Jump to content

All Activity

This stream auto-updates     

  1. Past hour
  2. Je te remercie pour ta réponse rapide. Je sais bien que seul un médecin militaire pourra me donner un avis valable sur mon état physique. Mais recueillir quelques avis sur la questions, peut être de personne balafrée avant leur passage au CSO, pourrait me permettre de mieux appréhender cet examen que je passerai le mois prochain. Tout est en effet purement visuel, aucune fracture, jamais de vis ou de prothèse ou de problèmes d'articulations. Donc je garde tout espoirs. Je pense qu'en venant sur ce forum, je cherche à me rassurer
  3. Salut, Difficile de t donner une réponse objectif, sachant que seul un médecin militaire, après étude de ton dossier et des différents examens et suite à une consultation décidera des divers classements. Si tout ça n'est que visuel sans conséquence, je ne pense pas que tu soit " pénalisé " pour ça, mais ce n'est que mon avis ( sans valeur ).
  4. Bonjour, soit la bienvenue sur le forum. Toutes mes félicitations, je te souhaite une bonne incorporation.
  5. Bonjour bienvenu parmi nous. Croisons les doigtes.
  6. Salut, Au vu de ton lien, je ne puis plus affirmer la reprise de ton indice ( étrange tout de même car les syndicats de la fonction publique expriment l'inverse ), de plus c'est toujours difficile de discuter d'un dossier comme ça, tu peux également rencontrer un syndicat ( je ne leurs fait pas de pub ) mais dans l'administration pour avancer, il faut passer par eux, qui de plus on un service juridique, donc un avocat qui pourra te donner les infos correspondant à ton " cas ". Seul chose que je te conseillerai sinon, c'est de négocier ta reprise avant même de débuter ( j'en connais qui on fait comme ça et qui on même pu être pris à un niveau supérieur ) c'est le civil, il faut se vendre et négocier ou sinon subir. Tiens moi au courant de la suite, merci.
  7. Today
  8. Dans l'ensemble c'est mieux mais relis toi c'est plein de faute, sur un forum ce n'est pas un problème.. pour une candidature EOPN ça l'est plus. Par contre comme motivation "ses missions de frappe aérienne en Syrie" n'est à mon sens pas très pertinent. "En France, comme en opération extérieure, l’armée de l’air intervient en permanence et sans délai, au sol comme en vol, pour contribuer à la protection des Français, à la sécurité du territoire et au maintien de la paix hors des frontières." ça c'est les missions de l'armée de l'air. Tu mets beaucoup en avant les valeurs de l'armée de l'air, la plus importante d'entre elle est sans doute leur devise que tu peux intégrer dans ta lettre de motivation.
  9. Non, EOPN soit tu rentres dans leurs critères de sélection soit c'est finis. Ils s'emmerdent pas, les premiers jours tu te balades avec tes valises pour partir plus vite si tu n'es pas gardé.
  10. Donc comme dit précédemment, lors de ton détachement tu es repris avec un échelon égal ou supérieur à celui que tu détiens ( c'est légalement à ton avantage ). Sur...c'est ce que dit la réglementation ( vu et recherché avec les syndicats de la fonction publique, vu qu'un militaire est un agent de l’état ). Là, effectivement la justice a tranchée différemment, que dire... C'est également au militaire qui prend contact avec une administration de négocier sa reprise.
  11. Bonjour ! J'intègre aussi le 26 août Arrivée prévue à la gare de Rochefort dimanche à 18h30. Google semble dire qu'il n'y a pas de transport en commun le dimanche pour rejoindre la base... J'espère qu'il y a bien effectivement des navettes 😂 Tenez nous au courant pour celles-ceux qui arrivent plus tôt dans la journée SVP !!! Au plaisir de tous vous rencontrer sur place
  12. Bonjour à tou(te)s ! J'ai 25 ans, et l'honneur d'intégrer l'EFSOAA le 26 août Spécialité GRH Au plaisir de pouvoir discuter sur ce forum avec mes futur(e)s collègues !
  13. Bonjour à tous, je vous écrit pour avoir un point de vue sur une question que je me pose suite à de multiples blessures dont j'ai souffert. Je connais bien le principe du sigycop et connais les notes qu'il me faudrait obtenir pour pouvoir suivre ma vocation. Il y a 6 mois je me suis ouvert le bras sur environ 15cm entrainant une déchirure musculaire. Au bloc opératoire, ils n'ont que recollés les parties et refermé la peau à l'aide d'agrafes. Aucune séquelle. J'ai aussi de nombreuses cicatrices non profondes sur tout le haut du corps notamment une méchante au dessus de la clavicule lié à une mauvaise cicatrisation. Mais aucune sur le bas du corps. Est ce que selon vous, mon état est susceptible de me valoir la note de S2 ? Merci pour vos réponses.
  14. Bonjour à tous, J'ai 26 ans et suis en voie d'intégrer l'armée de l'air, pourvu que ma candidature soit retenue. J'ai certaines questions qui me trottent dans la tête et je pense pouvoir trouver des éléments de réponses parmi vous. Merci donc de m'accueillir dans la communauté.
