Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'marine nationale'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La vie du forum
    • Ma présentation
    • Membres
  • Actualité et débats
    • Relations internationales
    • Politique de défense française
    • Histoire
    • Matériel et innovation technologique
    • Evenements et rendez vous
  • Le parcours pour s'engager
    • JDC / PM
    • CIRFA
    • CSO
  • Les écoles
    • Armée de l'Air
    • Armée de Terre
    • La Marine Nationale
    • La Gendarmerie
    • Lycées de la Défense
  • Armées Françaises
    • Armée de l'Air
    • Armée De Terre
    • Marine Nationale
    • Gendarmerie Nationale
    • Services Inter Armées
    • Forces Spéciales
    • Réserve
    • Musique, aubade, fanfare, bagad...militaire
  • La reconversion
    • Après l'armée et la reconversion
  • Etre militaire, ses proches, après l'armée
    • Familles de militaires
    • Calendrier d'incorporation
  • A l'Internationale
    • Armées étrangères

Calendriers


27 résultats trouvés

  1. La musique officielle de la Marine Nationale est la Musique des Equipages de la Flotte basé à Toulon ( avant il y en avait deux, une à Brest et l' autre à Toulon, suite aux restructurations elles ont été fondus ). Chef de musique de classe exceptionnelle Marc Surry. Composée de 76 musiciens professionnels, la Musique des Equipages de la Flotte est l’une des plus prestigieuses formations musicales des armées françaises. Elle contribue au rayonnement culturel de la Marine Nationale au travers de nombreux concerts tout en assurant sa mission dévolue au cérémonial militaire. Depuis septembre 2006, le Chef de Musique de Classe Exceptionnelle Marc Sury dirige cette formation. Il est assisté du Chef de Musique de Première Classe Alexandre Kosmicki et du Premier-Maître Virginie Chalet, Tambour-Major. Premier maitre Virginie Chalet, tambour major. Missions et activités Cette formation musicale a pour mission: d’apporter son concours dans le cadre des cérémonies militaires et commémoratives ; de contribuer au rayonnement et à l’image de la marine au travers de prestations musicales et culturelles tant dans le cadre militaire que civil ; de tisser des liens et entretenir des échanges avec les milieux culturels, musicaux et pédagogiques civils. L’activité de rayonnement comprend : - Des concerts à l’Opéra de Toulon au Musée National de la Marine pour des municipalités pour des associations dans des festivals (de musique militaire, de musique classique, de jazz, d’ensemble de cuivres ...) à vocation pédagogique pour les séniors au bénéfice d’œuvres sociales dans des hôpitaux dans des maisons de retraites - Des aubades - Des parades (lors des festivals de musiques militaires notamment) - L’interprétation des Hymnes nationaux lors des rencontres sportives de niveau international - L’enregistrement de CD mettant à l’honneur le patrimoine musical existant ou la création d’œuvres nouvelles Dans le cadre du cérémonial militaire, l’activité comprend : Les cérémonies des couleurs Les cérémonies de présentation au Drapeau Les honneurs rendus aux Autorités L’accueil de bâtiments lors de leur retour de mission Les défilés Les aubades Les cérémonies patriotiques Les parades Cursus de carrière Musicien des Équipages de la Flotte (76 musiciens dont actuellement 20 % de personnel féminin) Les musiciens ont tous vocation à servir en tant qu’officier marinier (sous-officier) et officier marinier supérieur (sous-officier supérieur) Le lauréat du concours de recrutement * s’engage pour un contrat initial de 4 ans, qui est conduit à 10 ans après l’obtention du Brevet d’Aptitude Technique spécialité musique. Il a alors accès à deux types de carrières : Sous contrat : possibilité de cumuler des contrats jusqu’à 27 ans de services (60% de l’effectif) Carrière longue : conditionnée à l’obtention du Brevet Supérieur « musique » et l’accès au COM (40% de l’effectif) Officier chef de musique : Le recrutement se fait sur concours au grade de lieutenant sous statut interarmées. L’accès à la direction d’une formation musicale des armées est ensuite conditionné à l’admission et à l’obtention du cycle de formation à la direction et au commandement d’une formation musicale de la défense. * Les offres de recrutement sont consultables sur les sites internet de la Marine Nationale et de la MEF ainsi que sur la page Facebook de la Musique ; leur diffusion est également assurée par voies postale et électronique auprès des conservatoires, cefedem et sites spécialisés. Pour pouvoir postuler à une offre de recrutement , le musicien doit remplir les conditions suivantes : avoir entre 17 et 25 ans , être diplômé de conservatoires régionaux ou nationaux , satisfaire aux tests d’aptitude générale de la Marine Nationale et être de nationalité française . Histoire L’origine des musiques des équipages de la flotte remonte à l'Ancien régime. Avant la Révolution, les vaisseaux amiraux possédaient une musique qui participait, avec les fifres et les tambours aux cérémonies des couleurs et aux réceptions des personnalités. Ces musiques utilisaient des musiciens commissionnés pour la durée de leur embarquement, alors que les fifres et les tambours faisaient partie de l'équipage des bâtiments. À terre, les régiments d'infanterie et d'artillerie de marine possédaient également une formation musicale destinée à rehausser l'éclat des cérémonies officielles. Antérieurement à la prise en charge de l'entretien des musiques militaires par l'état, ce sont les officiers des régiments qui finançaient leur maintien sur leurs deniers. En 1827, la Marine réorganise ses formations musicales et, le 13 juillet, naissent deux musiques à Brest et Toulon, composées de 27 exécutants renforcés par les musiciens embarqués. Ces deux formations s’emploieront dès lors à perpétuer le patrimoine musical de cette période et ses traditions. En 1851, un décret consacra la primauté des deux musiques des dépôts de Brest et de Toulon qui, à partir de 1900, devinrent les seules musiques à terre de la Marine. Leur rôle était double: d'une part, participer aux cérémonies militaires et donner des concerts, d'autre part, former les musiciens nécessaires aux vaisseaux amiraux. En 2013, les deux Musiques des Equipages de la Flotte fusionnent en une seule grande formation basée à Toulon. Le big band de la Musique des Equipages de la Flotte, ainsi que les neuf autres sous-ensembles constitués (tel le quintette à vent ou l’ensemble de cuivres) offrent une grande polyvalence d’emploi à cette formation. Les ensembles Au sein de cette formation existent plusieurs ensembles, véritables orchestres capables de donner des concerts complets : L'orchestre d'harmonie Ce grand orchestre à vent, tête de proue de la Musique des Equipages de la Flotte, est un élément essentiel et prestigieux du rayonnement de la Marine Nationale. Sa notoriété s’exporte au-delà des frontières ; seul, ou aux côtés de solistes internationaux comme Maurice