Jump to content
Search In
  • More options...
Find results that contain...
Find results in...

Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 01/17/2020 in all areas

  1. 3 points
    Quelques éléments supplémentaires.
  2. 1 point
    Bilan 2019 de l'opération française Barkhane au Sahel. Source: Etat-Major des Armées
  3. 1 point
    Bilan 2019 de l'opération française Chammal au Levant. Source: Etat-Major des Armées
  4. 1 point
    Je ne sais pas si certains d'entre vous ont visionné le reportage, " les enfants perdus de Daech " diffusé hier soir. Je l'ai regardé en replay et j'avoue être resté scotché par ce que j'ai vu et entendu, pourtant passionné d'Histoire, j'ai pu voir différents films sur les horreurs de la seconde guerre, les atrocités faits par les SS, les waffen SS, la gestapo... Mais le témoignage de ces enfants perdus que Daech enrôlé de force, certains comme esclave ménagé ( comme ce garçon inapte au combat ) esclave sexuel, l'age sexuel légal pour Daech est de 9 ans mais une gamine de 7 ans ayant des poils pubien est donc déclaré légal ( car elle peut procréer ) et mariée avec un combattant de 75 ans puis vendue suivant l'usage.... Des jeux organisés, inspiré de fort Boyard, où des enfants doivent saisir des armes ( pistolet, machette... ) et tuer le prisonnier découvert au détour d'un enclavement comme nos joueurs attrapent une araignée ou un boyard. Comble de l'horreur, ses trois enfants enlevés à leurs mère ( une fillette et ses deux petits frères ) pour qu'ils ne soit pas tué, on demande à la fillette de couper le pied d'un prisonnier à la machette, puis à son frère de couper la main et au plus petit de donner des coups de couteau au visage, il finira par planter le couteau dans l’œil du prisonnier. Ce gamin aux dires de sa sœur est complétement perturbé, il a depuis essayé de mettre le feu dans une tente où sa sœur dormait, il est violant avec les autre enfants, libéré, il n'est pas suivi ( que donnera t'il dans l'avenir ? ). On voit aussi deux frères de 15 ans monter dans des hammeurs remplis d'explosif et ( filmé par des drones ) se faire exploser sur des véhicules militaires de la coalisions. Et ce garçon arrivant avec une ceinture d'explosif, que les policiers arrivent à lui enlever, ils doivent ensuite vite l'exfiltrer, car la population veut le luncher. Comme les jeunesse Hitlérienne tout débute par la formation, des enfants racontent les mathématiques ; une balle + une balle = deux balles... Pour finir on nous montre des jeunes garçons de 15 ans qui sont envoyé en Allemagne pour tenter de les sortir de ce milieu et retrouver leurs mères déjà sur place , mais ils sont dépité, pas de suivi médicale, une ( grande ) maison où ils sont tous logé, on leur verse 300 euros, apprennent à parler l'Allemand... Il y en a des milliers dans les camps...
  5. 1 point
    Hier soir, il y a eu un reportage sur la disparition de la Minerve, et l'on a pu voir le San Juan, c'est d'ailleurs les recherches pour le retrouver qui ont donné la fougues aux famille de la Minerve pour relancer le débat auprès des autorités.
  6. 1 point
    Funeste présent....bien triste avenir. On ne voit pas poindre encore la lumière dans ces ténèbres. Franchement, en attendant, pas envie de voir revenir sur notre sol ces bombes à retardement qui n'exprime aucun remord sur leurs actes...et qui pour certaines femmes veulent continuer à vivre selon leurs règles faisant fi de notre civilisation. Qu'elles restent donc là bas pour vivres selon leurs règles....jusqu'à la fin.
  7. 1 point
    Bonjour, A vrai dire, je pense qu'aucun pays n'est armé pour faire face à cette crise. C'est réellement un conflit sans précédent, car, si on peut les rapprocher de l'Algérie et du Vietnam, il y a beaucoup plus d'acteurs. La méthode est la même, pas la guerre ! Turcs, Syriens, Américains, Français, Irakiens, Kurdes, Iraniens, Saoudiens, et j'en passe, ont tous avantage à faire tomber Daesh, mais défendent tous leurs propres intérêts dans le même temps. On l'a vu : à peine le nord de la Syrie était-il libéré par les Kurdes que les troupes turques ont piétiné la frontière pour les repousser (alors qu'ils n'étaient même pas en Turquie). Chaque acteur a ses propres motivations, et certains ne sont même pas des acteurs officiels. Les Kurdes gèrent des prisons qui renferment des gens de toutes nationalités, sur un territoire qui n'est pas le leur, au nom d'un gouvernement (puisqu'il y a bien quelqu'un qui les dirige) qui n'est pas reconnu et qui ne gouverne officiellement personne, pour que ces prisonniers soient jugés en Irak ou en Syrie, alors même qu'ils ont peut être été arrêtés par les forces de la coalition. Quel bordel ! Une telle situation ne s'est jamais présentée et, à mon avis, ne se représentera jamais. En revanche, il faut chercher dès maintenant les solutions, les tester et apprendre. On peut tirer beaucoup de ce conflit, sur le plan humain, juridique, militaire, politique... Pour le public, ben... De toute façon il est jamais content alors...
  8. 1 point
    Bien sur, notre pays est dans l'incapacité de " traiter " ces gens ! Par faute de connaissance, que faire, et par faute de moyen et le tout à une échelle importante, ce n'est pas trois ou quatre personnes. Sans oublier que réintroduire ces gens sur notre territoire, dans nos villes, communes, villages, dans nos rues, nos quartiers...offre un risque, comment savoir, comment être sur qu'ils soient " inoffensif ". Que ce passera t'il lorsque ( parceque forcément ça arrivera ) qu'un ex djihadiste, ex terroriste ( un homme, une femme, un enfant ) réitèrera ? Souvenons nous déjà de la réaction du publique, lors des différents attentats lorsque l'on nous réveillait que ces terroristes étaient fiché S mais que faute de preuves... ils étaient libres de leurs mouvements, quelle sera la réaction publique dans le cas d'un nouvel acte d'un personnage revenu en France ?
