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


AIM


MSN


Website URL


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Lieu


Mes centres d'intérêts

Found 2 results

  1. RETEX - SNU 2019 Bonjour à tous, Je vais vous faire un retour d'expérience de mon Service National Universel au Puy de Dôme s'étant déroulé du 16 au 28 Juin. Tout d'abord quelques mots importants, la taille de ce récit vous décourage peut être mais, lisez vraiment ce récit il est marquant et j'ai pris beaucoup de temps pour vous l'écrire, tout ce que j'ai rédigé sort du coeur, et je n'oublierai jamais de ma vie ce Service National Universel qui restera à jamais gravé dans le coeur, merci et bonne lecture. 1A - Le Transport : Nous avons été transporté par voie ferroviaire à 8h41, nous étions organisés par groupe (chaque groupe en direction du département d'affectation), nous étions 8 avec un moniteur qui lui était Réserviste en Gendarmerie, qui était vraiment super sympa merci à lui, et nous avons eu le droit pour le premier trajet Direction Paris avant la correspondance a un TGV de très bonne qualité, propre, équipé WIFI et Prises 320V et aussi un bar-snack dans un vagon spécialisé. Puis nous avons eu une correspondance en TER plutôt correct avec de la WIFI une fois de plus, pour redescendre à la Gare de Clermont-Ferrand, arrivés a 19h47 avec aucun retard, impressionnant pour la SNCF. Je suis satisfait de ce premier aller, mais parcontre ce qui est très bète, c'est d'être tous montés à Paris, pour redescendre à Clermont Ferrand, au lieu de prendre une ligne directe.. 1B - Le Transport : Une fois arrivé en Gare de Clermont-Ferrand a 19h47, on a été pris en charge vingt minutes après par un bus pour nous transporter jusqu'au centre du Puy de Dôme, situé à Orcines à 9,2 Kilomètres de Clermont-Ferrand. Nous étions les derniers arrivés avec un autre département, tous les autres départements étaient déjà arrivés depuis quelques heures. 2 - L'Intégration au Centre SNU : Au centre il y a 3 Compagnies (1, 2, 3) et plusieurs maisonnées de 14 réparties en deux chambres de 7 par compagnie. 30 minutes après notre départ en bus, nous arrivons sur le site SNU, et on nous a dit d'aller directement manger au réfectoire étant donné qu'il était déjà plus de 21Heures, puis de s'inscrire et aller à la chaine d'habillement. Environ 22Heures : Après avoir mangé correctement même si ce n'est pas forcément très bon, pour s'inscrire, sauf que là le début du calvaire commence, mes camarades et moi même commençons à nous dire que c'est mal organisé, et ça va se confirmer pendant tout le séjour, mais surtout maintenant. Nous avons attendu plus d'une heure piquets plantés devant la salle d'inscription car le débit était trop lent, cette salle était composée de 5 organisateurs et d'un ordinateur, donc le débit était d'environ : Un inscrit/4-5 minutes. (On était la moitié du centre donc 70 à s'inscrire en même temps) Environ 23Heures : Vient notre tour, ils nous affectent chacun avec un : Numéro de Compagnie et de Maisonnée. J'étais C1 - M1 (M11), qui signifie Compagnie 1 - Maisonnée 1, aucun de mon département était avec moi dans la maisonnée, on m'indique d'aller directement à la maisonnée m'installer car la chaîne d'habillement est débordée (oh quel hasard) 23H05 : Je m'installe dans la maisonnée, et je découvre mes futurs bros pour les 12 jours à vivre ensemble (car ils vont le devenir, une forte cohésion s'est installée entre nous tous) 23H15 : Je vais à la chaîne d'habillement, j'attends encore des dizaines de minutes puis c'est à moi je choisi mes tailles (je prends ce qu'il reste..), je fais du 47 en pointure, hélas il n'y avait plus de 47 ça veut dire que les tailles n'ont pas étés respectées et qu'il y a encore un problème d'organisation, je dois prendre du 46, elles me serrent et ne me vont pas mais je me les porte au risque de me faire mal au pied. Minuit : Je rentre avec tous les vêtements, et je me couche. Sur cette photo on peut distinguer l'armoire, le lit et l'étagère avec un néon en dessous, chaque volontaire