Aller au contenu

Sirem

Membre+
  • Compteur de contenus

    7
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

1 Neutre

Profile Information

  • Lieu
    RUEIL-MALMAISON
  • Je suis
    Civil
  • Je suis réserviste
    Non
  • Composante
    Aucune
  • Mon conjoint est militaire
    Non
  • Je suis parent de militaire
    Non
  • Sexe
    Homme
  • Mes centres d'intérêts
    Histoire, histoire familiale, culture, généalogie, patrimoine, ...

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Bonsoir et désolé pour mon absence prolongée. @Fred689 Le tableau protocolaire pour les médailles est superbe ! Merci je vais y jeter un œil, voir même les deux ! par contre si vous l'avez en meilleure qualité je suis preneur car en copiant l'image pour agrandir ça pixelise un max ... Petite analyse rapide pour confirmer la période de la photo : La première photo est prise pour sa carte de circulation dans Alger. Le cachet qui recouvre la photo indique 01 Février 1944 et le galon sur son épaule est celui de sergent, grade atteint le 01 juillet 1943. ce qui permet de dater l'unique photo que nous avons de lui en uniforme durant son séjour en Afrique, elle est donc prise entre le 01 juillet 1943 et le 01 février 1944. Une étude approfondie montre que le ruban de la barrette de rappel de la Croix de Guerre est un modèle "Croix de Guerre 39/45 de Londres" et pas un Modèle Croix de guerre 1943 Giraud (supprimée par ordonnance le 07 janvier 1944), ce qui permet de penser que la photo à été prise entre le 07 janvier 1944 et le 01 février 1944. Donc de façon logique juste avant la réalisation des papiers de circulation à Alger, photo tamponnée le 01 février 1944. A cette date le Sergent Edouard Eugène DETROYES est affecté à la 2eme Compagnie de Quartier Général - Etat Major particulier du Général DE GAULLE à ALGER. Le port de ces 3 barrettes est confirmé sur les photos prises en France en septembre 1944 avec ses parents et ses sœurs, à l'occasion de son retour en France et de son affectation à la 32eme Compagnie d'Etat Major - Quartier Général du Général DE GAULLE à PARIS (Les photos sont encore moins bonnes que celle présentée mais permette de distinguer 3 barrettes de rappel). C'est un des premiers à avoir rejoint De Gaulle à Londres en se portant volontaire alors qu'il est parqué en Angleterre en revenant de Norvège. @Bouchon-Gras 49 La médaille des évadés n'est pas à envisager car il n'a pas été prisonnier. De plus elle n'est instituée que la 07 janvier 1944 (sauf erreur), et le document cacheté avec la photo date du 01 février 1944, ce qui laisse peu de temps pour lui attribuer. Ma théorie concernant cette 3eme barrette est que ce soit une médaille de la résistance mais je n'en trouve nulle part trace et elle ne serait pas bien placée. Il n'est pas référencé comme bénéficiaire dans la liste des médaillés de la résistance non plus. Pourtant les FFL ont été considérés comme résistants. Plusieurs pistes vont dans ce sens : Similitude de la 3eme barrette avec les rubans existants : On peut faire les rapprochements suivants : Croix de guerre Médaille coloniale Médaille de la résistance On remarque les correspondance de teintes noires et blanches. Les bords de la Croix de guerre sont foncés et larges, les bords de la 3eme médaille sont beaucoup plus fin, comme ceux de la Médaille de la résistance. Le centre de la 3eme médaille est très foncé comme celui de la Médaille de la résistance. Les barres rouges qui traversent la médaille en son centre ne semblent pas visibles ce qui enlève la ressemblance avec la Médaille de la résistance, mais sont ils vraiment absent ? Sur la photo originale la question peut se poser. Il a bénéficié de la croix de combattant volontaire de la résistance (en 56) et la médaille militaire (en 53) au titre de combattant volontaire de la résistance, ainsi que la médaille commémorative des services volontaires dans la France Libre (en 45), distinctions toutes assimilées à la résistance au titre de FFL. J'ai fait un tableau récapitulatif des médailles en fonction des dates et la seule solution me semble être celle de la résistance ... Je vous transmets ce tableau qui méritera peut être d'être complété car j'ai peut