Jump to content

mafzst

Staff
  • Posts

    897
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    10

Everything posted by mafzst

  1. Bonjour. J'ai regardé la vidéo sur la fiche S, bravo ! Je suis le 7e abonné
  2. Bonjour, La légion à un site dédié au recrutement, www.legion-recrute.com où tu dois pouvoir trouver tout ce qu'il te faut. Sur cette page (http://www.legion-recrute.com/mdl/info_seul.php?id=6&block=20&titre=administratives) : Etre âgé de plus de 17 ans et demi et de moins de 39 ans et demi le jour de la présentation au poste d’information. L'âge n'est donc pas un problème De manière à faciliter certaines démarches administratives, se munir dès l’engagement des documents suivants : ESS (État Signalétique et des Services) pour les candidats qui ont déjà servi dans les armées françaises. Il n'est pas précisé si la légion est exclue. Je comprends que ça doit être possible à condition qu'il n'y ai rien de grave dans ton ESS Bonne chance pour tes démarches
  3. L'armée à pour vocation de défendre le territoire Français. C'est son but, c'est pour cela qu'elle est formée. L'intervention en OPEX en est l'application immédiate, protéger la France en luttant, à l'extérieur de son territoire, contre des groupe (au sens large) qui seraient nuisibles à terme pour le territoire. L'intervention sur le territoire même (Sentinelle) fait également partie de ses missions au même titre que les OPEX si la menace se trouve déjà en France. J'ai, à partir de là, plusieurs réflexions. La première est que la population n'est pas assez informée (c'est d'ailleurs ce qui ressort du sondage cité plus haut) des missions de l'Armée. Pour la plupart des gens elle est à l'extérieur. Dans le contexte d'attentats et d'état d'urgence elle est tout aussi, voire plus, en France. La deuxième est que le gouvernement traîne à en finir avec l'état d'urgence ce qui maintient les forces armées sur le territoire de manière légale et théorique mais, comme le citait Bero, la nécessité de faire patrouiller les forces comme elles le font aujourd'hui n'a plus d’intérêt. Premièrement car la situation est redevenue normale, il n'y a pas plus de menace terroriste qu'avant le 13 novembre. Les forces de police sont compétentes pour gérer la situation et ont des consignes pour la lutte contre le terrorisme. Ensuite, cela fatigue plus les hommes et le matériel que cela ne sert à la Nation. Les heures supplémentaires s'accumulent, les hommes s'épuisent, la matériel s'use. Quelle sera la disponibilité de ces hommes en cas d'alerte attentat ? Seront-ils aussi réactifs et engagés qu'au moment de leur mobilisation en janvier 2015 ? Le même question se pose s'il faut engager des troupes sur un conflit extérieur. Dernièrement, la population va finir par s'adapter à cette présence, la faire entrer dans son quotidien et l'Armée va être décrédibilisée d'une part parce que l'action des hommes sur le terrain sera devenue banale, il n'y aura plus de reconnaissance et d'autre part, comme la population ne se sent plus en danger, on finira par penser que les forces armées sont inutiles. Enfin, dernière pensée que m'inspire ces interventions, que devient un état où la présence militaire est quotidienne et banale ? Que se passera-t-il le jour où il faudra encore durcir le niveau d'urgence (vigipirate d'abord, état d'urgence ensuite, et après ?) ? Quelle dérives peut-il y avoir dans un pays où l'Armée est partout, intégrée au décor ? Faut-il lui faire confiance ? Faut-il faire confiance à ceux qui la dirige (le gouvernement) ? J'ai confiance en l'Armée actuelle de mon pays mais je m'interroge sur son futur. En bref, pour moi l'intervention est judicieuse si de courte durée dans les situations les plus délicates et médiatisée afin de sensibiliser la population à TOUTES les missions de notre Armée.