possède ceci. Dans cette maisonnée il y a une salle de bain (4 Douches individuelles et 4 lavabos), des toilettes (3 WC individuels et deux urinoirs) Seulement.. c'est bien beau de montrer que tout va bien devant Mme.Darrieussecq (Secrétaire d'Etat au Ministère des Armées), mais tout n'est pas tout beau tout rose.. En effet, plusieurs prooblèmes sont à déplorer : - Les néons sont parfois HS, les portes de certaines armoires tiennent sur une charnière. - A la douche au bout de 20mn d'eau chaude, le ballon d'eau chaude est vidé, donc il faut attendre 30mn avant qu'il se remplisse, donc pour se doucher soit tu speedrun en arrivant le soir à 22h (car oui nos journées se terminaient à 22h) soit tu te douche le lendemain. On est 14, si chacun met 5mn ça fait : 1h10, donc impossible. Malgré tout, on était bien logés. 3 - Les Premiers Jours : (Le Lendemain) Nous avons eu un tuteur génial il s'appelait Erwan, enfin il était déjà là hier soir mais nous ne l'avons pas trop vu, étant donné que nous étions tous occupés (il dormait avec nous dans la maisonnée, il avait une chambre séparée pour lui tout seul) Pour tous se rencontrer, nous nous sommes placés en rond et on s'est présentés tour à tour, puis nous sommes descendus au City c'est un super terrain de basket fermé dans le centre, nous avons fait un basket tous ensemble, nous nous sommes amusés et nous nous sommes bien marrées. Rapidement les leaders se sont révélés dont moi, et un groupe fort s'est formé, bon je vous cache pas qu'il y avait quand même quelques coincés, mais au fur et à mesure des jours ils se sont sociabilisés, sûrement car ils étaient plus rassurés, c'est pas facile pour tout le monde et c'est ce genre de séjours qui vont les aider à progresser, sur ça le SNU marque un point. 4 - Amitié et Sociabilité : Je me suis fais personnellement d'autres amis et amies dans d'autres Maisons et Compagnies des amis et amies qui ont marqué le coup et que je n'oublierai jamais, nous avions tous l'impression de s'être déjà vus quelque part, c'est assez étrange et perturbant, je n'oublierai jamais ces moments forts que nous avions partagés ensemble, et encore une fois le SNU marque un point. Ce Service National Universel m'a apporté une confiance en moi pour me sociabiliser avec des filles, qu'on a pas forcément en réalité, j'étais vraiment plus à l'aise, et ces filles sont différentes de la réalité, elles ont souvent les mêmes passions que nous, font presque toutes du sport et sont rayonnantes toutes autant qu'elles sont. Ces moments forts que nous avons vécu, resteront à jamais gravé dans le coeur ! 5 - La Vie Sur Le Camp : *Ordre du Jour : L'ordre du jour, c'est un rassemblement de toute notre maisonnée devant celle-ci à 6h45, où le tuteur nous donne le programme de la journée entière.* *Levé des Couleurs : C'est un rassemblement de tous les volontaires du centre SNU avec la tenue complète et propre, devant la place d'armes avec un drapeau de la République Française où nous chantons la marseillaise, un volontaire sera désigné pour y donner le ton de la marseillaise (j'y ai donné le ton 5 ou 6 jours et surtout à la cérémonie de cloture du SNU le 27Juin à 18Heures) tout le monde se tait, et le désigné chante les premières paroles avec du coffre et une voix grave : "Allons enfants de la patrie, le jour de gloire est arrivé" ensuite la cohorte prend le relais pour la suite* *Services : Le service s'éffectue à 18h après les activités et chaque maisonnée a un service par jour (Installation de chaise dans une salle, ranger une salle, ramasser des papiers dans le camp, etc..) Les journées étaient chargées, et très longues, surtout quand les activités journalières étaient théoriques, voir trop théoriques (cf.6-Activités) Levé - 6H30 || Ordre du jour - 6H45 || Petit Déjeuner en Maisonnée - 6H50 || Mise en place du levé des couleurs (alignement dans les rangs) - 7H30 || Levé des Couleurs - 8H00 || 8H00 - 12H15 - Activités || Déjeuner du midi - 12H30 || 14H00 - 18H00 > Activités || 18H - 18H30 > Services || 18H30 - Remise des Téléphones || Repas du Soir - 19H30 || 20H15 - 22H00 > Activités du Soir 22H30 -> Exctinction des Feux et Ramassage des Téléphones || 23H00 -> Tout le monde doit dormir. (Contrôle par le tuteur, qui sort souvent la nuit pour discuter avec les autres tuteurs et cadres) 6 - Activités : Les activités étaient très variées au niveau du ratio : Sport/Théorique dans notre centre (C'est différent en fonction du centre) on était sur du 10% de Pratique ou de Sport et 90% d'Interventions Théoriques. Interventions Théoriques : A mes souvenirs nous avons eu : Défense et Sécurité, la Mémoire, la Sécurité Sociale, la Sécurité Routière, le Code de la Route, la Banque de France (Comment gérer son budget), Culture du Patrimoine, L'Europe et sa Politique, Le Développement Durable, j'y ai cité les meilleures pour moi, mais certaines étaient vraiment lourdes et non-dynamiques. Interventions Pratiques & Sport : Culture Musicale (Nous devions danser sur de la musique, vraiment c'était une magnifique expérience !) || Course d'Orientation (Le jour où passait Mme.Darrieussecq oh quel hasard) || Randonnée au Puy de Dôme (Chronométrée 2H47) || Sensibilisation aux Gestes qui Sauvent. Mais sinon aucune réelle activité physique comme du footing, des pompes, des abdominaux, pas de parcours du combattant, si vous vous attendiez a du sport un peu comme au Service Militaire et bah pas dutout.. je trouve ça honteux ! Anecdote Marrante : Notre tuteur avait fixé la règle les derniers jours avant la fin que si quelqu'un parlait encore après s'être couchés il irait faire des tours de terrain et de la chaise en punition, on avait une maisonnée assez sportive, donc en manque de sport, un soir nous avions fait exprès de se faire remarquer pour faire du sport, et on l'a eu notre punition au total : 15mn de chaise || 15 Tours de 300m || Des dizaines de pompes || du Gainage des Pompes & Abdos a volonté, on a été servi pour une fois, et on le regrette pas, c'était vraiment cool, on avait une forte cohésion car d'autres camarades de la maison s'y sont rajoutés même en ayant rien fait pour la cohésion mais aussi pour le sport. 7 - La Journée du Malaise : Donc pour éclaircir ce qu'il s'est passé, lors de la cérémonie du 18 Juin (Appel de Général de Gaulle), j'ai vu devant moi un volontaire du centre tomber dans les pommes : Il faisait chaud c'est vrai, et nous étions debout piquets plantés depuis un bon moment (20mn au moins). Tout allait bien lorsque tout à coup un volontaire se met directement à tomber en avant sur le camarade qu'il avait devant, puis il retombe d'un coup sec comme une planche en arrière sur le dos, directement il est extirpé et pris en charge par les responsables. ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ La cérémonie se termine et nous passons de l'autre côté sur une zone d'herbe, pour que les élus mangent un petit apéritif et nous notre goûter car ils se sont rendus compte que ça allait pas pour quelques personnes. Car entre temps que nous descendions sur cette zone d'herbe, 3/4 volontaires chutent à leur tour, alors les 8 JSP et Sapeurs-Pompiers Gradés présents à la cérémonie portent secours à ces victimes. Mais plus le temps passe, plus les malaises s'enchaînent, j'ai compté environ une quizaine de volontaires victimes d'un malaise, sans vous mentir, je pense que c'est car je suis habitué à faire du sport sous le soleil (car oui souvent je sors faire des longs footings sous temps caniculaire) je n'ai rien ressenti et pas un signe de faiblesse je vous avoue que pour des personnes pas très fortes physiquement avec la chaleur et le fait de rester debout un moment ça devait être dur, j'ai même aidé à porter secours avec un camarade de ma maisonnée avec qui j'ai noué des liens forts et restera aussi gravé dans le coeur à tout jamais. Mais donc c'est là que je trouve que l'organisation est mauvaise, à mon sens il aurait été plus judicieux de donner le goûter avant la cérémonie pour avoir des forces et ne pas flancher. Certains personnes ont continué à faire des malaises pendant le séjour, et même sans effort physique, une fille qui était habituée à faire des malaises a fait un malaise dans le bus du retour de l'activité Parcours Républicain*, elle était inconsciente pendant de longues minutes avant de reprendre ses esprits mais elle est retombée 7fois en essayant de se relever, longue histoire, j'ai trouvé que c'est dangereux pour elle qu'elle reste. *Parcours Républicain : C'était une journée mobile à pieds en groupe de 40/50 à Clermont-Ferrand, environ où nous avions découvert le Tribunal de Grande Instance, la Préfecture et le Conseil Départemental.