Jump to content

Bouchon-Gras 49

Administrateur
  • Posts

    21,413
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    825

Bouchon-Gras 49 last won the day on December 1

Bouchon-Gras 49 had the most liked content!

About Bouchon-Gras 49

  • Birthday 04/14/1970

Profile Information

  • Lieu
    Juste à coté
  • I am
    Civil
  • Je suis réserviste
    Réserviste opérationnel
  • Composante
    Marine nationale
  • Mon conjoint est militaire
    Non
  • Je suis parent de militaire
    Non
  • Sexe
    Homme
  • Mes centres d'intérêts
    la Marine Nationale
    la Réserve Opérationnelle
    l'Histoire

Recent Profile Visitors

160,648 profile views

Bouchon-Gras 49's Achievements

Grand Master

Grand Master (14/14)

  • Dedicated Rare
  • Reacting Well
  • Well Followed Rare
  • First Post
  • Collaborator

Recent Badges

3.6k

Reputation

2

Community Answers

  1. C'est aussi le patron des mécaniciens !
  2. Bonsoir Heïdi, juste dommage, comme pour l'hommage à Hubert Germain, que ce ne soit pas fait le samedi à des horaires où le plus grand nombre puise regarder. Quand aux média, seul la politique les intéresse en ce moment, c'est d'un navrant.
  3. Freda Josephine McDonald, dite Joséphine Baker rentrera au Panthéon. Ce n’est pas la dépouille de l’artiste qui sera transférée au Panthéon, dont le cercueil restera dans le cimetière marin de Monaco, aux côtés de son dernier mari et d’un de ses enfants, non loin de la princesse Grace qui l'avait soutenue dans les dernières années de sa vie. Ce qui entrera au Panthéon pour y consacrer Joséphine Baker dans l’histoire de la Nation, c’est un cercueil chargé de la terre de quatre lieux résumant sa vie : Saint-Louis, dans le Missouri, où elle est née en 1906, la Dordogne où elle vécut plus de trente ans, Paris qu’elle a tant aimé, et Monaco, où elle repose depuis 1975. Pour l’accompagner, la Marseillaise sera jouée par la Garde Républicaine et les chœurs de l'armée, tandis que et des enfants chanteront un air de la diva. Monaco: hommage à Joséphine Baker avant son entrée au Panthéon « C'est la France qui a fait ce que je suis, je lui garderai une reconnaissance éternelle » Joséphine Baker aimait tellement la France qu'elle se fit naturalisée. Voici ce qu'elle déclara à un officier français en 1939 : « La France est douce, il fait bon y vivre pour nous autres gens de couleur parce qu'il n'existe pas de préjugés racistes. Ne suis-je pas devenue l'enfant chérie des Parisiens. Ils m'ont tout donné, en particulier leur cœur. Je leur ai donné le mien. Je suis prête capitaine, à leur donner aujourd'hui ma vie. Vous pouvez disposer de moi comme vous l'entendez ». Après la fin de la guerre, lorsqu'on lui demanda la raison de son engagement, cette femme exceptionnelle aura ces mots : « Moi, je n'ai fait que ce qui était normal ». Joséphine Baker entre aujourd'hui au Panthéon (Source : Passionmilitaria) Quarante-six ans après son décès, Joséphine Baker fait aujourd’hui son entrée au Panthéon ! Artiste de music-hall, cette héroïne de la Résistance française durant la Seconde Guerre mondiale reçut à ce titre plusieurs décorations : La Légion d’honneur, au grade de chevalier La médaille de la Résistance La croix de guerre 1939-1945 avec palme La médaille commémorative des services volontaires dans la France libre La médaille commémorative française de la guerre 1939-1945 À cette occasion, le musée ressort de ses archives plusieurs documents : des photos de sa réception dans la Légion d’honneur, de l’artiste portant ses décorations et de son décret de nomination accompagné des citations rappelant ses faits d’armes. (Source ; Musée de la Légion d'honneur et des ordres de chevalerie) Madame Joséphine Baker, icône de la France fière et réconciliée, meneuse de revue des années folles, enfant pauvre de l’Amérique