  4. C'est un sujet qui porte en effet à discussions. Premièrement concernant la plainte en elle-même. Il s'agit de la première dont j'entends parler. Or, malheureusement, cette famille n'est pas la première et ne sera pas là dernière dans cette situation. La question qui se pose vraiment est, faut-il incriminer la personne qui fabrique une arme qui est utilisée pour tuer ou celui qui l'a utiliser de telle façon qu'elle à entraîné la mort ? Lors d'un accident de chasse qui est accusé ? Le chasseur ou le fabricant de son fusil ? Deuxième point important, le fait que ce soit des entreprises privées qui construisent des armes. Tu parlais de vendre des armes à un pays qui pourrait devenir notre ennemi. Ça, en soit, c'est de la diplomatie et de la politique, c'est une affaire de dirigeants. Mais si maintenant l'entreprise privée (ou semi privee) se mets à fabriquer des armes pour un pays ennemi, que peut t on faire ? Les dirigeants n'ont là aucun moyen d'action. Pour moi l'armement doit être 100% public afin que la rentabilité ne soit pas le maître mot, là où des vies sont en jeu. Cette brève porte à réfléchir notamment sur la place des capitaux privés sur le grand échiquier de la guerre
  5. Une petite infographie synthétisant quelques chiffres :
  6. Merci pour le partage, je le met au programme de mon programme vidéo de ce soir
  7. Bonsoir, J'ai participé à ton projet et j'ai reçu le mail avec la photo de la personne au téléphone. Peux-tu expliciter l'origine de celle-ci ? Peut-être peut-on en discuter ici ?
  8. Premièrement, je ne trouve pas le titre de l'article très "pro". Il fait potin ou actu people, scoop... Après enquête la gardienne de la paix n'a pas été déclarée coupable de complicité. Je ne vois pas ici de quoi s'alarmer. Ce n'est pas parce qu'une personne, en sortant du travail, qu'elle soit gendarme, caissière ou cadre, revête un voile qu'il faut la catégoriser comme "terroriste", "extrémiste" ou tout autre terme similaire. Le fait qu'elle ai une relation avec un complice d'un acte de terrorisme justifie, en revanche, que les enquêteurs s'y intéressent. MAIS comme il a été montré qu'elle n'a pas été impliquée dans cette affaire, je pense, à titre personnel, que le vers n'est pas dans le fruit, ou tout du moins qu'il ne s'agit pas de cette personne sur laquelle Searcher tu épilogue. En ce qui concerne la conversion, on peut en effet s'interroger sur le port du voile au bout de seulement 2 ans de pratique. Mais elle était en relation avec un homme aux idées radicales qui à pu, par des moyens de persuasions que j'ignore, la convaincre de le porter. Si elle a accepté de se convertir, c'est qu'elle à déjà un pas en direction de la religion musulmane. Si elle en est convaincue, elle à très bien pu accepter le voile, comme une suite logique dans sa conversion. Ce point est plus problématique. Mais, est-ce le seul cas ? Il est vrai que cela est préoccupant après coup. Je ne travaille pas dans ce genre de structure, mais j'imagine qu'il y a des cas similaire un peu partout, que ce soit dans le civil ou dans les institutions militaires. Je peux me tromper. Pour terminer, je trouve que le ton de l'article est un peu déplacé. En effet, comme je l'ai dit plus haut, le titre ne correspond pas au titre d'un article mais au titre d'un scoop. Il ne correspond pas à un moyen d’information mais à un argument de vente. J'encadre, depuis 5 ans, un stage journalisme l'été pour un festival durant lequel je travaille et je côtoie des journalistes professionnels dont certains dénoncent ce genre de titre. Pour eux, ce n'est pas de l'information. De plus, il pointe du doigt une personne reconnue INNOCENTE sur fait d'avoir une relation avec un complice. Or jusqu'à preuve du contraire, la justice à déclarer qu'avec les éléments de l'enquête il n'y a pas charges retenues contre cette personne. Quid alors des compagnes ou compagnons de 59 autres personnes ? Va-t-on les accuser d'avoir aimé une personne suspecte ? Ou alors accuse-t-on Emmanuelle d'être musulmane ?