  9. 1 point
    Le groupe aéronaval largue les amarres pour la mission Foch. Le porte-avions Charles De Gaulle et ses escortes prendront part à la Coalition Internationale dans la lutte contre Daech dans la Méditerranée orientale. Photo: Etat-Major des Armées
  10. 1 point
    Un article excellent et très complet sur le porte-avions Charles-de-Gaulle après son ATM. Le porte-avions «Charles-de-Gaulle» prêt à repartir en mission https://www.la-croix.com/France/Securite/Le-Charles-Gaulle-pret-repartir-mission-2019-02-12-1201001898 Avec le groupe aéronaval articulé autour de son porte-avions, la France dispose d’un instrument politique et stratégique de premier plan. Alliant autonomie d’ac­tion, souplesse d’emploi, puissance, mobilité et endu­rance, le porte-avions constitue un instrument privilégié de la projection de puissance vers la terre et permet également de maîtriser les espaces aéromaritimes ou de défendre le territoire. (Source: Marine nationale)
  11. 1 point
    Moralement, nous sommes dans un embarras, nous Français et Européen, et le mot est très faible face à cette situation Heïdi. La solution vous apparait être des nouvelles Conventions Internationales Or, dans tous nos propos que nous avons échangés au vue des situations se posant aux pays concernés il y a pourtant les solutions définis par les Lois Nationales et Conventions de Genève. 1° - Les Djihadistes, qu'ils soient locaux ou extérieurs aux pays concernés sont passible de la peur de mort du fait qu'ils ne sont pas issus d'un pays représentatif reconnu, en uniforme, d'un pays et du fait d'actes de guérillas et de terrorisme. Ils peuvent et doivent être abattus dans le cadre de guerre insurrectionnelle ou asymétrique. C'est clair et net. Or, les Kurdes ont jugés bon de faire nombre de prisonniers pour deux raisons essentielles = > Obtenir du renseignement par interrogatoire. > Avoir un moyen de pression qui leurs permettent de tenir tète à la Turquie du fait qu'ils ne possèdent pas de territoires eux mêmes (menace d'ouvrir les camps vers la Turquie). Conclusion = Ils y a des camps de prisonniers pleins et pouvant être libérés à tout moment du fait que les opérations dans cette région peuvent se modifier rapidement comme l'Intervention Turc aux frontières avec la création d'une zone tampon, Interventions de Forces Spéciales de la coalition, etc. En Indochine, au Vietnam, en Algérie, il y avait des zones "calmes" permettant de garder des prisonniers....qui était relâchés (en Algérie) ....parce qu' exécutés par leurs frères d'armes qui pensaient de façon doctrinal qu'ils avaient trahis ! 2° - Le problème nouveau sont les femmes dites Djihadistes avec enfants de surcroit dans les pays concernés. Pourtant cela n'a rien d'exceptionnel puisque les Armées Napoléonienne se déplaçaient avec femmes, enfants, blanchisseuses, cuisinières, etc. Voir la campagne de Russie. Mais dans ce cas, ce sont des femmes et enfants de combattants Djihadistes illégaux (se livrant aux pires excès) et épousant la doctrine du Dhihad ! > Les problèmes sont donc définis et doivent être résolus par la législation des pays concernés dans le respect du cadre des "Droits de l'Homme" = Prisons pour les femmes ayant du sang sur les mains sans enfants, Camps appelés "Villages de détentions" pour les autres, > Malheureusement aussi, lapidations dans le cas de femmes adultères par le fait de la Loi Coranique des pays concernés. car les Conventions Internationales sont étrangères aux pays en cause qui ne les appliquent pas tel l'Afghanistan, l'Iran, les pays du Golf,du Moyen-Orient, etc. Nous sortons là du cadre des Droit de l'Homme > Solutions également d'expulsions et retour vers les pays d'origine, donc la France. Et pour cette pratique, plus d'images ni de sons de la part de nos gouvernants. La Turquie a fait pression et obtenu un accord avec la France et les pays Européens pour renvoyer ces femmes et enfants Djihadistes vers l'Europe, Sinon, ouverture des vannes pour 3 millions de réfugiés en Turquie vers notre continent. Messages reçu 5 sur 5. D'autant que nous nous étions engagés à fournir aide et assistance pour les réfugiés et que nous ne sommes pas pressés de faire le nécessaire. D’où grosses menaces Turque ! Le retour de ces femmes et enfants en France, d'une part, et d'autre part les Djihadistes condamnés et qui sortent de nos prisons après leurs peines sont explosifs à souhait et traités de façon totalement inconsciente par les responsables de notre pays. Toutes les leçons apprises durant le conflit d'Algérie et les attentats du FLN (Forces de Libération Nationale) et après (Rue des Rosiers, Charlie Hebdo) sont oubliées ! Nous ne sommes pas en capacité de "Suivre" tous ces éléments dans leurs vies en France ! Le problème est donc Français.... pour nous ! Janmary
  12. 1 point
    Compagnon de la Libération, le lieutenant Pierre BRISDOUX. Pierre Brisdoux Galloni d'Istria (20 octobre 1914 - 8 décembre 1944) Natif d'Alger, Pierre Brisdoux Galloni d'Istria, docteur en droit, titulaire du brevet de pilote civil, officier de réserve de l'Armée de l'air, rejoint l'aviation dès 1939. sous-lieutenant notamment sur la Base aérienne 122 Chartres-Champhol en mars 1940, au Centre d'Instruction de la Chasse, il tente de passer en Angleterre dès le 18 juin 1940. Après ce premier échec, il passe en Algérie et tente de rejoindre le Cameroun. Repris, il s'enfuit à nouveau et rejoint le Tchad par un trajet de 12 000 km à travers le désert. Accueilli par le général de Gaulle en personne, il s'engage dans les Forces aériennes françaises libres et rejoint en 1941 le groupe de chasse Alsace, avec lequel il fait les campagnes de Syrie et de Libye en 1942. Il est lieutenant en mars 1942. En 1943, il rejoint la Grande-Bretagne et le groupe de chasse Île-de-France (le No. 340 "free french" Squadron), avec lequel il participe au débarquement. En août 1944, il est affecté au No. 198 "killer Squadron", sous les ordres du commandant Yves Ezanno. Il est abattu le 8 décembre 1944 lors d'une attaque sur le quartier général de l'organisation Todt près d'Utrecht. Récompenses Chevalier de la Légion d'honneur Compagnon de la Libération Croix de guerre 1939-1945 (4 citations) Médaille de la Résistance avec rosette Médaille coloniale avec agrafe « Libye » Médaille des évadés ( Source : Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Brisdoux_Galloni_d'Istria ) Pierre Brisdoux Galloni d'Istria. Français libre envers et contre tout. La guerre trouve Pierre, âgé de 25 ans. Pilote civil, il est devenu officier de réserve en septembre 1939 dans l'armée de l'air. Ce juriste patenté (un doctorat …) va attendre à Avord, puis Chartres puis Cazauz, qu'on l'envoie pilote en première ligne. Cela n'arrivera pas. Le sous-lieutenant Brisdoux va tenter de rejoindre Londres en vain. Démobilisé, il réussit à aller en Algérie (Alger sa ville natale) en août 1940. Puis, voulant toujours rejoindre de Gaulle, il part vers l’Afrique noire fin 1940, connaît la prison, s'enfuit, est condamné à mort pour trahison...et parcourt avec d'autres camarades presque 12000 kms de désert sur toutes les montures possibles pour arriver au Tchad. Une équipée saharienne! Deux mois en enfer. Puis, admis au squadron 73 de la RAF, il est en Égypte, avant de devenir membre du groupe de chasse Alsace (septembre 1941). Pendant 2 ans, Pierre va voler en Syrie, Égypte, Libye. Sur Hurricane. Au quotidien, Pierre mitraille les colonnes allemandes. Après le Moyen-Orient, le lieutenant Brisdoux part en Angleterre et intègre le squadron 340 ile de France (juillet 1943). Pierre vole désormais sur Spit VB, défend la grande île, participe au débarquement. Enfin, Pierre Brisdoux est transformé sur Typhoon et gagne le squadron 198 (août 1944). C'est au sein de cette unité, attaquant à la roquette RP-3 le QG de l'organisation Todt à Utrecht, que Pierre est descendu par la flak. 8 décembre 1944. Tué sur le coup. Pierre sera fait chevalier de la Légion d'honneur et compagnon de la Libération à titre posthume Source : http://www.francaislibres.net/?fbclid=IwAR3q4qnNHFWer084pzXffjuHPR7hNIK4fFxBcS_YYFd1xwiq1qMGW3MR6yI http://cieldegloire.com/?fbclid=IwAR2HjbEOuRhsvknzFHW3fPghHGEYOpwBT7rxna7t-seCgnytIeSMhx5sIk8 http://divisionfrancaiselibre.eklablog.com/?fbclid=IwAR1Y9rH6bJfN4-IAKoel0wXi_1X7FyvH-DyDCoxJAuoDj-WgsaJzmLr8Gew
