Jump to content

Gwynplaine

Membre+
  • Posts

    11
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Gwynplaine last won the day on April 5 2021

Gwynplaine had the most liked content!

Profile Information

  • Lieu
    Brest
  • I am
    Militaire
  • Je suis réserviste
    Non
  • Composante
    Marine nationale
  • Mon conjoint est militaire
    Non
  • Je suis parent de militaire
    Non
  • Sexe
    Femme
  • Mes centres d'intérêts
    Lecture, Randonnée

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

Gwynplaine's Achievements

Rookie

Rookie (2/14)

  • First Post
  • Collaborator
  • Reacting Well
  • Conversation Starter
  • Week One Done

Recent Badges

10

Reputation

  1. Je suis rentrée dans la marine en août, j'ai fait maistrance et je ne possède toujours pas de jupe. Pas de risque d'en porter, donc. J'en ai parlé avec une élève qui a un an de marine de plus que moi et qui a répondu quelque chose du style "Ah oui, la jupe et les escarpins, il faudra que je passe à l'habillement, ça fait 6 mois que je me le dis." En bref, on ne porte presque jamais de jupe sauf si on travaille dans un bureau auquel cas, ça dépend des cadres qu'on a. De toute ma marine, je n'ai vu en jupe qu'une GESTRH au CIRFA et la psychologue du CSO (plus les lycéennes du lycée naval qui se mettaient en jupe le dimanche mais elles sont civiles donc c'est un autre sujet). Une jupe sur un bateau, ce n'est absolument pas pratique ce qui veut dire qu'avec une spécialité embarquée, on a de grandes chances de ne jamais porter de jupe. Par rapport au fait d'être mal à l'aise, les jupes de l'armée arrivent en-dessous du genou et sont droites (correct et militaire 😉).
  2. C'est vrai. Et après plusieurs semaines en mer, les gens ont tous besoin d'un peu d'espace et de quelques limites pour continuer sereinement. Je trouve qu'il y a beaucoup de feeling. En quelques jours, j'ai essayé de montrer que j'étais là pour travailler et pas pour draguer et que je n'allais pas faire un scandale pour des posters ou des blagues et ça a aidé à ce que ça se passe bien parce que les marins du bateau ne savaient pas non plus sur qui ils allaient tomber et que c'est vrai qu'il y a des femmes qui posent des problèmes. J'ai eu la chance d'avoir un équipage avec des gens fiables qui ont fait attention à ce que je sois en confiance. Quand mon patron a commencé à me tutoyer et à m'appeler par mon prénom, il a regardé la tête que je faisais pour voir si ça me mettait mal à l'aise. À chaque fois que des gens ont eu besoin de passer dans mon poste, ils ont embarqué un autre marin avec eux et ont laissé la porte ouverte. Le second m'a dit que je pouvais aller le voir en cas de problème. En fait, le fait que ça se passe vraiment bien, ça s'instaure de manière un peu informelle. Oui, j'ai entendu parler de cette histoire. C'est vrai qu'il y a des femmes que ça met mal à l'aise et le fait de faire un peu de ménage, c'est aussi une manière de dire qu'on accepte de faire changer certaines choses pour que les femmes se sentent bien et à leur place. Le but ce n'est pas forcément que ça ressemble à un monastère (d'autant qu'effectivement: ça ne m'étonne qu'à moitié) mais plutôt qu'une femme puisse dire qu'elle n'est pas trop raccord avec la déco et qu'elle puisse se sentir bienvenue. Je comprends, c'est très pratique quand on ne connaît pas les gens, ça permet d'être sûr d'éviter pas mal de problèmes mais dans mon bateau, ce n'était pas possible parce qu'on était un peu moins de 20 et qu'à la limite, j'aurais pu demander à ce qu'une deuxième personne vienne pour la formation sécu mais pour le reste ça aurait vraiment compliqué. J'ai tourné en double de factionnaire et j'ai été à plusieurs reprises 4 heures de suite seule avec une personne au milieu de la nuit. J'ai été lâchée adjoint de garde et je me suis retrouvée plusieurs fois au port base seule sur le bateau avec l'officier de garde ... et ça c'est très bien passé, mais je vois tout à fait d'où viennent les règles. Ceci dit, dans la majorité des cas, c'est possible de s'arranger pour ne pas être seul, en école, sur un grand bateau... À maistrance j'ai pu passer des oraux blancs comme ça, parce que ma co-piaule voulait s'entraîner et que l'officier de garde (un fus d'ailleurs) m'a embarquée avec pour ne pas être seul dans une pièce avec une élève et ça m'a bien aidée.