  9. Effet collatéral de ces évènement, un nouveau sondage affirmant que les français sont favorables au retour du service national... Je vous propose la réaction de Jacky Mestries sur le site Armée-média que je partage en partie : http://www.armee-media.com/2015/02/02/et-maintenant-le-retour-du-service-national-par-jacky-mestries/
  10. Bonjour, Le ministère de la défense regroupe les armées sur un seul site parisien, le quartier de Balard (et non de la défense ;-) ). Pour expliquer les pourquoi et comment du projet, il publie une série de 3 La première est d'ors et déjà en ligne ici : http://www.defense.gouv.fr/portail-defense/enjeux2/balard-2015/web-serie-balard-la-defense-ensemble
  11. Oui les zoreilles ! Pardon pour la tournure malheureuse, tous les calédoniens sont encore français
  12. [HS] Pour compléter ce que disait Janmary sur le dispositif de l'homme mort de la SNCF :
  13. Bonjour, Premièrement, je suis totalement d'accord avec le conseiller que tu as eu au téléphone. Premièrement parce qu'avoir un diplôme est quasiment obligatoire pour entrer dans l'armée (hormis quelques postes, à confirmer). De plus, il se peut que tu ne reste pas dans l'armée toute ta vie (sans diplôme les possibilités d'évolutions sont plus faibles). Il faudra donc retourner à la vie civile et trouver un emploi. Encore une fois, sans diplôme cela risque d'être compliqué. En revanche, pour commencer à goûter à la vie militaire tu as de nombreuses possibilités Les PMD (Préparations militaires découvertes) pour l'Armée de terre. C'est un stage d'un dizaine de jours généralement dans un régiment où tu découvriras tous les aspects de la vie militaire. http://sengager.fr/actualites/item/4374-memento-que-faut-il-savoir-pour-faire-une-pm Les PMM (préparations militaires marine) pour la Marine. Ca se déroule sur une année au rythme de 1 week-end par mois + les vacances de pâques sur un port militaire. Encore une fois tu recevra une petite formation à la vie militaire. http://www.etremarin.fr/preparations-militaires Il doit en exister d'autres mais je ne les connais pas. Renseigne toi auprès de ton conseiller il pourra t'orienter mieux que nous.
  14. Bonjour, Normalement tu peux y aller sans rendez-vous et voir un conseiller sans trop avoir à attendre. Comme l'a dit Bouchon-Gras, lors de ta première visite tu vas prendre contact avec ton conseiller qui va te guider lors de ton parcours d'engagement. Tu auras ensuite des rendez-vous régulier pour les différentes étapes de ton recrutement et également pour t'aider à choisir ta spécialité. Sur le site de recrutement, tout est expliqué ici : http://sengager.fr/sans-bac/avec-votre-niveau-d-etude/circuit-de-recrutement
  15. Bonjour, Je confirme (via une personne de ma famille habitant en Nouvelle-Calédonie) que la date n'est pas fixé pour l'instant mais que les pressions se font de plus en plus fortes sur l'ile, ce qui pousse effectivement à une référendum proche.D'ailleurs de nombreux français cherchent à revenir en France.
  16. Bonjour, Je suis tout à fait d'accord avec ce qu'a dit Janmary. La Corée du Nord est, je pense, plus menaçante que les pays du Moyen Orient. Autant physiquement que numériquement, sachant que l'un peut entrainer l'autre.
  17. Ca y est, c'est fait. L'association GendXXI à été décalrée en préfecture vendredi dernier (http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/01/03/un-premier-syndicat-bien-police-pour-les-gendarmes_4548815_3224.html#2wZzF7fsSFqtrZKX.99)
  18. Pour qui ? Pour nous ou pour la Russie ? L'OTAN ne néglige-t-il pas un peu le cas Russe devant le Moyen-Orient ?
  19. En déplacement dans les pays baltes, le secrétaire général de l’Alliance atlantique, l’ancien Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg, a indiqué que 400 interceptions d’appareils russes ont été effectués par les avions de l’Otan depuis le début de cette année, soit 50% de plus par rapport à l’an passé. « Dans la région balte, on en a vu plus de cent, soit trois fois plus que l’année dernière », a précisé M. Stoltenberg, lors d’un déplacement à Tallinn. L’espace aérien de la Lettonie, de l’Estonie et de la Lituanie est surveillé par la mission Air Baltic Policing, mise en place par l’Otan. Depuis l’annexion de la Crimée (le groupe de Visegrad, avec la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque, parle « d’agression »), l’Otan a renforcé le dispositif d’Air Baltic Policing dans le cadre de ses mesures dites de « réassurance » à l’égard des pays baltes. Les avions de l’Otan décollent systèmatiquement quand un appareil, quel qu’il soit, n’a pas préalablement déposé de plan de vol, ne maintient pas de contacts radio avec les autorités de contrôle du trafic aérien et coupé son transpondeur. « Ils n’envoient pas de plan de vol. La plupart passent dans l’espace aérien international, mais ils sont proches de notre espace aérien et ils interfèrent avec des vols commerciaux », a commenté M. Stoltenberg. « C’est un comportement que nous n’avons pas observé depuis de longues années, depuis l’époque de la guerre froide, a-t-il ajouté. Il arrive aussi que l’aviation russe fasse une démonstration de force, comme à la fin du mois d’octobre. Là, une formation de bombardiers TU-95 « Bear » a mis en alerte l’aviation norvégienne, la Royal Air Force et les F-16 portugais, ces derniers étant intervenus non loin du Portugal. Récemment, un responsable de l’Otan a estimé que « les Russes sont tout simplement en train de tester notre défense ». Voire même à l’user… Ainsi, l’aviation bulgare a multiplié les interventions cette année, alors que, avant les événéments en Ukraine, elle n’en faisant que 2 ou 3 par an. « La Russie provoque peut-être délibérément ces alertes afin d’épuiser le potentiel de nos avions et les capacités de l’armée bulgare », avait expliqué, en avril, le président bulgare. Source : Opex360 Mais à quel jeu roue la Russie ? Essayer d'épuiser les défenses des pays vosins n'a pour moi q'un seul but, affaiblir les pays afin de réitérer le coup Ukrainien dans ces pays pour, finalement, les envahir tout simplment.
