Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'renseignement'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • La vie du forum
    • Ma présentation
    • Membres
    • Support du forum
  • Actualité et débats
    • Relations internationales
    • Politique de défense française
    • Histoire
    • Matériel et innovation technologique
    • Evenements et rendez vous
  • Le parcours pour s'engager
    • JDC / PM
    • CIRFA
    • CSO
    • Lettres de motivations.
    • SMV
  • Les écoles
    • Armée de l'Air
    • Armée de Terre
    • La Marine Nationale
    • La Gendarmerie
    • Lycées de la Défense
  • Armées Françaises
    • Armée de l'Air
    • Armée De Terre
    • Marine Nationale
    • Gendarmerie Nationale
    • Services Inter Armées
    • Forces Spéciales
    • Réserve
    • Musique, aubade, fanfare, bagad...militaire
  • La reconversion
    • Après l'armée et la reconversion
  • Etre militaire, ses proches, après l'armée
    • Familles de militaires
    • Calendrier d'incorporation
  • A l'Internationale
    • Armées étrangères
  • Traditions, uniformes, insignes, décorations, recherches...
    • Traditions.
    • Uniformes.
    • Insignes.
    • Décorations.
    • Musées militaires ou commémoratifs.
    • Recherches généalogiques, parcours militaires, identifications...
  • Club des esprits aventureux's Sujets
  • Club voyage et joies simples.'s Une ou des envies de voyages?
  • Wargame's Wargame et scénario
  • NVAR Lions Club's Travel

Calendars

  • Calendrier
  • Club des esprits aventureux's Calendrier de l'Avent
  • NVAR Lions Club's Events