André, Guy Touvron ou Jacques Mauger, il participe activement à la création musicale et enregistre régulièrement des œuvres recouvrant tous les styles. En partenariat avec la communauté d’agglomération Toulon-Provence -Méditerranée, cette formation a le privilège rare de posséder sa propre saison musicale à l'Opéra de Toulon. Les instruments d’ordonnance L'utilisation des instruments d'ordonnance est traditionnellement liée à la céleustique. Cet art, qui consiste à transmettre des ordres par signaux sonores offre aux clairons, trompettes de cavalerie et tambours une place prépondérante dans les cérémonies militaires puisque l'exécution des sonneries réglementaires leur est dévolue. Placés sous la direction du tambour-major, leur participation est par ailleurs essentielle lors des défilés, aubades et parades. Associés à l'orchestre d'harmonie, ils mettent en exergue la richesse du répertoire militaire et sont parfois mis à l'honneur comme instruments solistes au travers de compositions originales. Les Sous-Ensembles Le big band Premier big band créé au sein des armées au début des années 70, cette formation s'inspire des grands orchestres américains de jazz de la période de "swing". Son répertoire varié allie des compositions classiques et des créations plus modernes ; ainsi les standards de Count Basie, Duke Ellington ou Thad Jones côtoient les pièces de Bob BrookMeyer et Bob Florence. Cet ensemble, composé de 18 musiciens restitue une image dynamique de la Marine nationale. L’ensemble de cuivres Composé de cinq trompettes, deux cors, deux trombones, un euphonium, un tuba et deux percussions, l’ensemble de cuivres de la Musique des Equipages de la Flotte vous convie à la découverte d’un voyage acoustique dans lequel la richesse sonore des cuivres s’allie en toute harmonie au timbre des percussions. Son répertoire éclectique permet de satisfaire la curiosité et les goûts de tous les publics : de la musique baroque au jazz, en passant par les fanfares traditionnelles ou la musique de film, l’ensemble de cuivres traverse allègrement les époques et les styles… L’ensemble à vent Regroupant cors et bois, cet ensemble, très prisé au XVIIIème siècle, se distingue par sa capacité à offrir une palette aux multiples sonorités et par son aptitude à marier les contrastes avec une grande délicatesse. Ampleur sonore et nuances subtiles se côtoient à merveille au travers d’un répertoire abordant tous styles. Le sextuor de clarinettes Formation de musique de chambre, le sextuor de clarinettes est un ensemble rare. En effet, de la petite clarinette à la clarinette contrebasse, les six musiciens composant cette formation s’attachent à explorer le vaste potentiel offert par la grande famille des clarinettes. L’emploi d’une telle variété d’instruments permet une tessiture très importante et autorise une grande liberté de jeu. Son répertoire s’étend du classique au jazz, en passant par les musiques folkloriques qui rendent la clarinette si expressive. Le quintette de cuivres Le quintette de cuivres de la musique des équipages de la flotte perpétue la longue tradition qui consiste à utiliser deux trompettes, un cor, un trombone et un tuba pour représenter et exploiter au mieux à la fois tessiture, richesse harmonique et possibilités techniques offertes par ces instruments de la famille des cuivres. Son répertoire, extrêmement riche, permet de proposer un programme très éclectique allant de la renaissance à nos jours. L’ensemble de percussions Du xylophone à la caisse claire, des timbales au tambourin, l’ensemble de percussions vous invite à la rencontre de la plus vaste des familles d’instruments. Outre un répertoire original, la créativité des musiciens est sans limite pour transformer tout objet courant en nouvel instrument. Le concert devient dès lors une expérience unique, un spectacle offrant à l’auditeur une véritable chorégraphie sonore. Le Quintette à vent Le quintette à vent est un ensemble de musique de chambre composé d'une flûte, d'un hautbois, d'une clarinette, d'un cor et d'un basson. Il faut attendre l'essor et l'âge d'or de la clarinette, à la fin 18ème siècle, pour voir apparaître le quintette à vent sous sa forme actuelle ; son répertoire original est donc relativement récent. Toutefois, grâce aux arrangements, ce dernier s'enrichit et s'étend de la période baroque à nos jours. Le quintette à vent permet, grâce aux différents timbres et tessitures des instruments, une grande richesse sonore. L’ensemble jazz Du trio au quintette, cette formation à géométrie variable improvise sur les thèmes qui vont de la période New-Orléans aux compositions contemporaines. Son emploi est particulièrement adapté à l’animation musicale des réceptions officielles civiles et militaires mais ces musiciens peuvent également se produire en concert. Le quatuor de saxophones Si le jazz apporte ses lettres de noblesse au saxophone à partir des années 20, la formation en quatuor, à l’image du quatuor à cordes, est en revanche de composition plus classique. C’est dans cette dualité que s’inscrit cet ensemble, apte à vous entraîner, au gré de son inspiration, à travers les siècles et les styles musicaux. Les trompettes baroques L'ensemble baroque est composé de quatre trompettes baroques et de deux timbales. La spécificité de cette trompette réside en l’absence de tout mécanisme. Par soucis d’authenticité, l’ensemble reste fidèle à l’interprétation de pièces originales créées pour ce type d’instrument, c’est à dire principalement des marches et des fanfares relativement courtes et très prisées aux XVIe et XVIIe siècles (période qui constitue l’âge d’or de la trompette baroque). L’ensemble intervient principalement dans le cadre d'accueil de personnalités, pour ponctuer certains événements ou encore dans le cadre d'animations culturelles. Liens utiles : Notre site internet : http://meftoulon.com/ Notre page facebook : https://www.facebook.com/musiquedesequipagesdelaflottetoulon?ref=bookmarks Comment solliciter la Musique? Pour solliciter la Musique des Equipages de la Flotte, merci de prendre contact avec le «bureau prestations» de la Musique des Équipages de la Flotte. Téléphone : 04 22 42 01 28 ou par mail à mus.tln@wanadoo.fr En fonction de vos souhaits, des possibilités et disponibilités de la Musique, vous formulerez par écrit et pour décision votre demande de concours de la Musique simultanément auprès de : Monsieur le Vice-Amiral d'Escadre Yves Joly Commandant la zone, la région et l'arrondissement maritime de la Méditerranée, Préfet maritime de la Méditerranée BP 921 83800 TOULON CEDEX 9 Et de : BCRM Toulon Musique des Équipages de la Flotte Chef de Musique de Classe Exceptionnelle Marc Sury BP 67 83800 TOULON CEDEX 9 ( Source : Marine Nationale / Auteur : MJR Sandrine Potier et SM Jérémie Eloire - Direction : Sirpa Marine )
  2. RMC Découverte diffuse jeudi 31 aout 2017, un documentaire intitulé " La mer sous haute surveillance "
  3. Taille minimum commando marine