  13. 1 point
    Il faut savoir qu'en Indochine des régiments, ici et là, se sont mutinés contre leurs officiers qu'ils ont massacrés et se sont rendus naturellement le matin au rapport (Tel en 1937 pour prendre une référence datée). Il faut dire que les "Tirailleurs Annamites" étaient traités avec une quasi-férocité par l'Armée et l'Administration Coloniale (Voir source partiel sur ces événements ci-dessous ) Je laisse imaginer la répression ! Eh ! Bien, Pendant l'occupation Japonaise, il y eu de la part des Autorités Nippones que d'inciter et provoquer une forme d'indépendance du Vietnam (Tonkin, Annam et Cochinchine). 1° - Assez curieusement, les indépendantistes (communiste de l'Oncle Ho Chi Minh) ne tombèrent pas dans le panneau d'avoir un nouveau maitre encore plus cruel que les Français ! Ils furent du reste ravitaillé par les forces Américaine en Chine par le célèbre général de l'armée de l'Air Chennault. Un descendant Français des Huguenots dont j'ai écris un sujet dans ce chapitre. 2° - L'indochine devenant sous l'Autorité de Pétain en France, son représentant, l'Amiral Decoux, améliora le sort des "Indigènes" avec la scolarisation des enfants, l'interdiction du tutoiement, etc. Ce fut positif mais dès que les Forces Françaises revinrent en 1945 avec les mêmes mauvaises habitudes envers le "Gnacoué "Citation). 3° - Hors, l’extraordinaire fut que nombre de Français(e)s furent protégés et sauvés, lors du "Coup de Force" de l'Armée Japonaise qui se livra a une sauvagerie inimaginable envers l'Armée française et les civils (j'ai écrit un long post à ce sujet ici même) par la population Annamite tel les Anciens soldats révoltés contre leurs officiers alors qu'ils étaient "travaillés" par ce qui allait devenir le Viet-Minh ! Ce fut l'époque de la Longue Marche du général Alessandri vers la Chine avec ses forces disponibles et qui se virent abandonnés par al politique anti-colonialiste du Président Roosevellt. On reparlera d'Alessandri par la suite, l'un de meilleurs connaisseurs de l’Indochine avec les combats sur la frontière Chinoise en 1947-1949. Source = La Guerre d'Indochine DVD I et II - Par Henri de Turenne Distribué par "Trésor du Patrimoine" https://www.legionetrangere.fr/index.php/79-infos-fsale/418-histoire-9-mars-1945-le-coup-de-force-japonais-et-la-marche-de-la-colonne-alessandri https://fr.wikipedia.org/wiki/Marcel_Alessandri http://ecrivainducaillou.over-blog.com/2018/05/guerre-d-indochine-la-marche-de-la-colonne-alessandri-et-l-epopee-du-5e-r.e.i.html
  14. 1 point
    Suite à un documentaire / reportage en deux parties diffusé sur RMC Découverte, j'ai pu découvrir une page de notre Histoire passé au second rang, voir totalement omis. L'armée d'Afrique et l'armée coloniale : deux corps militaires distincts Quelles différences entre les tirailleurs de l'armée d'Afrique, essentiellement d'origine maghrébine et les tirailleurs de l'armée coloniale, venus des quatre coins de l'empire français ? Bien souvent, on confond les deux alors qu'il s'agit de deux entités dont les recrutements, les lieux de stationnement et les traditions militaires sont bien distincts. L'armée d'Afrique C'est le nom donné au corps expéditionnaire français d'Alger en 1830. Il s'applique ensuite aux troupes qui ont conquis le territoire. Avec l’occupation de l’Algérie, la France se dote de ses premières unités dites indigènes : tirailleurs (fantassins), spahis (cavaliers), zouaves (peu à peu composés d’Européens) et diverses formations de supplétifs. Après les protectorats imposés à la Tunisie (1881) et au Maroc (1912) et avec les régiments de la Légion étrangère, de chasseurs d’Afrique et des bataillons d’infanterie légère d’Afrique, toutes ces unités constituent l’armée d’Afrique stationnant essentiellement au Maghreb. Ne l'oublions pas : de 1848 à 1962, l'Algérie est partie intégrante du territoire français et est subdivisée au début de son administration, en 3 départements et 6 «Territoires du Sud». L'armée d'Afrique a donc la configuration d'une armée nationale soumise cependant au code de l'indigénat. Repères Selon le code de l'indigénat, les colonisés sont sujets de l'empire. Seule une minorité, et dans des circonstances très particulières, a accès à la citoyenneté française. Cependant, cette accession, qui soumet les colonisés aux lois républicaines, en particulier sur le plan religieux et juridique, est difficilement acceptable pour nombre d'entre eux, en particulier les musulmans (transmissions d'héritage, polygamie, etc). Les tableaux d'effectifs répartissent les militaires au sein des différentes unités coloniales entre «Européens» et «Indigènes»- officiers, sous-officiers, caporaux, soldats supérieurs et troupe-, s'y ajoutent dans certains régiments, les «Originaires» (citoyens français de pleins droits nés dans une des Quatre communes du Sénégal. En revanche, de nombreux tableaux consultés, en particulier ceux établissant les pertes après les combats de 1940, distinguent rarement entre «Européens» et «Indigènes». E.D. et A.C. L'armée d'Afrique a été dissoute en 1962. Seules quelques unités maintiennent aujourd’hui la tradition au sein de l’armée de terre française : légion étrangère, 1er régiment de tirailleurs (Épinal), 1er régiment de chasseurs d’Afrique (Canjuers), 1er régiment de spahis (Valence) et quelques autres unités du train ou de l’artillerie. Le mémorial national de l’armée d’Afrique à été implanté à Saint-Raphaël (Var) à l’initiative du général Callies, président fondateur de l’association nationale Souvenir de l’armée d’Afrique. Il a été inauguré le 15 août 1975, boulevard du général de Gaulle, sur le front de mer. L'armée coloniale Les tirailleurs sénégalais sont créés en 1857. Avec l’extension des conquêtes, apparaissent des tirailleurs indochinois, malgaches, somalis. Ces unités dites coloniales, alignant Européens et indigènes (soumis au code de l’indigénat), servent en Indochine, en Afrique noire, sur la côte des Somalis, à Madagascar, aux Antilles, à la Réunion, au Levant et dans le Pacifique. Tous ces tirailleurs appartiennent aux troupes de marine ou coloniales. Bien entraînés et encadrés au sein de solides régiments d’active, les combattants de l’empire serviront de troupes de couverture et de manœuvre dans la future guerre mécanique, aérienne et totale où les blindés, les armes lourdes, l’artillerie, l’aviation tiendront une place déterminante. À l’issue de la Grande Guerre, pour honorer les tirailleurs africains et à l’initiative du comité d’assistance aux troupes noires présidé par le général de division Archinard, ancien commandant supérieur du Soudan français, un monument Aux Héros de l’Armée Noire est élevé à Bamako. Œuvre du sculpteur Moreau-Vauthier, il est inauguré le 3 janvier 1924. Pour souligner la