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


AIM


MSN


Website URL


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Lieu


Mes centres d'intérêts

Found 9 results

  1. Bonjour à tous. Je vais ici faire un RETEX complet de mon parcours d'engagement jusqu'ici. Je vais revenir sur mes expériences et je souhaiterais avoir vos avis sur mes différents doutes ou craintes à propos du résultat final (je suis en attente de ce dernier). Je suis diplômé d'un master 2 en sécurité et relations internationale obtenu dans l'un des Instituts d'études politiques, après un cursus de 5 ans dans celui-ci. Pour la validation de mon master 2, je devais effectuer un stage. J'ai donc travaillé 6 mois en tant que stagiaire civil au Centre du Renseignement Terre. Au cours de mes études, je me suis spécialisé sur la République Populaire de Chine et la zone Asie-Pacifique plus largement. Mon stage fut véritablement enrichissant et c'est bien cette expérience qui m'a décidé à m'engager. Bien qu'appréciant énormément l'armée de terre, je m'intéresse beaucoup aux enjeux du spatial dans l'avenir des relations internationales et c'est pourquoi j'ai répondu à l'offre générique de l'armée de l'air et de l'espace pour poste d'OSC/S spécialiste du renseignement. Je suis donc diplômé de Sciences Po, j'ai une parfaite maitrise de l'anglais, un niveau B2 en Allemand et je pratique le mandarin. Seulement 3 semaines après mon premier rendez-vous en CIRFA, j'ai donc effectué mes différents tests au GRS de Nancy. Tout est ok pour le médical et le psychotechnique. Quant au sport: 5 tractions validées, pallier 8 sur 12 au Luc-léger et 55 squats en 1 minute. L'entretien avec le lieutenant de l'armée de l'air s'est fort bien déroulé, celui-ci m'a dit, quand à ma condition physique, "monsieur, on ne va pas se le cacher vous êtes une sacré crevette, mais vous pourrez faire votre formation militaire sans problème, vous allez un peu en baver, mais vous pouvez le faire et c'est l'essentiel". Ainsi tout est nickel pour ces premiers tests. Nous étions au mois de mai 2022. Evidement s'en est suivie la longue attente pour savoir si mon dossier était retenu ou non pour passer les entretiens professionnels à la base aérienne de Tours. En attendant je continuais mon stage qui s'est terminé fin Aout 2022, j'en suis sorti vraiment ravis avec des connaissances sur l'aspect tactique que je ne possédais pas en arrivant. J'ai rencontré au centre des personnes formidables qui m'ont vraiment donné la vocation de m'engager. Je suis sorti du stage avec une très belle lettre de chaude recommandation émanant du Chef de corps. Mon CIRFA l'a bien sur faite ajouter à mon dossier de recrutement. II y a deux semaines j'ai donc appris avec bonheur que j'étais sélectionné pour aller passer mes entretiens de psy et de motivation à la base aérienne 705. J'en reviens tout juste et c'est la que naissent mes inquiétudes. Arrivé sur base, je découvre mes camarades candidats. Evidement, ce sont tous des gens brillants avec des diplômes similaires au miens. En terme de proportion nous étions 5 hommes pour 13 femmes. Ainsi, le lendemain matin nous remplissons les diverses questionnaires de personnalité, viens le moment des entretiens. Je suis tout d'abord passé avec l'officier psychologue. Un capitaine véritablement sympathique, l'entretien s'est très bien déroulé, j'ai répondu franchement, j'étais clair sur mon propre profil et mes motivations, je crois sincèrement avoir réussit. Enfin, je passe donc en entretien avec les deux officiers: deux capitaines, l'un étant un officier RH l'autre spécialiste du renseignement. Je dirais que j'ai vécu un entretien classique sur le schéma "bon flic / mauvais flic" l'officier renseignement jouant le role du "méchant" et l'officier RH celui du "gentil". Je commence donc à leur demande par présenter mon parcours, mes centres d'intérêt, et les diverses missions que j'ai pu effectuer lors de mon stage. J'ai remarqué, lorsque je parlais, que l'officier renseignement jetais un coup d'oeil à ma lettre de recommandation. C'est alors la que les choses sérieuses ont commencé: sans attendre, à la fin de mon exposé, l'officier Rens me poses sur un rythme soutenu et rapide une série de questions techniques ou géopolitiques. Je vais essayer ici d'en faire une petite liste: Il me demande de lui citer un avion chinois, je réponds avec succès, puis un avion de transport chinois, puis une frégate. Je n'ai pas su répondre, et lorsque je ne savais je répondais honnêtement tout en montrant ma volonté d'en savoir plus sur ces sujets. J'ai remarqué, qu'il a volontairement choisi de me poser des questions éloignées de mes zones d'expertise. Ainsi il a lu sur mon CV que j'avais une spécialisation sur le conflit sino-taïwanais, il m'a donc exclusivement posé des questions sur le moyen-orient et l'Afrique. Je crois avoir bien répondu sur la position de la France en Afrique, en revanche je suis vraiment déçu de moi sur l'opération Chamal, j'avais trop peu de connaissances sur le sujet et je l'ai assumé. J'ai déclaré que l'une de mes motivations pour intégrer l'armée de l'air et de l'espace était justement de profiter de la formation dispensée sur les armements et les aspects plus technique. Il a instantanément rebondis la dessus en me disant "Ah vous intéressez au technique? Dites moi comment fonctionne un missile air-air." Sur le coup, j'ai esquissé un sourire car j'ai eu la sensation que le but était vraiment de "m'embêter" (ou me déstabiliser), j'ai souris et répondu "Je souhaites justement en apprendre plus sur ces sujets, maintenant en quelques mots voici ce que je crois savoir de leur fonctionnement". Il m'a dit que c'était "plutôt ça oui". Enfin, il m'a posé quelques questions sur le spatial, je ne savais pas que le premier satellite français mis en orbite s'appelait "Asterix" (je vous assure que je ne l'oublierais plus jamais 😛). Enfin quelques questions sur Kourou et les missions de l'armée de l'air en Guyanne. A la fin de ce "bombardement" de questions je suis un peu stressé (sans le montrer, je garde le sourire et je ne suis pas agité), en effet, j'ai été relativement déstabilisé car les questions s'enchaînaient rapidement et j'ai tout de même relativement souvent répondu "je ne sais pas mon capitaine", je ne voulais surtout pas faire semblent de savoir et rester honnête. Suite à ces questions, l'officier RH me dit "Monsieur, je ne vais pas vous demander si vous connaissez le rôle d'un officier, car à la vue de votre expérience au CRT et votre CV vous avez compris cela, voici donc une mise en situation...". Il m'a donc fait une petite mise en situation ou je devais m'organiser avec un groupe sous mes ordres pour répondre à un sujet hors de mes centres de connaissance habituels, j'ai répondu que je réunissait l'équipe, demandait son avis à chacun, et qu'en tant qu'officier je connaissait donc les membres de mon équipe et leurs connaissances, et ainsi je constituait des équipes à partir des