    Bonjours à tous, Je souhairerais savoir qu'elle était la taille minimum requise pour intégrer les commandos marine ? Car je suis assez petit Pour un homme, je Fais 1m63 merci de vos réponses, bonne journée
  4. Bonjour à tous, Ayant passé les tests à Bordeaux, j'ai noté les questions que la psy m'a posé, j'espère que cela pourra vous aider à mieux vous préparer pour l'entretien. Avant tout sachez que la psy cherche à vous "coincer" si je puis dire, elle veut voir jusqu’où vous allez pouvoir développer votre idée, vos réactions face à des questions sensibles (je pense notamment aux personnes ayant eu des problèmes familiaux...), voir si vous savez pourquoi vous postulez, si vous êtes bien renseigné sur la Marine (les valeurs, l'école,les bases aéronautique navales, ports militaire,bases navales à l'étranger, les dirigeants ect...) et surtout que vous connaissez bien le ou les métiers pour lesquels vous postulez ainsi que leurs débouchés. Avant de vous donner les questions je vais vous remettre les choses dans leurs contexte : J'ai 21 ans, j'ai eu mon BAC technologique de justesse, j'ai un BTS validé, et je suis sans emploi. Autant vous dire que partant de là c'est pas gagné.. Questions : - Pourquoi s'engager dans la Marine nationale ? - Pourquoi vous plutôt qu'un autre ? - Vous avez fait des études dans (secteur d'activité) alors pourquoi vouloir travailler en tant que DEASM ? ou autre spécialité. - A quoi sert la Marine nationale ? - Quelles sont vos qualités / défauts ? (donner 3 défauts et 3 qualités en les illustrant par des exemples). - Quelles sont les valeurs de la Marine nationale ? - Sur votre dossier scolaire je vois que vous avez des résultats juste dans vos années de lycée vous pouvez l'expliquer ? - Que faites vous en ce moment ? - Vous serez amené à être séparé pendant de long mois avec votre famille, vous pensez pouvoir le supporter ? - La vie en promiscuité ne vous dérange pas ? - Pourquoi la Marine nationale et pas l'armée de l'air ou l'armée de terre ? - Si vous n'êtes pas pris dans la Marine qu'avez-vous prévu ? (Plan B obligatoire) - Parlez moi de l'école de Maistrance. - Pourquoi avoir choisit cette spécialité, en quoi consiste-t'elle ? - Quelle sont les évolutions que l'on peut trouver dans cette spécialité, ou peut-elle être affecté et quelles qualités sont requises selon vous ? SURTOUT SOYEZ HONNÊTE ! Y a rien de pire qu'un gars qui ment, et si ça se voit vous êtes cuit, les psy en ont vu d'autres... Voilà j'espère que cela pourra vous aider ^^. Je suis désolé si j'en fais stresser certains, ma façon de dire les choses est peut-être un peu dur mais c'est pour vous faire comprendre que il faut se préparer avant et pas y aller les mains dans les poches !
  5. Moins connu que celui de Lann-Bihoué, le CIN ( Centre d' Instruction Naval ) de Saint Mandrier possède son bagad. Le Bagad du CIN Saint-Mandrier n’est pas une formation de professionnels. Il est composé d’une trentaine de personnes volontaires, issues des quatre coins de la France, qui, en plus d’être marins, ont en commun l’amour de la musique celtique. Il s’agit en majorité d’élèves en cours de formation au CIN (mécaniciens, électriciens, électromécaniciens, des spécialités opérationnelles, de l’informatique et des communications, des armes), et d’instructeurs ou de personnel du service général. A l’origine, ne pouvaient sonner dans ce Bagad que des mécaniciens de la flotte qui étaient affectés au GEM. Mais depuis, suite à certaines restructurations, sont représentées toutes les spécialités du pont et de la machine du Centre d’Instruction Naval de St Mandrier. Le Bagad est composé de 2 tiers d’élèves, qui restent en moyenne six mois en école, et d’un tiers d’instructeurs qui assurent une certaine continuité. Comme vous pouvez l’imaginer la difficulté est importante, car à chaque nouvelle session il faut repartir à zéro. Ces hommes et ces femmes, en plus d’être des spécialistes dans leur métier, apprennent au sein de la formation à jouer d’un instrument. Et à leur tour, ils prodiguent leur savoir aux nouvelles recrues. De plus nos sonneurs n’ont aucune formation musicale, si ce n’est quelques rares exceptions. Leur challenge est de maîtriser au bout de deux mois, 4 à 5 morceaux, de manière à ce que la formation puisse toujours honorer ses engagements et ses sorties programmées, et "dieu sait" s’il y en a ! ( Source : International Military Music Society )
  6. Immortalisé par Alain Souchon, la Marine Nationale possède l' un des bagad les plus connu, le bagad de Lann-Bihoué, basé sur la BAN ( Base Aéronautique Navale ) de Lann-Bihoué dans le Morbihan. Présentation Chaque année, le calendrier des prestations de la célèbre formation est approuvé par le cabinet du chef d'état-major de la Marine. Le bagad peut évoluer lors d'aubades, de défilés ou de concerts. Il participe à des manifestations très diversifiées: parades, carnavals, fêtes nautiques et folkloriques, réceptions officielles ou privées. Les instruments joués par les trente sonneurs sont la cornemuse écossaise, la bombarde (typiquement bretonne), et enfin l'ensemble batterie-percussion. Les sonneurs de bombarde et de cornemuse ainsi que les batteurs sont de jeunes garçons et filles militaires, recrutés pour un à quatre ans et choisis autant pour leur compétence musicale que pour la qualité de leur présentation et de leur comportement. Le Bagad de Lann-Bihoué est composé : «Penn-Bagad» Un adjudant Mais aussi, 12 bombardes 9 cornemuses 8 batteurs 1 porte-bannière Contact : Base d'aéronautique navale de Lann-Bihoué Bagad de Lann-Bihoué 02.97.12.90.14 / bagadlbh@club-internet.fr Officier chargé du bagad : 02.97.12.90.26 / occ.lbh@wanadoo.fr Instruments La cornemuse La cornemuse compte de nombreuses variétés, toutes nées du même principe : une réserve d'air d'où s'échappent des tuyaux produisant les sons. Toutes les cornemuses ont en commun une poche de cuir (sac ou outre) remplie d'air par le souffle du musicien ou par un soufflet ; un chalumeau (en breton levriad) percé de trous et équipé d'une anche double de roseau sur lequel le sonneur interprète la mélodie ; et un ou plusieurs bourdons donnant une note unique produite par une anche de roseau à lamelle vibrante. La bombarde La bombarde est un instrument composé d'un tuyau percé, évasé et équipé d'une anche double en roseau (en latin: calamus). Cette anche, pincée par les lèvres du sonneur, donne un son mordant, riche en harmoniques. En Bretagne, deux bombardes différentes s'imposent : la petite bombarde en ut, répandue en Cornouaille où la vigueur des danses exige une grande virtuosité des sonneurs, et la bombarde en la, plus commune en Vannetais où le rythme des danses est plus sage. On rencontre également cette association cornemuse-bombarde dans les pays méditerranéens: en Italie du Sud et en Sicile sous la forme zampogna-piffaro, ou encore en Afrique du Nord avec la raïta qui est associée à une variété primitive de cornemuse. Dans les bagadoù d'aujourd'hui, où les cornemuses et les batteries ont été empruntées aux Ecossais, la bombarde donne la note spécifiquement bretonne. Alliance avec le pibroch oblige, elle est accordée en si-bémol. L'ensemble batterie et percussions L'ensemble batterie et percussions du Bagad de Lann-Bihoué se compose de différents éléments : - Les caisses-claires utilisées sont identiques à celles employées dans les pipe-bands. Elles se composent d'un fût avec une peau de frappe sur le dessus et une deuxième peau de résonance dans le fond. Deux timbres (fils d'acier tendus sur la peau) donnent à ces caisses un son particulier et plus métallique que la caisse-claire de jazz. - Les ténors sont des tambours dépourvus de timbres qui produisent un son doux et moelleux. Ils ont pour but avec la basse (ou grosse caisse) d'amplifier et enrichir le volume sonore des caisses-claires et servent également de support rythmique pour l'ensemble. Ces trois principaux éléments sont complétés par d'autres percussions telles que les toms, les congas, les cymbales ce qui permet d'étoffer le pupitre. Les batteries et percussions ont une grande importance au sein du Bagad car elles définissent le rythme des différents airs. Autres instruments Dans le cadre de concerts, d'autres instruments apportent leur richesse et leur timbre pour élargir le panel musical du bagad et exploiter les répertoires irlandais, écossais et galiciens. Pour cela les musiciens du Bagad, à travers le Groupe Irlandais, le Groupe Fest-Noz, le Pipe Band et les Percussionnistes, disposent de : basse, batterie complète, saxophone, clarinette, violon, uilleann-pipe (cornemuse écossaise), low whistle, bodhran, flûte traversière, flûte irlandaise, biniou coz. Historique Le Bagad de Lann-Bihoué voit le jour par hasard à la fin du mois d'août 1952 au poste des officiers mariniers de la base aéronautique navale de Lann-Bihoué. Le maître-principal Roumegou découvre une bombarde dans la poche d'un visiteur. Bien qu'il n'en ait plus joué depuis 28 ans, il sort quelques notes. Le maître-principal ne le sait pas encore, mais le bagad vient de naître. Une dizaine de sonneurs de cornemuses et de bombardes le rejoignent. Ce sont principalement des matelots qui évoluent dans des formations civiles. La première sortie officielle a lieu à Scaër en 1953. Au cours des années, le groupe s'agrandit pour prendre la forme des pipe-bands de nos cousins écossais. Sa notoriété grandit, et sa création est officialisée par décret ministériel le 11 septembre 1956. A compter de cette date, le bagad, composé de 35 sonneurs, sillonne le monde (New-York, Norvège, Suède, Danemark, Berlin, etc.) où il participe à des prestations très diversifiées. En 1962, la Marine élargit son recrutement aux appelés du contingent. À la fin des années 1960, le Bagad est menacé de disparition à plusieurs reprises. Sa dissolution est ordonnée en 1969 par le ministre d'état chargé de la défense nationale. La popularité de la formation de la Marine est telle que les élus et la presse obtiennent que cette décision soit abandonnée. En 1985, Alain Souchon chante «le Bagad de Lann-Bihoué». Le titre est un succès au hit-parade et assure une notoriété pour le groupe de Lorient. Au fil des années, les sonneurs de la Marine nationale réalisent aubades, défilés et concerts. Le Bagad parcourt la France, l'Europe et le monde entier, du Canada à l'Ethiopie, de Copenhague à Tahiti, diffusant la richesse du patrimoine culturel celtique et la rigueur de la Marine nationale. En 2001, il connaît un nouveau tournant avec la professionnalisation des armées. Les sonneurs sont désormais des musiciens professionnels, engagés pour un an avec la possibilité de renouveler trois fois. Chaque année, de nouveaux sonneurs (ou «sonneuses») intègrent le bagad avec leurs bagages musicaux et enrichissent le répertoire d'influences nouvelles. Aujourd'hui, le Bagad de Lann-Bihoué poursuit sa mission à double vocation : montrer la Marine nationale, par la présentation et la discipline des musiciens, en France comme à l'étranger, et témoigner de la richesse du patrimoine culturel celtique, en interprétant un répertoire de qualité. ( Source : Marine Nationale )
  7. Tests de recrutement