* 8 - Cérémonie de Cloture : Nous avons eu une cérémonie avec les principaux élus du Puy de Dôme dont notamment Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc qui est la préfète du Département et qui s'est déplacée pour nous rencontrer un bon nombre de fois. J'y ai d'ailleurs lancé le ton de la marseillaise un moment fort de discipline, de rigueur et de fierté. Nous avons reçu notre diplôme qui nous a été remis par un élu différent pour chaque rangée. En Conclusion Existentielle : C'était vraiment ÉNORME ! Malgré les quelques soucis existants, on s'y est tous plus et on s'est fait des amis et amies en or qu'on n'oubliera jamais. On a vraiment vécu des moments chiants, mais on les a vécus ensemble et c'est ça la différence, on a pu se soutenir comme se réveiller tous les jours à 6H, être cadrés millimètre par millimètre et bien d'autre encore, et bien les vivre ensemble ça change tout, on en parlait tous les soirs en se couchant, on vivait des moments de cohésion forts, et on a vraiment tous aimé. Et ce jour fatidique arriva, le DÉPART, quelle horreur de vivre ce moment si fort, plusieurs bus partaient dans la journée pour nous conduire à la gare, les premiers partaient à 7h les derniers à 17h, malheureusement je suis parti à 7h au premier bus. Et je peux vous assurer que ce moment de départ avec tous vos camarades du centre qui chialent devant vous c'est marquant et ça forge le futur adulte, je me suis fais beaucoup d'amis et amies comme dit plus haut, et ça été un réel coup de massue quand le bus a commencé à avancer et eux qui restent sur la terre ferme tristes à nous voir partir, j'ai réussi à dire aurevoir à tout le monde mais on a tous manqué de temps pour leur dire réellement aurevoir à toutes ces personnes magiques et magnifiques toutes autant qu'elles sont, heureusement on garde contact par réseaux sociaux, mais c'est alors là qu'on se dit comment on fait nos générations antérieures quand au Service Militaire qui durait beaucoup plus longtemps où là l'amitié était encore plus forte, mais comment ont-il fait pour se quitter ça a du être encore plus dur car ils n'avaient pas de téléphones pour se recontacter. En clair, c'était une expérience magique à vivre, c'est au moment du départ que nous nous sommes tous rendus compte de la chance que nous avons eu d'avoir participé à la première édition du Service National Universel. Merci encore pour TOUT, si on me demanderait de le refaire ça serait avec plaisir. Merci d'avoir lu mon roman de 48pages, je voulais vraiment témoigner de mon expérience et j'encourage vraiment tous les jeunes qui seront forcés dans deux ans ou ceux qui se demandent si ils le feront dans la deuxième édition volontaire encore l'année prochaine, et bien je vous dis : FONCEZ ! VOUS ne risquez absolument RIEN et vous allez vous développer mentalement, vous resortirez de ce SNU la tête HAUTE et FIERE de vous ! Merci à tous. 😉 Florian
