Aller au contenu

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 17/12/2018 dans toutes les zones

  1. 2 points
    Bien le bonjour/bonsoir si tu es là c'est que tu t'inquiètes sûrement pour les évaluations de PNTAC ou de CONTA à Toulon. Les évaluations pour ces deux spécialités à Maistrance ne se passent pas comme les autres, sachez d'ailleurs que les évaluations aéro sont "au dessus" des autres spécialités, si vous passez aéro vous êtes bon pour les spés de marine traditionnel mais pas l'inverse. Bref passons au sujet: 2 possibilités de logements sur Toulon, ce sera mit sur votre convocation: -A la base (malbousquet) ce qui je trouve est le plus galère car loin de l'endroit des tests et infrastructure vraiment pas terrible Ou -Espace Louvois en plein centre ville à 10 minutes des tests ce qui est vraiment pas mal, là l'endroit est pas trop mal 1er jour: Arrivé à jeûn me disant que ça va être le médical, pas de bol c'est le psychotechnique donc rendez vous au SLPA Aéro en face de l'hôpital St Anne Pour moi et mon groupe les évaluations ont durées entre 8h du matin et 14h on enchaîne les tests de toutes sortes. Test tour de contrôle: Vous êtes devant un PC et vous ne devez utilisé que la souris, l'écran est un écran radar et vous avez des ronds blancs (qui représentent les tours de contrôles) et des croix blanches (qui représentent des avions) il faut cliquer sur les croix blanches qui ont la même altitude que votre tour de contrôle pour les détruire (simulation d'attaque aérienne) et laisser tranquille ceux qui sont à des altitudes différentes SAUF qu'en même temps vous avez un casque audio où des mecs vont parler en mode tour de contrôle. De plus parfois vous aurez du calcul mental à faire, à écouter les indicatifs des avions et à les valider sauf qu'il y a de plus en plus de croix blanches, de plus en plus de tours de contrôles et autant vous dire qu'à la fin c'est un petit peu compliqué. On se rend vite compte que de simple calcul comme 6*4 ou bien 17-9 deviennent très compliqués et il faudra faire des choix. Tous les autres tests sont des QCM Tests de maths: 2 tests ici, arithmétique et calcul mental Si je peux vous donnez un conseil donnez tout sur l'arithmétique. Arithmétique: -Il y a des poules et des lapins, tant de têtes et de pattes, combien de lapins? -Un avion vole a 500Km/h et il part à 15h, il a une panne et doit rentrer à -15% de sa vitesse , il rentre à 16h30, à combien de km il a fait demi-tour -50 livres coûtent 80 euros, combien coûtent 20 livres -Un avion a 10 000 de carburant, lors d'un vole il en perd 3/4, il fait 1/3 de plein, combien il reste de carburants Voilà en gros 25 questions à faire en 15 minutes, c'est faisable même si certaines sont clairement là pour nous faire perdre du temps (pas de crayon ni papier) alors si vous voyez que le problèmes traîne en longueur ne vous cassez pas la tête dessus. Calcul mental: Pire test pour moi 156238*0.000031= 1/8+ 1/7- 1/6 178624/25+125 Enfin bon vous voyez la logique? des calculs quasi impossible à faire de tête mais votre salut sera d'éliminer les réponses totalement absurdes du QCM pour n'en laisser que 2 de viables et là ça sera au feeling. Test volontairement dure d'après le psy mais qui devrait changer d'ici peu. Test d'attention: CCCCCCCCCCCCCCCCCD CCCCCCCCCCCCCCCCC CCCCCCCCCCCCCCCCC 12121212121 12121212121 12121312121 A chaque fois vous devez trouver l'intrus, pas compliqué mais 30 questions en 5min donc faut pas traîner Vocabulaire: Synonyme de libre (a choisir dans une liste) Trouver l'intrus: Courageux Intrépide Chanceux Audacieux Ardent Pareil pas compliqué si vous avez un niveau correct en vocabulaire 25 question en 12 minutes Tests de spatialisation Dans le même style que sur le site monQI.com Un test vous fera faire des rotations d'images et vous devrez trouver celle qui est comme l'original Un autre vous montrera une construction avec plusieurs pièces (3-4-5-6 ça dépendra) et en solutions vous n'aurez qu'à chaque fois 2-3 pièces et il faudra trouver celles qui ont servit à l'original. Pas évident surtout certains mais faisable. Le dernier ça sera une pièces avec des appareils photos, on vous montrera une photo et on vous demandera quel appareil photo l'a prit. Test de logique/QI Exactement comme ceux de monQI.com avec des cartes, des cubes avec face à trouver, des suites de figures et trouver la suivant, ect... Parfis la solution saute d'elle même parfois c'est plus hardcore, n’abandonnez pas ces tests ils comptent pas mal. Anglais: 100 questions, 75 compréhension oral et 25 compréhension écrite. Tout à fait faisable pour un niveau BAC mais réviser un peu ne vous ferra pas de mal. Mike's car is out of fuel: A) It won't run B)It will go faster C)Mike should call a mecanician D)Mike is tired Voilà un peu ce que vous aurez à l'oral, pas compliqué encore une fois mais attention car il y aura souvent