    Bonjour, voulant déposer ma candidature pour rentrer dans la marine nationale via la filière matelot de la flotte, j'aimerais connaître le niveau d'anglais demandé ainsi que la difficulté des tests de recrutement physique (combien au LL, combien de tractions, quel temps au parcours d'agilité). Je voudrais également avoir une idée du taux de réussite aux tests de sélections, d'autant plus que j'ai entendu dire que la marine recrute pas mal en ce moment. Bien cordialement
  8. Décés de Claude Riffaud

    Nous venons d' apprendre la disparition de Claude Riffaud ( N-C 1bis ) précurseur des Nageur de Combats Français. L’Amicale des Nageurs de Combat a annoncé le décès, mercredi après-midi, de Claude Riffaud, "NC 1bis", c’est-à-dire premier nageur de combat (NC) au côté de Bob Maloubier, disparu le 20 avril 2015 (photo ci-dessus des deux disparus, prise en juillet 2012. Crédit: Marine nationale). Né en 1924, résistant à 17 ans, entré dans la Marine en 1944, capitaine d’un sampan en Indochine à 25 ans, Claude Riffaud passe par les commandos marine, François puis Hubert (parachustiste). En 1951, enseigne de vaisseau, il suggère à l’Etat-Major de la Marine la création d’un corps de nageurs de combat... qui accepte. Pour ce faire, il est détaché à Arzew (Algérie) au Centre Interarmées des Opérations Amphibies afin d’y créer une unité de nageurs de combat. Auparavant, il part se former chez les NC italiens puis britanniques du SBS. Il commande le commando Hubert, devenu l’unité des nageurs de combat de la marine, de 1953 à 1958 , puis l’Elie Monnier, bâtiment de plongée profonde du groupe d’études et de recherches sous-marines (GERS). Il rejoint ensuite le service action du Service de Documentation Extérieure et de Contre-Espionnage (SDECE) en charge de la collecte des renseignements stratégiques aux Etats-Unis. Revenu dans la Marine, il, est commandant en second du porte-avions Clemenceau et revient à la plongée comme , cocréateur du Centre National pour l’EXploitation des Océans (CNEXO) - futur Ifremer - en charge du programme de plongée profonde, avec l’Archimède, bathyscaphe de la Marine française qui atteint un record à – 9 500 mètres). Revenu à la vie civile, il publie de nombreux livres, dont des romans et une célèbre Grande aventure des hommes sous la mer. ( Source : Ligne de Défense ) L'Amicale des Nageurs de Combat vient d'apprendre le décès hier après-midi de Claude Riffaud (NC 1bis). "Sans Claude Riffaud, la Marine française posséderait vraisemblablement une unité de nageurs de combat, mais elle n’aurait ni la même structure, ni surtout la même légitimité. Le parcours du jeune Bordelais est éloquent : résistant à 17 ans, capitaine "corsaire" d’un sampan en Indochine à 25 ans. Claude, jeune chef de section du commando François stationné en Asie est ensuite affecté en février 1950 au commando parachutiste Hubert implanté alors sur la base aéronavale de Hyères Le Palyvestre. A cette même époque la Marine recherche des plongeurs volontaires pour déminer les côtes du Languedoc, Claude pose sa candidature. Et commence alors la longue histoire des nageurs de combat de la Marine. En 1951, Claude Riffaud, convaincu du bien fondé d’une unité de plongeurs, mais sans grande conviction, suggère à l’Etat-Major de la Marine d’envisager la création d’un corps de nageurs de combat qui pourrait être chargé de diverses missions. Et contre toute attente, deux mois plus tard le message tombe : "l’enseigne de Vaisseau Claude Riffaud est détaché à Arzew (Algérie) au Centre Interarmées des Opérations Amphibies (CIOA) pour créer une unité de nageurs de combat". Avant de rejoindre le port d’Arzew à 30 kms d’Oran, l’enseigne de vaisseau passe un mois chez les nageurs de combat italiens à La Spezia (avec des plongées à bord du Maïali) et suit un stage de deux semaines chez les SBS (Special Boat Section). Claude, n° 1 des nageurs de combat de la Marine devient donc le cocréateur des nageurs de combat français avec son ami Bob Maloubier n° 1 des nageurs de combat de l’Armée de Terre. Il commande ensuite le commando Hubert version nageurs de combat de mars 1953 à juillet 1958 (avant mars 1953, le commando Hubert était le seul commando parachutiste de la Marine), puis l’"Elie Monnier", bâtiment de plongée profonde du groupe d’études et de recherches sous-marines (GERS), ensuite chef de bataillon du service action (SA) du Service de Documentation Extérieure et de Contre-Espionnage (SDECE futur DGSE) au plus fort de la guerre d’Algérie, responsable de la collecte des renseignements stratégiques aux Etats-Unis, commandant en second du porte-avions "Clemenceau", cocréateur du Centre National pour l'Exploitation des Océans (CNEXO) et Directeur de la station de Brest, en charge du programme de plongée profonde (opération Famous "French Américan Mid Ocean Undersea Survey", avec l’"Archimède" bathyscaphe de la Marine française et seul engin à descendre en dessous des 6 000 mètres avec un record à – 9 500 mètres). Claude Riffaud est ensuite le Directeur adjoint du CNEXO puis inspecteur général de l’Institut Français pour l’Exploitation des mers (IFREMER). En 1984 le CNEXO devient l’IFREMER. Après s’être retiré dans la région toulonnaise à l’âge de la retraite, il devient romancier à succès et auteur d’une bible sur le monde sous-marin". ( Source : Amicale des Nageur de Combat ) Tout comme sont camarade Bob : http://www.forum-militaire.fr/topic/4038-décés-de-bob-maloubier/#comment-58558
  9. Célèbrités dans la Marine.

