Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'algérie'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • La vie du forum
    • Ma présentation
    • Membres
    • Support du forum
  • Actualité et débats
    • Relations internationales
    • Politique de défense française
    • Histoire
    • Matériel et innovation technologique
    • Evenements et rendez vous
  • Le parcours pour s'engager
    • JDC / PM
    • CIRFA
    • CSO
    • Lettres de motivations.
    • SMV
  • Les écoles
    • Armée de l'Air
    • Armée de Terre
    • La Marine Nationale
    • La Gendarmerie
    • Lycées de la Défense
  • Armées Françaises
    • Armée de l'Air
    • Armée De Terre
    • Marine Nationale
    • Gendarmerie Nationale
    • Services Inter Armées
    • Forces Spéciales
    • Réserve
    • Musique, aubade, fanfare, bagad...militaire
  • La reconversion
    • Après l'armée et la reconversion
  • Etre militaire, ses proches, après l'armée
    • Familles de militaires
    • Calendrier d'incorporation
  • A l'Internationale
    • Armées étrangères
  • Traditions, uniformes, insignes, décorations, recherches...
    • Traditions.
    • Uniformes.
    • Insignes.
    • Décorations.
    • Musées militaires ou commémoratifs.
    • Recherches généalogiques, parcours militaires, identifications...
  • Club des esprits aventureux's Sujets
  • Club voyage et joies simples.'s Une ou des envies de voyages?
  • Wargame's Wargame et scénario
  • NVAR Lions Club's Travel

Calendars

  • Calendrier
  • Club des esprits aventureux's Calendrier de l'Avent
  • NVAR Lions Club's Events

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


AIM


MSN


Website URL


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Lieu


Mes centres d'intérêts

Found 10 results

  1. De 1940 dans la Méditerranée à 1982 dans l'océan Atlantique. De Mers el-Kébir aux Malouines. «Messieurs les Anglais, tirez les premiers !» L’ignominie de Mers el-Kébir doit être comprise à la fois comme l’un des derniers épisodes de la grande rivalité impériale et maritime anglo-française... ...Dernier avatar de la guerre éternelle de ces anciens géants devenus nains : le 4 mai 1982, deux pilotes argentins, sur Super-Étendard, coulaient le HMS Sheffield, tirant leur Exocet AM39, de fabrication française : 22 marins furent tués, 26 au moins blessés. Combats pour des poussières d’empire… Des techniciens français se trouvaient à Buenos Aires au moment des faits. On sait qu’ils n’y faisaient pas du tourisme. https://www.bvoltaire.fr/de-mers-el-kebir-aux-malouines-messieurs-les-anglais-tirez-les-premiers/
  2. « Un homme d’explosions brusques et de feu aux yeux gris et perçants », ainsi le décrit le commandant Hélie Denoix de Saint Marc qui le considère comme un des « deux capitaines [qui] ont eu une importance capitale dans ma vie […] C’était un solitaire. Il affrontait le destin de manière rageuse et désenchantée, sans céder un pouce sur la fierté, son moteur le plus sûr. » Ajoutons à ces traits de personnalité une stature physique imposante et un visage, une « gueule de guerrier » . Tel se présente Roger Faulques au lecteur. Il est né à Koblentz, en 1924, d’un père adjudant au 4e RTA et d’une mère pyrénéenne. Deux de ses oncles sont tombés au Champ d’Honneur pendant la Grande Guerre. C’est tout naturellement que, élevé dans un milieu imprégné des valeurs militaires, il va préparer Saint-Cyr à Toulouse. Mais la fermeture de l’École fin 1942 y met un terme et en mars 1944 il rejoint la Résistance, le célèbre Corps-Franc Pommiès, puis il fera la campagne de France avec la 1re Armée de De Lattre, il a vingt ans, est caporal et reçoit sa première citation en Alsace. Son ascendant sur ses coéquipiers et sa bravoure le font remarquer par ses chefs qui l’envoient à l’École militaire interarmes de Coëtquidan. Il y intègre la promotion Victoire, en juillet 1945, où il se liera avec d’autres futures figures légionnaires, « Loulou » Martin, Louis Stien et Georges Hamacek. Il en sortira sous-lieutenant fin décembre 1945 et choisit la Légion étrangère. Le sous-lieutenant Faulques est affecté au 3e REI avec lequel il débarque en Indochine le 25 avril 1946. C’est sur cette terre d’Asie que va se forger sa légende. Il la quittera, après trois séjours, en 1954 avec 7 blessures, 8 citations (dont 5 à l’ordre de l’Armée) et aura été fait chevalier à vingt-trois ans puis promu officier de la Légion d’Honneur à vingt-cinq ans ! Grièvement blessé lors des combats pour dégager le poste de Phu Tong Hoa, il est rapatrié en Métropole en octobre 1948. Il y trouve « l’incompréhension si ce n’est l’hostilité » et n’a qu’une hâte, « retrouver ces amitiés, ces dévouements noués dans les dangers partagés ». Sa convalescence achevée, il va effectuer les stages de spécialité parachutiste à Pau et se retrouve affecté au 3e BEP, à Sétif, puis au 1er BEP qu’il rejoint à Hanoï en avril 1950. Il y prend le commandement du PEG (peloton d’élèves gradés) dont il va faire l’unité d’élite du régiment. Retenons le plus célèbre de ses faits d’armes, le 6 octobre 1950 : celui de la sortie du cirque de Coc Xa. Une seule issue pour les unités, 11e Tabor et 1er BEP, encerclées par le Viet Minh (VM), le passage de La Source, tenu par l’ennemi. C’est par une percée héroïque que le lieutenant Faulques, à la tête du PEG, au prix de pertes énormes et de plusieurs blessures graves, dans « un corps à corps démentiel », permettra aux assiégés de sortir du piège des Viets. Ce sera, hélas, un court répit et bon nombre de « survivants » des combats de la RC4 tomberont encore ou seront fait prisonniers. Seul