des réponses ambiguës comme: Scott is enjoying the party: A) Scott love it B)Scott like it Là vous voyez que ça peut être trompeur. Culture aéro: Quel avion de la 2nd guerre mondiale s'appelait la forteresse volante? -B-29 -Me-109 -B17 -F18 Quel hélico a été intensivement utilisé par les US au Vietnam? Qu'est ce qu'un fenestron? Comment s'appelle les coéquipiers de Buck danny? Test intéressant mais pas capital pour les résultats, avoir un bon résultat ne fait quand même pas de mal et sera bien vu du psy. Et pour finir les fameux tests psys avec le test Océan et un autre dont je ne me rappel pas le nom, soyez vous même and roll. Voilà évals finit le 1er jour et maintenant on passe aux tests médicaux du 2ème jour, saches qu'il y a 2 groupes lors des évaluations, parfois vous passerez le médical le 1er jour parfois le 2ème donc soyez à jeun les 2 jours au matin. Médical: Batteries total écoutez les consignes des médecins et ça ira, ça prend autant de temps que les tests psychos normalement 5-6h environ. A noter que le médical est volontairement dure surtout à l'engagement pour ce qui est ophtalmo et ORL donc ne stressez pas si vous ne voyez/entendez pas c'est peut être qu'ils vous font voir un 14/10 ou un 12/10 ou bien écouter un son que même les animaux auraient du mal à entendre (je caricature :P). 3ème jour ou 4ème jour en fonction Après le médical ou psycho il faudra allez prendre rendez vous au SLPA aéro pour le rendez vous avec le psy Encore une fois le maître mot est de ne pas stresser, vous savez pourquoi vous êtes là, pourquoi certains (comme moi) vous vous êtes tapé 12-14h de train à l'autre bout de la France pour cet instant fatidique où votre dossier peut changer du tout au tout (sachez que seul le médical est éliminatoire mais les commissions se basent beaucoup sur le psy pour leurs avis) Donc respirez un coup, ne cherchez pas à réviser inutilement au dernier moment et présentez vous naturellement au psy. Pour ma part j'ai eu l'entretien en 3 axes: Présentation scolaire/professionnelle et mes loisirs Pourquoi la marine? Pourquoi l'aéro? Pourquoi PNTAC? Savoir être et savoir faire pour être militaire? Quelles spécialités dans PNTAC, classez les par préférences et expliquez les. Résultats des tests, qu'en avez vous pensez (et ensuite elle vous dit vos notes, donc ne crachez pas sur les évaluations), qu'auriez vous pu faire pour avoir de meilleurs notes? Après tout ça (environ 1h) elle vous dira son bilan, sachez que si elle ne vous dit rien sur vos chances c'est que ça sent la marée. Mais bon ma foi c'était une psy très sympathique avec tous les gars de ma semaine. Pour ma part je m'en sors avec un avis très favorable alors que je suis loin d'être un cador en aéro et au monde militaire en générale (36/50 test aéro) Voilà voilà, en espérant que ce RETEX aide quelques âmes perdues et puissent vous redonner un peu d’espoir dans ce monde cruelle de sélection j'espère que vous aimez marcher parce que vous allez faire que ça pendant une semaine.
  2. 2 points
    Si personne ne te répond, c'est que aucun membre du forum n'a la réponse, tu préférerais certainement que l'on te réponde n'importe quoi, histoire d'avoir une réponse. Ce qui est navrant c'est ta réflexion et ton comportement ! Eh, comme ce forum ne te convient pas, au revoir.
  3. 2 points
    SDBC : Sous direction des bureaux du Cabinet, pratiquement le secrétariat et service général du Cabinet, sans les primes Cabinet... Autre cas concret: Je prends mon cas, j'ai contacté le bureau Réserve du 1 RCP qui soit disant aurait un besoin d'un ADM chez le chef de corps, j'ai laissé mes coordonnées voilà plus d'un an et toujours aucun appel. J'avais quitté l'institution en 2012, inscrit au bureau Réserve de Toulouse, 4 ans sans aucun appel ni mail... Oui pour la Réserve, il faut: - être TRES motivé - connaître un peu de monde pour savoir qui contacter en cas de retard voire d'oubli - être patient pour le paiement des jours effectués, je viens d'être régularisé de mes jours de juillet.
  4. 2 points
    Entretiens de motivation décroché ! première étape 😁
  5. 1 point
    L'arrivée des drones de voilure tournante.
  6. 1 point
    Bonjour, bienvenu sur le forum. Je modifie le titre de ta présentation, qui fait doublon avec ta question.
  7. 1 point
    Bonjour, bienvenu sur le forum.
  8. 1 point
    Bonjour et bienvenu Maxence. Bon courage pour la BSPP.
  9. 1 point
    Et puis les OPEX dans l'armée de l'air , c'est faire le même métier à 4000 km sous une chaleur de 40 ° avec interdiction de sortir de la base pour sécurité ... 😂 Pas de Grand risque en sommes. Pour moi OPEX on a pas le droit de refuser éternellement , mais affect à l'étranger faut être un ''minimum '' volontaire
  10. 1 point
    Bonjour, bienvenu sur le forum. Je te souhaite de réaliser tes rêves. Joyeux Noël.
  11. 1 point
    Bonjour et bienvenue sur le forum.