    Je vous propose de remonter dans le temps et de découvrir des personnalités célèbres qui sont passés par la Marine Nationale. Stars du cinéma mais aussi véritable combattant, Jean Moncorgé alias Jean Gabin. 1934, dans le film Zouzou. ( source Wikipédia ) Le second maitre Moncorgé/Gabin avec Marlène Dietrich. 1943, stage fusilier marin au centre Siroco en Algérie Le second maitre Moncorgé devant son char Souffleur II Le Souffleur II, exposé à Alençon ( source Aux Marins ) Pour en savoir plus, le livre de René Bail :
  10. Quartier maitre d' honneur.

    Peu de chose à voir avec la réserve citoyenne mais le cas étant rare, je le place ici. Chacun a entendu parler des grades honorifiques, souvent décerné à des généraux et amiraux ( caporal d' honneur de la Légion étrangère, de l' infanterie de marine... ) La Marine Nationale distingue Jean-Claude Gaudin, Sénateur - Maire de la ville de Marseille, de l' insigne de quartier maitre d' honneur. Jean-Claude GAUDIN reçoit l’insigne de Quartier-Maître d’Honneur de la Marine Nationale Lundi, 04 Juillet 2016 Jean-Claude GAUDIN se voit remettre l’insigne de Quartier-Maître d’Honneur de la Marine Nationale par le Préfet Maritime Vice-Amiral d’Escadre Yves JOLY, en présence du Commandant du Bataillon de Marins-Pompiers de Marseille, le Vice-Amiral Charles-Henri GARIE. «Je suis très honoré d’être le premier, depuis des temps éloignés, à être ainsi distingué par la Marine Nationale. J’y vois une marque de reconnaissance, mais également de confiance mutuelle et réciproque » confie Jean-Claude GAUDIN. Et d’affirmer sa volonté constante d’œuvrer pour la mer, « profondément ancrée dans l’histoire et le patrimoine de la ville » ainsi que pour le développement du Grand Port Maritime de Marseille « dont l’activité commerciale, industrielle et aujourd’hui croisiériste nous place dans les tout premiers rangs européens ». Le sénateur-maire de Marseille rappelle que les liens privilégiés entre la Cité phocéenne et la Marine reposent pour beaucoup sur l’existence du Bataillon de Marins Pompiers : « Marseille, toute entière, est très attachée à ce corps d’élite, à tous les hommes et à toutes les femmes qui le composent et mettent leur courage et leurs compétences au service des Marseillais ». Et de témoigner aussi de toute sa reconnaissance auprès de ses hommes « qui se mobilisent, depuis de longs mois, afin de parer aux menaces terroristes et à toute éventualité dramatique ». Enfin, le 1er magistrat de la Ville souligne que depuis 1995, «la municipalité déploie un effort sans précédent pour développer et moderniser les moyens matériels et humains nécessaires au bon exercice des missions du Bataillon. Des moyens qui ont progressé de 40 % pour améliorer notamment ses capacités d’intervention et de secours et assurer une meilleure couverture opérationnelle en faveur notamment de la Marine ! ». Aussi, Jean-Claude GAUDIN se félicite de la récente désignation du Bataillon comme « module national de renfort pour les interventions à bord » des navires, ce qui confirme, à sa grande satisfaction, que les intérêts de cette unité d’excellence se conjuguent depuis toujours avec ceux de Marseille et de la Marine Nationale…
  11. Promotion Janvier 2017 EDM

    Salut à tous et à toutes! J'habite aux alentours de Toulon, j'ai 18 ans, un bac ES, un bon classement PMM en poche et j'intègre Maistrance pour la spé de SITEL le 22 janvier 2017, et cela après plusieurs mois de longues attentes (et de terribles hésitations même jusqu'au dernier moment, puisque j'avais pas tellement prévu de plan B). Je voudrais savoir certaines personnes ont d'ores et déjà reçu leurs convocation à cette date? Pour les autres ne lâchez rien, je sais que c'est atroce cette attente mais, courage, la réponse viendra tôt ou tard ! Pour être franc, je ne postulais pas pour cette spé au départ, j'avais choisis celle de FUSIL, mais ma myopie m'a fait défaut et je fus recaler assez sèchement par le médecin militaire, Y4 aux tests médicaux. Cependant, je ne vois pas ça comme une défaite, au contraire, cela m'a permis de m'ouvrir les yeux (sans mauvais jeu de mot) et ainsi, pouvoir découvrir la spé de SITEL pour laquelle je me suis intéressé, j'ai postulé et j'en aujourd'hui suis très fier d'y être sélectionné (surtout que les commandos et les organismes interarmées peuvent recruter des SITEL en cours de carrière, comme dans de nombreuses autre spé hors FUSIL d'ailleurs). Bon courage à tous, en espérant vous rencontrer bientôt !
  12. Disparition de René Bail.

