Jump to content
  • advertisement_alt
  • advertisement_alt
  • advertisement_alt

Search the Community

Showing results for tags 'ancien combattant'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • La vie du forum
    • Ma présentation
    • Membres
    • Support du forum
  • Actualité et débats
    • Relations internationales
    • Politique de défense française
    • Histoire
    • Matériel et innovation technologique
    • Evenements et rendez vous
  • Le parcours pour s'engager
    • JDC / PM
    • CIRFA
    • CSO
    • Lettres de motivations.
    • SMV
  • Les écoles
    • Armée de l'Air
    • Armée de Terre
    • La Marine Nationale
    • La Gendarmerie
    • Lycées de la Défense
  • Armées Françaises
    • Armée de l'Air
    • Armée De Terre
    • Marine Nationale
    • Gendarmerie Nationale
    • Services Inter Armées
    • Forces Spéciales
    • Réserve
    • Musique, aubade, fanfare, bagad...militaire
  • La reconversion
    • Après l'armée et la reconversion
  • Etre militaire, ses proches, après l'armée
    • Familles de militaires
    • Calendrier d'incorporation
  • A l'Internationale
    • Armées étrangères
  • Traditions, uniformes, insignes, décorations, recherches...
    • Traditions.
    • Uniformes.
    • Insignes.
    • Décorations.
    • Musées militaires ou commémoratifs.
    • Recherches généalogiques, parcours militaires, identifications...
  • Club des esprits aventureux's Sujets
  • Club voyage et joies simples.'s Une ou des envies de voyages?
  • Wargame's Wargame et scénario