  12. 1 point
    Salut, Le CENTAC est : Chaque mois, pendant 15 jours, plus de 400 militaires des forces terrestres se déploient au Centre d’entraînement au combat – 1er bataillon de chasseurs (CENTAC-1er BC) à Mailly-le-camp (Aube). Objectif ? S’entraîner aux fondamentaux du combat interarmes au sein d’une entité de circonstance : le sous groupement tactique interarmes (SGTIA). Cette unité peut être formée de blindés, d’infanterie, d’artillerie, de l’aviation légère de l’armée de Terre… aux ordres d’un capitaine, commandant d’unité d’un régiment leader. Grâce à des simulateurs uniques en France, à une force adverse représentant l’ennemi, déployée sur le terrain, à l’utilisation des moyens 3D et à l’expérience des analystes du CENTAC-1er BC, la préparation opérationnelle est réalisée au plus près de la réalité des combats. Destruction de véhicules blindés sur engins explosifs improvisés, par tirs sol-air ou sol-sol, blessés légers ou graves, tués… Cet entraînement au combat interarmes permet aux forces terrestres de conserver un niveau opérationnel socle et d’être engagées sur n’importe quel théâtre d’opérations extérieures. ( Source : https://www.defense.gouv.fr/terre/l-armee-de-terre/le-niveau-divisionnaire/commandement-de-l-entrainement-et-des-ecoles-du-combat-interarmes/centre-d-entrainement-au-combat-1er-bataillon-de-chasseurs ) Si tu es affecté au CENTAC comme permanent, je doute que tu parte en OPEX, par-contre si tu y vas en tant qu’élève oui il y a de forte chance, puisque formé au combat. Pour Sentinelle, ça dépendra certainement de ta fonction là bas.
  13. 1 point
    Je ne vais pas me battre... mais je pratique le monde militaire depuis 22 ans et les téléphones, j'ai eu le loisir de pratiquer dans différentes unités, chère... amie. , après je ne parle pas des centres de recrutement, du ministère ou des standards ( ceux là effectivement, je ne les pratique pas ) mais des lignes attribués précisément à une personne, des postes dans les unités. Il est exact que si on appel l'antenne médicale XXX une personne de service répondra mais vous pouvez appeler le bureau réserve de mon unité, personne ne répondra ( normal les secrétaires ne bossent pas le week-end ) mais aucune boite vocale n’enregistrera votre message. En parallèle je travail dans un hôpital publique ( depuis 14 ans ) et là non plus il n'y a pas de messagerie sur les lignes fixes ( sauf si la ligne est occupée ou que l'on vous mette en attente mais dans les deux cas vous ne pourrez laisser vos coordonnées ou un message ), ce qui explique que lorsque vous avez un proche hospitalisé et que vous appelée dans le service, si l'infirmière est prise, ça sonne...ça sonne... Petite anecdote, une collègue infirmière me racontait que son fils voulait intégrer la réserve de l'armée de terre ( car par la suite il désire intégrer cette armée ) bref dossier fait...lui restait à joindre un major dans le régiment concerné mais lorsque ce major le contact il est en cours et lorsque lui essaye de l'appeler il est hors horaire et ça ne répond jamais...finalement il a rejoint la réserve de la Gendarmerie. J’arrête là sur ce problème, les candidats verront ( ou voit ) par eux même lorsqu'ils appelleront et c'est ça qui est important, pas notre petit différent sur ce point. Pas pour tous malheureusement, j'ai un copain, chef d'escadron (R) en groupement de Gendarmerie, qui confirmait que vu l’affluence un très grand nombre de candidats sont en attente et que beaucoup finissent par lâcher prise. Ou mon collègue citer dans le post précédant qui a mis plus d'un an... et ici ... http://www.forum-militaire.fr/topic/8753-problème-de-messagerie-24ri/ ce n'est pas moi qui le dit " compte six mois " Le point positif, c'est que les gens qui insistent, sont des personnes très motivés. Je vois également que vous avait répondu à " cotroni ", avouer que son parcours de candidat n'est pas une totale réussite ! Et pour information, sa dernière connexion sur le forum date de juillet 2017, a t'il réussi, j'en doute. Dommage. Pour en revenir à : Si je démontre certaines longueurs, ce n'est pas pour nuire à la Réserve ( auquel je crois, sinon je ne passerai pas des heures bénévolement et sans aucun profit ou récompense à entretenir ce forum avec mes camarades ) mais simplement et au contraire pour guider et soutenir des jeunes qui candidatent, ne pas les endormir ou leurs faire miroiter monts et merveilles qu'ils atteindront jamais, ce qui en découle une déception et un abandon... Je reste persuader que c'est en informant au maximum les candidats ( que ce soit pour la réserve ou pour l'active ) que le recrutement est bon et c'est par manque d'information et d'orientation, que un certain nombre de jeunes ce détournent ( c'est un autre sujet ). SDBC, je ne connais pas cet acronyme ??? Eh bien, je compte sur vous, pour nous aider à renseigner les candidats ( selon vos possibilités bien sur ). Êtes vous spécialisé sur le SSA ? Peut être pourrez vous commenter ce sujet : http://www.forum-militaire.fr/topic/9310-demande-de-changement-darmée-armée-de-terre-gendarmerie/ Là, vous aurez plus de la chance d'échanger, " Iceman " c'est encore connecté jeudi dernier.
  14. 1 point
    Bonjour. Oui pour les pansements de protection contre les ampoules ou pour soigner après avoir eu une ampoule. Cependant cela coûte assez cher, donc...à n'utiliser qu'en cas d'ampoules et pas avant. Plus quelques pansement classiques pour les petits bobos, types coupures qui peuvent toujours être gênants ou désagréables. Sinon pour prévenir les ampoules de la crème anti frottement est toujours efficace. En parapharmacie la crème NOK pour ne pas la citer ou chez D4, la crème vendue au rayon course à pied (souvent) et qui est beaucoup moins chère. éviter le gaz et prendre plutôt de la gaze!!! Non en fait ça ne sert à rien d'en prendre, il y aura toujours une trousse de premier secours qui suit vos activités et cela sera suffisant.