être fait des oublis ? La délimitation dans le temps en colonne délimitées en rouge correspond aux périodes possible de prise de photos, entre 1943 et 1944. Il ne peut donc y avoir que quelques médailles possibles. Ce n'est pas la Légion d'honneur, ce n'est pas l'ordre de la libération, ce n'est pas non plus la Médaille Militaire car il l'a reçoit seulement en 1953. Ce n'est pas la Croix de guerre puisqu'elle est déjà identifiée comme étant la 1ere barrette. Ce n'est pas la Médaille coloniale puisque déjà identifiée comme étant la 2eme barrette. Il ne reste donc QUE la Médaille de la Résistance comme choix possible ! (Il faut reconnaître qu'elle serait mal positionnée sauf à y voir un ordre chronologique d'attribution, ou un peu de laxisme dans l'organisation militaire de l'époque...?) Que pensez vous de ces déductions ? Est il possible qu'il ne soit pas référencé actuellement tout en aillant pourtant reçu cette distinction à l'époque ? Merci pour toute critique constructive sur ce cheminement. Très bonne soirée.
  2. Bonsoir, Pour pousser un peu le sujet, savez vous s'il y a une différence d'attente lors des sélections en terme de capacités sportives entre une demande pour la réserve opérationnelle et la réserve ORSEM ? Très bonne soirée à tous,
  3. Bonsoir et merci de vous être intéressé à ma question. Grâce au forum j'ai déjà pu obtenir une explication sur un insigne porté sur l'uniforme et je remercie grandement les membres du forum pour leur aide et leur compétences. Dans le cadre de recherches généalogiques personnelles, je suis confronté à une nouvelle énigme particulièrement difficile à résoudre. Il s'agit d'identifier (ou d'expliquer) le port d'une barrette de rappel sur une tenue de 1944. Je joins la photo qui est une des rares que je possède et surtout celle de meilleure qualité. Cela concerne mon grand-père, rappelé en 1939, ayant pris part au corps expéditionnaire en Norvège, puis EVDG en 1940 à Londres dans les FFL, participe au corps expéditionnaire sur Dakar et poursuit la lutte dans la colonne Leclerc à Kouffra, au Fezan, en Tripolitaine et en Tunisie, il est sergent en 1944 comme le confirment les épaulettes sur la photo et rattaché au QG de De Gaulle à Alger. La photo est tamponnée par un cachet du 01 février 1944 qui la date et mon grand-père est bien sergent à partir du 07 janvier 1944 selon ses ESS. Sur la photo (que l'on peut avec certitude situer en 1944) on peut voir qu'il porte un placard de 3 médailles sous la forme de rappels. Le premier est la croix de guerre avec étoile d'argent et le second est la coloniale (avec les agrafes dessus pour Koufra, Fezan, Fezan-Tripolitaine, Tunisie). Ces 2 médailles sont identifiées et confirmées sur son livret militaire. Par contre je ne trouve nulle part trace de la 3eme médaille à cette période ! C'est donc cette médaille qu'il conviendrait d'expliquer car j'ai fait plusieurs recoupements qui ne laissent qu'une seule possibilité et imparfaite. En 1944 dans les FFL il y a peu de choix de médailles. Certaines médailles peuvent être écartées de suite car elles ne lui ont été attribuées (ou créées et attribuées) qu'ultérieurement : Médaille militaire, Croix du combattant volontaire de la résistance, Croix du combattant, Médaille des services volontaires dans la France Libre, Médaille commémorative 39-45, Médaille de Norvège. Une première démarche auprès des services concernés par la Médaille de la résistance à été négative (mais une 1ere démarche similaire pour la médaille militaire avait été négative alors qu'après recherche approfondie elle lui avait bien été attribuée). Etant au QG de De Gaulle, on imagine mal qu'il puisse porter une médaille qu'il n'a pas eu, d'ou mon étonnement de n'en trouver mention nulle part. J'ai interrogé plusieurs personnes susceptibles de pouvoir y répondre mais pour l'instant personne n'a pu trouver la solution. Il faut dire que la photo noir et blanc et d'une qualité médiocre ne facilite pas la recherche ! Je vous laisse vous exprimer avant de vous soumettre la théorie imparfaite à laquelle j'arrive, ceci afin de ne pas fausser vos réflexions. Merci donc par avance pour vos suggestions et propositions. Excellente nuit à tous.
  4. Sirem