officier rendu par le VM, en raison de son état jugé désespéré, il est évacué à Hanoï où, décoré sur son lit d’hôpital, il expliquera vertement aux autorités présentes sa façon de penser sur les erreurs de commandement lors de l’affaire de la RC4. Les soins se poursuivront au Val-de-Grâce, à Paris, pendant deux années au cours desquelles il épousera son infirmière dévouée, Madeleine Rigail, le 12 avril 1952. À peine rétabli, il demande à repartir en Indochine et il débarque à Hanoï en février 1953 où il rejoint le Groupement des commandos mixtes aéroportés (GCMA) formé d’ethnies hostiles aux VM et chargés de harceler les arrières ennemis. Il va y faire merveille. Mais le désastre de Diên Biên Phu sonnera le glas de la présence française. Faulques quittera l’Indochine le cœur gros, laissant derrière lui huit années de sa vie, « les plus riches et les plus exaltantes ». Il écrira plus tard, parlant des « survivants de cette épopée », dans ce qui est un parfait autoportrait : « Soldats de l’impossible, sans calcul, sûrs d’eux-mêmes et orgueilleux de leurs sacrifices, ayant enterré dans cette terre d’Extrême-Orient leurs illusions de jeunesse et les meilleurs de leurs camarades, ce qui est peut-être le prix à payer pour vivre en hommes. » Après de nombreux examens médicaux, il rejoint le 1er REP en avril 1955 à Zéralda, commandé par le chef de bataillon Jeanpierre. Il y retrouve une unité très soudée autour d’officiers de valeur : Saint Marc, Loth, Loulou Martin, Ysquierdo, Bonelli et, bientôt, son grand ami Robin. L’entraînement est intensif et il force l’admiration en atterrissant sur un pied, lors des sauts en raison d’un vieux souvenir de Coc Xa… Après l’affaire de Suez dont l’échec renforce l’impression de trahison qu’éprouvent les soldats vis-à-vis de la classe politique, c’est le retour en Algérie où le FLN crée un climat de terreur, en particulier à Alger, en posant des bombes dans les lieux publics, bars, stades, écoles, etc. En juin 1957, le pouvoir politique confie les pleins pouvoirs de police à la 10e DP, commandée par le général Massu. La ville va être quadrillée en secteurs répartis par régiments. Dans celui du REP, c’est le capitaine Faulques qui est responsable du renseignement. La Police refusant de lui fournir ses dossiers, il en organise le cambriolage. Des prêtres sont complices des poseurs de bombes ? Il les arrête ! Scandalisé par la vue des soutanes, son chef de corps, le Lcl Brothier, lui ordonne de les relâcher : « Faulques, obéissez. Je peux briser votre carrière ! – Vous ne briserez rien du tout, je vous flanque ma démission. J’en ai marre de cette armée de dégonflés. Au revoir et bonne carrière. » Les interventions de Jeanpierre et de Massu lui rendront justice, il restera. L’obtention des renseignements ne va pas sans violence et une campagne de presse va se développer contre « la torture en Algérie » dont Faulques sera une des principales victimes et qu’il traitera par le mépris. Quoi qu’il en soit, la bataille d’Alger est gagnée et le FLN définitivement éradiqué. Il est alors affecté à l’état-major de la 10e DP mais le fort caractère de Faulques ne le pousse pas à obéir à n’importe quel supérieur, surtout si celui-ci n’est pas originaire de la Légion étrangère… Muté au 2e REP en août 1960, il retrouve son ami Cabiro, avec lequel il va monter quelques belles opérations. Il n’est pas dupe des changements de cap de De Gaulle en Algérie et doit, par ailleurs, faire face aux accusations de torture : il en est à sa 23e citation à comparaître devant le juge d’instruction… Écœuré par ce contexte politico-judiciaire, il demande sa mise en disponibilité de l’Armée en janvier 1961, décision difficile mais inévitable. Il quitte l’Algérie avec deux nouvelles citations et la cravate de commandeur de la Légion d’Honneur à trente-cinq ans. Mais la guerre continue pour lui puisque, pendant encore dix-neuf ans, il encadrera des mercenaires français au Katanga, au Yémen puis au Biafra, de 1961 à 1968, et qu’on le verra, ensuite, jusqu’en 1980 en Arabie saoudite, en Éthiopie, au Liban et même en Chine comme conseiller d’une entreprise privée très discrète… On peut avoir une idée des événements du Katanga à travers le roman de Lartéguy, Les Chimères noires, dont le personnage du héros, La Roncière, est inspiré de Roger Faulques. En 1968, il est accusé par L’Express d’avoir torturé deux militants communistes en Algérie, Maurice Audin et Henri Alleg. Il assignera l’hebdomadaire en diffamation et le fera condamner fin 1969. En 1980, le commandant Faulques prend une retraite discrète à Nice, il sera promu grand officier de la Légion d’Honneur en 2004. Le 30 avril 2010, pour le 147e anniversaire du combat de Camerone, c’est lui, suprême distinction, qui est désigné par le commandement de la Légion étrangère pour porter « La Main » du capitaine Danjou, relique insigne présentée chaque année, sur le front des troupes, à Aubagne, sur la Voie Sacrée du 1er Étranger, par un Ancien particulièrement représentatif des valeurs de la Légion. Il confiera plus tard qu’à ce moment, il ne lui aurait « pas déplu de mourir sur la Voie Sacrée au milieu des légionnaires ». Cet honneur viendra couronner les mille vies de ce guerrier qui s’éteindra un an plus tard, le 6 novembre 2011. Il aura parcouru le monde, les armes à la main durant trente-six ans, de 1944 à 1980. Vies qu’il résumera en confiant à un journaliste niçois : « Nous nous sommes bien amusés ! » (Source: Défense)