  3. Étant une femme, j'ai eu l'occasion d'en discuter avec d'autres et la majorité des femmes à l'armée prennent la pilule . Il y a quasiment toujours une heure fixe dans la journée où tu es obligée d'être réveillée donc ça se fait bien. Par ailleurs même dans des conditions un peu spartiates, c'est toujours prévu que des femmes qui aient leurs règles donc pour cet aspect la pilule c'est confortable mais pas indispensable.
  4. En fait, ils sont très enthousiastes dans ces reportages mais ce sont des patrouilles expérimentales et pas un début de féminisation, ce qui est assez différent. On parle d'une féminisation des sous-marins dans 5-10 ans. Il n'y a aucun obstacle médical (tout le monde a un peu raconté n'importe quoi sur la perturbation des cycles, le taux d'oxygène, mais c'est faux). Ça reste un problème de relations humaines. Ces patrouilles expérimentales ne se sont pas très bien passées, sans gros problème, il y avait une mauvaise ambiance, plus de la moitié des femmes ont divorcé en rentrant. Les sous-marins étasuniens et britanniques sont féminisés et ça marche, ça dépend un peu de l'équipage et des personnes sur lesquelles on tombe. Un groupe de femmes et un groupe d'hommes ne fonctionnent pas pareil. Je suis passée d'études de lettres avec une très, très large majorité de filles à l'armée et qu'est-ce que c'est agréable (je suis une fille, j'aime énormément être une fille mais je ne pense absolument pas que les équipages 50-50 soient une solution). J'ai été la seule femme et plus jeune embarquée sur un bateau pendant deux mois et ça c'est très bien passé. Tous les marins étaient très respectueux, le problème, c'était peut-être plutôt qu'ils étaient plus gênés que moi. Un type m'a porté n'importe comment dans une échappée (escalier) pendant un exercice sécu pour éviter de toucher ma poitrine, pendant le même exercice sécu, on m'a sanglée sur un plan dur parce que je jouais un blessé et le patron qui aurait dû mettre en place les sangles au niveau de mes hanches s'est occupé de mes pieds et c'est un autre qui a une fille de 16 ans à la maison et qui est plus cool avec ça, qui s'en est occupé. Quand j'ai visité tous les locaux pour ma formation sécu, on était obligé de fermer les portes étanches à chaque local pour ne pas qu'elles sonnent. Celui qui me faisait visiter était un peu mal à l'aise au premier local de s'enfermer avec moi mais 15 locaux plus loin, il n'y avait plus de gêne. Il y a toujours un petit temps d'ajustement où il faut montrer qu'on est marin comme tout le monde, qu'on est là pour travailler, que, si, on peut porter des packs d'eau comme tout le monde et qu'on ne va pas poser de problèmes. Et le calendrier porno en machine, que dire... je sais à quoi ressemble une femme nue, ça va bien se passer. La première fois que je suis descendue en machine, un matelot a tourné les pages pour chercher un mois plus décent (c'est un calendrier porno, ça ne marchera pas) et après ça a été plus simple parce que dès le début, le plupart s'en fichaient et les autres ont vu que je n'étais pas traumatisée. Ils ont mis un peu de temps à parler de cul devant moi mais pareil après quelques jours, il n'y avait plus de problème même si je sais ben que je me faisais 15 fois moins chambrer que les autres. désolée pour la longueur
  5. Les conseillers ne le disent pas trop fort parce qu'ils perdent de l'argent quand un candidat n'est pas recruté mais tant que tu n'as pas signé ton contrat d'engagement, tu peux partir, revenir, faire un autre dossier, changer de conseiller, donc n'accepte surtout pas ce genre de plan bancal.