  15. 1 point
  16. 1 point
  17. 1 point
    Une information des plus intéressante : 16-12-2018 Une innovation du Service de santé des Armées va améliorer la sécurité des plongeurs militaires Posté dans SSA, Technologie par Laurent Lagneau Le 16-12-2018 Plongeurs de l’armée de Terre, plongeurs-démineurs et plongeurs de bord de la Marine nationale, nageurs de combat… Les militaires exerçant ces spécialités sont exposés à des risques d’œdème pulmonaire d’immersion étant donné qu’ils sont souvent obligés de faire un exercice physique intense, ce qui suppose un effort ventilatoire important. Ce qui peut donc donner lieu à une congestion, susceptible d’être fatale. Or, d’après le Service de santé des armées [SSA], une augmentation de la « prévalence de cet œdème pulmonaire d’immersion » a été constatée chez les plongeurs militaires au cours de ces dernières années. « Cela s’explique notamment par le fait que cet accident est mieux connu et ses symptômes mieux identifiés », précise-t-il. Pour réduire ce risque, l’Institut de recherche biomédicale des armées [IRBA] a mis au point un « pneumo-barotachographe » [PBO], grâce au travaux d’un médecin-chef et d’un ingénieur d’études et de fabrication affectés à l’équipe résidente de recherche subaquatique opérationnelle de Toulon. Actuellement, les ordinateurs de plongée que l’on trouve sur le marché ne font que mesurer la fréquence cardiaque du plongeur. Le PBO va beaucoup plus loin puisque, en plus, il enregistre l’ensemble des données respiratoires, c’est à dire la pression thoracique différentielle, le débit et la fréquence ventilatoires, ainsi que l’intensité du palmage, la profondeur d’immersion, la température et l’inclinaison du plongeur. « Toutes ces informations sont accessibles immédiatement au cours de la plongée. Lorsqu’une ou plusieurs variables dépassent un seuil prédéfini, une alarme sonore et visuelle se déclenche et avertit le plongeur et son binôme. Le militaire peut ainsi réagir afin d’éviter un accident », explique le SSA. Pour le moment, ce PBO est encore au stade de prototype. Il s’agit maintenant de pousser sa miniaturisation et de l’intégrer dans un ordinateur de plongée fixé au poignet du plongeur. Il reste également à affiner les seuils d’alerte et de pouvoir mesurer aussi la pression partielle des gaz inspirés et expirés. Photos : Institut de recherche biomédicale des armées ( Source : Article, Opex 360 / Zone de Militaire )
  18. 1 point
    05.12.2018 Le SSA "déserté"? Surprojection et concurrence de la Santé publique affaiblissent les effectifs Lu ce matin dans Le canard enchaîné un article sur des "désertions en masse au service de santé des armées". Désertions? Démissions bien sûr. Et bien malheureusement, faut-il ajouter puisque le SSA français reste encore une référence en la matière, alors que des pays comme le Royaume-Uni, le Canada, l'Australie et même les USA ont réduit les moyens, volontairement ou par la force des choses, de leurs services de santé militaires. Ces pays ont préféré, ou ont été obligés d'externaliser, le soutien médical aussi bien sur les territoires nationaux qu'en opex. J'en ai parlé dès 2009 dans un article paru dans la revue Sécurité globale (lire http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/files/SMP médicales.pdf). Le cas britannique est à cet égard éloquent; à coup de primes, le MoD tente depuis 2007 de garder ses médecins et auxiliaires de santé (lire https://www.telegraph.co.uk/news/uknews/1555509/Cash-lures-civilian-medics-to-front-line.html). Selon le Canard qui cité des sénateurs de la commission des Affaires étrangères et de la défense, 1 600 "médecins, infirmiers et techniciens" ont depuis 2014 quitté le SSA qui se retrouve donc en situation de précarité alors qu'il est mis très fortement à contribution dans le cadre des opex. Certes la "surprojection" et la tension des déploiements extérieurs pèse sur les personnels mais ce sont tout autant les besoins grandissant de la Santé publique qui poussent les personnels civils et militaires du SSA à migrer vers des postes mieux payés et moins exposés. L'article dit que le SSA ne compte plus que "700 médecins toutes spécialités confondues". Or il s'agit du domaine de la médecine des forces où effectivement il manque une centaine de personnels. D'où l'effort de 2017 du SSA pour recruter dans ce créneau (lire : http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2017/03/09/le-ssa-face-a-un-deficit-croissant-en-particulier-de-general-17756.html). On peut aussi s'interroger sur le chiffre de 1 600. Il n'est pas tiré d'un "Avis n° 149 (2018-2019) de M. Jean-Marie BOCKEL et Mme Christine PRUNAUD, fait au nom de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, déposé le 22 novembre 2018" (à lire http://www.senat.fr/rap/a18-149-6/a18-149-6.html#toc82). Dans cet avis il est dit que "selon les informations fournies à vos rapporteurs, depuis le début de l'actuelle LPM, le SSA a perdu 8 % de ses effectifs", soit 1 300 personnes. Le rapport sénatorial est, en revanche, optimiste: "La prochaine loi de programmation militaire 2019-2025 concrétise l'arrêt de la déflation des effectifs du SSA dès 2018, leur stabilisation jusqu'en 2023 et leur remontée modérée au-delà". On peut s'en réjouir, tout en restant vigilant puisque l'on sait d'expérience que les LPM se sont faites pour être reniées et revues à la baisse. Par ailleurs, au sein même du SSA, on reconnaît que "le recrutement est peu attractif" et qu'il est de plus en plus difficile de recruter et de fidéliser ceux et celles qui choisissent de l'intégrer. Le SSA français finira-t-il réduit, comme ses homologues britanniques par exemple, à compter sur des groupes de cliniques privées pour assurer le soutien médical des militaires tricolores? ( Source : article Ligne de Défense )