  3. J'ai appris il y a peu la disparition du colonel Jacques Allaire que j'avais eu la chance de rencontrer lors de "Saumur en Uniformes" en 2013. Il s'est éteint dans sa 98e année. Lui qui avait rejoint la Résistance dans la Sarthe, qui s'était engagé dans la France Libre, qui avait été parachuté au-dessus de Dien Bien Phu avec le bataillon Bigeard, qui avait survécu aux camps de prisonniers d'Indochine et qui avait combattu en Algérie. Jacques Allaire est né le 8 mars 1924. Pourtant malade (poliomyélite), Jacques va passer sa vie à combattre. Alors qu'il a tout juste 20 ans et qu'il est libraire, il quitte tout et rejoint la lutte armée. Il combat avec les Forces françaises de l'intérieur dans la Sarthe, participant à la libération du Mans. Après la Libération de Paris, il décide de rejoindre l'armée régulière, au sein du 9e régiment de zouaves. Volontaire pour rejoindre le corps expéditionnaire français en Extrême-Orient, on l'affecte en aout 1945 dans un bataillon de transmissions en Indochine. Mais la capitulation japonaise met fin à ce déploiement. Rapatrié, il est envoyé au 4e régiment d'infanterie coloniale. Il est breveté para le 15 octobre 1947. Il est renvoyé en Indochine le 15 novembre 1947 avec le 2e bataillon parachutiste de choc. Il multiplie les engagements, étant décoré comme sergent. Il rentre en France le 30 mars 1950 et rejoint Saint-Maixent comme Élève officier de réserve. Affecté au 5e bataillon parachutistes d'infanterie coloniale, il repart une 3e fois en Indochine et combat lors des terribles affrontements de Na San. Il est cité pour une seconde fois et reçoit la croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs avec étoile d'argent. Sa carrière prend un tournant lorsque le sous-lieutenant Allaire est affecté au célèbre 6e bataillon de parachutistes coloniaux commandé par Bigeard. Il y dirige la section de mortiers. Lors de l'opération Castor (novembre 1953), il est parachuté sur le camp retranché de Dien Bien Phu. Une fois le camp sécurisé, les paras repartent sur Hanoï. Il saute à nouveau sur la cuvette le 16 mars 1954, cette fois au soutien des forces retranchées. Après la chute de Dien Bien Phu, Jacques est fait prisonnier. Malgré son handicap, il va marcher les 700 km pour rejoindre les camps de rééducation ennemis. Il est alors l'un des soldats les plus décorés de l'armée, avec 5 citations. Il est libéré, avec les autres soldats français, en juillet 1954 à la suite des accords de Genève. Il obtient la Légion d’honneur à son retour. Mais sa carrière n'est pas terminée. Jacques participe aux opérations au canal de Suez en 1956 avant de retourner en Algérie, où il a été déployé précédemment. Il participe à la Bataille d’Alger. Il est finalement libéré de l'armée quelques temps après. Il devient le conseiller militaire du président du Bénin Mathieu Kérékou. Il retournera plusieurs fois en Indochine, notamment comme conseiller du réalisateur Pierre Schoendoerffer pour son film Diên Biên Phu. En Novembre 2018, Jacques accompagne le premier ministre Édouard Philippe à Diên Biên Phu. Ses funérailles sont célébrées le 6 avril 2022 dans la cathédrale Saint-Louis des Invalides en présence d’Édouard Philippe (Source : Ouest-France & Roger VANDENBERGHE (Facebook) Wikipédia)
  4. La guerre d'Algérie est toujours un sujet sensible, notamment pour les familles ayant des appelés ou des rappelés en leurs sein. Longtemps considéré comme du maintien de l'ordre (dans une colonie ou un département) il fallût beaucoup de temps pour que la France reconnaisse ce conflit et ose enfin l'appelé "guerre d'Algérie". Cette guerre a marquée nombre de militaires, par l'abandon des supplétifs, appelé "Harkis", la majorité resté sur le sol algérien fut assassiné cruellement, les autres rapatrié en métropole furent parqué dans des camps sans aucune reconnaissance. Ce jeudi, les députés ont entamé l'examen du projet de loi qui vise à reconnaître et à indemniser cette communauté longtemps stigmatisée. © afp.com/GERARD JULIEN Des anciens combattants harkis participent à une cérémonie officielle devant le monument aux morts de Mas-Thibert à Arles, le 25 septembre 2011, lors de la Journée nationale d'hommage aux harkis Il s'agit de "dépasser dénis et tabous", a martelé la ministre déléguée chargée de la Mémoire et des Anciens combattants Geneviève Darrieussecq. Les députés ont débuté jeudi l'examen d'un projet de loi pour demander "pardon" aux harkis et à leurs familles. Leur histoire tragique a parfois suscité l'émotion à l'Assemblée nationale, où planent encore les fantômes de la guerre d'Algérie. Près de 130 amendements ont été déposés sur le texte qui se veut la traduction législative d'un discours d'Emmanuel Macron le 20 septembre à l'Elysée devant les représentants de cette communauté. Près de soixante ans après la fin de la guerre d'Algérie, le texte vise à allier dimension mémorielle et indemnisation. C'est un "tournant historique dans la reconnaissance", s'est félicitée la ministre déléguée. Le projet de loi jongle avec le symbolique et le concret. Il reconnaît les "services rendus en Algérie par les anciens membres des formations supplétives qui ont servi la France et qu'elle a délaissés lors du processus d'indépendance de ce pays". Jusqu'à 200 000 harkis avaient été recrutés comme auxiliaires de l'armée française pendant le conflit entre 1954 et 1962. Mais après les accords d'Evian le 18 mars 1962 consacrant la défaite française en Algérie, le gouvernement français refuse leur rapatriement massif. Seuls quelque 42 000 harkis sont évacués en France par l'armée vers des camps aux conditions de vie difficiles. D'autres y parviennent clandestinement et au total environ 90 000 personnes arrivent en