fraternité d’armes entre poilus et tirailleurs, il est prévu qu’une ville de France située dans la zone des combats accueille également une réplique du monument. Reims est choisie, sans doute en raison du rôle des troupes coloniales dans la défense du secteur au printemps 1918. Le monument est inauguré à Reims le 13 juillet 1924. En 1940, les Allemands détruisent le monument de Reims. À Reims ne subsiste plus qu’un modeste monument substitutif portant l’inscription : «L’occupant détruisit par haine raciale le monument aux Noirs en septembre 1940» La guerre de 1914-1918 En Algérie, 172000 musulmans, dont 85000 engagés volontaires, sont mobilisés en 1914, soit 3,6 % de la population. À leurs côtés, 93000 Français d'Afrique du Nord et 39000 Tunisiens sont appelés, et 14000 Marocains sont mobilisés, dont les trois quarts sont engagés sur les fronts de France ou d'Orient. Au Maroc, Moulay Youssef et les grands caïds lèvent des auxiliaires et des contingents dans les tribus, ce qui permet au général Lyautey d'envoyer trente-sept bataillons en métropole. Les soldats originaires d'Afrique du Nord se sont dans l'ensemble bien battus. Décimés par le feu en 1914, les vieux tirailleurs furent d'abord remplacés par des recrues inexpérimentées, dont certaines paniquèrent et refusèrent d'obéir. Le commandement réagit parfois de manière expéditive, par exemple, en décimant une compagnie tunisienne en décembre 1914. À partir du printemps 1915, ces troupes misérables se transmutent en troupes d'assaut, aptes à manier des engins modernes et à prendre des initiatives. Les tirailleurs marocains se distinguent en mai 1916 pour la reprise du fort de Douaumont. Sur le front d'Orient en 1918, la 1re brigade de tirailleurs marocains, renforcée de deux escadrons de spahis, attaque de flanc l'armée de von Kluck et fait prisonnier le maréchal von Mackensen, commandant en chef du frond sud-oriental (raid d'Uskub). Dix bataillons coloniaux sont engagés sur le front français en 1914, ils sont quarante-deux en 1918, plus vingt-trois dans l'armée d'Orient. Les Français d'AFN ont de 12000 à 20000 tués,et les Maghrébins 36000 tués et disparus dont 9800 Tunisiens et 25000 Algériens. Les prisonniers, regroupés à Zossen, résistent à la propagande allemande ; 5 à 8 % d'entre eux cependant s'engagent dans l'armée turque. Aucune mutinerie n'est imputable aux régiments de tirailleurs en 1917. Ils participent à toutes les opérations et, pour les décorations, les tirailleurs viennent juste après le RICM et le 2e Étranger. Les drapeaux du 4e régiment de tirailleurs sont décorés de la Légion d'honneur, leurs pertes sont supérieures à celles des autres unités d'infanterie. Les Maghrébins furent heureusement surpris de l'accueil réservé par les civils français, et en retirèrent l'image d'une France accueillante et solidaire dans le malheur. L'armée fut à son insu un melting-pot entre Kabyles, Arabes, Noirs d'Afrique et Indochinois. L'institution militaire devient ainsi un modèle d'intégration et donc d'évolution future. S'ils se sont bien intégrés dans l'armée, ils ne furent cependant pas considérés comme l'égal des Français. Clemenceau accorde alors des avantages aux combattants, il supprime certains impôts et augmente le nombre des représentants musulmans. En 1927, le Code de l'indigénat sera aboli. Les successeurs de cette armée servent ensuite dans les unités régulières de tirailleurs, spahis ou chasseurs d'Afrique, en métropole et au Maghreb. En 1953, une trentaine de bataillons nord-africains combattent en Indochine. En réalité nous découvrons que sous l’influence d'un général, le général Mangin ( qui se disait " comprendre l'indigène " et qui avait remarqué que ces hommes étaient de fiers guerriers ) permet de lever des troupes dont les cadres sont toujours des " blancs ". Au début des volontaires puis au fur à mesure des pertes les colonies ont obligation de fournir des hommes. Ces hommes, formidables combattants, souffriront, tout d'abord d'avoir à porter des souliers rigides ( brodequins ) puis du froid, si bien que durant certaines périodes on relève ces troupes pour leurs permettre de récupérer et de se reformer. C'est aussi à cette période que la France édite des manuels pour " parler " à ces troupes, le fameux " petit négre ". Le petit-nègre : un enseignement de l’armée Dès 1815, la France conquiert de nombreuses colonies, dans ce qui sera nommé le second empire colonial français. Au Sénégal, Louis Faidherbe est nommé gouverneur en 1854 et les premières unités permanentes de soldats africains, nommés tirailleurs sénégalais, sont créées dès 1857. Un demi-siècle plus tard, l’effectif maintenu en Afrique occidentale française avoisine les 12 000 hommes. “Peu avant la guerre, le général Mangin, qui publie en 1910 son ouvrage célèbre ‘La Force noire’, développe un projet d’armée noire propre à s’engager dans les conflits extérieurs et on décide la création d’une "réserve indigène" dans chaque colonie prête à répondre à l’urgence” le français "petit-nègre" résultait réellement d’une bonne volonté d’apprendre la langue française, restée imparfaite, alors même qu'il s’agit en réalité d’une construction de l’empire colonial français. “Le terme apparaît à la fin du XIXe siècle et indique une double disqualification : il s’agit de parler français comme un “nègre” (= mal) et comme un "enfant" (=mal). Son occurrence la plus célèbre a longtemps été affichée sur une boîte de chocolat en poudre : le slogan “Y'a bon Banania” est la représentation la plus connue du français “petit-nègre”. Ce terme indique une manière de parler approximative, faute d’une connaissance de la langue, des Noirs des colonies françaises en Afrique. Finalement, en 1927, le Règlement provisoire du 7 juillet 1926 pour l'enseignement du français aux militaires indigènes stipule qu’"il est formellement interdit de parler sabir (ou petit-nègre)", qualifiant cet usage d’"errements anciens". Il souligne notamment qu'il est moins difficile de dire : "balaie la chambre" plutôt que "toi y en a balayer la chambre"... Affiche Allemande, représentant l'envahisseur Français ( les troupes noirs ) soutenu par le juif. Lorsque les Troupes Française d'occupation sont entrée en Allemagne après la signature du traité de Versailles. CHARLES NTCHORERE est né à Glass au Gabon en 1896 et mort pour la France en 1940. Il fait ses études à "l'école MONTFORT des Frères de Saint-Gabriel, de 1904 à 1912.Il est de retour à Libreville en 1914.En 1926 il est promu lieutenant et naturalisé français. En 1939 il prend le commandement d'une troupe de volontaires. 