  19. 1 point
    Moi je dis NON. STOP. Il y en a marre de tous ces politiciens de droite et de gauche confondues qui pensent bêtement que des anciens militaires sont désignés pour ce genre de besogne. S'ils n'ont pas les moyens de leur mission, anciens militaires ou pas, ils n'y arriveront pas. Et puis quand comprendront ils (et nos chefs avec d'ailleurs) qu'un militaire qui quitte l'institution n'aspire pas obligatoirement à retrouver la même chose dans le civil. Il n'est qu'à voir dans quoi se reconvertissent les militaires. Les statistiques existent bel et bien à ce sujet. Vont ils tous vers les métiers de la sécurité, de l'encadrement des hommes? Rien n'est moins certain. Ceux qui ne trouvent pas autre chose, ceux qui ne veulent pas se fatiguer à mettre en place une reconversion longue et contraignante en terme d'investissement vont, par facilité, vers les métiers d'encadrement et de sécurité.... pour retrouver les mêmes contraintes de métier que celles que l'on quitte. J'ai oeuvré 5 ans dans la reconversion. J'ai eu le temps de voir des départs de MDR, sou/off et officiers. Que ce soit dans la phase de construction de leur projet, ou dans le suivi en centre de formation ou en entreprise. les seuls que j'ai vu aller vers la sécurité, la police municipale, ou les Epide (il y en a un dans la région où j'étais) etc etc.. sont ceux qui ne savaient pas quoi faire et qui trouvaient plus facile de mettre en place ce type de reconversion. Ceux qui étaient profondément investis dans leur reconversion, avec un vrai projet, ont fermé la porte derrière eux en partant et sont devenus artisans, boulanger, menuisier, informaticien, électricien, ont monté leur boite, sont allés vers la logistique, sont devenus chauffeurs poids lourds, etc etc. Mais pour tous ceux là (la majorité de ceux que j'ai vu passer) aucun n'aurait voulu aller encadrer des jeunes pour refaire ce qu'ils avaient fait pendant 5,10,15 ans voire plus. Les anciens militaires changent de vie professionnelle, ne crachent pas dans la soupe, conservent un souvenir fort de leurs années sous les drapeaux mais sont passés à autre chose. Alors messieurs les politiciens , arrêtez de croire que les anciens militaires, gendarmes, policiers sont forcément la panacée à tous ces problèmes de jeunes mal élevés, mal éduqués. C'est bien en amont que le problème existe et qu'il faut le régler, en commençant par se pencher sur le travail (oui c'en est un) des parents. Arrêtez de croire que les anciens militaires cherchent à tout prix à retrouver ce qu'ils quittent. Ils ont les qualités et l'envie de faire beaucoup d'autres choses. Et surtout arrêtez de faire croire que vous allez trouver la solution avec vos discours faciles, non réfléchis et juste destinés à apaiser la population et à donner à manger aux médias.
  20. 1 point
    La guerre "contre" les drones. Une nouveauté, une "kill mark" d'un drone dans le fuselage d'un Rafale B de l'armée de l'Air que participe de l'opération Chammal depuis la BAP Jordanie. Le contour semble à un Reaper.
  21. 1 point
    Bonjour, je viens de finir ma scolarité au prytanée au lycée, je peux donc répondre à vos questions concernant la rentree à venir n’hésitez pas a les poser ici
  22. 1 point
    Après la guerre des drones arrive la lutte anti-drones. (Ce cliché appartient à la BAP Jordanie où sont les Rafale stationnés).
  23. 1 point
    Bonjour à tous, En juillet 2018, j'ai effectué une Préparation Militaire Supérieure au 1er Régiment d'Infanterie. Laissez moi vous raconter mon RETour d'EXpérience : Une journée entière à travers trains, gares et c'est ainsi que j'arrive à Sarrebourg. Là où se trouve le 1er Régiment d'Infanterie. Je ne suis pas seul, je reconnais rapidement des personnes de plus ou moins mon age qui attendent... Nous sommes tous là pour la même chose. Nous discutons rapidement puis prenons la décision de nous rendre directement tous ensemble au régiment puisque personne ne semblait nous attendre. Le régiment est à 500m à pied. Nous arrivons et intégrons ce dernier. Le régiment ne nous attendait que le lundi matin... Petite désorganisation mais rien de bien grave, un Caporal Chef arrive et nous guide dans la compagnie où nous passerons les 3 prochaines semaines. Nous sortons le soir pour faire plus ample connaissance et manger un bout tous ensemble. Retour au régiment pour la première nuit, pas d'oreiller pour tout le monde. Ca met dans l'ambiance Le lendemain matin, les derniers arrivent, nous prenons le petit déj et passons toute cette première journée à "percevoir" notre équipement (et des draps, couverture, oreiller pour tout le monde) Nous étions une trentaine âge de 17 ans (notre cadet) à 29 ans (notre aîné) dont 2 filles. Nous rencontrons notre encadrement qui sera composé de la manière suivante : - 4 Soldats 1ère Classe (Militaire du Rang) - 3 Sergents (Sous-Officier) - 2 Sergents Chefs (Sous-Officier) Programme et activités Durant tout le stage, nous avons pratiqué de nombreuses et variés activités sportives. Escalade, football, canoë, parcours mangrove, crossfit, C4 (boxe militaire), des footings. C'était vraiment cool. Si vous avez un bon niveau sportif, vous trouverez très certainement