  20. Les Forces aéroportées sont au coeur de la dissusion nucléaire, il est donc indispensable de les mainenir oppérationnelles. Lors d'un colloque à l'Ecole militaire, M. Jean-Yves Le Drian présentait un nouveau missile à destination des FAS : Au vu de l’évolution du contexte international, la dissuasion nucléaire est « plus que jamais pertinente » pour Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense. Et d’ajouter que ceux qui « entendent » la « délégitimer fondamentalement la dissuasion nucléaire se trompent de combat ». « Nous devons éviter que l’appel généreux à un monde ‘sans armes nucléaires’ ne prépare un monde où seuls les dictateurs en disposeraient », a fait valoir le ministre, lors d’un colloque organisé le 20 novembre à l’École militaire, à l’occasion du 50e anniversaire des Forces aériennes stratégiques (FAS). « La France est à l’avant-garde d’une politique résolue de maîtrise des armements et de lutte contre la prolifération, dans le cadre du droit international. C’est sur ce terrain-là qu’elle entend concrètement progresser pour éviter que de nouvelles courses aux armements ne s’enclenchent », a-t-il ajouté. Cela étant, et pour que les forces stratégiques françaises restent crédibles, il est nécessaire de les moderniser. Et, alors que quelques voix se font entendre pour demander la suppresion de la composante aéroportée de la dissuasion afin de dégager des économies (ce qui reste à voir…), M. Le Drian l’a vigoureusement défendue en reprenant des arguments qui ont déjà été développés dans ces colonnes. Elle « offre à l’autorité politique un large choix d’options stratégiques et militaires, avec un éventail de modes d’action qui confère une véritable souplesse à l’ensemble du dispositif. Notamment, elle contribue fortement, sur décision du Président de la République, à l’exercice d’effets stratégiques ciblés, ou à une frappe d’avertissement ultime’, a expliqué le ministre. « Elle représente aussi, a-t-il poursuivi, une capacité ‘visible’, qui ouvre, en cas de nécessité, un espace pour une manoeuvre politico-diplomatique, (…) génère pour l’adversaire potentiel une contrainte supplémentaire pour ses défenses, grâce à la diversité des modes de pénétration de nos armes, balistiques ou aérobies, aéronefs ou sous-marins » et « par la redondance qui en résulte, elle met nos forces nucléaires à l’abri d’une percée technologique imprévue dans tel ou tel domaine ». Enfin, « son coût est modéré, au regard des enjeux de souveraineté », avec « environ 5 % du budget de la dissuasion dans les dix prochaines années », a-t-il ajouté. Comme l’a annoncé M. Le Drian, l’avenir des FAS passera par le renouvellement des avions-ravitailleurs C-135FR par 12 A-330 Phénix. Au passage, ces appareils ne sont pas uniquement destinés à mener des vols liés à la dissuasion nucléaire. Si il lui sont indispensables, il n’en reste en effet pas moins qu’ils participent aussi à des missions conventionnelles. Mais ce n’est pas tout. Au printemps dernier, le général Denis Mercier, le chef d’état-major de l’armée de l’Air (CEMAA), avait indiqué, lors d’une audition sur la dissuasion nucléaire, à l’Assemblée nationale, que des travaux visant à développer le successeur du missile ASMP-A (Air-Sol Moyenne Portée – Amélioré) était en cours. Dans son allocution, le ministre en a dit un tout petit peu plus. Il « a été lancé dirant l’été dernier le stade de l’élaboration du missile ASMP-A rénové. Celui-ci dotera la composante (aéroportée) d’un missile aérobie capable de pénétrer toutes les défenses futures jusqu’à l’horizon 2035″, a-t-il commencé par dire sur ce sujet. « Enfin, les études portant sur le successeur du missile ASMPA, baptisé ASN4G, ont déjà débuté », a confirmé M. Le Drian. Reste à savoir ce que signifie l’acronyme ASN4G… « Des conceptions audacieuses, ayant recours par exemple aux technologies de la furtivité ou de l’hyper-vélocité, à la pointe des