    Port des décorations

    Merci Bouchon-Gras pour ce résumé très clair de ce qui se fait et de ce qui ne se fait pas. Bonne soirée !
  5. Sirem

    Identifier un insigne de la seconde guerre mondiale

    Bonjour, Merci à vous trois pour ces informations précieuses ! Je n'ai pas pris le temps de me présenter et je vous prie de m'en excuser. J'approche la cinquantaine et j'ai un peu de temps en ce moment pour plonger dans le passé et en profiter pour m'adonner à mes sujets préférés : la généalogie, la culture et l'histoire. Je suis arrivé sur le forum suite à l'ouverture d'un carton recelant les trésors militaires de mon grand-père qui à participé à la seconde guerre mondiale. Incorporé en 39, j'ai découvert qu'il a fait la Campagne de Norvège, il en tira une médaille en 45. Puis après être passé par Brest de façon éclair sa compagnie de transport à été embarquée pour l'Angleterre. C'est de là qu'il a répondu immédiatement à l'appel de De Gaulle et a donc rejoint les FFL dés juillet 40 pour ensuite partir avec le Corps expéditionnaire à Dakar. Il passe le reste du temps en Afrique dans la colonne Leclerc dans les compagnies portées de reconnaissance et de combat et fait toutes les campagnes jusqu'en Tunisie. Il en reviendra avec les agrafes Koufra, Fezan, Fezan-tripolitaine et Tunisie et une croix de guerre. Sa guerre combattante stoppe après la Tunisie car il est affecté au QG de De Gaulle et ne le quittera plus jusqu’à Paris. J'ai reconstitué cela à partir des archives glanées de ci de là et de recherches auprès des organismes de remise des décorations militaires car mon grand-père n'a jamais parlé de sa guerre. Tout le monde savait qu'il avait fait la guerre avec Leclerc mais sans savoir quoi précisément. Ce fut donc des découvertes surprenantes d'apprendre ses médailles : Médaille militaire, Croix de guerre avec palme, Croix du combattant volontaire de la résistance, Croix du combattant, Médaille coloniale, Médaille des forces françaises libre, Médaille commémorative 39-45 et Médaille norvégienne de la guerre de 40-45. Vos réponses viennent donc parfaitement s'intégrer dans le parcours que j'ai pu retracer et montrer son ancienneté dans les FFL. Un grand merci pour votre aide car je n'avais pas eu l'occasion de trouver d'informations sur l'existence durant la seconde guerre de ce type de pratique alors que je la connaissais pour la première guerre ! Il me restera encore un mystère à éclaircir, une barrette de rappel non identifiée sur sa tenue en 1944. Ce sera pour une prochaine fois mais là ce sera beaucoup plus compliqué car la photo n'est pas excellente. Très bonne soirée à tous.
  6. Bonsoir, Je cherche à identifier cet insigne (Je vous mets 2 photos) J'ai imaginé un insigne de béret du fait de la position des agrafes au dos mais je ne trouve rien ni dans un sens ni dans l'autre ... Probablement porté durant la seconde guerre mondiale car dans les affaires de mon grand père (FFL avec De Gaulle et Leclerc). Merci d'avance pour les renseignements que vous pourrez me donner. Excellente soirée à tous,
  7. Sirem

    Port des décorations

    Bonsoir, Vous avez abordé la question du port par un militaire de médailles de sapeurs pompiers, c'est assez proche comme situation mais qu'en est il pour un réserviste de l'armée de terre qui aurait reçu dans le civil des médailles d'honneur de ministères (Médaille d'honneur du tourisme, Médaille d'honneur du travail, etc...) ? Est ce autorisé ou pas ou bien au cas par cas ? C'est un peu l'inconnue sur internet ce sujet, du moins je n'ai pas su trouver de réponse claire à ce sujet. Merci d'avance pour vos enseignements et très bonne soirée.
×