France, pour la majorité entre 1962 et 1965. Le texte reconnaît également "les conditions indignes de l'accueil" qui leur a été réservé. Près de la moitié d'entre eux ont été relégués dans des camps et des hameaux de forestage. Le projet de loi prévoit aussi la "réparation" du préjudice avec, à la clef, une somme forfaitaire tenant compte de la durée du séjour dans ces structures. D'ores et déjà, cinquante millions d'euros ont été inscrits dans le projet de budget 2022 pour abonder le fonds d'indemnisation. A gauche ou à droite, les oppositions demandent que les mesures de réparation touchent tous les harkis, et pas seulement ceux qui ont "transité par ces camps", selon le communiste André Chassaigne. De son côté, Julien Aubert (LR) a demandé à ne "pas trier" les harkis ni "hiérarchiser leurs souffrances". Le projet de loi "n'a pas vocation à dire l'Histoire ou à décrire les souffrances", a ajouté la ministre déléguée. Selon elle, "la réparation ne peut pas tout, elle n'efface pas les souvenirs douloureux". "Malheur à ceux qui réactivent sans celle les termes du conflit" Sous le regard de représentants de la communauté harkie présents en tribune, plusieurs orateurs des groupes politiques, dont certains sont des descendants de rapatriés d'Algérie, ont laissé percer leur émotion telle la rapporteure LREM Patricia Mirallès. Emotion également partagée par des députés comme David Habib (PS) ou Alexis Corbière (LFI) dont les circonscriptions comptent de nombreux descendants de ces Algériens qui ont combattu aux côtés de l'armée française avant de débarquer en métropole dans "des conditions indignes". "La guerre est finie et malheur à ceux qui réactivent sans cesse les termes du conflit", a déclaré Alexis Corbière, visant implicitement le polémiste d'extrême droite Eric Zemmour. Les harkis et leurs descendants formeraient aujourd'hui une communauté de plusieurs centaines de milliers de personnes. Depuis 1974, plusieurs de leurs enfants ont mené des grèves de la faim et manifesté pour obtenir la reconnaissance de leur drame. Leurs parents ont connu une intégration difficile en France, à la fois assimilés à des immigrés et rejetés par les immigrés. En 2000, le président algérien Abdelaziz Bouteflika les avait qualifiés de "collaborateurs", excluant leur retour en Algérie. Pour la première fois en 2016, le président français François Hollande reconnaît les "responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des harkis, les massacres de ceux restés en Algérie et les conditions d'accueil inhumaines des familles transférées dans les camps en France". Avec ce projet de loi, le président Macron va plus loin que ses prédécesseurs depuis Jacques Chirac, en reconnaissant une "dette" envers ces hommes, mais aussi leurs familles. En 2018, un "plan harkis" est lancé et permet de débloquer 40 millions d'euros sur quatre ans pour revaloriser les pensions des anciens combattants et aider leurs descendants. La même année, le Conseil d'Etat condamne la France à indemniser un fils de harki ayant subi des "séquelles" d'une vie aux conditions "indignes" dans les camps. Le 20 septembre dernier, le président Emmanuel Macron leur demande "pardon" au nom de la France pour leur "tragédie" vécue et promet "réparation". (source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/guerre-d-algérie-ce-que-contient-le-projet-de-loi-pour-demander-pardon-aux-harkis/ar-AAQRMRn?ocid=msedgntp )
  5. Résistant et pilote d'hélicoptère, Thomas Geffroy n'est plus Sa discrétion était inversement proportionnelle à ses états de service. Résistant et pilote d'hélicoptère Thomas Geffroy a été porté en terre à Lanmeur par ses pairs parachutistes. Très jeune résistant, devenu parachutiste puis pilote d’hélicoptère et instructeur, le capitaine Thomas Geffroy, homme discret, s’en est allé. Jeudi 30 septembre à Lanmeur, c’est une figure des anciens combattants du secteur qui a été portée en terre en présence de son épouse, de sa famille et de ses frères d’armes : un détachement en armes du 1er Régiment de chasseurs parachutistes venu de Pamiers, une trentaine de bérets rouges de l’Union nationale des parachutistes du Finistère, une délégation de l’Alat portant béret bleu mais aussi vingt drapeaux d’associations patriotiques du Trégor. Un biniou a entamé Amazing Grace et, conformément au souhait du défunt, c’est à gorge déployée que la quarantaine de parachutistes présents ont entonné un chant bien connu chez les troupes aéroportées, Debout les paras. Résistant à 17 ans Né le 19 décembre 1927 à Plouégat-Guérand, Thomas Geoffroy n’avait pas 15 ans, en 1942, lorsqu’il a intégré l’école des Pupilles de la Marine, alors basée à Saint-Mandrier près de Toulon. Deux ans plus tard, en juin 1944, il rejoignait le Bataillon FFI du maquis du Lot, au sein du 2e Régiment d’infanterie. ll participera à la Libération de la ville de Cahors et de Toulouse, puis s’engagera pour la durée de la guerre, en octobre 1944, avec la ferme volonté de libérer la France. En avril 1945, lors des combats pour la réduction de la poche allemande de la Pointe de Grave, Thomas Geffroy sera blessé par balle. Parachutiste Un temps en Allemagne, il se portera volontaire au sein du corps expéditionnaire en Extrême Orient. Par la suite volontaire pour servir à la 25e division aéroportée, il rejoindra Sétif, en Algérie, affecté au 2e Régiment de chasseurs parachutistes à compter d’avril 1946, puis au 1er Régiment de choc, « En pointe toujours ». C’est ensuite en Indochine qu’il sera breveté parachutiste, en avril 1947. Nommé sergent en 1948, il sera déjà titulaire de deux