5 Juin 1940, Airaines (Picardie) - Agé de 45 ans, engagé volontaire gabonais, officier depuis 1927 du fait de ses états de service (fait rare, à l’époque, pour un soldat dórigine africaine), le capitaine NTCHORERE , est fait prisonnier après plusieurs jours de résistance, dans un village complètement anéanti. Officier Gabonais du 1/53° R.I.C.M.S (Régiment d’Infanterie Coloniale Mixte Sénégalais), commandant la 5ème compagnie, le Capitaine N’CHORERE a opposé une résistance efficace à l’assaut des panzers allemands sur la position d’Airaines, tenue par son bataillon. Le 7 Juin, alors que les rescapés de son bataillon se replient et quittent la position d’Airaines, le capitaine NTCHORERE et ses hommes choisissent de rester sur place pour protéger la manœuvre de leurs camarades. Après une journée entière de combats, suscitant même l’admiration de l’ennemi, leur résistance est brisée par des assauts au lance-flammes , et ils sont fait prisonniers par la Wermarcht. Gardant en mémoire les faits d’armes de la force Noire lors de la Première Guerre Mondiale, les troupes allemandes séparent les soldats européens des soldats africains. Informé des atrocités commises par les troupes allemandes contre les troupes africaines de l’Armée française, le capitaine NTCHORERE proteste. Pour l’idéologie raciste des SS encadrant les troupes allemandes, le simple fait qu’un africain porte des galons d’officier est intolérable. NTCHORERE est poussé contre un mur et fusillé sans autre forme de procès. Le parcours d’un cadre exemplaire Né le 15 Novembre 1896 dans une famille de notable des Libreville (Gabon), Charles NTCHORERE s’engage en 1916 dans les Tirailleurs Sénégalais, et termine la Première Guerre Mondiale avec le grade de Sergent. Restant militaire après la fin du conflit, celui qui fut un bon élève des Pères Monfortins enchaînes les formations, avant d’accéder au grade de Lieutenant en 1927. Un rapport lui est d’ailleurs demandé par sa hiérarchie sur la promotion sociale des cadres militaires africains. Poursuivant sa carrière dans le Soudan Français (actuel Mali), NTCHORERE termine sa carrière militaire en 1937 en occupant une position d’encadrement à l’Ecole des Enfants de Troupe de Saint-Louis du Sénégal. Engagé volontaire au début de la Seconde Guerre Mondiale, on le retrouve commandant une compagnie d’Infanterie Coloniale Mixte, mêlant soldats français de l’Hexagone et soldats de l’Empire colonial français en Afrique. Un monument au Capitaine NTCHORERE a été dressé à AIRAINES (80) en 1965, une des artères du village portant son nom. Son corps n'a jamais été retrouvé ! Le capitaine CHARLES NTCHORERE est mort en digne soldat et en héros !!! ( Source : http://rapondawalker.free.fr/CHARLES NTCHORERE.htm ) Les mobilisations de 1939-1945 Dès septembre 1939, l'armée d'Afrique met sur pied deux divisions marocaines et douze divisions d'infanterie d'Afrique sur son propre sol, plus sept divisions d'infanterie nordafricaine en métropole, soit au total 73 000 Français et 176000 musulmans. Sur les 400000 hommes de l'armée de Terre en AFN, 170000 sont engagés en métropole ou au Levant. Les pertes sont de 5400 Maghrébins, et 2700 Européens tués. C'est dire que les capacités de résistance de l'Afrique du Nord en juin 1940 étaient très amoindries, et que la poursuite de la lutte en AFN était une vue de l'esprit. Cette armée est pauvre en blindés, en avions, en armes anti-chars et anti-aériennes et son matériel est vétuste. En 1939, dix divisions d'infanterie coloniale (DIC) sont sur pied, et en novembre 1943, 80000 Africains sont engagés sur les théâtres d'opérations, au prix de 17500 tués... Après la défaite de 1940, le général Weygand est nommé délégué général et commandant en chef en AFN. Il prépare clandestinement la revanche en exaltant le moral des troupes et en menant deux actions conjuguées : - officiellement, négociation avec la Commission italienne d'armistice en vue d'accroître les effectifs militaires (passant de 100000 à 135000); - clandestinement, camouflage de matériels, de matériaux, de personnels spécialisés ou non (35000 supplétifs et travailleurs), préparation clandestine de la mobilisation, entraves à la surveillance des commissions de contrôle. Il s'oppose enfin aux protocoles de Paris négociés par Darlan avec la Wehrmacht. Il est relevé en novembre 1941 à la demande des Allemands; le général Juin lui succède comme commandant en chef et poursuit son action de rénovation de l'Armée d'Afrique; il remanie en particulier le plan de défense de la Tunisie. Surpris par le débarquement américain du 8 novembre 1942, il convainc l'amiral Darlan, qui se trouve, par hasard, en Algérie, d'ordonner un cessez-le-feu aux troupes du Maroc et d'Algérie. Il faut rappeler en effet qu'afin d'éviter l'occupation de la zone libre, les forces françaises d'AFN avaient pour mission de s'opposer à tout envahisseur. Seuls quelques conjurés avaient été prévenus (groupe des 5). Arrivé le 9 novembre, le général Giraud est nommé commandant en chef, il prépare avec Juin l'intervention en Tunisie où les Allemands sont en train de débarquer. 240000 hommes sont mobilisés (16 % des Français d'Algérie, 2 % des musulmans). En même temps, il donne ses directives au général Frère pour créer l'Organisation de résistance de l'armée (ORA) en métropole. Après avoir pris contact avec le général Barré (commandant des troupes de Tunisie) et avec le Britannique Andersen à la frontière tunisienne, il conclut avec le général Marshall le plan d'Anfa, destiné au réarmement de huit DI, trois DB et quatre QG d'armée et de corps d'armée, et la livraison de 1000 avions. La première tranche du réarmement arrive à Alger le 13 avril. Le plan d'Anfa, interrompu en novembre 1943 pour des raisons politiques, et par manque de spécialistes, est réduit de huit à cinq divisions d'infanterie. Sans le soutien américain, et sans en référer au général De Gaulle, Giraud organise la libération de la Corse en septembre 1943, avant d'être éliminé, en novembre 1943, de la coprésidence du Comité français de Libération. ( Source : https://blogs.mediapart.fr/enavant/blog/020416/armee-dafrique-armee-coloniale-des-origines-1945 ) Les effectifs mobilisés le 10 janvier 1940 (tous les chiffres sont des estimations) Armée d'Afrique 302 000 mobilisés sur une population de 15 millions de personnes dont 204 000 en Afrique française du Nord (Algérie, Maroc, Tunisie), 19 000 au Levant (Syrie-Liban actuels) et 79 000 en France métropolitaine. Troupes coloniales 275 000 mobilisés dont 122 300 en Afrique occidentale française, 15 500 en Afrique équatoriale française, 34 000 à Madagascar, 88 900 en Indochine, 7 900 en Côte française des Somalis, 4 000 aux Antilles, 1 600 en Chine et 2 500 dans le Pacifique. 146 000 mobilisés en France, en Afrique française du Nord, et au Levant dont 63 000 Africains, 14 000 Malgaches, 15 000 Indochinois. Les pertes de la Seconde Guerre mondiale (tous les chiffres sont des estimations) Armée d'Afrique 2 200 «Indigènes» (ou 5 400 «Indigènes») et 2 700 «Européens» tués, 8 800 blessés et 64 700 prisonniers ou disparus sur 80 000 hommes engagés dans les combats. Troupes coloniales 4 500 tués, 25 500 blessés et disparus, 49 000 prisonniers dont 28 000 Africains, 12 000 Indochinois et 9 000 Malgaches sur environ 105 000 hommes engagés dans les combats. E.D. et A.C. ( Source : http://www.rfi.fr/contenu/20100524-armee-afrique-armee-coloniale-deux-corps-militaires-distincts ) L'Histoire nous révèle que des les premières captures de troupes indigènes, les Allemands les abattent puis roulent sur les corps avec leurs chars. En 1940, de 1.500 à 3.000 soldats africains ont été tués par les nazis. http://www.slate.fr/story/115275/soldats-noirs-nazisme Le 18 juin 1940, un général appel TOUS les Français... Une fois de plus la France ( Libre ) fait appelle aux troupes coloniales notamment pour combattre Rommel en Afrique puis pour débarquer en Italie, en Corse et en Provence. Les goums, regroupés en tabors, ont été parmi les meilleures compagnies de l’armée d’Afrique. Après la campagne d’Italie, ces redoutables troupes marocaines débarquent en Provence... https://theatrum-belli.com/73e-anniversaire-du-debarquement-de-provence-les-goums-marocains-se-battent-pour-marseille/ Mais pour le Débarquement de Normandie la 2e DB fut " blanchie " les Américains ne voulant pas de noirs combattants lors de cette expédition. Les Anglais étaient également réticent mais pour des raisons " secondaire " ( du fait que les troupes avant de débarquer, seraient