ségrégationniste, héroïne de la Résistance et officier de l’armée de l’Air, entre au Panthéon ce 30 novembre 2021, sur décision du président de la République. À cette occasion si symbolique, 20 élèves de l’École de formation des sous-officiers de l’armée de l’Air et de l’Espace (#EFSOAAE) de Rochefort participent à la cérémonie d’entrée au Panthéon de celle qui devint officier de l’armée de l’Air en 1944, sur fond de Seconde Guerre mondiale. Deux élèves de l'EFSOAAE ont ainsi été interviewées. Elles ont pu témoigner de l'importance de cette femme dans leur engagement et des valeurs qu'elle leur a inspirées. Alors que Joséphine Baker fera son entrée au Panthéon ce mardi 30 novembre, découvrez le château des Milandes, en Dordogne, où elle a vécu avec sa "tribu arc-en-ciel" des années 40 jusqu'en 1968 et qui est dédié aujourd'hui à l'histoire de l'artiste. L'actuelle propriétaire du château des Milandes, Angélique de Saint-Exupéry, perpétue le souvenir de Joséphine Baker. © Radio France - Valérie Dejean Elle y avait fondé un "Village du monde, capitale de la fraternité universelle" avec son quatrième mari, Jo Bouillon. Joséphine Baker a fini par être contrainte de vendre le château des Milandes une bouchée de pain en 1968. Ce château a abrité la "Tribu arc-en-ciel" et de nombreux moments forts de la vie de l'artiste qui fera son entrée au Panthéon ce mardi. Pour la petite fille noire née dans la misère du Missouri en 1906, le château des Milandes avait tout du conte de fées. Elle s'y est mariée alors qu'elle était au sommet de sa gloire de chanteuse de music-hall et y a élevé les douze enfants qu'elle avait adoptés. Malheureusement, l'histoire s'est mal terminée mais le château, aujourd'hui, rend hommage à Joséphine Baker et l'on peut y découvrir de nombreux souvenirs de celle qui était non seulement une artiste mais aussi une mère exceptionnelle, une femme engagée, une militaire et une militante antiraciste. Elle était "l'une des plus exceptionnelles femmes du XXe siècle" assure le château sur son site internet. Découvrez ces lieux en images. Des tenues de scène de Joséphine Baker exposées aux Milandes. © Radio France - Valérie Dejean Joséphine Baker et son mari, Jo Bouillon, avaient mené de grands travaux de rénovation du château, une révolution à l'époque. Ici, la salle de bains noire et or, aux couleurs du parfum de l'artiste. © Radio France - Valérie Dejean Dans la cuisine aménagée par Joséphine Baker, un imagier s'offre au regard, conçu pour les enfants de la "Tribu arc-en-ciel". © Radio France - Valérie Dejean En 1961, Joséphine Baker a reçu, au château des Milandes la Légion d'honneur à titre civil et la Croix de guerre avec palmes pour faits de résistance. © Radio France - Valérie Dejean (Source : Par Valérie Dejean, France Bleu Périgord, France Bleu)
  4. Bonsoir, La spe de maneu consiste en tous ce qui est manoeuvre, travail sur le pont, l'entretien de tous les apparaux nécessaires aussi bien pour les manœuvres du navire, que des embarcations, des lignes d'encres. Le travail nécessite également de piquer, grater, meuler et peindre le pont et ce qui s'y en accroche. C'est un métier physique.
  5. Bonjour, Un reserviste qui passe dans l'active, son contrat (esr) est automatique stoppé et le fait de s'engager est totalement indépendant de l'unité dans lequel on est reserviste.
  6. Dans la Marine la vaccination (et donc le pass sanitaire) est obligatoire pour embarquer que le marin soit d'active et où de réserve. A terre, la vaccination n'est pas obligatoire mais vivement conseillé.
  7. Dans "forces spéciales" il y a spéciale, ce sont la nature des missions qui sont différentes.