citations et de croix de Guerre des Théâtres d’opérations extérieures. Pilote d’hélico et instructeur Le 15 octobre 1954, à 26 ans, Thomas Geoffroy s’engagera dans un troisième grand conflit, la guerre d’Algérie. En 1957, il quitte les parachutistes pour devenir pilote d’hélicoptère avec le grade d’adjudant-chef, breveté sur Bell en 1957, puis sur Sikorsky en 1959 et enfin sur Vertol (surnommé la banane) en 1960 avec la qualification Vol sans visibilité en 1961. Pendant quatre années, jusqu’au cessez-le-feu de mars 1962, il aura souvent l’occasion d’héliporter en opération ses anciens camarades du 1er Régiment de chasseurs parachutistes. De multiples décorations Cité à nouveau à quatre reprises et décoré de la croix de la Valeur militaire, il rentrera en France et sera affecté à la base-école de l’Aviation légère de l’Armée de terre (Alat) à Dax, où il passera la qualification de moniteur pilote d’hélicoptère et sera promu au grade de sous-lieutenant. Officier instructeur durant neuf années, soucieux de faire de ses élèves d’excellents pilotes d’hélicoptère, il quittera l’armée en 1977 avec le grade de capitaine. Thomas Geffroy était commandeur de la Légion d’honneur, médaillé militaire, chevalier de l’Ordre national du Mérite, croix de Guerre des TOE avec 2 citations, croix de la Valeur militaire avec 4 citations, croix du Combattant volontaire, médaillé de l’Aéronautique (pour 93 sauts en parachute et 6 000 heures de vol comme pilote hélicoptère), et titulaire de la Médaille coloniale. La médaille d’honneur du Service de santé des armées lui avait été décernée pour avoir, durant la guerre d’Algérie, évacué en hélicoptère cargo 166 blessés en 115 évacuations sanitaires, dont 28 de nuit. (Source : https://actu.fr/bretagne/lanmeur_29113/lanmeur-resistant-et-pilote-d-helicoptere-thomas-geffroy-n-est-plus_45540120.html )
  6. nous avons appris de décès de l'adjudant-chef (ER) Ernest Frouart, le 18 juillet 2021, à l'âge de 94 ans. On les nomme les "Maréchaux de la Légion étrangère" Engagé en 1946, à l’âge de 19 ans, il participe à la campagne d’Indochine avec le 3e Régiment étranger d'infanterie puis sert au Cambodge. Caporal en 1948, sergent en 1950, il est volontaire pour le 3ème BEP puis le 2ème BEP au sein duquel il fait deux séjours en Indochine. Sergent-chef en 1952, deux fois cité, il fait un troisième séjour en Indochine avant de se retrouver en AFN en 1955. C’est alors pour lui la Campagne d’Algérie avec le 2e REP - 2ème Régiment étranger de parachutistes. Adjudant en 1956, une nouvelle citation et il nommé au grade de chevalier dans l'ordre de la Légion d’honneur, marque de la reconnaissance de la Nation pour un soldat d'exception. En 1959, L’adjudant/chef Frouart rejoint le 1er Régiment étranger et prend sa retraite en 1964. Il était Commandeur de la Légion d'honneur, médaillé militaire, blessé totalisant huit citations dont deux à l'ordre de l'Armée. Il été autorisé à porter, à titre individuellement, la fourragère aux couleurs de la médaille militaire. Source : https://l.facebook.com/l.php?u=https%3A%2F%2Fwww.legionetrangere.fr%2F79-infos-fsale%2F833-la-mort-au-combat-d-un-heros.html%3Ffbclid%3DIwAR1vK5PTFzH2Or87v-cdEff5M5qVLTAluNuC1wPU03un02DsC8-_z74HMP8&h=AT1P_t9si24PET7-s0wClWWXFleu2W_HBdI9FapcJo6UuzQIQCtX5tRx6MBixLdf7_1jJyJPGqq6jGA-F4bPIjGwODifGB8HuAeFcked5l3OZFqVFbsNp85mL6humVMAQqFp&__tn__=-UK-R&c[0]=AT3A7Nkhvhsl6nDKfzO2TTQ4m9Ynb4sL0Lv2vsrUauFdbTx99L1tCrJLo_fnh1o93axJcv63KPRjWP7z6awPMPpVYK7shriCwuD2UxE8o0I2gOV-ZJFdJtViu2Xpq0WCiktdeRDkR-i5NThlAZe_wAjT6MvyAwgQxp9COfETYREItkQ
  7. Yatagan - Tempête. Dans l'histoire des commandos marine, l'histoire oublie les commandos Yatagan et Tempête. Le commando YATAGAN fut une unité de contre-guérilla constituée de volontaires algériens ( réguliers et harkis) pour la recherche du renseignement et son exploitation éventuelle sur le secteur de la D B F M. Sa création officielle date de Novembre 1956. Il fut tout d'abord désigné administrativement sous le titre de 80 ème G M P R (Groupe mobile de protection rurale ). Il fut placé sous le commandement du capitaine Delayen, un marsouin de "choc" qui avait déjà commandé des supplétifs en Indochine. le Capitaine Delayen présente son Commando constitué de musulmans encadrés par des fusiliers-marins-commandos Il a formé ce Commando à Nemours en novembre 1956. Il en prend le commandement le 1er juillet 1957 . le Capitaine Delayen. En mars 1955, à l’issue du vote favorable du parlement, le gouvernement décrète l'état d'urgence en Algérie. Un an plus tard, le 16 mars 1956, les pouvoirs spéciaux sont donnés aux forces armées ; et les décrets relatifs à organisation territoriale et à l'envoi des appelés du contingent en Algérie pour assurer le « maintien de l'ordre », sont publiés. En outre, le parlement vote la loi sur l'allongement de la durée du service militaire. Avec ces dispositions, la Marine Nationale, disposant d’un sureffectif, décide en avril 1956 la création d’une demi-brigade de fusiliers marins (DBFM), commandée par un capitaine de vaisseau, et formée d’un état-major, de trois bataillons d’infanterie et de cinq compagnies de combat. La DBFM se voit confier le sous secteur de Nemours, dans l’ouest oranais ; sa zone d’action s’étendant d’Honaïne à l’est, jusqu’à la frontière marocaine à l’ouest, et du littoral méditerranéen jusqu’à la ville de Nédroma, au sud. La demi-brigade relevant administrativement de l’amiral, préfet maritime de la quatrième région maritime, est placée sous le commandement opérationnel du général commandant le corps d’armée d’Oran, pour toutes les opérations de maintien