compétences et avis de chacun sur le sujet en question. Je crois avoir bien répondu. A la fin, ils m'ont demandé vers quel type d'unité je me verrais le plus épanouis, j'ai répondu que je me verrais plus dans l'inter-armée (DRSD / DRM), ou au Centre du renseignement Air, mais qu'un poste en escadron ou un poste plus technique me permettrait également de développer des compétences, alors j'y serais également épanouis. Je sort donc de la mitigé, je suis tout de même assez surpris de cette avalanche de questions technique et je m'en veut en me disant que j'aurais du plus apprendre sur d'autres sujets. En discutant avec des camarades à la sortie, l'une d'entre eux me dit qu'elle n'a eu strictement aucunes questions géopolitiques ou techniques mais uniquement des questions sur son propre parcours. J'étais étonné. Enfin un autre camarade m'a, lui, dit que c'est l'officier psy qui s'est chargé de le bombarder de questions techniques et les deux officiers ne lui ont parlé que de son parcours. Voici donc mon RETEX. D'après mon référent du CIRFA: " Cela est volontaire de poser des questions auxquelles vous ne saurez répondre. Ils sont là aussi pour voir votre réaction et comment vous répondez quand vous ne savez pas. Le recrutement officier renseignement est générique et l'entretien permet aussi d'orienter vers tel ou tel unité du renseignement. Le principal s'est que vous soyez vous même satisfait de votre prestation et que vous ayez la sensation d'avoir tout donner, pas de regrets. " Je ne sais donc pas trop à quoi m'en tenir. Je viens donc ici pour vous demander votre avis: est-ce raté? Aurais-je du apprendre plus sur tous ces sujets ? Ou alors il est normal de ne pas savoir répondre à tout et ma volonté d'apprendre sera pour eux un point positif ? Merci d'avance à tous pour vos retours. J'espère pouvoir réaliser mon rêve, la réponse arrivera dans une dizaine de jours.
  2. Le 4 novembre 2020, disparaissait le général Maurice Faivre , officier Dragons-parachutistes en Algérie au début des années 1960, défenseur emblématique des Harkis, dont il s'est occupé après la cessation des combats, sauvant des dizaines de familles. Un héros oublié. Il y a des histoires inconnues du grand public qui méritent d'être partagées. Celle de Maurice Faivre est l'une d'elles. Maurice nait le 19 mars 1926 à Morteau, dans le Doubs. Il est, entre 1947 et 1949, élève à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr. Il va sortir Major de promotion de la promotion Rhin et Danube. À l'issue de sa formation, il décide de s'orienter vers la Cavalerie et la Légion étrangère. Mais l'État-major ne le voit pas comme ça et lui propose de rejoindre la branche des Renseignements militaires. Entre 1949 et 1950, Maurice suit les cours de l'École d'application de l'Arme blindée-Cavalerie installée à Saumur. Et le 20 août 1955, il est déployé pour la première fois en Algérie, basé à Constantine où il constate les conditions très difficiles des populations locales. À la tête d'un escadron d'appelés, le capitaine Faivre est chargé de la construction, en banlieue de Constantine, d'un village destiné à reloger les habitants des bidonvilles, puis à la construction de maisons pour les ouvriers agricoles de Guettar-el-Aiech. En 1958, il retourne à l'École d'application de l'Arme blindée-Cavalerie de Saumur. Il est alors retenu pour partir une seconde fois en Algérie, en 1960. Il doit notamment, à la tête de son escadron, protéger une région comprenant trois villages. Pour cette tâche, il s'adjoint une soixantaine de harkis. Une équipe médicale, menée par son épouse Monique, soigne gratuitement les populations, en soutien des forces armées. En octobre 1960, après l'assassinat d'un harki, il décide d'intensifier les relations entre eux et l'armée française. Ses hommes construisent de nouvelles infrastructures, dont une nouvelle école et une route. Maurice organise même un pèlerinage traditionnel au marabout de Taftis, en soutien à la population. L'officier, désormais commandant, est très lié aux habitants de l'oued Berd. Mais en octobre 1961, son régiment est dissous et rappelé : Maurice Faivre doit quitter l'Algérie dans les semaines qui suivirent pour rentrer en France. Il rejoint dans un premier temps l’École Supérieure de Guerre à Paris (1964 à 1966). Mais dans le même temps, il reçoit de nombreux appels de la préfecture de police de Paris : des harkis de l'oued Berd ont réussi à rentrer en France après les accords d'Évian de 1962 et l'indépendance algérienne, pour s'installer à Choisy-le-Roi. Ils vivent dans des conditions très difficiles et manquent de tout : l'officier décide, avec l'aide de ses officiers de l'époque, de les aider, achetant tout ce qu'il peut et se battant pour rapatrier les familles des harkis en France. Il est l'un des rares officiers a ignorer l'interdiction d'aide mise en place par le Ministre de l'intérieur de l'époque, Roger Frey, qui exigeait des forces armées le refus d'aide aux membres des armées supplétives dont la vie était pourtant directement menacée. Au total, Maurice aide une cinquantaine de familles et plusieurs centaines de personnes, qui déménagent pour s'installer à Dreux, en Eure-et-Loir. La carrière de l'officier continue en parallèle et n'est pas directement affectée par sa désobéissance. Il devient en 1966 officier parachutiste à Tarbes, devenant le chef du 13e régiment de dragons parachutistes, installé à Dieuze, en Moselle, quelques années plus tard. Cette unité était alors la meilleure de l'armée française dans la recherche du renseignement. En 1975, une fois terminé son temps de commandement au 13e RDP, il devient chef du Deuxième bureau à Baden, au IIe corps d’armée, quelques années avant de prendre sa retraite. Il deviendra par la suite écrivain, historien et politologue. Aujourd'hui encore, le nom de Maurice Faivre est sacré dans la ville de Dreux : il a permis que ces familles puissent s'installer et trouver une sécurité, chose impossible en Algérie d'alors. Ils pleurent, comme nous, la disparition de Maurice Faivre. (Source : Passionmilitaria) Distinctions Croix de la Valeur militaire (1957) Ordre national du Mérite Commandeur de la Légion d'honneur (2016) https://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Faivre
  3. Bonjour a tous, dans ce message je m’adresse au personne qui ont déjà été a l’EFSOAA ou principalement ceux qui y sont ... alors voilà je sais que au mois de décembre l’école ferme et de ce fait nous avons 2 semaine de vacances ( j’ai appeler mon cirfa qui me l’a confirmé et selon eux se serait du 23 dec au 6 janv) mais du coup je voulais savoir si il nous donne le week-end qui précède le lundi 23 donc c’est a dire que nous serions en vacances a partir du vendredi 20 a 15h ! Ou alors ils vont nous faire rester jusqu’au dimanche soir ? (Car j’aimerais pouvoir prendre mes billet d’avions maintenant pour aller voir ma famille avant que les prix n’explosent) dans l’attente de votre réponse cordialement Cam
  4. Ludo31400