  8. Un légionnaire du 2e Régiment Étranger d’Infanterie s’est noyé accidentellement lors d’un exercice. Organisé sur les rives du lac de Bellegarde [Gard], le 18 novembre, un exercice du 2e Régiment Étranger d’Infanterie [REI] a mal tourné, l’un des légionnaires impliqués dans cette « activité d’entraînement programmée et encadre » s’étant accidentellement noyé. Malgré la présence d’une équipe médicale sur les lieux et l’intervention des service de secours, il n’a pas pu être réanimé. Le décès du caporal Ouladzislau Chastakou a été constaté aux environs de 15 heures. Né le 15 mai 1997 et originaire de Biélorussie, celui-ci avait rejoint les rangs de la Légion étrangère en août 2018, alors qu’il venait d’être présélectionné par l’équipe olympique de natation de son pays. Après son intruction militaire initiale au 4e Régiment Étranger [RE], au cours de laquelle, selon sa hiérarchie, il s’était rapidement « distingué par sa motivation et ses bons résultats », Ouladzislau Chastakou fut affecté au 2e REI de Nîmes. Élevé à la distinction de légionnaire de 1ère classe en octobre 2019, il prit part à une mission de quatre mois au Sénégal, où sa « manière de servir » fut à nouveau remarquée. Après avoir été nommé caporal le 1er janvier 2021, il fut désigné pour suivre une formation technique de spécialité afin de devenir auxiliaire sanitaire. Ayant participé à deux reprises à l’opération intérieure Sentinelle, il fut décoré de la médaille de la protection militaire du territoire et de la Médaille de la Défense nationale, échelon bronze. « Âgé de 24 ans, le caporal Ouladzislau Chastakou était un légionnaire de grande qualité et un excellent camarade. Il laisse derrière lui une compagne », précise le commandement de la Légion étrangère. (Source : opex 360 ) L'équipe et les membres du forum-militaire.fr s'associent pour exprimer leurs sincères condoléances à la famille, à ses camarades et aux proches.
  9. La guerre d'Algérie est toujours un sujet sensible, notamment pour les familles ayant des appelés ou des rappelés en leurs sein. Longtemps considéré comme du maintien de l'ordre (dans une colonie ou un département) il fallût beaucoup de temps pour que la France reconnaisse ce conflit et ose enfin l'appelé "guerre d'Algérie". Cette guerre a marquée nombre de militaires, par l'abandon des supplétifs, appelé "Harkis", la majorité resté sur le sol algérien fut assassiné cruellement, les autres rapatrié en métropole furent parqué dans des camps sans aucune reconnaissance. Ce jeudi, les députés ont entamé l'examen du projet de loi qui vise à reconnaître et à indemniser cette communauté longtemps stigmatisée. © afp.com/GERARD JULIEN Des anciens combattants harkis participent à une cérémonie officielle devant le monument aux morts de Mas-Thibert à Arles, le 25 septembre 2011, lors de la Journée nationale d'hommage aux harkis Il s'agit de "dépasser dénis et tabous", a martelé la ministre déléguée chargée de la Mémoire et des Anciens combattants Geneviève Darrieussecq. Les députés ont débuté jeudi l'examen d'un projet de loi pour demander "pardon" aux harkis et à leurs familles. Leur histoire tragique a parfois suscité l'émotion à l'Assemblée nationale, où planent encore les fantômes de la guerre d'Algérie. Près de 130 amendements ont été déposés sur le texte qui se veut la traduction législative d'un discours d'Emmanuel Macron le 20 septembre à l'Elysée devant les représentants de cette communauté. Près de soixante ans après la fin de la guerre d'Algérie, le texte vise à allier dimension mémorielle et indemnisation. C'est un "tournant historique dans la reconnaissance", s'est félicitée la ministre déléguée. Le projet de loi jongle avec le symbolique et le concret. Il reconnaît les "services rendus en Algérie par les anciens membres des formations supplétives qui ont servi la France et qu'elle a délaissés lors du processus d'indépendance de ce pays". Jusqu'à 200 000 harkis avaient été recrutés comme auxiliaires de l'armée