cantonnées en Grande Bretagne ). Libération de Paris : pourquoi il n'y a (presque) pas de Noirs sur les photos https://www.liberation.fr/photographie/2014/08/20/paris-libere-uniquement-par-des-soldats-blancs_1083150 On constate ainsi qu’après la libération de Toulon, Marseille... et la remontée du Rhône que très rapidement cette armée de troupes aguerries noirs et magrébines sont remplacés par des résistants ( FFI ) inexpérimentés, car cette armée doit être " blanchie " avant d'arrivée en Allemagne. Rappel: Le blanchiment des troupes coloniales consiste au retrait des troupes coloniales des premières lignes, des défilés de victoires voire leur rapatriement en Afrique après qu’elles ont participé à la campagnes d’Afrique et à la Libération de la France durant la Seconde Guerre mondiale. Mémorial de l'Armée Noire Fréjus. Ce monument de Fréjus 83600, est l'œuvre du sculpteur Yvon Guidez, fondu en Pologne, a été érigé en 1994 L’adjudant Bourama Dieme (1919-1999), originaire de Casamance, est un héros de la Seconde Guerre mondiale. Commandeur de la Légion d'honneur, il est célébré au Sénégal où les griots chantent encore ses exploits. Engagé à l'âge de 20 ans, Bourama Dieme a «mis son pied partout» dans les campagnes de l'armée française et au service de l'armée sénégalaise. Il aurait pu être le héros d’un film de guerre. Il a été un héros tout court. Pourtant, rien ne l’y prédestinait. Né en 1919 dans un village de Casamance, Bourama Dieme s’engage dans l’armée française le 5 janvier 1939. Comme beaucoup d’autres jeunes, conscients de la menace que représente la montée du IIIe Reich.
  15. 1 point
    Sur le plan de la rhétorique et des droits de l'homme (bien galvaudés !), cela serait souhaitable ! Mais en terme de droit, c'est quasi-impossible ! Pourtant, l'ONU et bien d'autre organismes ont planchés sur la question ! Comment connaitre et savoir qui - sur un territoire - est un citoyen(e), un "combattant de l'ombre", un terroriste, un enfant embrigadé qui maintient ses opinions envers et contre tout, un touriste (porteur d'arme ou pas), un messager, etc.etc. L'expérience de l'Algérie et du Vietnam sont significatives dans ce domaine. Il y a ceux qui portent les armes (terroristes et guérilleros) et qui ne font pas de prisonniers en général avec les réseaux de soutiens financier, en armes, en messagers divers et variés, le femmes qui occupent des places importantes dans ce tissu (Résistance Française ou l'occupant ne fouillaient pas les femmes en bicyclette par exemple, etc. Comment s'y reconnaitre dans ce labyrinthe et écrire des Conventions ? Sur quelles bases ? Comment les femmes Françaises présentes en soutien de DAESH au Moyen-Orient (et leurs enfants) peuvent être jugées ET par u tribunal Français ET par un tribunal Syrien ou Irakien ? Les Conventions dans ce cadre sont celles des Lois, Coutumes et Règlements du pays concerné sur leur sol par des activités CONTRE ce pays concernant des étrangers en armes porteurs de terrorismes et violant toutes les Lois élémentaires des "Droits de l'Homme" ! Jusqu'à présent, toutes les grandes instances ont échoués devant ce probleme ! La Fédération Russe liquide sans état d’âmes (Georgie par exemple) en fusillant tous les hommes de plus de 15 ans dans les villages). Nous, nous avions les "Pouvoirs Spéciaux" donnés aux militaires pour le maintien de l'ordre, etc.etc. Les plus civilisés avec DAESH, en fait, ce sont les Kurdes avec leurs prisonniers sur le dos ou pour échanger des conditions politique et militaires de soutiens notamment contre la Turquie ? Je crains, Heïdi, que nous ne sommes qu'au début de nos problèmes !
  16. 1 point
    Bonjour. je viens de regarder sur le site de l'IRCANTEC ici précisément: https://www.ircantec.retraites.fr/actif/salarie/titulaires-sans-droit-engages-volontaires et il est bien précisé que cela doit se faire dans l'année qui suit la radiation des services. Dans votre cas, il me semble, si je comprends bien votre message, que deux ans se sont écoulés, et que ces points de retraite complémentaire ne sont donc plus possibles d'être rachetés. Je vous invite tout de même à insister auprès de l'IRCANTEC pour confirmer cela. Au besoin par courrier recommandé avec A/R. Vous avez également en bas à droite de l'écran d'accueil du site IRCANTEC ce petit personnage auprès de qui vous pouvez poser votre question en cliquant dessus (ci dessous, le personnage et l'écran qui apparait après le clic)
  17. 1 point
    L'immensité de l'océan Atlantique depuis la passerelle du patrouilleur hauturier ARA Bouchard, en face des côtes de l'Afrique de l'Ouest pendant son parcours vers l'Argentine. Photo: Marine argentine
  18. 1 point
    Je ne sais pas si vous avez vu, mais aux actualités ce jour, la libération du premier djihadiste français condamné, visage à découvert et clairement donné ( nom et prénom ) aux dires des surveillant il a conservé ces opinions et ne c'est jamais remis en question, bien sur on nous rassure... il n'a pas le droit de posséder une...arme. Le premier djihadiste français condamné à son retour de Syrie, Flavien Moreau, a été libéré lundi 13 janvier de la prison de Condé-sur-Sarthe, dans l’Orne, où il était incarcéré, a annoncé à l’AFP l’administration pénitentiaire, confirmant une information de « Ouest-France ». L’homme, aujourd’hui âgé de 33 ans, avait été condamné en novembre 2014 à sept ans de prison ferme, la peine requise lors de son procès. Il est désormais suivi dans le cadre d’une surveillance judiciaire par un juge d’application des peines et un service de probation, a précisé une source judiciaire. Sa sortie s’accompagne de diverses obligations et interdictions : il doit notamment résider à un endroit déterminé, recevoir des soins et avoir un emploi. Il lui est, en outre, interdit de détenir une arme ou de quitter le territoire sans autorisation. Ces mesures doivent durer onze mois et dix-huit jours car elles sont assises sur les réductions de peine qu’il a pu obtenir quand il était en détention. Selon Franceinfo, Flavien Moreau devrait également être inscrit au fichier judiciaire national automatisé des auteurs d’infractions terroristes (FIJAIT) : il sera obligé à justifier de son adresse tous les trois mois et à déclarer tout déplacement à l’étranger pendant dix ans. Il continuera par ailleurs à être surveillé par les services de renseignements le temps nécessaire. Parti en Syrie en 2012 Après avoir basculé dans la délinquance (13 condamnations), ce jeune homme d’origine sud-coréenne, adopté très jeune par une famille française, s’était converti à l’islam au contact d’amis et de voisins, avant de se radicaliser puis de partir en Syrie en 2012, alors qu’il était âgé de 25 ans. Se faisant appeler « Abdel Fattah », il avait rejoint un groupe islamiste radical mais n’était pas resté longtemps sur place. Rentré en France, il avait été repéré par les services antiterroristes après une interview donnée au quotidien suisse « le Temps », qui avait retracé son parcours, et arrêté en janvier 2013 alors qu’il prévoyait de retourner en Syrie. Son frère, Nicolas Moreau, également converti et radicalisé, a été condamné à dix ans de prison en décembre 2016, rapporte France Info. ( Source : https://www.nouvelobs.com/justice/20200114.OBS23449/flavien-moreau-premier-djihadiste-francais-condamne-a-son-retour-de-syrie-libere.html ) Ces combattants appartiennent tous à des nations existante, qu'ils ont renié pour la plus part. Comme je le disais précédemment, " nous " avons gagné une guerre, mais le problème est loin d’être réglé...