    Un grand Monsieur vient de disparaitre, René Bail. 16.12.2016 Le reporter-photographe et auteur René Bail s'est éteint L'auteur de "Corsaires en béret vert" (publié en 1976) est mort, annonce l'Amicale nationale des fusiliers marins et commandos. René Bail est né en 1931 à Bar sur Aube. Photographe de la marine nationale, il a suivi les opérations en Algérie pendant 7 ans. "Engagé dans la Marine, je n’y ai effectué qu’un court passage. Embarqué pour des reportages musclés, je me suis débrouillé pour opérer avec les Bérets Verts, les Commandos-Marine, la Légion Etrangère, les Paras, puis les Commandos musulmans et les Harkis dont je revois encore certains. J’ai aussi passé un certain temps au 2ème Bureau en Algérie, pour traquer les trafiquants d’armes", expliquait-il en 2007. On lira ici ( lire plus bas ) cet entretien publié dans La Ruche n°15, de janvier 2007, par Edith Varet. Il a écrit de nombreux ouvrages d'histoire militaire, ainsi qu'une bio de Jean Gabin. Ses obsèques auront lieu demain samedi 17 décembre, à 9h30, à Neuvic sur Isle (24190). ( Source : Ligne de Défense ) Pour démarrer l’année, honneur aux Anciens, ceux dont le parcours atypique et le tempérament bien trempé ont marqué leur génération. La Ruche, par l’intermédiaire d’Edith Varet, a décidé d’interviewer René Bail, baroudeur, reporter photographe, écrivain, qui reconnaît que son passage dans l’Institution fut déterminant dans ses choix de vie. 2003 à Paris. La Ruche : René Bail, qui êtes-vous ? R.Bail : Je suis né en 1931. Photographe d’abord dans la Marine, parfois cameraman et reporter de guerre, je fus aussi journaliste en Extrême Orient. Depuis, je sévis dans l’édition où j’ai produit une trentaine d’ouvrages, albums ou livres, parfois en collaboration ou seul. Ceux-ci traitent en général de la Marine, l’aéronautique navale, les campagnes d’Indochine et d’Algérie ; toutes les guerres de la décolonisation. Je suis considéré comme étant sans détours, soucieux de l’exactitude des faits, par respect du lecteur. Je tiens à être irréprochable sur le fond et il est vrai que je ne m’embarrasse guère des formes. Je suis également sensible à certains problèmes de société , comme la protection de la faune et de la nature. La Ruche : Vous êtes un ancien élève des Dunes, quel fut votre parcours scolaire, quel enfant étiez-vous ? R.Bail : Provenant de l’école primaire de Malo Les Bains puis de celle de Saint Pol sur Mer à cause de la guerre, je suis arrivé en 1942 aux « Dunes » , avec Melle Desmidt, une femme formidable. J’étais un garçon dissipé, dilettante, souvent sauvé par sa mémoire, mais si le Français et l’Histoire-Géographie me plaisaient, les Maths, comme la discipline se dressaient comme des obstacles insurmontables ! Par obligation professionnelle de mon père, nous avons quitté la région dunkerquoise en 1948, j’avais 17 ans, pour la Moselle. La Ruche : Un personnage, professeur ou autre vous-a-t-il marqué au cours de votre scolarité ? Dans quelles circonstances ? R.Bail : La plupart étaient des hommes généreux et très consciencieux. L’abbé Deroo, dont l’accent flamand imprégnait la langue anglaise, le calme abbé Vandewalle, la grandeur en taille et en présence de l’abbé Lemaire ; son crâne dégarni lui valut d’ailleurs un surnom ! Et ce cher professeur de Maths, l’abbé Debreu, qui disait « moué » en signe d’acquiescement. Longueval, qui prépara tellement ses cours , la nuit, qu’une hémorragie cérébrale l’emporta. Le cher abbé Delva, préfet d’une discipline du cœur… L’abbé Noteau, personnage haut en couleurs, surveillant lors des récréations, qui fredonnait toujours « La chapelle au clair de lune », Mr rené Legrand, à son retour d’Allemagne, qui resta un ami. Et Mr le Supérieur, personnage d’exception, sur lequel il y aurait tant à dire. Je ne peux oublier les jeunes abbés de l’époque : Devos, Héquet, Villette et tous ceux qui nous ont donné bien plus que les 35 heures ! La Ruche : Quel fut votre meilleur ou votre pire moment aux Dunes ? R.Bail : Malgré la guerre, ce furent de bons moments. Hormis ce vendredi matin de janvier 1944 lorsque le Supérieur reçut la visite d’officiers allemands qui lui signifièrent que le collège devait quitter Dunkerque…ce fut l’épisode de Mecquignies ! La Ruche : Avec le recul, la formation dispensée vous-a-t-elle été utile ? R.Bail : Même si je n’ai pas toujours répondu aux espoirs de mes parents, je peux dire, sans restriction, que mon éducation et mon esprit volontaire m’ont été inculqués aux Dunes. Les épreuves endurées par la suite furent ainsi considérées comme des expériences profitables. La Ruche : Votre parcours professionnel est particulièrement atypique…Racontez-nous. R.Bail : Engagé dans la Marine, je n’y ai effectué qu’un court passage. Embarqué pour des reportages « musclés », je me suis débrouillé pour « opérer» avec les Bérets Verts, les Commandos-Marine, la Légion Etrangère, les Paras, puis les Commandos musulmans et les Harkis dont je revois encore certains. J’ai aussi passé un certain temps au 2ème Bureau en Algérie, pour traquer les trafiquants d’armes. Les faits les plus marquants dans mon esprit concernant cette époque restent le 13 mai 1958 et le putsch du 21 avril 1961. La Ruche : Dans cette vie trépidante, vous avez dû faire des rencontres exceptionnelles. Quelles sont celles qui vous ont le plus marqué ? R.Bail : Au cinéma des Armées, j’ai eu l’honneur d’accompagner le Général de Gaulle, M.Debré, P.Messmer etc… J’ai pu rencontrer aussi des artistes connus comme Jean Gabin, Maurice Ronet. Lors du mariage princier en Autriche de la princesse Anita de Hohenberg, nièce du Grand Duc de Luxembourg, j’ai été présenté à la comtesse Sophie de Nostitz, dernière fille vivante de l’Empereur François-Ferdinand d’Autriche. C’était en 1976. La Ruche : Qu’est ce qui vous choque dans notre monde actuel ? R.Bail : Ma vie est aussi un parcours en Afrique ou dans l’Océan Indien. J’ai très souvent photographié des animaux splendides, de toutes sortes, parfois d’un hélicoptère mais aussi presque à leur contact…Le Monde ne sait pas gérer la nature et ses bienfaits : le pire est peut-être devant nous, par l’inconscience de ceux qui nous dirigent, sans étiquette particulière : ils sont tous coupables. Prenons l’exemple des marées noires, si on ne prend pas de sanctions au niveau européen , on court à la catastrophe…mais il y a trop d’intérêts mondiaux en jeu ! La Ruche : Si c’était à refaire ? R.Bail : Je ne regrette rien, si ce n’est, peut-être d’avoir pu perdre plus de temps que je ne l’aurai voulu ou d’avoir loupé de beaux scoops ! La Ruche : Vous sentez-vous bien dans notre époque ? Qu’en attendez-vous ? Comment la jugez-vous ? R.Bail : Je passe à travers le temps et les lieux sans en être trop marqué. Je n’attends que ce que j’ai pu provoquer et si cela va mal, j’en serai en partie responsable. La Ruche : Que diriez-vous à de jeunes lycéens qui s’interrogent sur leur avenir ? R.Bail : Il faut surtout éviter de leur dire : « De mon temps… » , car rien n’est pareil aujourd’hui et nous, nous avons eu de la chance. L’avenir sera sans doute difficile et il leur faudra faire le choix d’une carrière, sinon d’une vocation…Alors, bon vent et bonne mer ! Interview de la Ruche n°15, janvier 2007: rené Bail par Edith Varet ( Source : La Ruche ) René Bail a écrit n' innombrables livres :
  13. aide lettre motivation EDM