française pendant le conflit entre 1954 et 1962. Mais après les accords d'Evian le 18 mars 1962 consacrant la défaite française en Algérie, le gouvernement français refuse leur rapatriement massif. Seuls quelque 42 000 harkis sont évacués en France par l'armée vers des camps aux conditions de vie difficiles. D'autres y parviennent clandestinement et au total environ 90 000 personnes arrivent en France, pour la majorité entre 1962 et 1965. Le texte reconnaît également "les conditions indignes de l'accueil" qui leur a été réservé. Près de la moitié d'entre eux ont été relégués dans des camps et des hameaux de forestage. Le projet de loi prévoit aussi la "réparation" du préjudice avec, à la clef, une somme forfaitaire tenant compte de la durée du séjour dans ces structures. D'ores et déjà, cinquante millions d'euros ont été inscrits dans le projet de budget 2022 pour abonder le fonds d'indemnisation. A gauche ou à droite, les oppositions demandent que les mesures de réparation touchent tous les harkis, et pas seulement ceux qui ont "transité par ces camps", selon le communiste André Chassaigne. De son côté, Julien Aubert (LR) a demandé à ne "pas trier" les harkis ni "hiérarchiser leurs souffrances". Le projet de loi "n'a pas vocation à dire l'Histoire ou à décrire les souffrances", a ajouté la ministre déléguée. Selon elle, "la réparation ne peut pas tout, elle n'efface pas les souvenirs douloureux". "Malheur à ceux qui réactivent sans celle les termes du conflit" Sous le regard de représentants de la communauté harkie présents en tribune, plusieurs orateurs des groupes politiques, dont certains sont des descendants de rapatriés d'Algérie, ont laissé percer leur émotion telle la rapporteure LREM Patricia Mirallès. Emotion également partagée par des députés comme David Habib (PS) ou Alexis Corbière (LFI) dont les circonscriptions comptent de nombreux descendants de ces Algériens qui ont combattu aux côtés de l'armée française avant de débarquer en métropole dans "des conditions indignes". "La guerre est finie et malheur à ceux qui réactivent sans cesse les termes du conflit", a déclaré Alexis Corbière, visant implicitement le polémiste d'extrême droite Eric Zemmour. Les harkis et leurs descendants formeraient aujourd'hui une communauté de plusieurs centaines de milliers de personnes. Depuis 1974, plusieurs de leurs enfants ont mené des grèves de la faim et manifesté pour obtenir la reconnaissance de leur drame. Leurs parents ont connu une intégration difficile en France, à la fois assimilés à des immigrés et rejetés par les immigrés. En 2000, le président algérien Abdelaziz Bouteflika les avait qualifiés de "collaborateurs", excluant leur retour en Algérie. Pour la première fois en 2016, le président français François Hollande reconnaît les "responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des harkis, les massacres de ceux restés en Algérie et les conditions d'accueil inhumaines des familles transférées dans les camps en France". Avec ce projet de loi, le président Macron va plus loin que ses prédécesseurs depuis Jacques Chirac, en reconnaissant une "dette" envers ces hommes, mais aussi leurs familles. En 2018, un "plan harkis" est lancé et permet de débloquer 40 millions d'euros sur quatre ans pour revaloriser les pensions des anciens combattants et aider leurs descendants. La même année, le Conseil d'Etat condamne la France à indemniser un fils de harki ayant subi des "séquelles" d'une vie aux conditions "indignes" dans les camps. Le 20 septembre dernier, le président Emmanuel Macron leur demande "pardon" au nom de la France pour leur "tragédie" vécue et promet "réparation". (source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/guerre-d-algérie-ce-que-contient-le-projet-de-loi-pour-demander-pardon-aux-harkis/ar-AAQRMRn?ocid=msedgntp )