  6. Oui, c'est possible. C'est interdit de faire deux dossiers en même temps pour la même armée mais on peut postuler pour autant d'armées qu'on veut. Ma voisine de chambre au CSO postulait pour les trois armées parce qu'elle hésitait encore. Tu auras donc une démarche de recrutement en cours (un conseiller et des papiers à rendre, en gros) dans chaque armée pour laquelle tu postules et tu dois dire à chaque conseiller que tu postules dans un autre armée. S'ils font ça bien, tu passes une seule fois au CSO, la plupart des tests sont communs et tu vas passer quelques tests en plus des autres, peut-être faire les tests de sport plusieurs fois parce que les barèmes sont différents d'une armée à l'autre. Mais attention, il faut que tu en parles tout de suite, quand tu arrives au CIRFA. C'est une excellente idée de faire un DUT avant. Surtout dans ton cas, parce que tu postules pour des métiers "de jeune" et un jour, on va t'expliquer que tu es trop vieux pour sauter en parachute ou tu vas le sentir tout seul et tu auras probablement le choix entre rester dans l'armée avec un poste moins intéressant et repartir dans le civil et tu sera bien content d'avoir un diplôme. Par contre, ça peut être très bien de faire de la réserve pendant tes études, ça permet de découvrir, d'être moins perdu en rentrant dans l'active, de rendre service et de mettre un peu de beurre dans les épinards.
  7. On a aussi des linguistes dans la marine nationale. Tu peux embarquer, travailler en ambassade ou rester en métropole, mais tu bouges pas mal. Par contre, ce n'est pas une spé initiale chez les officiers mariniers (sous-officiers), ce qui veut dire que ça marche comme une réoientation. Soit tu fais au moins une licence et tu rentres en tant qu'officier, sois tu rentres en tant qu'officier marinier (directement après le bac) dans n'importe quelle spé (les gens le font souvent après gestionnaire ressources humaines mais ça ne change rien pour la suite, prends vraiment un spé qui te plaît), puis tu passes des qualifications en langue (certifications militaires de langue) et tu demandes à être affectée au renseignement. Selon ton niveau, ils te font passer ou pas par le CFIAR.
  8. Pour avoir arrêté mes études un peu tôt alors que je m'en sortais plutôt bien, je te conseille vraiment de continuer autant que possible quitte à être réserviste en même temps. Ça te permettrait de gagner des sous et d'avoir une première vision de l'armée. Les conseillers de CIRFA ne savent pas tout parce que l'armée change tout le temps et qu'il y a beaucoup de choses à savoir (je le vis bien, mais on m'a vraiment dit plein de choses fausses et j'aurais pu m'orienter différemment). Tu peux aussi faire un contrat volontaire officier aspirant entre ta licence et ton master pour avoir du temps pour décider et voir un peu. Ne néglige surtout pas la phase d'information et d'orientation, c'est vraiment important.
  9. Les fusiliers marins passent tous leurs test à Lorient. J'ai vu beaucoup de gens recrutés en période covid faire des entretiens à distance (ce qui peut être très pratique aussi quand on habite loin) ...avec le risque de faire un entretien à 4 heures du matin compte tenu du décalage horaire.
  10. Je réponds un peu tard mais ça peut toujours servir à un autre. C'est compliqué de rentrer dans l'armée quand on est déjà sorti mais d'autres l'ont fait donc c'est possible. Par ailleurs, il manque vraiment du monde donc une personne qu'ils ont recrutée une fois, c'est une personne qui rentre dans les critères et qui peut encore faire du bon travail (fusilier marin n'est par contre pas la spé la plus simple parce que (avec MARPO peut-être) c'est la seule pour laquelle ils ont assez de candidats). On fois qu'on est re-rentré, par contre, ça ne change rien, on ne se fait pas mal voir. Les instructeurs et les élèves seront même contents de s'appuyer sur quelqu'un qui a de l'expérience.
×
×
  • Create New...