    bonjour à tous, Je souhaite intégrer l'école de maistrance à partir de l'année prochaine et je voulais donc vous demandez des avis, corrections ou autres sur ma lettre de motivation. Petite précision j'hésite encore pour la spécialité il faudra donc que je réajuste ma lettre de motivation en fonction de la spécialité choisis Merci d'avance pour vos réponses ! Objet: Candidature pour l'école de Maistrance Par la présente, j'ai l'honneur de vous proposer ma candidature pour intégrer l'école de Maistrance. Diplômé d'un BTS du Management des unités commerciales au pôle d'enseignement supérieur à Vannes, mon parcours m'a permis d'engranger beaucoup d'expérience et de connaissance nécessaire pour postuler dans une institution telle que la Marine Nationale. Passionné par le milieu maritime, la navigation et les voyages, intégrer la Marine Nationale me permettrais de combiner mes passions tout en aspirant à un futur professionnel enrichissant. De plus, la marine est un milieu ou cohésion, respect, responsabilité et rigueur sont des principes fondamentaux et qui me sont familières. Adhérer à la marine nationale pourrait me permettre de participer à de nombreuses missions qu'elle mène, en défendant les intérêts de la France dans le monde, ainsi qu'en assurant la protection à ses citoyens. Enfin, une intégration dans la marine, m'offrirait la possibilité de découvrir de nouveaux horizons, de nouvelles cultures et de m'ouvrir sur le monde. Je pense de pouvoir mettre au service de la marine nationale très forte motivation et un dynamisme dont j'ai déjà fait preuve au cours de ces dernières années. D'un naturel curieux et déterminé, je suis à l'aise pour les manœuvres en équipe mais aussi capable de prendre des décisions individuelles. Ma soif d’apprendre et ma curiosité m’ont toujours aidé a m’adapter rapidement et m’impliquer dans les tâches qu’ils mettaient demandées. FORMULE DE POLITESSE + PRISE DE CONGE
  14. Lettre de motivation

    Bonjour, j'aimerai avoir l'avis des membres du forum concernant ma lettre de motivation, il s'agit d'un dossier pour un engagement en cursus ENERGNUC passant par l'EDM, savoir si cela vous parait cohérent vu mon profil. Par ailleurs je ne sais pas si je doit l'adresser à une personne en particulier, comme dans le civil où il aurai été de bon ton de l'adresser au responsable RH afin de montrer que l'on s'est renseigné sur l'organisation de l'entreprise. Objet : Candidature pour la fonction de spécialiste énergie nucléaire dans la Marine Nationale Monsieur, Je vous adresse par la présente ma candidature à la fonction de spécialiste énergie nucléaire au sein de la Marine Nationale. Diplômé d’un Brevet de Technicien Supérieur spécialité Contrôle Industriel et Régulation Automatique, j’ai également de solides connaissances en anglais technique. Je suis également titulaire d'un BAFA passé au sein des Éclaireuses Éclaireurs de France. Depuis presque un an, j’ai eu le temps de mûrement réfléchir mon projet, ce qui m’as permis de découvrir le métier de spécialiste énergie nucléaire, ainsi que l’environnement professionnel d’un sous-marin qui correspondent parfaitement à ce que je recherche un métier à la fois exigeant physiquement et stimulant intellectuellement, demandant une implication totale et une polyvalence obligeant à se maintenir toujours sur le qui-vive. C’est un milieu auquel je peux apporter mon savoir technique et mes capacités physiques, tout en me permettant de perfectionner mes compétences de par l’apprentissage et l’entraînement. Ce que je recherche en devenant marin, c’est une expérience de vie, une appartenance à un équipage, une richesse de savoir et une envie de se surpasser au service des autres. Savoir que de nous dépend le maintien de la paix, être toujours vigilant, sans être jamais visible. Être prêt à passer de longues périodes sans donner de nouvelles à ceux que l’on aime en sachant que c’est pour eux que l’on fait ce métier. Je me tiens à votre entière disposition afin d’exprimer de vive voix ma motivation bien mieux qu’une simple lettre ne saurai le faire. Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués. Je ne suis pas sûr également concernant la mention de mon BAFA dans la LDM, c'est un ami de la famille, qui lui est dans le génie qui m'as conseillé d'en faire mention vu mon expérience d'ancien scout, néanmoins je ne sais pas si c'est aussi bien vu dans la Marine que dans l'AdT. Je vous remercie d'avance pour vos conseils.
  15. bonjour tous le monde, voilà je poste ce message car comme dit dans ma présentation, je suis dans la marine maintenant depuis un peu plus de 4 ans en QMF Morestau, mais la marine ne me plaît plus, et j'aurais voulu avoir des conseils car je me pose plusieurs question. d'abord, j'ai été sélectionné pour le BAT Gecoll au mois de décembre 2015, et donc je voulais savoir si je peux "annulé" si je puis dire, cette sélection. (et oui, à cette date je n'avais pas encore eu de soucis) ensuite, comme je suis affecté en Martinique, est ce que je devrait rembourser les primes perçues pendant mon affectation ? et si je commence la démarche pour dénoncer mon contrat tant que je suis encore en Martinique, mon retour sera-t-il pris en charge, sachant que ma D.F.A est à juillet 2017 ? je précise que mon contrat QMF a été renouvelé au mois de décembre 2014 pour 4 ans. j’espère avoir été assez clair dans la description de ma situation. sinon, n’hésitez pas à me le faire savoir. Amicalement.
  16. Bonjour J'ai 17ans, je viens de finir mes épreuves du BAC ES, et je viens aussi de terminer ma Préparation Militaire Marine (PMM) de Grenoble, à laquelle j'ai terminé 2ème sur 56 ! Je postule pour MONAV en QMF pour la rentrée d'Octobre 2016, j'ai déjà passé mes tests au CSO de Lyon, et j'ai un avis "Très Favorable" pour le QMF. Y-a t-il des personnes qui postule pour QMF "MONAV" ou autres pour Octobre 2016 ?? et qui vont en QMF à Toulon ?? Quelqu'un connais les dates d'incorporations et des commissions ? Avoir fait une PMM ça a de l'importance dans le dossier, le recrutement ?
  17. Présentation...