  2. Ça y est le projet prend forme et va voir le jour : 03.03.2019 Le SNU sera lancé le lundi 4 mars, à Évreux Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Gabriel Attal, lancera la campagne de recrutement du futur "Service national universel" demain lundi, dans l’Eure. Près de 2 000 jeunes suivront le SNU dès cette année, du 16 au 28 juin. Cet entretien avec mon confrère Stéphane Vernay est paru ce matin dans Dimanche Ouest-France. À quoi ressemblera le futur « Service national universel » ? Il se fera en deux phases, une obligatoire et une facultative. La phase obligatoire sera divisée en deux périodes de quinze jours : deux semaines de cohésion en hébergement collectif pour commencer, puis deux semaines de mission d’intérêt général, auprès d’une association, d’une collectivité ou d’un corps en uniforme, type pompiers, police, gendarmerie, armée… La phase facultative se fera sous forme d’un volontariat de trois mois dans un dispositif existant, comme le service civique, le service sanitaire, la garde nationale ou les jeunes sapeurs-pompiers volontaires. Qui le fera, et quand ? À terme, tous les garçons et les filles l’année suivant la classe de troisième. Les deux semaines en hébergement collectif, qui vont débuter pour 2000 jeunes dès le mois de juin, comprendront un bilan de santé et de maîtrise de la langue française, des activités de plein air, des moments autour des valeurs de la République, des questions d’environnement et des formations à la sécurité civile : gestes qui sauvent, réaction à un accident, une catastrophe, un attentat. Ils feront tout cela dans leur région d’origine ? Non, pas pour cette première partie en hébergement collectif. Un des principes du SNU est de retrouver le creuset républicain qui était visé autrefois par le service national, recherchant la mixité sociale et la cohésion des territoires. Nous voulons préparer les jeunes à vivre dans une société dans laquelle les risques ont évolué, les encourager à s’engager et leur faire découvrir de nouveaux horizons. D’où l’obligation de faire ces quinze jours loin, au contact de camarades qui viendront de toute la France. Ce sera différent pour les 15 jours de mission d’intérêt général, qui pourront être répartis sur plusieurs semaines et seront à faire au sein d’une structure près de chez soi. Les jeunes recevront plusieurs propositions de missions et de structures d’accueil dans cette phase-là. Ils pourront faire le choix de leur engagement. Qui est concerné par le test de juin que vous évoquez ? 150 à 200 jeunes qui se porteront volontaires dans treize départements pilotes. Dans l’Ouest, cet hébergement aura lieu au lycée Lesage de Vannes (Morbihan), au lycée professionnel Olivier-Guichard de Guérande (Loire-Atlantique) et dans trois établissements, les lycées Senghor, Aristide Briand et le lycée horticole d’Évreux (Eure). J’ai demandé aux préfets et aux recteurs d’académie concernés de dresser le profil de la jeunesse de chacun de ces départements de façon à ce que ces premiers groupes soient représentatifs, en termes de milieu social d’origine, de jeunes en situation de handicap, en apprentissage ou en décrochage scolaire. Vous aurez suffisamment de candidats pour cela ? J’en suis persuadé. C’est même l’inverse que je redoute. Les premières remontées montrent que les jeunes sont très, très intéressés. Les filles, notamment, sont très demandeuses. Qu’est-ce qui les motive ? Les formations de protection civile, l’envie très forte de rencontrer d’autres jeunes, de milieux sociaux différents, d’autres régions… Qui assurera les formations ? Des experts dans chacun des domaines concernés : Croix-Rouge, pompiers, éducateurs spécialisés… L’encadrement des centres, organisés en maisonnées de 10 jeunes, sera assuré à la fois par des professionnels volontaires de l’Éducation nationale et des militaires, à raison d’un adulte pour cinq jeunes, ce qui assure un encadrement très élevé. Il a été dit qu’ils porteraient un uniforme ? Je préfère parler de « tenue commune » plutôt que d’uniforme. Nous avons lancé un challenge auprès de treize lycées dotés d’une filière mode ou design, en leur demandant d’imaginer un ensemble qui comportera les couleurs tricolores, les symboles et la devise de la République. Nous réunirons un jury la semaine du 24 mars, au ministère, pour choisir. Il sera composé de quatre personnalités, dont une jeune lycéenne d’Angers, membre du conseil national de la vie lycéenne. La tenue sera disponible dès juin ? Oui, et elle sera donnée aux jeunes, qui seront invités à la conserver. Je voudrais qu’ils puissent l’utiliser en cas de crise, de façon à être