Jam

Administrateur
  • Compteur de contenus

    77
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    2

Réputation sur la communauté

18 Bon

4 abonnés

À propos de Jam

  • Rang
    Administrateur
  • Date de naissance 20/10/1979

Contact Methods

  • Website URL
    http://www.missionreconversion.fr

Profile Information

  • Lieu
    Metz
  • Je suis
    Civil
  • Je suis réserviste
    Non
  • Composante
    Aucune
  • Mon conjoint est militaire
    Non
  • Je suis parent de militaire
    Oui
  • Sexe
    Homme
  • Mes centres d'intérêts
    Informatique

Visiteurs récents du profil

1 265 visualisations du profil
  1. Le président François Hollande a officialisé jeudi la constitution d'une garde nationale qui sera « bâtie à partir des réserves opérationnelles existantes », a annoncé l'Élysée dans un communiqué. « En accord avec le travail parlementaire effectué par les sénateurs Gisèle Jourda et Jean-Marie Bockel et les députés Marianne Dubois et Joaquim Pueyo », les trois premiers s'étant entretenus jeudi matin à l'Élysée avec le chef de l'État, celui-ci « a décidé que la garde nationale serait bâtie à partir des réserves opérationnelles existantes ». http://www.lepoint.fr/societe/hollande-officialise-la-constitution-d-une-garde-nationale-28-07-2016-2057610_23.php
  2. Présentation

    Bienvenue Boyer974
  3. Présentation

    Bienvenue sur le forum Tété29
  4. Présentation de Antonin

    Bienvenue sur le forum Antonin !
  5. Nouvelle campagne de recrutement 2015.

    test http://www.recrutement.terre.defense.gouv.fr/forum http://www.recrutement.terre.defense.gouv.fr/forum  
  6. Afghanistan, Libye, Mali, Syrie peut-être demain, nos armées volent d’un engagement à un autre, heureuses et fières de servir, oubliant, dans l’ardeur des opérations,  les perspectives moroses de la loi de programmation militaire ; ignorant surtout la révolution silencieuse qui bouleverse l’organisation du ministère de la défense et pourrait, si l’on n’y prend garde, ébranler les fondements de l’institution militaire.   La place et le rôle des chefs militaires au sein de ce qui fut longtemps le ministère des armées ont été parfois contestés au cours des dernières décennies. La haute fonction publique, soutenue par les cabinets et le contrôle général des armées, a toujours lorgné vers les postes de responsabilité de ce ministère atypique. Le général Lagarde, il y a 30 ans déjà, disait aux stagiaires de l’Ecole de Guerre : «  on aurait tort de n’y voir qu’un conflit d’intérêts corporatistes. Ce sont deux visions qui s’affrontent : d’un coté, le notre, la subordination de toutes les activités à la préparation opérationnelle, de l’autre, celui des civils, le primat de la gestion budgétaire. Cette dernière approche peut séduire, car elle est plus perméable aux pressions politiques… ». Nous n’en crûmes pas un mot. Nous avions tort.               Suite de l'article :   http://www.politique-actu.com/dossier/metier-armes-porte-ferme-general-armee-henri-bentegeat/907824/
  7. En 2007, le Lieutenant-colonel Paul Wingling, de l’US Army, écrivait dans la revue officielle de l’armée américaine un article intitulé « la faillite des généraux ». Cet article remarquable prouve tout d’abord l’énorme liberté d’expression de l’armée américaine, où chacun est le bienvenu pour débattre et faire avancer les choses sans craindre, si l’esprit est respecté, de quelconques répercutions sur sa carrière. Si le titre de cet article fait référence à des problèmes parfois spécifiques à l’armée américaine, il est néanmoins tout à fait approprié à la situation dont vous faites état.     La pensée dans l’armée Française est, je le déplore, un arbre à beaucoup de branches mais bien peu de fruits. Que l’on s’écarte trop de la norme, et l’on est condamné, comme Galula, à s’exiler pour faire progresser ceux qui le veulent vraiment avant de se faire redécouvrir 60 ans après par ses compatriotes (qui, au lieu d’avoir l’humilité de se taire, viennent même s’en vanter). Sorti il y a peu de Saint-Cyr, j’y ai été, comme tous mes camarades, déçu, et même choqué par la pauvreté de l’enseignement académique qui y est dispensé. Des cours disparates sur des matières sans unité réelle, on ne tire que très peu d’apport culturel (sauf pour la filière RIS qui vient de disparaître…), et la capacité de réflexion des jeunes officiers s’en trouve d’autant plus diminuée. Si bien qu’il existe un véritable fossé de connaissances (dont les frontières s’écartent au rythme croissant des fautes d’orthographes sur chaque diaporama Power Point, outil si réducteur de la pensée…), entre officiers subalternes et officiers supérieurs. J’entends souvent les colonels fraichement diplômés, ou les généraux plus anciens dire : « à l’Ecole de Guerre, je me suis refait une culture ». Il est malheureux de constater que de cette culture on ne tire que bien peu d’ouverture d’esprit, et je déplore chaque jour que nos chefs n’aient pas saisi (ou l’aient feint) l’évolution de la société du pays qu’ils servent.   Suite de l'article :   http://www.politique-actu.com/dossier/faillite-generaux-billet-humeur-jeune-lieutenant-sorti-esm/907825/