  10. Ille-et-Vilaine. Le patron d’Yves-Rocher engagé dans la réserve citoyenne des armées Alexandre Rubin, PDG d’Yves-Rocher France et Bénélux, a été fait lieutenant-colonel de la réserve citoyenne de la délégation militaire départementale d’Ille-et-Vilaine (DMD 35). Alexandre Rubin, PDG d’Yves-Rocher France et Bénélux, a reçu le 11 novembre 2021 l’insigne de lieutenant-colonel de la réserve citoyenne de la délégation militaire départementale d’Ille-et-Vilaine (DMD 35) des mains du général Nicolas Casanova, officier général des armées de la zone de défense et de sécurité ouest. | OUEST-FRANCE Ce moment a eu lieu en public le 11 novembre devant plusieurs centaines de personnes, sur la place de l’hôtel de ville de Rennes, mais est presque passé inaperçu. Pendant la cérémonie de commémoration de l’Armistice de 1918, Alexandre Rubin, PDG d’Yves-Rocher France et Bénélux, a reçu l’insigne de lieutenant-colonel de la réserve citoyenne de la délégation militaire départementale d’Ille-et-Vilaine (DMD 35) des mains du général Nicolas Casanova, officier général des armées de la zone de défense et de sécurité. Alexandre Rubin, PDG d’Yves-Rocher France et Bénélux, a reçu l’insigne de lieutenant-colonel de la réserve citoyenne de la délégation militaire départementale d’Ille-et-Vilaine (DMD 35) des mains du général Nicolas Casanova. | PASCAL SIMON/OUEST-FRANCE. La DMD 35 recense une cinquantaine de réservistes citoyens, parmi eux d’autres dirigeants et cadres d’entreprises ou d’administration d’Ille-et-Vilaine. En quoi consiste la mission d’un réserviste citoyen ? D’une manière générale, à contribuer au rayonnement des armées et contribuer bénévolement à la défense et la sécurité de la France en participant à des actions de sensibilisation. Dans le cas des dirigeants d’entreprises ou d’administration, « leur engagement permet aussi aux armées de tisser un réseau qui pourra contribuer à la reconversion des militaires retournés au civil, à la réinsertion des militaires blessés ou à l’emploi des conjoints », explique Hervé Dunoyer, lieutenant-colonel de réserve, chargé du « rayonnement et des relations extérieures » auprès du général adjoint à l’officier général de la zone de défense et sécurité Ouest. Cette démarche s’inscrit dans la volonté du général Nicolas Casanova, à la tête de la zone de défense ouest depuis 2020, d’élargir le spectre des réseaux des armées aux milieux économiques. Des rencontres avec des organisations professionnelles, des chefs et cadres d’entreprises, sont au programme des prochains moins. (source : Ouest France Ille et Vilaine)
  11. Bonjour, Effectivement la veste correspond au tenue allemande, sans l'insigne nationale (aigle à "roulette" c'est un bon point si on peut dire même si nous ne jugeons pas le parcours de gens ) sans les "listen" au col, ni épaulettes. Les vestes françaises : D'homme de troupe, remarquez qu'elle ne comporte pas de poche de poitrine. D'officier des années 30, elle comporte des bottes de manche et des poches de hanches plaquées. Idem pour cette veste d'officier artilleur des années 40. Les vestes de troupe allemandes : La plus connue, remarquez les poches qui comportent des plies watteau et des poches de hanche apparents. Celle-ci ne possède pas de plie Watteau mais les poches de hanche sont bien ajoutées. Veste de l'artillerie côtière, pas de poche de hanche apparente mais les manches possèdent des bottes. Celle-ci hormis les plie Watteau correspond. Les nazis ayant pillés les stocks des pays envahis, elle peut ne pas être complétement réglementaire. Le ceinturon est un modèle à ardillon (deux pointes) modèle règlementaire français. Il porte des jambières pardessus de "drôles" de brodequins, voir des galoches... L'écharpe est civil. Quand au bonnet de police (calot), il ne semble pas de coupe allemande. Difficile d'être sur que ce soit un français : Une question se pose, les français effectuant le STO étaient ils vêtues d'un uniforme ? En 1940, il avait 22 ans, ça pourrait être aussi un prisonnier de guerre. ( Je précise que les pièces d'uniforme comportant l'emblème nazi, soit la croix gammée, le sont ici à titre d'exemple historique et uniquement dans ce but)