de quoi vous divertir mais gardez bien en tête une chose : Vous êtes dans un milieu militaire et cela signifie "collectif". Nous n'abandonnons jamais un camarade. Que vous soyez le meilleur ou pas dans un domaine, pensez toujours que certaines personnes ne sont peut être pas aussi à l'aise que vous et c'est votre devoir de les aider à avancer sans les mettre en danger ! Pour la petite anecdote, une personne "souffrait" un peu pendant les échauffements de C4... Malheureusement des camarades se permettaient de hurler sur cette personne d'aller plus vite. Oui, je vous assure. Bref, pas de commentaire. Nous avions de nombreux cours théoriques sur les connaissances militaires générales comme NRBC (Nucléaire Radiologique Biologique Chimique), Renseignement, Génie, Armement, Topographie... etc. Nous avons eu de nombreuses heures de Tir avec le FAMAS. Apprendre à monter et démonter ce dernier en connaissant la moindre pièce. Entrainement au Tir sur simulateur puis mise en situation en équipe de 3 avec balle à blanc puis tir à balle réelle sur champ de tir extérieur ET intérieur. Soit plus de 200 cartouches tirées. De quoi vous donner un bel aperçu de ce qu'est une arme de guerre. Nous avons passé le PSC 1 (Préventions Secours Civiques niveau 1), c'était vraiment cool d'avoir des notions de secourismes parce que sur des situations de la vie courante, on se rend compte que l'on aurait pas forcément les meilleures réactions... Et ca peut faire la différence ! Au total cela faisait des longues journées puisque réveil à 6h et retour en chambre avec quartier libre à 21h30 pour un couvre feu à 22h. Parfois le couvre feu était repoussé jusqu'à 22h30. Ca en faisait sourire plus d'un mais le réveil, lui, n'était pas décalé donc avec un peu d'accumulation de fatigue, c'est simple de craquer. Si vous souhaitez être au top tout le temps, pensez y ! Pour ce qui est des téléphones, il était interdit de les avoir avec nous. Pendant les quartiers libres le soir, nous pouvions les utiliser. Pour les accrocs de ces derniers, vous apprendrez rapidement que lorsque vous passez votre journée à aller à droite à gauche, à apprendre à patienter pour les ordres, à emmagasiner un nombre conséquent d'information, et bien faire défilé son fil d'actualité Facebook devient le cadet de vos soucis ! hahahaha. En 3 semaines, nous n'avons pas eu une seule journée de permission. Ce qui signifie que nous n'avons jamais été autorisé à sortir du régiment. Seulement une après midi de quartier libre. Le retour au monde civil fait tout drôle ! Evaluations Décomposé en 4 thèmes : - Sport Ici, 3 épreuves. Une course d'orientation où aidé d'une carte nous avons dû trouver des balise, poinconné une feuille et revenir au point de départ à chaque fois. Cela représentait environ 10km à effectuer en moins d'une heure. Le parcours d'obstacles (ou autrement nommé du combattant) et le CERBEC. Ce dernier consiste à effectuer 5 tractions puis 10 pompes puis 10 squats en moins de 2 minutes. Si réussi, le palier est validé et ainsi de suite. Il faut valider 20 palier pour obtenir la note max. - Pédagogie Il s'agissait de présenter un sujet hasardeux avec très peu de temps de préparation (moins d'une journée) afin de mesurer nos compétences pour nous imprégner et expliquer un sujet inconnu. - Connaissances Militaires Vis à vis de tous les cours que nous avons reçu, il y avait un examen écrit puis une application pratique individuelle. - Note d'aptitude (ou de chetron) C'est le comportement général. Cela prend en compte la tenue, le fait d'être à l'heure, d'encourager ses camarades, de sourire, de tenir mentalement, de se battre, d'être toujours volontaire pour tout... Note qui parfois est considérée comme injuste. Dites vous simplement quel est le comportement qu'aurait une personne que vous suivriez jusqu'en enfer sans poser de question ? Et bien adoptez le même ! Au programme, vous pouvez ajouter que nous avons appris à marcher et chanter au pas. C'était marrant. Le chant appris fut le Kyrie des Gueux. Au début c'est pas simple et ça peut apparaître comme barbant mais lorsque l'on se déplace à 30 en chantant... Soyons honnête, ça a de la chetron et on est tous fiers ! Au terrain ! Nous avons passé 4 jours en bivouac à la fin de la deuxième semaine. Marche de nuit d'une douzaine de kilomètres, exercices en foret, faire sa tente, les rations, le feu de camp... Que de choses superbes. Parcours mangrove en équipe, déplacement en GBC (le gros camion où l'on est assis super bien à l'arrière). Pour la petite anecdote, c'est très inconfortable mais lorsque l'on est KO, tout le monde réussit à s'endormir à l'arrière de ce machin dans des positions parfois loquaces. Ca en dit long sur la fatigue. Pour répéter l'encadrement : Reposez vous quand vous pouvez parce que vous ne pourrez pas quand vous voudrez. Qu'est ce qui est indispensable dans une PMS ? Niveau matériel, prenez ce que la liste fourni vous demande. Vous pouvez ajouter à cette dernière des cotons tiges qui vous aideront pour nettoyer votre arme. J'avais personnellement un couteau de camping, ce n'était pas indispensable mais utile. Le MUST HAVE fut des semelles pour les rangers. Vous ne les regretterez pas ! Des couverts en plastiques de camping réutilisables peuvent s'avérer cool aussi. J'espère n'avoir rien oublié, j'ai quand même essayé d'être concis pour ne pas faire trop long. Si vous avez lu jusque là, c'est que vous étiez intéressé par mon récit et je vous en remercie ou que probablement vous partez prochainement effectuer une PMS alors bon courage. Force et honneur. C'est une expérience géniale. Vraiment ! Pour plus de détails, vous pouvez vous rendre sur mon blog où j'ai posté un article sur le sujet. Je compte poster sur youtube des vidéos relatant mon expérience. https://tondefi.com/retex-pms/ J'ai aussi réalisé une vidéo youtube pour vous raconter à l'oral ce que vous venez de lire