  19. 1 point
    Bonjour à tous, Pour les candidats, futurs candidats qui se posent quelques questions sur la Marine nationale, qui veulent aborder au mieux la phase d'entretien de motivation, que ce soit au CIRFA ou au CSO, un livre vient de paraître dans la collection "être". Dispo bien évidement sur internet et dans les librairies. Ca me paraît être un beau et bon bouquin. Il aborde une brève histoire de la Marine et ce qu'elle est aujourd'hui, avec les chiffres. L'organisation de la Marine, le statut du militaire. Il présente comment devenir marin, comment s'organise en gros la phase de recrutement, la carrière du marin avec ses différentes étapes (BAT BS...). Et ce qui fait la richesse de ce livre, il y a côté partage d'expérience avec de nombreux témoignages de marins au sein des bâtiments de surface, dans les sous-marins, chez les fusiliers, dans l'aéronautique navale, ou encore sur le quotidien des marins à terre, pour nombre de candidats qui se demandent ce qu'ils feront lorsqu'ils ne sont pas en mer. Une bonne lecture pour découvrir et/ou se préparer pour la suite !
  20. 1 point
    Oui, c'est bien ce que j’expliquais, ce n'est pas une guerre au sens strict du terme et encore moins une guerre mondiale même si... Nous sommes bien d'accord, mais sur notre vieux continent, nous avons encore tendance à regarder une femme avec tendresse, et nous avons du mal à voir une femme terroriste ( d'ailleurs les Allemands s'y on fait souvent fait avoir lors de la seconde guerre ). Pour identifier ces criminels il faut avoir des témoins, c'est généralement là que ça ce corse. Car en général il reste peu de témoin et ceux qui se revendiquent comme tel peuvent ils être authentifié... C'est personnellement ce qui me fait peur. De plus nous savons que nos gouvernements n'arrivent déjà pas à suivre les détenus de nos prisons ( quelque soit la cause de l'incarcération ) ce qui est encore plus vrai pour les condamné pour des faits de terrorisme islamiste radical. C'est triste mais ces gamins serons ni plus ni moins " lâché "parmi nous, ni plus ni moins tel des cellules dormantes, dont tout l'art des nouvelles associations de terroristes islamiste radical sera de trouver la manière de les raviver. Car si Daech a été vaincu, nous savons que la guerre n'est pas gagné, la philosophie ( si on peut appeler ça comme ça ) est toujours là, elle se déplace, changent de nom au passage ( entre Al-qaida, Daech, Acmi ... ) et nous avons pu découvrir au passage leurs très grand pouvoir de recrutement via internet. Maintenant il est aussi clair que notre différence avec ces gens est notre respect de l’être humain, on ne va pas tuer ces enfants pour ce garantir une sorte d'assurance. Donc nous allons bien devoir trouver une solution, si solution il y a. Pour être franc, je pense que la " disparition " ( tel un tour de magie ) arrangerait beaucoup d'état Européen.
  21. 1 point
    Dernière vue de la ville de Toulon depuis la passerelle de l'OPV ARA Bouchard avant le départ.
  22. 1 point
  23. 1 point
    Bonjour Bilel, Comme indiqué par Bouchon-Gras, il va falloir d'abord convaincre. La Marine, en te choisissant, t'accorde sa confiance pour remplir un contrat d'une certaine durée, il existe certes des périodes probatoires pour quitter l'institution, mais c'est peu commun de se représenter après avoir quitté. Tu vas être bien questionné là-dessus, à l'entretien de motivation et au SLPA, prépares-y toi. Du type: pourquoi tu es parti ? pourquoi tu n'a pas envisagé une autre solution que celle de partir ? était-ce nécessaire ? pourquoi revenir à présent ? est-ce que confronté à pareilles situations tu risque d'avoir pareilles réactions ? ton problème personnel est-il réglé ou risque t-il de se représenter ? Pourquoi la Marine devrait à nouveau te donner une chance ? Qu'est-ce que tu as de différents par rapport à ta candidature de 2018 ? Je ne te demande bien évidemment pas de me répondre à ces questions, les réponses te sont propres et personnelles, comme tes choix. C'est pour te donner un aperçu de ce qui peut t'attendre dans ce cas particulier. Donc pour te répondre, je ne dirais pas que "ça ne va pas poser de problème", ce n'est pas un atout pour ta candidature, mais ce n'est pas "mort". Garde espoir, potasse bien tes entretiens, rien n'est perdu, si tu es convaincu que ta place est chez les fusiliers, tu peux convaincre.
  24. 1 point
    Je reviens car je viens d'obtenir par l’intervalle d'amis spécialistes, des précisons importantes. " Je pense à une photo de 1870 ou 1871, et également à la Garde Nationale : pantalon avec bande latérale foncée (bande sans doute garance ou rouge) visible sur la jambe proche du fusil, képi à bandeau également garance ou rouge (couleur qui ressort souvent très sombre en noir et blanc avec les procédés photographiques anciens), baïonnette chassepot avec fourreau non noirci, capote de facture différente de celles de l'infanterie de ligne... " "Pour le terme "légion" il ne faut pas penser seulement à la "légion étrangère", le gouvernement de défense nationale par décret du 11 octobre 1870 décrit l'organisation de la nouvelle armée et prévoit dans chaque département la levée de compagnies de garde nationale mobilisée, ces compagnies sont réunies en bataillons par canton , puis les bataillons sont réunis par arrondissement en légion commandée par un lieutenant-colonel ou un colonel, la réunion de ces légions au sein de leur département forme une brigade prenant le nom du département commandée par un commandant supérieur. " Pour chercher du coté des compagnons : https://www.museecompagnonnage.fr/genealogie/presentation/memoires-compagnons
  25. 1 point
    De l'intérêt d'avoir toujours son smartphone avec soi lors des footings. On peut prendre deux secondes pour capter de bien belles photos. Ici sur la côte atlantique dans le sud ouest sous le beau soleil de janvier. un petit 18° au thermomètre de la voiture à l'abri du vent, cet après midi.