identifiés tout de suite comme des gens formés aux premiers secours, capables de participer. Elle pourra également être portée lors des cérémonies patriotiques. Que chercherez-vous à évaluer lors du test de juin ? Nous voulons nous assurer que nos organisations fonctionnent, que le système d’affectations est bon, que le taux d’encadrement est adapté, nos modules d’enseignement efficaces. Nous évaluerons également l’intérêt de ces quinze jours pour les jeunes, pour voir si c’est bien facteur de cohésion et si ça leur ouvre de nouvelles perspectives, notamment en ce qui concerne les jeunes décrocheurs. Quand étendrez-vous le dispositif à toute la France ? Un premier rapport sur la question nous a suggéré de le faire progressivement pour un déploiement complet en 2026, mais je voudrais aller plus vite. Si toutes les conditions matérielles et de sécurités étaient bien réunies, nous pourrions accélérer et tenter de le faire d’ici à 2022 ou 2023. Dès l’année prochaine, tous les départements accueilleront 150 à 200 jeunes volontaires. Nos treize départements pilotes continueront aussi, mais avec des effectifs en augmentation. À terme, il y aura 800 000 jeunes à former chaque année. Combien tout cela coûtera-t-il, une fois le SNU pleinement déployé ? Les estimations sont en cours, mais nous pensons être en deçà de 1,5 milliard par an. Ce sera très, très en deçà des estimations alarmistes qui chiffraient la proposition d’Emmanuel Macron à 7 milliards. Et il faut voir le SNU comme un investissement. En faisant le bilan de santé de chaque jeune, nous pourrons détecter des maladies à un stade précoce et en prévenir le développement. Le SNU aidera également à réduire le nombre de décrocheurs. Il y en a 3 millions aujourd’hui, à raison de 100 000 nouveaux par an, sachant que le coût moyen de prise en charge pour chacun est estimé à 230 000 €. À moyen et à long terme, le SNU se traduira par des économies. Dans un autre registre : les jeunes participent-ils au Grand débat en cours ? Les inquiétudes que nous avions se sont éloignées : ils se sont mobilisés grâce aux rendez-vous organisés pour eux, par les MJC, les Jeunes chambres économiques, les maisons des lycéens, le collectif Animafac et de multiples initiatives lancées sur Internet. Je réunirai tous ces collectifs au ministère mercredi prochain pour échanger sur les premières remontées. Vous avez vous-même participé à des réunions. Qu’avez-vous observé ? J’en ai suivi une vingtaine, effectivement. J’ai surtout entendu des préoccupations liées aux conditions de vie des jeunes, notamment en matière de mobilité et de pouvoir d’achat. L’avenir de la planète et l’environnement étaient également des thèmes très présents dans les échanges. Que pourriez-vous proposer en réponse à cela ? Je commence à avoir quelques idées. Sur le pouvoir d’achat, la réflexion s’ouvre sur le revenu universel d’activité aux jeunes. Prévu dans le cadre du plan pauvreté, il permet de regrouper plusieurs aides en une seule, et donc d’obtenir toutes celles auxquelles vous avez droit. Mais les jeunes ne font pas partie du dispositif, alors qu’ils sont nombreux à ne pas demander toutes les aides auxquelles ils peuvent prétendre. Je regarde aussi du côté de la prime d’activité, dont les étudiants ne peuvent pas bénéficier. Il faut travailler à plus de 78 % d’un temps plein pour la toucher. Nous pourrions l’ouvrir aux jeunes qui travaillent à mi-temps, ou à tiers-temps. Et sur la mobilité ? J’avance beaucoup sur le sujet du permis de conduire. Il a déjà été décidé que les jeunes auront un module de formation au Code de la route pendant la phase obligatoire du SNU, et que nous leur fournirons un accès gratuit à une plateforme internet qui leur permettra de s’entraîner. Nous leur paierons ensuite le passage du code, sans doute dans la foulée de la mission d’intérêt général. Et nous étudions la possibilité d’étendre cette prise en charge à la conduite pour ceux qui suivront la phase volontaire du SNU. ( Source : Ligne de Défense )
×
×
  • Create New...

Important Information