  24. 1 point
    Profitons en, un peu d'Histoire : Leur histoire est souvent méconnue. Qui sont les Rochambelles ? Les Rochambelles furent une unité d'infirmières volontaires engagées au combat lors de la libération de l'Europe et l'une des deux seules unités féminines à être engagées sur le front européen. Tout a commencé avec Florence Conrad, infirmière à la Croix Rouge pendant la première guerre mondiale. Cette américaine francophile de 57 ans veut absolument prendre part à la seconde guerre mondiale à sa façon et décide de créer son unité d'infirmières. Dès le départ, les Rochambelles c'est une histoire de femmes, puisque c'est auprès de riches américaines qu'elle trouve les fonds nécessaires à l'achat de 19 ambulances flambant neuves de marque Dodge. Elle réussit ensuite par son énergie et sa détermination à convaincre 14 françaises habitant New York à se lancer dans l'aventure. Les jeunes femmes décident de s'appeler les "Rochambelles", en l'honneur du comte de Rochambeau, officier français célèbre pour s'être illustré aux côtés des Américains durant la guerre d'indépendance des États-Unis. Le groupe d’une quinzaine de femmes arrive au Maroc à l’automne 1943 et demande à être intégré à la 2ème DB (division blindée) du Général Leclerc. Celui-ci accepte les ambulances mais refuse la présence de femmes dans sa division. C'est mal connaître Florence Conrad qui insiste et convainc le général de les intégrer jusqu’à la libération de Paris. À Rabat, Florence Conrad, la commandante de l’unité, recrute toujours plus de nouvelles infirmières désireuses de participer à la libération de la France, souvent des françaises réfugiées ou pieds noirs. Denise Colin et Florence Conrad, Normandie, 1944. La vie d'un camp militaire se révèle dure pour ces jeunes femmes inexpérimentées. À l'entraînement, les Rochambelles sont confrontées à l'hostilité des hommes, qui ne veulent pas d'une présence féminine dans leurs rangs. À l'époque, on considère que les femmes n'ont pas leur place sur un champs de bataille. Ignorant les sarcasmes et les intimidations, elles persévèrent et gagnent petit à petit leurs galons. Les infirmières apprennent la mécanique, mais aussi à débusquer des mines, poser des garrots et défiler en rang. le 31 juillet 1944, les Rochambelles prennent un LST (le « Philip Thomas ») pour débarquer enfin sur Utah Beach, en Normandie. L’unité Rochambeau arrive en Angleterre en avril 1944 et débarque sur les plages Normandes début août 1944 dans des conditions "effroyables". Dès le lendemain, elles vivent leurs premières nuits de bombardement. L'une d'entre elles a les jambes broyées. Chaque jour, par équipe de deux, elles évacuent les blessés de la zone de combat après avoir établi un rapide diagnostic et prodigué les premiers soins. Pour la première fois dans la seconde guerre mondiale, des femmes se retrouvent sur le front, directement exposées aux tirs ennemis. Ayant sauvé tant de soldats, les Rochambelles gagnent définitivement la confiance de Leclerc et celle de ses hommes. Elles prennent part à la libération de Paris fin août 1944. Rosette Peschaud, l'une d'entre elles, raconte : "C'était extraordinaire, il y avait une foule immense. Les hommes m'embrassaient ; ils n'étaient pas rasés, j'avais mal aux joues ." Florence Conrad décide de rester dans la capitale et passe le commandement à Suzanne Torrès, sa seconde. Le Général Leclerc reconnaît leur ténacité et leur grand courage et les garde finalement auprès de lui jusqu’à la fin de la guerre. Les Rochambelles repartent sur les routes, direction Strasbourg, un objectif majeur. Aux côtés de la 2ème DB, elles poussent jusqu’au « nid d’aigle », l'un des QG d'Adolf Hitler, près de la frontière autrichienne en Bavière, où elles vivront l’annonce de la fin de la guerre le 7 mai 1944. Bien loin d'être appelées au combat, les Rochambelles furent toutes volontaires. Habitant New York ou Casablanca, ces jeunes femmes auraient pu rester loin de cette guerre, mais ont fait preuve d'audace et d'initiative. C'est leur mémoire et leur esprit que la course de la Rochambelle salue chaque année. ( Source : Gary Dagorn / France 3 ) Ce samedi 23 mai a eu lieu l’inauguration de la rue des Rochambelles, la nouvelle rue caennaise qui dessert le pôle de formation et de recherche en santé de l’université de Caen. La cérémonie a eu lieu en présence de Rodolphe Thomas, maire de Hérouville, Sonia de la Provôté, première adjointe au maire de Caen chargée de l’urbanisme, de l’habitat et du renouvellement urbain ainsi que plusieurs vétérans de la Seconde Guerre Mondiale. Jacques Loiselet, ancien membre de la 2ème division blindée ou Raymonde Jeanmougin, une ancienne Rochambelle étaient ainsi présents. Il est rappelé durant la cérémonie l´action des Rochambelles, les ambulancières de la bataille de Normandie. Pour Sonia de la Provôté, il est logique de nommer cette nouvelle rue la rue des Rochambelles, alors qu’elle dessert un bâtiment où sont formés futurs médecins, infirmiers, ambulanciers ou personnels de santé. Ce rassemblement est l'occasion de se souvenir de Christiane