de l’ordre à terre, mais relève toutefois directement du préfet maritime pour les opérations de surveillance maritime dans les eaux immédiates et le cordon littoral. La DBFM dispose du concours d’autres unités de la Marine Nationale : les commandos de Marine pour la neutralisation de groupes armés rebelles interceptés, le groupement d’hélicoptères de l’aéronautique navale (GHAN) pour l’envoi des renforts et les évacuations sanitaires, les bâtiments de surveillance maritime pour des bombardements ponctuels, les avions de l’aéronautique navale pour la surveillance aérienne et les tirs d’armes automatiques. Des supplétifs algériens (harkis) sont engagés, pour former le commando « Yatagan », renommé « Tempête », ou pour former des harkas, intégrés dans les compagnies. Les officiers de l’état major, les commandants de bataillon et ceux de compagnie sont tous des officiers d’active de la spécialité fusilier, ayant l’expérience des combats en Indochine. Les chefs de section sont des enseignes de vaisseau d’active, ou de réserve, ou des officiers mariniers supérieurs de la spécialité fusilier. Le reste de l’encadrement est composé d’officiers mariniers de diverses spécialités. Les effectifs sont d’environ 2000 hommes. La durée de l’affectation est généralement de douze mois. Tous les deux mois un contingent est relevé, et remplacé par des marins ayant suivi le stage de formation fusilier au centre d’instruction de la réserve (CIR) du centre de Siroco, implanté au cap Matifou, près d’Alger. Le 1er juin 1956, débarquent à Nemours du B.D.C. Cheliff, les premier éléments de la D.B.F.M., comprenant l’état major, la compagnie de commandement d’appui et de soutien (CCAS), et le premier bataillon qui a pour mission d’assurer la sécurité de la ville de Nemours et de la partie est du secteur. Le deuxième bataillon arrive à Nemours le 2 juin 1956, avec pour mission de sécuriser les voies de communications et la sécurisation de la partie ouest du secteur. Il est formé au centre interarmées des opérations amphibies (CIOA) d’Arzew, avec des éléments des compagnies de protection. Le poste de commandement s’installe au village de Beghaoun à environ 10 km de Nemours, et les compagnies sont positionnées sur les plateaux. Le troisième bataillon arrive à Nemours le 15 juillet 1956, avec pour mission de garder le barrage électrifié, construit en retrait de la frontière, et d’en assurer la parfaite étanchéité. Il est formé aux dépôts des équipages de Toulon et de Cherbourg. Le poste de commandement s’installe à Bab el Assa, et les compagnies sont positionnées le long de la frontière marocaine, entre Tizza au nord, et Bled es Souani au sud. Il doit aussi assurer la sécurité dans le secteur de S’Mirda Fouaga. De 1956 à 1959, après de nombreux combats, tels ceux du Fillaoussène et du Djebel Zakri, les 1er et 2ème bataillons réussissent à pacifier complètement cette zone devenue une des plus calmes de toute l’Algérie. Après les premières années de combats acharnés, grâce à leurs patrouilles et embuscades, ils obligent les adversaires à se terrer et à fuir, tout en maintenant un contact incessant avec les populations musulmanes, leur apportant une aide dans les domaines les plus divers de l’administration, de l’enseignement et de l’aide médicale. La zone d’action de la DBFM est alors étendue vers l’est pour couvrir les djebels Tadjera, Sofiane et Gorine, et au sud jusqu’à l’oued Mouilah pour couvrir le djebel Zakri. En avril 1959, le 1er bataillon est transformé en bataillon d’intervention de fusiliers marins (BIFM). Il est détaché auprès du commandement du corps d’armée d’Oran, pour intervenir dans le secteur d’Aïn Sefra, à la porte du désert, où l’étanchéité du barrage est moins bien assurée. En juillet 1959, le bataillon d’intervention est envoyé en Kabylie, et mis à la disposition du général commandant en chef des forces armées en Algérie ; il participe alors aux grandes opérations de cette période. Une herse en patrouille Revenu en juillet 1960 dans l’ouest algérien, le premier bataillon est reconstitué. Détaché au corps d’armée d’Oran, il s’installe au bordj de Sidi Medjahed, au sud de Maghnia et participe à toutes les opérations dans ce secteur montagneux entre Maghnia, Tlemcen, et Sebdou, pour intercepter et neutraliser les groupes armés rebelles, ayant franchi le barrage électrifié, tenu par les unités de l’armée de terre, dans les monts Tlemcen. En septembre 1961, le 1er bataillon est dissout pour former le bataillon d’intervention de fusiliers marins (BIFM), qui est envoyé à Bizerte pour concourir à la défense de la base militaire française menacée. Après six ans de combats ininterrompus et un travail constant de pacification, la demi-brigade de fusiliers marins est dissoute en mars 1962. Elle aura mis hors de combat plus de 3000 rebelles armés, et récupéré un impressionnant stock d’armes ; cependant : -187 des siens sont morts au champ d’honneur. -254 blessés portent dans leur chair, la marque de leur courage. Troupe d’élite, la D.B.F.M. aura été sur cette terre d’Algérie l’un des facteurs essentiels du concours de la Marine à l’œuvre de pacification. Ce commando était en général sous les ordres du 2 ème bureau de la D B F M, dirigé alors par le LV Bastard. Le commando Yatagan était implanté dans la partie Nord de Béraoun ( 10 Km de Nemours). Son cantonnement était mitoyen de celui du 2/D B F M. En Janvier 1957, le capitaine Delayen alignait 51 volontaires encadrés par 14 gradés de la D B F M, dont le capitaine Berthout des G M P R. La plupart de ces cadres étaient des hommes de terrain ayant déjà servi en