  12. La Légion comme les Chasseurs Alpin ( commandos de montagne...) sont des troupes d'élite mais ne font pas partie des "Forces spéciales ".
  13. Je vous propose un petit récapitulatif en photos : Après un hommage public rendu hier sous la coupole des Invalides, et une nuit de veillée par des soldats, marins et aviateurs des unités de l’ordre de la Libération, Hubert Germain, héros de la Seconde Guerre mondiale et dernier des Compagnons de la Libération est, en ce jour de mémoire pour la France, transféré au Mont-Valérien. Avec le Président de la République Emmanuel Macron et les chefs d’état major pour commémorer l’armistice de 1918. À travers la figure d’Hubert Germain, hommage honneurs et reconnaissance, à tous les militaires morts pour la France, héros tombés au Champ d’Honneur pour la Patrie. Il a reçu sous l’arc de Triomphe les hommages du Président de la République, après un passage du convoi funéraire devant la statue du Général de Gaulle sur les Champs Elysées. Il a ensuite été inhumé dans la crypte du Mont-Valérien aux côtés de ses compagnons. En ce jour où la France rend hommage à l’un de ses héros, la Marine se souvient de l’engagement d’Hubert Germain dans ses rangs. En 1940, alors candidat à l’Ecole Navale, il rejoint les Forces Navales Françaises Libres (FNFL). Il prend place à bord du cuirassé Courbet au début de la guerre avec comme objectif de le défendre contre les raids allemands. Au Mont-Valérien , les Armées s’inclinent avec respect devant la mémoire d’Hubert Germain, dernier des Compagnons de la Libération. « En servant la Patrie, il a remporté la Victoire » et nous a montré le chemin de l’engagement pour le service de la France. La flamme ne s’éteindra pas. Avec sa mort, les Compagnons de la Libération ont tous disparu. Cependant, leur mémoire subsiste à travers les bâtiments et les unités faisant partie de l’Ordre au titre de leur engagement dans les FNFL : la FLF Aconit (héritière de la corvette Aconit),le SNA Rubis (héritier du SM Rubis) et l’École des Fusiliers marins, héritière du 1er RFM. Le général de Gaulle ayant fondé l’ordre de la Libération, l’équipage du porte-avions Charles de Gaulle porte également la fourragère distinctive à titre dérogatoire depuis 2011. Les 6 futurs patrouilleurs outre-mer seront baptisés en hommage à des compagnons de la Libération ultramarins. Le premier d'entre-eux, l'Auguste Benebig, rejoindra la Nouvelle-Calédonie fin 2022. (Source : Ordre de la Libération / Ministère des Armée / Chef d'état major des Armées / Marine Nationale)
  14. Une belle histoire de restauration, combien de relique de guerre "pourrisse" tranquillement dans nos communes. Il est tellement rare qu'il attire la convoitise des collectionneurs de toute la France. Cent ans après qu'Héric, en Loire-Atlantique, a reçu un canon allemand en guise de trophée de la Grande Guerre, des passionnés ont œuvré pour que ce trésor retrouve sa splendeur d'antan. La commune d'Héric, en Loire-Atlantique, s'est vue remettre en 1921 un canon allemand de la Première Guerre mondiale en guise de trophée de guerre. - Henri Baudry "La rareté du fait donne du prix à la chose", écrivait Jean de la Fontaine au XVIIe siècle. À Héric, en Loire-Atlantique, les passionnés de la Grande Guerre peuvent en témoigner. A l'occasion des commémorations de l'armistice du 11 novembre 1918, ce jeudi, France Bleu Loire Océan vous raconte l'histoire d'un "trophée de guerre" reçu par la commune en 1921. "Des