    Chasseur Alpin

    Bonsoir tout le monde Voilà j'ai pour projet de m'engager dans notre prestigieuses Armée et j'ai pour but de devenir Chasseur Alpin et je voudrais savoir combien de temps il y'a entre ma première visite au Cirfa et mon incorporation au sein du régiment. ( je souhaite rentrer comme militaire du rang et faire mes 3mois classe) ainsi que le contenu de la formation chasseur aloin je vous remerci !
  5. Wissembourg recrute ! Wissembourg, le 5ème escadron et Unité Spécialisée de Réserve du 2ème régiment de Hussards, recrute ! Vous êtes sportif, rustique et animé par l’envie de servir les armes de la France, la réserve opérationnelle est faite pour vous. Vous êtes prêt à vous entrainer 10 week-ends par an et consacrer 1 à 2 semaines supplémentaires à votre engagement, Wissembourg vous permettra d’être formé au combat élémentaire et acculturé au renseignement d’origine humaine. Participez à la défense de la nation, envoyez curriculum vitae et lettre de motivation à recrut.reserve.terre.2rh@gmail.com
  6. Bonjour, Comme dis dans ma présentation, j'aimerais devenir Pilote sur VBCI et si possible intégrer le Régiment de Marche du Tchad. J'ai plusieurs questions qui me taraude l'esprit. J'aimerais tout d'abord savoir si l'armée recrute beaucoup dans se domaine car d'après se que j'ai pu voir, il y a quasi jamais d'offre au poste de pilote.... Donc malheureusement, faut il attendre qu'un pilote meurs ou se réforme pour espérer avoir la place? Est-il possible de monter en grade tout en restant pilote? A quel moment commencons nous la formation de pilote et quel sont les centres en France? Enfin bref, j'aimerais beaucoup discuter avec des pilotes qui pourront m'éclairer sur ce métier Je vous remercie d'avance de l'attention que vous porterez à ce sujet Laurine.
  7. On se croirait dans un mauvais film.... Je conçois la déchéance de nationalité mais avec beaucoup de précautions. Et faudrait connaître le contexte des ces 16 personnes. Comment l'ont ils eu ? ont ils eu un procès ? Mais que là dessus les USA en profite pour faire le ménage. Moi qui croyait qu'on était sorti des prison secrètes de la CIA, il y a toujours d'autres moyens obscur de lutter contre le terrorisme
  8. article : http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2012/12/23/la-planete-en-2030-vue-par-les-services-de-renseignement-americains/#xtor=RSS-3208 En gros, on risque de se battre pour l'eau et la nourriture d'ici 20 ans ? C'est très proche !!!!
  9. Chez nos alliés anglophones : article en entier : http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2012/09/10/007-la-drague-sur-facebook-une-technique-despionnage-des-talibans/#xtor=RSS-3208 C'est déjà un travail entrepris de longue date par la DPSD, la prévoté et le commandement pour les soldats partant en OPEX. Mais force est de constater que le risque augmente mais non plus par la collecte passive mais par du renseignement actif. Il faut continuer à rappeler les risques. Des propos à l'apparence sans conséquences peuvent révéler bien des choses. Surtout par croisement.
×
×
  • Create New...