    Salut salut Je postule pour la Marine Nationale en tant que Navigateur-Timonier (QMF et EDM) pour la rentrée d'Octobre 2016
  18. Présentation :D

    Bonjour Bonjour, J'ai 17ans, et je viens de finir mes épreuves du Bac ES. J'ai aussi fini ma Préparation Militaire Marine (PMM), à laquelle j'ai fini 2ème sur 56 ! Je postule pour la spécialité de Navigateur-Timonier en QMF à Toulon, et à l'école de Maistrance (EDM) à Brest, D'autres postule pour QMF ou EDM ???
  19. Présentation

    Bonjour à tous! je m'appelle Quentin, j'ai 17 ans, je passe mon baccalauréat ES dans deux semaines, et je souhaiterais intégrer les fusiliers marins puis, par la suite les commandos marine. Je compte ainsi pour cela, intégrer l'école de Maistrance! J'habite aux alentours de Toulon, et je viens de terminer un stage PMM; j'ai terminé 5ème sur 50 stagiaires.
  20. Bonjour à tous! je m'appelle Quentin, j'ai 17 ans, je passe mon baccalauréat ES dans deux semaines, et je souhaiterais intégrer les fusiliers marins puis, par la suite les commandos marine. Je compte ainsi pour cela, intégrer l'école de Maistrance! J'habite aux alentours de Toulon, et je viens de terminer un stage PMM; j'ai terminé 5ème sur 50 stagiaires. Mon problème, c'est ma myopie (plutôt légère: -1,5 à chaque oeil, mais handicapante dans l'armée en général surtout pour les spécialités qui me plaise). J'ai déjà effectué le test SIGYCOP à l'arsenal de Toulon car je devais effectuer une FMIR cet été (réserve pour mineur) mais le projet n'a malheureusement pas abouti, tout ça pour vous dire, qu'en bref, j'ai été classé Y2 en début d'année. Je me demandais tout simplement si ce résultat était suffisant pour viser les commandos marine, ou faudrait il que je revois mes ambitions... J'ai déjà discuté avec un ancien des commandos Hubert et il m'a dit qu'avec Y2 , ça passait mais bon, c'était il y a 20 ans, il m'a aussi dit que je pouvais me faire opérer dans le civil une fois engagé. Faudrait-il que je me fasse opérer dès maintenant? (mais cela me contraindrait à attendre 2 ans avant de m'engager), ou tout simplement faudrait-il que je repasse le test SIGYCOP à Lyon pour la présélection des fusiliers sans me poser de soucis? Sinon, je pensais me faire opérer durant mon année de Maistrance, une fois intégré, mais pensez vous que cela est envisageable? Merci de vos réponses!
  21. Combien de temps en mer

    Bonjour à tous , je suis pompier volontaire et j'aimerais intégrer la marine nationale mais j'aimerais savoir combien de temps passe t on en mer par an ? savoir si je peux continuer mon volontariat pendant mes jours de repos . merci
  22. Je vous propose quelques clichés de nos marins lors des différents défilés du 14 juillet 2015 : Tout d' abord à Paris, sur les Champs-Élysées : ( source : Marine Nationale ) A Perros-Guirrec : ( source Marine Nationale ) A Cherbourg : ( source Marine Nationale ) En Martinique : ( source Marine Nationale ) A Brest : ( source Marine Nationale ) ( source : Musée des fusiliers marins et commandos / Yoann Vergos ) A Ajaccio : ( source Marine Nationale ) A Toulon : ( source : FJ Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges )
  23. Feria de l' air à Nimes.

    Sur l' ancienne Base de l' Aéronautique Navale ( BAN ) de Nîmes Garons ( où j' ai eu la chance et le plaisir de servir ) les 26 et 27 septembre 2015 aura lieu la " Feria de l' air " : ( source : AERO ORGANISATION FERIA )
  24. Bonjours à tous et à toutes, Voilà je compte entrer dans la marine nationale et j'ai rendez vous demain après midi avec un conseiller CIRFA pour en savoir un peu plus et avoir un dossier de candidature, suite à ce rendez vous j'ai préparé une lettre de motivation pour intégrer l’école de Maistrance spécialité fusilier marin et j'aimerai avoir votre avis (par contre je ne sais pas si je met " madame, monsieur ") : Objet : Candidature pour l'école de Maistrance spécialité fusilier marin. Madame, Monsieur, Titulaire du BTS négociation relation client, je me permets de vous solliciter afin de vous adresser ma candidature pour intégrer la Marine Nationale. Ma passion pour le monde maritime et les métiers d'actions, m'ont donné l'envie de vous faire partager mes notions et mes compétences au sein de la Marine Nationale. Ayant le goût de l'aventure, le sens de l'orientation et pratiquant plusieurs sports, je saurai m'intégrer rapidement au cœur de la vie en mer et du travail en collectivité. Ma motivation, ma volonté et ma vivacité sont autant de qualité qui pourront répondre à vos attentes les plus exigeantes. D'un naturel dynamique et volontaire, au cours de mes dernières années scolaires et expériences professionnelles, j'ai acquis un sens de la responsabilité ainsi qu'une certaine maturité. Respect, rigueur, responsabilité et engagement sont des principes et valeurs omniprésents auxquelles je pourrai y apporter toute mon envie de réussir, de plus mon enthousiasme et ma volonté de faire partager mes connaissances au sein de l'école de Maistrance et de la Marine Nationale seront des principaux points fort essentiels dont je dispose pour allier plaisir et travail Intégrer la Marine Nationale représente pour moi une opportunité de bénéficier d’une formation de qualité, d'un métier où les valeurs essentielles d'Honneur, de Patrie et Fraternité règnent ainsi que de m’investir dans un secteur qui correspond à mon projet professionnel. Dans l’attente d’une réponse, je vous prie d'agréer, madame, monsieur, mes salutations les plus distinguées. Voilà, j'attends vos avis, n’hésitez pas à me corriger si il le faut. Merci
  25. Avis sur ma lettre de motivation - PMM

    Bonjour à tous ! J'ai dix-sept ans le 22 juillet et je compte faire ma Préparation Militaire Marine. J'aurais besoin d'avis sur ma lettre de motivation, ce que je dois modifier, supprimer ou rajouter. J'ai essayé de suivre le plan suivant : Pourquoi l'Armée ? Pourquoi la Marine ? Pourquoi une PMM ? Avec les mots clefs : Militaire, Marin, Missions et Métiers. C'est un peux brouillon mais je compte mettre tout ça au propre, manuscrit, mais j'attends de vos avis avant ! Merci. " Objet : candidature à la Préparation Militaire Marine Commandant, J’envisage dès l’obtention de mon baccalauréat de servir dans les rangs de la Marine Nationale. Fils d’un père en service dans l’armée de Terre, petit-fils de Spahis et de Marin ancien Maistrancier, neveu d’un armurier de l’armée de l’Air, les valeurs essentielles d’Honneur, Patrie et Fraternité m’ont été transmises par cette famille de militaire. Cette diversification familiale m’incite à remplir mon devoir de citoyen pour défendre les intérêts de la France et devenir à mon tour militaire. Mon choix se porte sur la Marine Nationale pour la polyvalence des nombreux métiers quelle propose et la diversité des missions qu’elle mène. Rejoindre la Marine Nationale pourrait me permettre de participer à ces nombreuses missions de défense qu’elle mène afin de protéger la France et ses intérêts. La force de dissuasion de la Marine Nationale me semble être la plus importante de toutes nos armées, car elle possède à elle seule d’importantes forces de frappe nucléaire et d'attaque, et elle est actuellement présente sur toutes les mers et océans prête à intervenir, sauver ou voir attaquer quiconque menaçant les intérêts vitaux de la France. La Préparation Militaire Marine me permettrait de découvrir le milieu militaire et la Marine en elle même. En espérant avoir retenu votre attention et que ma candidature soit prise en compte je vous prie de croire, Commandant, à mes respectueuses salutations. "