canons comme celui-ci, il n'en reste plus que deux dans le monde", raconte fièrement Henri Baudry, membre de l'association des Amis de l'Histoire. Avec d'autres passionnés, il est parvenu à rénover ce petit trésor qui était tombé dans l'oubli. Un trésor de guerre que les Allemands n'ont pas vu en 1940 A la demande du conseil municipal de l'époque, la commune d'Héric s'était vue offrir des "trésors de la Grande Guerre" par le gouvernement : "Des casques à pointe, des obus comme on en voit autour des monuments aux morts, des fusils Mauser et ce canon", énumère Henri Baudry. Placé derrière le monument aux morts il y a 100 ans, cet obusier n'avait plus bougé. Son emplacement lui avait même évité d'être détruit par les Allemands, deux décennies plus tard. "Ils n'ont pas vu ce canon, souffle-t-il. Sinon ils se seraient empressés de le récupérer, étant donné que c'était un trophée de guerre." Plusieurs gros collectionneurs dont deux qui sont dans l'Est de la France m'ont appelé pour savoir si le canon était à vendre. Caché, ce mastodonte nommé "Schwere Feldhaubitze" - obusier lourd de campagne, en français - de 2.250 tonnes, long de plus de 2,5 mètres et capable de cracher des obus à près de neuf kilomètres à la ronde s'est dégradé au fil du temps. "Quand je l'ai vu pour la première fois il y a 25 ans, il n'était déjà pas beau", se remémore Philippe Maisnier, passionné par les deux conflits mondiaux et amateurs de véhicules militaires anciens. "Il était en mauvais état et on se disait qu'il serait bien d'en faire quelque chose avant qu'il ne disparaisse", embraye le membre actif de l'association des Amis de l'Histoire. Ils vont alors porter ce dossier devant les élus locaux. Et vont finir par les convaincre en 2012. "Dans le monde de la collection, c'est un bijou" Grâce à une grue, ce canon "très utilisé pendant la guerre" dixit Philippe Maisnier, est enlevé de son emplacement historique afin d'être stocké dans un bâtiment des ateliers municipaux. Grâce aux 10.000 euros de subventions, entre autres, allouées par le Département et la DRAC, le chantier de rénovation a ensuite pu commencer. "La première étape a été le sablage qui consiste à décaper entièrement le canon afin d'enlever la rouille, détaille le passionné de véhicules militaires. On a ensuite remis et ressoudé les bouts de blindage qui manquaient. L'obusier a ensuite fait l'objet d'un traitement chimique afin d'éviter que la rouille ne revienne avant 15 à 20 ans. Et la dernière étape a été de le repeindre, on a réussi à retrouver la teinte d'origine du canon, avant qu'un artisan ne refasse les deux roues du canon à l'identique." On est en train de réfléchir à l'endroit le plus approprié car l'idée est de le mettre en valeur, pas de le laisser enfermé. Satisfaits du résultat, ces férus d'histoire ont été très sollicités, preuve que cet objet a une sacrée valeur. "Dans le monde de la collection, c'est un bijou, admet même Philippe Maisnier. Plusieurs gros collectionneurs dont deux qui sont dans l'Est de la France m'ont appelé pour savoir si le canon était à vendre." "C'est pour ça qu'on essaie de ne pas trop ébruiter le fait qu'on a un canon", renchérit Henri Baudry. Désormais fini, ce morceau de patrimoine attend son nouvel emplacement. "L'idée est de le mettre en valeur, pas de le laisser enfermé, confirme Claudine Michel, adjointe au maire en charge de la Culture. On est en train de réfléchir à l'endroit le plus approprié." L'idée de l'installer autour de la nouvelle mairie est une des pistes à l'étude. Mais pour l'heure, rien n'a encore été acté. (Source : https://www.francebleu.fr/infos/societe/il-n-en-existe-que-deux-dans-le-monde-a-heric-un-canon-allemand-de-la-grande-guerre-enfin-renove-1636623682?fbclid=IwAR00Bw-TtXSR7SsRlidJj_BfxVoiffXlENhaj8N41O3o7rOuCE0xlGkeYAk )
×
×
  • Create New...