Calendars

  • Calendrier
  • Club des esprits aventureux's Calendrier de l'Avent

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


AIM


MSN


Website URL


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Lieu


Mes centres d'intérêts

Found 3 results

  1. Résistant et pilote d'hélicoptère, Thomas Geffroy n'est plus Sa discrétion était inversement proportionnelle à ses états de service. Résistant et pilote d'hélicoptère Thomas Geffroy a été porté en terre à Lanmeur par ses pairs parachutistes. Très jeune résistant, devenu parachutiste puis pilote d’hélicoptère et instructeur, le capitaine Thomas Geffroy, homme discret, s’en est allé. Jeudi 30 septembre à Lanmeur, c’est une figure des anciens combattants du secteur qui a été portée en terre en présence de son épouse, de sa famille et de ses frères d’armes : un détachement en armes du 1er Régiment de chasseurs parachutistes venu de Pamiers, une trentaine de bérets rouges de l’Union nationale des parachutistes du Finistère, une délégation de l’Alat portant béret bleu mais aussi vingt drapeaux d’associations patriotiques du Trégor. Un biniou a entamé Amazing Grace et, conformément au souhait du défunt, c’est à gorge déployée que la quarantaine de parachutistes présents ont entonné un chant bien connu chez les troupes aéroportées, Debout les paras. Résistant à 17 ans Né le 19 décembre 1927 à Plouégat-Guérand, Thomas Geoffroy n’avait pas 15 ans, en 1942, lorsqu’il a intégré l’école des Pupilles de la Marine, alors basée à Saint-Mandrier près de Toulon. Deux ans plus tard, en juin 1944, il rejoignait le Bataillon FFI du maquis du Lot, au sein du 2e Régiment d’infanterie. ll participera à la Libération de la ville de Cahors et de Toulouse, puis s’engagera pour la durée de la guerre, en octobre 1944, avec la ferme volonté de libérer la France. En avril 1945, lors des combats pour la réduction de la poche allemande de la Pointe de Grave, Thomas Geffroy sera blessé par balle. Parachutiste Un temps en Allemagne, il se portera volontaire au sein du corps expéditionnaire en Extrême Orient. Par la suite volontaire pour servir à la 25e division aéroportée, il rejoindra Sétif, en Algérie, affecté au 2e Régiment de chasseurs parachutistes à compter d’avril 1946, puis au 1er Régiment de choc, « En pointe toujours ». C’est ensuite en Indochine qu’il sera breveté parachutiste, en avril 1947. Nommé sergent en 1948, il sera déjà titulaire de deux citations et de croix de Guerre des Théâtres d’opérations extérieures. Pilote d’hélico et instructeur Le 15 octobre 1954, à 26 ans, Thomas Geoffroy s’engagera dans un troisième grand conflit, la guerre d’Algérie. En 1957, il quitte les parachutistes pour devenir pilote d’hélicoptère avec le grade d’adjudant-chef, breveté sur Bell en 1957, puis sur Sikorsky en 1959 et enfin sur Vertol (surnommé la banane) en 1960 avec la qualification Vol sans visibilité en 1961. Pendant quatre années, jusqu’au cessez-le-feu de mars 1962, il aura souvent l’occasion d’héliporter en opération ses anciens camarades du 1er Régiment de chasseurs parachutistes. De multiples décorations Cité à nouveau à quatre reprises et décoré de la croix de la Valeur militaire, il rentrera en France et sera affecté à la base-école de l’Aviation légère de l’Armée de terre (Alat) à Dax, où il passera la qualification de moniteur pilote d’hélicoptère et sera promu au grade de sous-lieutenant. Officier instructeur durant neuf années, soucieux de faire de ses élèves d’excellents pilotes d’hélicoptère, il quittera l’armée en 1977 avec le grade de capitaine. Thomas Geffroy était commandeur de la Légion d’honneur, médaillé militaire, chevalier de l’Ordre national du Mérite, croix de Guerre des TOE avec 2 citations, croix de la Valeur militaire avec 4 citations, croix du Combattant volontaire, médaillé de l’Aéronautique (pour 93 sauts en parachute et 6 000 heures de vol comme pilote hélicoptère), et titulaire de la Médaille coloniale. La médaille d’honneur du Service de santé des armées lui avait été décernée pour avoir, durant la guerre d’Algérie, évacué en hélicoptère cargo 166 blessés en 115 évacuations sanitaires, dont 28 de nuit. (Source : https://actu.fr/bretagne/lanmeur_29113/lanmeur-resistant-et-pilote-d-helicoptere-thomas-geffroy-n-est-plus_45540120.html )