  26. 1 point
    Bonjour, Facile à dire une fois que la roue a tourné. Attention au vocabulaire souvent... tendancieux employé par les équipes d'Envoyé Spécial. Ils aiment beaucoup les formules spectaculaires pour pas grand chose d'après moi. Ça fait beaucoup de monde. Et ils doivent passer un sale quart d'heure (j'ai presque envie d'en rire). J'ai bien peur que l'on assiste à la plus grande vague de condamnations à mort depuis la révolution française. D'un côté, c'est dommage (je suis contre la peine de mort), de l'autre, ça ne me fait ni chaud ni froid.
  27. 1 point
  28. 1 point
    Eh bien la réponse a été rapide ; il aurait passé deux années dans le service auxiliaire de 1896 à 1898 https://archives.yvelines.fr/arkotheque/visionneuse/visionneuse.php?arko=YTo3OntzOjQ6ImRhdGUiO3M6MTA6IjIwMjAtMDEtMTQiO3M6MTA6InR5cGVfZm9uZHMiO3M6MTE6ImFya29fc2VyaWVsIjtzOjQ6InJlZjEiO3M6MjoiMTAiO3M6NDoicmVmMiI7czozOiIyODIiO3M6MjI6ImZvcmNlX251bV9pbWFnZV9kZXBhcnQiO2k6MTQ4O3M6MTY6InZpc2lvbm5ldXNlX2h0bWwiO2I6MTtzOjIxOiJ2aXNpb25uZXVzZV9odG1sX21vZGUiO3M6NDoicHJvZCI7fQ==#uielem_move=446.08331298828125%2C73&uielem_islocked=0&uielem_zoom=38&uielem_brightness=0&uielem_contrast=0&uielem_isinverted=0&uielem_rotate=F On peut voir qu'il a été naturalisé Français.
  29. 1 point
    Bonjour ! J'aimerais partager avec vous un programme sportif d'entrainement pour se préparer au mieux aux épreuves rencontrées au CSO. J'ai trouvé ce PDF sur le site des Pompiers de Paris dans la catégorie recrutement. Ce PDF propose : une fiche FORCE ENDURANCE, une fiche FORCE VITESSE, une fiche PRÉPARATION AU LUC LÉGER et une dernière fiche PRÉPARATION A L'INCORPORATION. Ce qui m'a le plus intéressé, c'est la fiche de préparation au luc léger (mon point faible), ils vous donnent 16 séances détaillées pour améliorer votre endurance et votre performance au luc léger. Et ça donne aussi plusieurs possibilités de séances en fractionnées, fini le 30's/30's de base... Moi personnellement ça m'a beaucoup aidé à progresser au luc, j'ai gagné plusieurs palier avec leur méthode. Alors oui, beaucoup d'entre vous ne vont pas rentrer à la BSPP, mais vu qu'on passe tous les mêmes épreuves au CSO, ce PDF est très utile. De plus, c'est toujours bien d'avoir un programme à suivre qui est déja tout fait. Voilà je vous le met en PDF ici et aussi le lien de la page au cas où. Désolé si ce programme a déjà été partagé, j'ai bien fouillé mais je n'ai rien trouvé de similaire sur le forum. https://www.pompiersparis.fr/fr/s-engager/les-epreuves-de-selection/se-preparer-pour-reussir programme sportif de preparation aux epreuves de selection.docx
  30. 1 point
    Bonjour, Mon petit ami et moi voulons emménager ensemble près de son régiment. Les questions que je me pose est : a-t-il le droit de vivre dans un logement en dehors de son régiment ? A-t-il besoin de faire quelque chose en particulier au niveau de son régiment ? J'ai vraiment besoin d'être éclairer sur tout ce sujet là. Merci beaucoup à ceux qui répondrons à mes questions 🙏🏼
  31. 1 point
    Chère Madame, Monsieur, Je m'appelle Angelina Marek Mazurkiewicz et je suis fille de Marek Mazurkiewicz (origine polonais) ancien légionnaire stationné à Djibouti jusqu'à 2003-2004 (?), et d'une mère Éthiopienne. Je suis née en 1999 (1992 calendrier Éthiopienne) et habite actuellement en Ethiopie. La dernière fois j'ai vu mon père est en 2003 à Djibouti et je me rappelle à peine de lui. Peut-être c'est pas l'endroit correct de vous demander cette question mais je souffre de ne pas savoir où mon père est? Je vous supplie de m'aider à trouver mon père ou me conseiller comment je peux le trouver. S'il vous plaît, donnez moi quelques indications quoi faire pour trouver mon père. Veuillez trouver la copie de sa carte d'identité attachée. Merci mille fois. Cordialement, Angelina Marek Mazurkiewicz
  32. 1 point
    Je déterre aussi pour ceux qui n'arrive pas à aller jusqu'au site! Voici le parcours de recrutement :)
  33. 1 point
    @mickael_mlg En clair fait ce que tu as envie, si ta envie de t'engager engages-toi, rien ne doit t’arrêter et surtout moins l'avis des gens ! Montre leur et prouve leur le contraire, dans la vie toutes le monde se juge et se descend c'est comme ça, mais faut surtout pas que ça t’atteigne bien au contraire faut en rigoler, atteins tes objectifs et réalises tes rêves et F**K l'avis des gens, il ne faut jamais regretter ce que l'on veut faire sinon sa sera toi au final qui va être malheureux . Courage a toi ! 🙏
  34. 1 point
    Je peux peut-être ajouté un petit détail quant au rapatriement de certains régiments noirs africains. A la fin de la 2ème guerre, quand il s'agissait de les renvoyer dans leur pays d'origine. Beaucoup ont été placé dans des camps militaires improvisés dans des fermes en friches des villages avoisinant la base navale de Lorient. Comme par exemple à Trévé ou Loudéac dans les côtes d'armor. Problème : avec raisons, les "noirs" refusèrent de partir, exigeant une revalorisation de leur service et le paiement intégral de leur solde en espèce et sur place. En gros il voulait toucher le même montant qu'un soldat français. Il estimait qu'une fois en Afrique, plus rien ne leur serait versé et ils n'auraient aucun moyen de récupérer leur dû. Ce fût un énorme problème pour les politiques et les autorités militaires étant donné que les caisses de l'Etat étaient vident ! Après 6 année de guerre intensive et l'occupation, ça se comprend... Je manque cependant d'informations quant à la résolution de la situation.
  35. 1 point
    Il y a des cérémonies mais comme le débarquement de Provence n'impliquait pas de grandes puissance contrairement au débarquement de Normandie, le retentissement n'est évidement pas le même.
  36. 1 point
    Bonjour Heïdi, Très peu en réalité, la couleur de leurs peaux ne leurs permettant pas de se déplacer librement. Beaucoup furent massacré par les Nazis qui d'ailleurs ne voulaient pas de prisonniers de couleurs sur le territoire allemand.
  37. 1 point
    Bonjour, Certains Tirailleurs Sénégalais prisonnier se sont évadés comme Addi Bâ Mamadou. Il rejoint le Maquis des Vosges en 40. En 41, il fait passer une quarantaine de Tirailleurs en Suisse. Il reçoit la médaille de la Résistance en 2003 à titre posthume. Voir le film " Nos Patriotes ". source ... https://fr.wikipedia.org/wiki/Addi_Bâ
  38. 0 points
    Vu ce matin lors d’un footing cette stèle commémorative au Val David, une petite commune de l’Eure. en voici l’explication.
  39. 0 points
    Ah, là ça change tout ! Non tu ne seras pas logé, sauf durant les épreuves en elles mêmes.
  • Newsletter

    Want to keep up to date with all our latest news and information?
    Sign Up
×
×
  • Create New...