Indochine. Le fanion du commando fut brodé par Madame Delayen. Le commando sera dissout en 1959 avec les honneurs d'un ordre du jour du général de brigade COMMUNAL, commandant le 12 ème DI de la zone de l'ouest-oranais. Cependant le commando " Tempête" reprendra le flambeau avec à peu près les mêmes volontaires. Le premier exemplaire a été brodé par Mme Delayen Bilan lors de sa dissolution: près de 600 fells. l'officier aux quatre guerres, 39/45, Indochine, Algérie, Tchad. Premier officier allié à atteindre le Rhin, spécialiste des commandos de ralliés en Indochine et en Algérie, appelé en conseil par les Marines américains, promu général par Valéry Giscard d'Estaing pour son intervention décisive dans la guerre du Tchad. Voici en quelques mots le destin hors série d'un officier pas comme les autres. - Elève au Prytanée Militaire (1935/1940), il déserte de l'Ecole, s'embarque pour l'Angleterre et ... débarque au Maroc. - Sous-Lieutenant en Décembre 1944, débarquement de Provence, libération de TOULON et la marche au Rhin atteint le 20 Novembre 1944 à ROSENAU. Le lendemain, il est grièvement blessé. - Premier séjour " INDOCHINE " (1945 -1948) où il est blessé une seconde fois. - Deuxième séjour " INDOCHINE " (1949-1952). Il y forme le Commando du RICM, étant seul européen à la tête de 120 Vietnamiens. C'est la période des Commandos Nord-Vietnam. Il prend le commandement du Commando 13. - Troisième séjour " INDOCHINE " (1953-1955). Toujours aux "Commandos Nord-Vietnam", à DAI-MO puis à HAIPHONG avec diverses raids amphibies sur les fleuves et sur les côtes de la zone Viet. - Fin 1955 il rejoint l'Algérie à ARZEW où il crée le "Commando Yatagan" ( Musulmans encadrés par les Fusiliers-Marins-Commandos). Cette aventure durera 3 ans. - Puis il commander le G.C.C.A. (Groupement de Commandos de Chasse de l'Akfadou en grande Kabylie). - 1962 à 1965, il est muté dans le Pacifique. - 1965, première affectation en métropole à Lorient puis Brest. - 1972, il part au TCHAD (colonel) en l972 pour 6 ans comme conseiller du Général en chef Tchadien. - en 1977, il doit quitter le TCHAD "sur ordre" (il a été promu général). - A sa demande, il passe dans le Cadre de Réserve en Juin 1978. En octobre 2003, Jean Louis Delayen décède d'une crise cardiaque, alors qu'il se trouve aux USA. Ses obsèques ont lieu à Saint-Raphaël le 15 octobre, en présence de nombreuses personnalités et de la population qui l'appréciait pour ses qualités humaines et notamment sa grande simplicité. Les honneurs militaires lui sont rendus sur le parvis de l'église Notre-Dame de La Victoire où les bigors du 3ème RAMa entonnent pour lui, une dernière fois, Marie-Dominique, selon sa volonté. Son corps repose désormais au cimetière de Saint-Raphaël. ( Source : Patrianostra / Cdo Jaubert / histoire vrai forum / tene info / mémorial national des marins )
  8. Bonjour à tous, je me demandais si certains pouvaient m'aider à comprendre et à éclaircir cette période de l'histoire qu'est la guerre d'Algérie. Je sais qu'il y a eu des désaccords entre De Gaulle et l'armée a cette époque, une tentative de Putsch des généraux.. Quels sont les unités/régiments etc.. qui ont été dissout suite à cette guerre?
  9. Un grand Monsieur vient de disparaitre, René Bail. 16.12.2016 Le reporter-photographe et auteur René Bail s'est éteint L'auteur de "Corsaires en béret vert" (publié en 1976) est mort, annonce l'Amicale nationale des fusiliers marins et commandos. René Bail est né en 1931 à Bar sur Aube. Photographe de la marine nationale, il a suivi les opérations en Algérie pendant 7 ans. "Engagé dans la Marine, je n’y ai effectué qu’un court passage. Embarqué pour des reportages musclés, je me suis débrouillé pour opérer avec les Bérets Verts, les Commandos-Marine, la Légion Etrangère, les Paras, puis les Commandos musulmans et les Harkis dont je revois encore certains. J’ai aussi passé un certain temps au 2ème Bureau en Algérie, pour traquer les trafiquants d’armes", expliquait-il en 2007. On lira ici ( lire plus bas ) cet entretien publié dans La Ruche n°15, de janvier 2007, par Edith Varet. Il a écrit de nombreux ouvrages d'histoire militaire, ainsi qu'une bio de Jean Gabin. Ses obsèques auront lieu demain samedi 17 décembre, à 9h30, à Neuvic sur Isle (24190). ( Source : Ligne de Défense ) Pour démarrer l’année, honneur aux Anciens, ceux dont le parcours atypique et le tempérament bien trempé ont marqué leur génération. La Ruche, par l’intermédiaire d’Edith Varet, a décidé d’interviewer René Bail, baroudeur, reporter photographe, écrivain, qui reconnaît que son passage dans l’Institution fut déterminant dans ses choix de vie. 2003 à Paris. La Ruche : René Bail, qui êtes-vous ? R.Bail : Je suis né en 1931. Photographe d’abord dans la Marine, parfois cameraman et reporter de guerre, je fus aussi journaliste en Extrême Orient. Depuis, je sévis dans l’édition où j’ai produit une trentaine d’ouvrages, albums ou livres, parfois en collaboration ou seul. Ceux-ci traitent en général de la Marine, l’aéronautique navale, les campagnes d’Indochine et d’Algérie ; toutes les guerres de la décolonisation. Je suis considéré comme étant sans détours, soucieux de l’exactitude des faits, par respect du lecteur. Je tiens à être irréprochable sur le fond et il est vrai que je ne m’embarrasse guère des formes. Je suis également sensible à certains problèmes de société , comme la protection de la faune et de la nature. La Ruche : Vous êtes un ancien élève des Dunes, quel fut votre parcours scolaire, quel enfant étiez-vous ? R.Bail : Provenant de l’école primaire de Malo Les