  2. La France vient de décoré l'un de ses derniers vétérans, des insignes de commandeur de la Légion d'honneur. Le vétéran de la Seconde Guerre mondiale Robert Jean, 100 ans, a reçu les insignes de commandeur de la Légion d'honneur, à Hérouville Saint-Clair, près de Caen. À l’occasion de la cérémonie commémorative de la victoire du 8 mai 1945 à Hérouville Saint-Clair, près de Caen (Calvados), le vétéran de la Seconde Guerre mondiale Robert Jean, âgé de 100 ans, déjà décoré de la croix de chevalier de la légion d’honneur depuis plusieurs années, s’est vu remettre les insignes de Commandeur de la légion d’honneur par le colonel Peltier. Entouré par sa famille, Robert Jean fêtera ses 101 ans en juillet prochain. C’est également le vétéran de l’amicale des anciens combattants. Vétéran de la Seconde Guerre mondiale, ancien chef d’escadron (commandant) dans l’artillerie. Était également présente à la cérémonie Colette Marin-Catherine. Cette Caennaise de 93 ans est l’héroïne du documentaire qui porte son nom et qui a reçu l’Oscar du meilleur court-métrage documentaire le 26 avril dernier aux Etats-Unis. https://actu.fr/normandie/herouville-saint-clair_14327/veteran-de-100-ans-robert-jean-a-ete-distingue-commandeur-de-la-legion-d-honneur-pres-de-caen_41795618.html?fbclid=IwAR1VMmAzA-yPH71E383uXkra_cse4G4Vd2ZBhWhusEwLYuCR2kxlpTfkKrs
  3. Nous apprenons la disparition de Robert Bayle. Cet officier de carrière va rejoindre l'armée dès 1950. Il sera déployé dans le Sahara, en Tunisie puis lors de la guerre d'Algérie, entre 1954 et 1962, soit la totalité de la guerre. Gravement blessé, il est rapatrié en France. Cet amoureux des peuples nord-africains et de l'Algérie française connait alors une seconde carrière administrative, avant de quitter l'armée. Robert avait 93 ans Robert nait dans une famille de pieds noirs le 17 octobre 1927. Son père est alors administrateur en chef des Services Civils. En 1950, alors âgé de 23 ans, Robert décide de s'engager dans l'armée : il rejoint comme officier, après sa formation, le corps des Affaires militaires musulmanes. Ce corps d'officiers spécialisé, créé en 1938, vise à apporter des solutions aux problèmes particuliers rencontrés par l'armée au sein du monde musulman. Robert est ainsi déployé pour la première fois dans le Sahara : il participe aux premiers combats dans le sud de la Tunisie dès 1952. Puis il est appelé en Algérie en 1954 : il va participer à l'intégralité du conflit franco-algérien, entre 1954 à 1962. Ainsi, entre 1959 et 1961, il est en charge de la création et du fonctionnement du Centre d'information de Kabylie à Dellys, une structure non officielle ayant pour objectif de former les futurs conseillers municipaux tout en cherchant à recruter certains membres du Front de libération nationale, le FLN, alors opposé à la France coloniale et luttant pour l'indépendance de l'Algérie. Mais que faire de cet homme, partisan de l'Algérie française et anti-FLN ? La Sécurité Militaire ne désire pas qu'il revienne en France alors que la situation en Algérie est toujours tendue. À la suite du putsch des généraux, fin avril 1961, sa position devient précaire et sa fonction, au sein du Centre d'information, lui est retirée. Début 1962, Robert est nommé chef du 2° bureau de la célèbre 27° Division d'infanterie Alpine, sous les ordres du général Alain Le Ray, ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale. Mais cette nouvelle affectation place Roger Bayle sous le feu des projecteurs ennemis : il devient une cible pour le FLN, qui le condamné à mort à 3 reprises. Il est placé, par l'armée française, sur la liste des officiers en danger de mort, à rapatrier d'urgence. Il est même grièvement blessé au ventre lors d'un attentat à Ghardaia cette époque, attaque terroriste qui lui luisse une invalidité permanente. Mais Robert possède des états de service exceptionnels et il est apprécié par sa hiérarchie : en octobre 1962, après son rapatriement en France, il est nommé, à Agde, comme sous-directeur de l'antenne du Groupement des Contrôles Radioélectriques, organisme placé directement sous l'autorité du Premier Ministre. Il crée une cellule d'écoute et de traduction des émissions arabes hostiles à la France, surveillant notamment Alger, Tunis, Pékin, Le Caire ou encore Moscou. Mais son passé lui colle à la peau : en 1965, le Président de la République, Charles de Gaulle, se rend à Montpellier. Robert est alors éloigné par ses officiers supérieurs, qui ont peur qu'il invective De Gaulle s'il le croise ! Il est envoyé en congés forcés, à l'île Rousse, en Corse, par mesure de sécurité ! Cette histoire en est trop pour Robert, qui décide de démissionner en 1968. Dans le civil, il devient agent d'assurances puis agent immobilier mais reste très engagé auprès des anciens combattants. Durant sa carrière militaire, il fut décoré de la Croix de la Valeur Militaire avec 3 citations. En 1984, Il est nommé à titre militaire Chevalier de la Légion d'honneur. Le 27 septembre 2009, il est élevé au titre d'officier de la Légion d'honneur. Enfin, en 2013, il devient Administrateur National de l'association La légion d'Honneur des Décorés au péril de leur vie pour faits de guerre ou d'héroïsme civil. Il était particulièrement actif à Agde, où il sera regretté. (Source : herault-direct.fr - Passionmilitaria)
×
×
  • Create New...