développements de la technologie, seront explorées », a encore affirmé le ministre, pour qui « ces projets sont doublement nécessaires parce que la dissuasion n’a de sens que si elle peut en permanence surmonter les stratégies d’interdiction que nos adversaires pourraient vouloir mettre en oeuvre » et aussi parce que, sur le plan industriel « la dissuasion exerce un effet d’entraînement sur l’ensemble de nos capacités industrielles et technologiques ». « Le choix du futur système d’armes, composé du missile ASN4G et d’un porteur encore à définir, représente donc un enjeu majeur pour les Armées. J’ai toute confiance dans le général Denis Mercier et le Délégué général pour l’armement Laurent Collet Billon, pour orienter et éclairer ce dossier, qui est intimement lié au futur format de l’Armée de l’Air », a encore expliqué M. Le Drian. Cependant, le général Mercier a déjà donné son opinion sur la technologie à privilégier. « La maîtrise de l’hypervélocité apparaît d’ores et déjà comme une donnée centrale. J’observe à cet égard qu’aux États-Unis, en Russie, en Chine, en Inde – autant de pays où la question de la modernisation de leur composante nucléaire aéroportée ne se pose même pas – des programmes expérimentaux de véhicules hypervéloces sont conduits. J’imagine avec peine que la France, pays qui jouit d’une avance incontestable en matière de statoréacteur, reste en marge de ces développements », avait-il expliqué en avril. Ainsi, le programme ASN4G devrait aboutir à une vraie rupture technologique à l’horizon 2035, dans la mesure où il y a un gros travail de recherche à mener sur la résistances des matériaux et les populseurs. Nul doute que ces derniers intéresseront les industriels pour d’éventuelles applications civiles dans le transport aérien, par exemple. Par ailleurs, toujours à l’horizon 2035, les 4 sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de la classe « Le Triomphant » commenceront progressivement à être remplacés par le SNLE de 3e génération. En attendant, M. Le Drian a confirmé que le missile balistique M51.2, doté dla nouvelle tête nucléaire océanique (TNO) sera déployé à partir de 2016 (sur Le Triomphant) et que les travaux portant sur le M51.3 ont été engagés depuis juillet. Source : Opex360
  21. Bonjour, L'État restructure ses armées, ce n'est pas nouveau mais cela va durer. Le ministère de la défense à publié un dossier thématique expliquant pourquoi ainsi que les actions prévues pour 2015. http://www.youscribe.com/catalogue/tous/restructuration-des-armees-en-2015-2507380 Quel est votre avis sur ce dossier ? La réalité est elle celle que décrit ici le ministère ?
  22. Bonjour, Deux personnalité de la défense se sont exprimée sur le sujet des syndicats en ce début de semaine. Tout d'abord, Patricia Adam, présidente de la commission défense de l'Assemblée nationale affirme que « … les militaires ne réclament pas, aujourd’hui, de syndicat, les gendarmes, peut-être...». Elle ne se montre pas non plus inquiète vis à vis de cette décision de l'Europe et indique que l'Etat ne fera probablement pas appel. (Article complet). De son côté, Jean-Yves Le Drian indique simplement et clairement que « Les syndicats dans l’armée, ce n’est pas à l’ordre du jour, ça, je peux vous le dire ! » (Article complet) Les personnalité de la défense ne sont pas inquiète par cette décision, ce qui confirme, pour moi, le ressenti que nous avions eu, c'est-à-dire que cette décision de la CEDH n'est qu'une manœuvre afin d'éviter les vagues. Searcher, de mon côté cela ne m'étonne pas que l'Europe intervienne dans les affaires militaires des états lorsqu'il rendent des décisions telles que celle-ci, car cela ne modifie fondamentalement rien du tout au fonctionnement de ces affaires. Nicolas.
  23. Bonjour, Ce week-end portes ouvertes du quartier de Varces-Grenoble (7°BCA et 93RAM). De 10h à 19h samedi 4 et dimanche 5 octobre.
×
×
  • Create New...