Bains puis de celle de Saint Pol sur Mer à cause de la guerre, je suis arrivé en 1942 aux « Dunes » , avec Melle Desmidt, une femme formidable. J’étais un garçon dissipé, dilettante, souvent sauvé par sa mémoire, mais si le Français et l’Histoire-Géographie me plaisaient, les Maths, comme la discipline se dressaient comme des obstacles insurmontables ! Par obligation professionnelle de mon père, nous avons quitté la région dunkerquoise en 1948, j’avais 17 ans, pour la Moselle. La Ruche : Un personnage, professeur ou autre vous-a-t-il marqué au cours de votre scolarité ? Dans quelles circonstances ? R.Bail : La plupart étaient des hommes généreux et très consciencieux. L’abbé Deroo, dont l’accent flamand imprégnait la langue anglaise, le calme abbé Vandewalle, la grandeur en taille et en présence de l’abbé Lemaire ; son crâne dégarni lui valut d’ailleurs un surnom ! Et ce cher professeur de Maths, l’abbé Debreu, qui disait « moué » en signe d’acquiescement. Longueval, qui prépara tellement ses cours , la nuit, qu’une hémorragie cérébrale l’emporta. Le cher abbé Delva, préfet d’une discipline du cœur… L’abbé Noteau, personnage haut en couleurs, surveillant lors des récréations, qui fredonnait toujours « La chapelle au clair de lune », Mr rené Legrand, à son retour d’Allemagne, qui resta un ami. Et Mr le Supérieur, personnage d’exception, sur lequel il y aurait tant à dire. Je ne peux oublier les jeunes abbés de l’époque : Devos, Héquet, Villette et tous ceux qui nous ont donné bien plus que les 35 heures ! La Ruche : Quel fut votre meilleur ou votre pire moment aux Dunes ? R.Bail : Malgré la guerre, ce furent de bons moments. Hormis ce vendredi matin de janvier 1944 lorsque le Supérieur reçut la visite d’officiers allemands qui lui signifièrent que le collège devait quitter Dunkerque…ce fut l’épisode de Mecquignies ! La Ruche : Avec le recul, la formation dispensée vous-a-t-elle été utile ? R.Bail : Même si je n’ai pas toujours répondu aux espoirs de mes parents, je peux dire, sans restriction, que mon éducation et mon esprit volontaire m’ont été inculqués aux Dunes. Les épreuves endurées par la suite furent ainsi considérées comme des expériences profitables. La Ruche : Votre parcours professionnel est particulièrement atypique…Racontez-nous. R.Bail : Engagé dans la Marine, je n’y ai effectué qu’un court passage. Embarqué pour des reportages « musclés », je me suis débrouillé pour « opérer» avec les Bérets Verts, les Commandos-Marine, la Légion Etrangère, les Paras, puis les Commandos musulmans et les Harkis dont je revois encore certains. J’ai aussi passé un certain temps au 2ème Bureau en Algérie, pour traquer les trafiquants d’armes. Les faits les plus marquants dans mon esprit concernant cette époque restent le 13 mai 1958 et le putsch du 21 avril 1961. La Ruche : Dans cette vie trépidante, vous avez dû faire des rencontres exceptionnelles. Quelles sont celles qui vous ont le plus marqué ? R.Bail : Au cinéma des Armées, j’ai eu l’honneur d’accompagner le Général de Gaulle, M.Debré, P.Messmer etc… J’ai pu rencontrer aussi des artistes connus comme Jean Gabin, Maurice Ronet. Lors du mariage princier en Autriche de la princesse Anita de Hohenberg, nièce du Grand Duc de Luxembourg, j’ai été présenté à la comtesse Sophie de Nostitz, dernière fille vivante de l’Empereur François-Ferdinand d’Autriche. C’était en 1976. La Ruche : Qu’est ce qui vous choque dans notre monde actuel ? R.Bail : Ma vie est aussi un parcours en Afrique ou dans l’Océan Indien. J’ai très souvent photographié des animaux splendides, de toutes sortes, parfois d’un hélicoptère mais aussi presque à leur contact…Le Monde ne sait pas gérer la nature et ses bienfaits : le pire est peut-être devant nous, par l’inconscience de ceux qui nous dirigent, sans étiquette particulière : ils sont tous coupables. Prenons l’exemple des marées noires, si on ne prend pas de sanctions au niveau européen , on court à la catastrophe…mais il y a trop d’intérêts mondiaux en jeu ! La Ruche : Si c’était à refaire ? R.Bail : Je ne regrette rien, si ce n’est, peut-être d’avoir pu perdre plus de temps que je ne l’aurai voulu ou d’avoir loupé de beaux scoops ! La Ruche : Vous sentez-vous bien dans notre époque ? Qu’en attendez-vous ? Comment la jugez-vous ? R.Bail : Je passe à travers le temps et les lieux sans en être trop marqué. Je n’attends que ce que j’ai pu provoquer et si cela va mal, j’en serai en partie responsable. La Ruche : Que diriez-vous à de jeunes lycéens qui s’interrogent sur leur avenir ? R.Bail : Il faut surtout éviter de leur dire : « De mon temps… » , car rien n’est pareil aujourd’hui et nous, nous avons eu de la chance. L’avenir sera sans doute difficile et il leur faudra faire le choix d’une carrière, sinon d’une vocation…Alors, bon vent et bonne mer ! Interview de la Ruche n°15, janvier 2007: rené Bail par Edith Varet ( Source : La Ruche ) René Bail a écrit n' innombrables livres :
  10. article : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2013/02/07/une-cinquantaine-d-hommes-attaquent-une-caserne-en-algerie_1828828_3212.html#xtor=RSS-3208 La zone du Maghreb et d'Afrique de l'Ouest continue de faire parler. Cette attaque n'est pas que le fruit d'Algériens, on y retrouve des conséquences de la Libye, la Tunisie est de nouveau embrasé, et l'Algérie a été l'objet d'attaque terroriste d’envergure il y a peu. Comment peux on évaluer l'instabilité de cette zone Africaine alors qu'au même moment nous sommes en train de nettoyer le Mali et donc de repousser aux frontières les jihadistes et terroristes ?
×
×
  • Create New...