Petit, une ancienne conductrice ambulancière des Rochambelles, décédée le 25 avril dernier à l’âge de 95 ans. ( Source : Tendance Ouest ) LES ROCHAMBELLES ET LES MARINETTES : M. Bardet, J. Bardet, J. Andréi, F. Lachassaigne, Y. Dagnan, J. Cadoret et C. Courbary Composé à l’origine de trente-six femmes, ce groupe a compté, en France, puis en Indochine, un total de soixante-douze conductrices ambulancières dont les états de service attestent le sang-froid, le courage et la compétence, tout ça au risque de leur vie, avec sourire, charme et bonheur. Comme chante je ne sais qui « où sont les femmes ? », et qui me fait regretter ces personnes « du sexe » comme on disait à l’époque, qui savaient sans d’ailleurs l’apprendre être des êtres de chair et de sang, sachant se faire entendre sans besoin de gueuler et de brandir le drapeau du féminisme à chaque instant ! Elles inspiraient le respect de tous les hommes. En ce temps là, oui, la femme était bien l’avenir de l’homme ; et je dirais qu’aujourd’hui, et bien, elle sera certainement présidente de l’homme, mais tout en étant aussi nul… A bove ante, ab asino retro, a stulto undique caveto, ou si vous préférez : Prends garde au bœuf par devant, à l'âne par derrière, à l'imbécile par tous les côtés. Un autre groupe de Grandes Dames, s’appelait les Marinettes, car faisant parti du corps sanitaires des fusiliers marins. Ce groupe de 9 seulement avait exactement les mêmes responsabilités que les "Rochambelles" : apporter les premiers secours aux soldats blessés au front et les évacuer vers l'arrière. Les Marinettes, qui appartenaient au Services féminins de la flotte (SFF), participèrent à toute la campagne de la Libération de la France, de la Normandie à l'Allemagne, en passant par Paris. D'autres s’engagèrent ensuite dans la guerre d'Indochine. Un 3eme groupe de Grandes Dames, formé au Maroc, les Merlinettes, du nom du General Merlin, ce groupe moins exposé mais non moins héroïque s’employait dans les transmission ; de la Tunisie jusqu’au Reich. Elles furent aussi courageuses que leur devancières de la santé. Que reste –t-il de ces femmes héros ? D’abord, pour la plupart, elles entrèrent dans le rang à la libération. Se marièrent, l’une d’elle devint la générale Massu, son surnom était « toto » ; elles eurent des enfants, puis… Disparurent sans trop de bruit une par une ; la dernière des Marinettes est morte le 27 avril 2010, elle s’appelait Monique CREMIEUX née BARDET qui vivait entre le Sénégal et la France. A droite madame Rosette Peschaud Rochambelle à la 2e DB. http://67400.free.fr/les_marinettes_2eme_compagnie.htm " LA ROCHAMBELLE " à Caen : Course-marche féminine de 5 km au profit de la lutte contre le cancer, la Rochambelle est devenue avec ses 20 000 partcipantes à Caen, un moment féminin incontournable. Epreuve emblématique des Courants de la Liberté, cette manifestation est chargée de valeurs et d’engagement puisque pour chaque inscription, 7€ sont reversés au profit de la lutte contre le cancer. La Rochambelle, c’est aussi un hommage aux Rochambelles, ces ambulancières rattachées à la célèbre 2ème Division Blindée du Général Leclerc à la libération de la France en 1944. Ces femmes engagées et courageuses ont débarqué en Normandie, pour participer à la reconquête de l’Europe. https://www.lescourantsdelaliberte.com/fr/page/l-epreuve
  25. 1 point
    En 2007, le Lieutenant-colonel Paul Wingling, de l’US Army, écrivait dans la revue officielle de l’armée américaine un article intitulé « la faillite des généraux ». Cet article remarquable prouve tout d’abord l’énorme liberté d’expression de l’armée américaine, où chacun est le bienvenu pour débattre et faire avancer les choses sans craindre, si l’esprit est respecté, de quelconques répercutions sur sa carrière. Si le titre de cet article fait référence à des problèmes parfois spécifiques à l’armée américaine, il est néanmoins tout à fait approprié à la situation dont vous faites état.     La pensée dans l’armée Française est, je le déplore, un arbre à beaucoup de branches mais bien peu de fruits. Que l’on s’écarte trop de la norme, et l’on est condamné, comme Galula, à s’exiler pour faire progresser ceux qui le veulent vraiment avant de se faire redécouvrir 60 ans après par ses compatriotes (qui, au lieu d’avoir l’humilité de se taire, viennent même s’en vanter). Sorti il y a peu de Saint-Cyr, j’y ai été, comme tous mes camarades, déçu, et même choqué par la pauvreté de l’enseignement académique qui y est dispensé. Des cours disparates sur des matières sans unité réelle, on ne tire que très peu d’apport culturel (sauf pour la filière RIS qui vient de disparaître…), et la capacité de réflexion des jeunes officiers s’en trouve d’autant plus diminuée. Si bien qu’il existe un véritable fossé de connaissances (dont les frontières s’écartent au rythme croissant des fautes d’orthographes sur chaque diaporama Power Point, outil si réducteur de la pensée…), entre officiers subalternes et officiers supérieurs. J’entends souvent les colonels fraichement diplômés, ou les généraux plus anciens dire : « à l’Ecole de Guerre, je me suis refait une culture ». Il est malheureux de constater que de cette culture on ne tire que bien peu d’ouverture d’esprit, et je déplore chaque jour que nos chefs n’aient pas saisi (ou l’aient feint) l’évolution de la société du pays qu’ils servent.   Suite de l'article :   http://www.politique-actu.com/dossier/faillite-generaux-billet-humeur-jeune-lieutenant-sorti-esm/907825/  
×