Niskop

Membre+
  • Compteur de contenus

    2
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

0 Neutre

À propos de Niskop

Profile Information

  • Lieu
    Paris
  • Je suis
    Civil
  • Je suis réserviste
    Non
  • Composante
    Aucune
  • Mon conjoint est militaire
    Non
  • Je suis parent de militaire
    Non
  • Sexe
    Homme
  • Mes centres d'intérêts
    Histoire, défense,
  1. Bonjour à tous, Je suis journaliste indépendant et je travaille actuellement avec un collègue sur l'évolution du recrutement dans l'armée de terre depuis la remontée des effectifs de 2015. Cela fait déjà près de deux mois que nous prenons des renseignements et des notes, basées, entre autres, sur les rapports du HCECM. Nous avons rencontré également à Vincennes les officiers en charge du recrutement. Bien sûr, ils nous assurent que tout va bien, même si des rapports officiels font part d'inquiétudes. Notre interrogation est la suivante : la politique du chiffre, en termes de RH et pas de moyens matériels, peut-elle influer sur la qualité des effectifs formés ? Des hommes conservés dans le rang aujourd'hui auraient-ils pu l'être il y a de cela seulement quelques années ? Nous posons la question surtout lorsque l'on voit, après la dépyramidalisation voulue dans le Livre blanc de 2012, une montée des effectifs du rang couplée à une baisse des effectifs de sous-officiers censés les encadrer... Un de mes amis d'enfance, sous-officier dans l'armée de terre, m'a parlé d'une évolution au sein du rang. Il m'a assuré avoir été très surpris de voir le niveau de certaines recrues. Et, plus grave, s'être senti en danger lors d'une opération de sécurisation au Mali par la faiblesse physique de ce soldat. Il a ajouté beaucoup d'autres exemples, expliquant également "marcher sur des oeufs", au moment de faire remonter certains comportements répréhensibles, au point que, de dépit il est en passe de quitter l'armée. Sur ce forum, j'ai noté que beaucoup d'entre vous émettent des réserves sur le recrutement. Indépendants, nous souhaitons publier ce papier à un magazine sérieux d'investigation. Nous avons le temps et ne cherchons pas le "buzz", bien au contraire. Je connais vos contraintes liées au devoir de réserve, et les comprends tout à fait. C'est pourquoi l'anonymat des personnes qui acceptent de nous répondre est bien entendu garanti. J'espère que cette publication ne dérange pas. D'avance je vous remercie pour vos retours. NS
  2. Bonjour à tous, Je suis journaliste indépendant et je travaille actuellement avec un collègue sur l'évolution du recrutement dans l'armée de terre depuis la remontée des effectifs de 2015. Cela fait déjà près de deux mois que nous prenons des renseignements et des notes, basées, entre autres, sur les rapports du HCECM. Nous avons rencontré également à Vincennes les officiers en charge du recrutement. Bien sûr, ils nous assurent que tout va bien, même si des rapports officiels font part d'inquiétudes. Notre interrogation est la suivante : la politique du chiffre, en termes de RH et pas de moyens matériels, peut-elle influer sur la qualité des effectifs formés ? Des hommes conservés dans le rang aujourd'hui auraient-ils pu l'être il y a de cela seulement quelques années ? Nous posons la question surtout lorsque l'on voit, après la dépyramidalisation voulue dans le Livre blanc de 2012, une montée des effectifs du rang couplée à une baisse des effectifs de sous-officiers censés les encadrer... Un de mes amis d'enfance, sous-officier dans l'armée de terre, m'a parlé d'une évolution au sein du rang. Il m'a assuré avoir été très surpris de voir le niveau de certaines recrues. Et, plus grave, s'être senti en danger lors d'une opération de sécurisation au Mali par la faiblesse physique de ce soldat. Il a ajouté beaucoup d'autres exemples, expliquant également "marcher sur des oeufs", au moment de faire remonter certains comportements répréhensibles, au point que, de dépit il est en passe de quitter l'armée. Sur ce forum, j'ai noté que beaucoup d'entre vous émettent des réserves sur le recrutement. Indépendants, nous souhaitons publier ce papier à un magazine sérieux d'investigation. Nous avons le temps et ne cherchons pas le "buzz", bien au contraire. L'anonymat des personnes qui acceptent de nous répondre est bien entendu garanti. J'espère que cette publication ne dérange pas. D'avance je vous remercie pour vos retours. NS