  15. Merci. Pas de souci, tout se passera bien alors!
  16. Ne vous inquiétez pas les profs de VA sont plutôt bien et vous avez les études obligatoires le soir, seul une moyenne en académique en dessous de 8/20 est éliminatoire pour maistrance et il n'y en a encore jamais eu alors no stress 😘.
  17. bonjour je viens de lire plus topic qui parle de cela mais apres quelque recherche sur le net cela ne colle pas avec vos reponses. voici ma situation qui servira pour vos reponses : actuellement d’active je parts en L4139-3 au ministère de l'agriculture pour un poste de catégorie B au 01/10/2019. mon indice net actuel est de 406 pour une échelle 4 échelon 7 pour Brigadier-chef. j'ai reçu ma lettre de recrutement du ministère de l'agriculture qui me prend a l'indice 415 (8ème Échelon) puisque le 406 n’existe pas dans leur échelle de Secrétaire Administratif de classe normal (SACN). ma question est que se passera-t-il au 01/10/2020 si je suis titularisé. option n°1 au vu de vos réponses sur d'autres topics : je conserve mon indice + on rajoute 5 ans d'ancienneté. option n°2 au vu du texte en lien ci-dessous : je retombe au 1 échelon + le rajout de 5 ans d'ancienneté. https://consultation.avocat.fr/blog/andre-icard/article-13584-le-militaire-integre-dans-la-fonction-publique-au-titre-des-emplois-reserves-conserve-t-il-son-indice-de-remuneration-de-militaire.html merci d'avance de vos réponses et du temps consacré a lire sujet.
  18. Bonjour, J'intègre également lecole des sous-officiers de larmee de lair le 26 août 2019. En espérant trouver de futurs camarades. Cordialement
  19. Bonjour Morgane, J'intègre également l'école des sous officiers de larmee de lair le 26 août 2019 pour une arrive le dimanche soir 25 août. Serais tu où je peux trouver d'avantage d'informations concernant le séjour de 4 mois ? Merci
  20. Beau travail, ça me semble très bien, je laisse MisterRyo te donner son avis.
  21. Pour débuter ce sujet, Maurice Challe général d'aviation, principal acteur du putsch d'Alger.. Maurice Challe est un aviateur et général français, né le 5 septembre 1905 au Pontet (Vaucluse) et mort le 18 janvier 1979 à Paris (XVIe arrondissement). Challe rejoint, en 1923, l'École militaire de Saint-Cyr et devient sous-lieutenant en 1925. Sorti de l'école (promotion Chevalier Bayard) il entre à l’École d'Application de l'Aéronautique où il reçoit une formation de pilote. En 1932, il est promu capitaine. En 1937, il rejoint l'École supérieure de guerre aérienne et termine en juillet 1939 sa formation d'officier d'état-major. A la déclaration de guerre en septembre 1939 il est promu Commandant puis sert comme aviateur de l’État-major de la 8éme Armée avant d'être Chef de Section au C.Q.G. Air. En 1940, Challe participe aux batailles aériennes dans le Nord de la France et il est promu officier de la Légion d'honneur. En juillet 1940, il est détaché à la Commission d'Armistice de Wiesbaden. Après l'armistice de juin 1940, il prend le commandement du groupe de reconnaissance 2/14 à Avignon. Après l'invasion de la « Zone libre » en novembre 1942 et la dissolution de l'Armée d'armistice, Challe entre dans l'Organisation de résistance de l'Armée, où il intègre le S.R « Air », expérience déterminante quand on sait l'importance du renseignement dans toute guerre. Il constitue le réseau François-Villon. En mai 1944, travaillant sous le nom de code de Guy, il transmet à Londres d'importants documents secrets de l'armée de l'air allemande. Après le débarquement de Normandie et la Libération, il devient inspecteur de la 2e brigade de bombardement3. En 1947, Challe est muté à l'état-major général de l'armée de l'Air. En 1949, il reçoit, comme général de brigade aérienne, le commandement de l'armée de l'Air dans le protectorat marocain. En 1953, il est nommé directeur de l'École supérieure de guerre aérienne. Promu général de division aérienne, il devient le chef de l'état-major des Forces armées en 1955. Après sa nomination comme général d'armée aérienne, il devient le 1er octobre 1958 l'adjoint-air du général Raoul Salan durant la guerre d'Algérie. Après la mutation du général Salan, il le remplace à Alger le 12 décembre 1958. Les opérations contre le FLN suivent alors ce qu'on appelle le « plan Challe ». En avril 1960 il est rappelé en métropole et, jusqu'à sa démission volontaire (désapprouvant la politique d'autodétermination algérienne de la France) en janvier 1961, reçoit en tant que Commandant en Chef Centre-Europe (CINC CENT), le commandement des Forces alliées en Centre-Europe (AFCENT) de l'OTAN, dont le quartier général est implanté à Fontainebleau. Putsch des généraux Le 11 avril 1961, Charles de Gaulle donne une conférence de presse dans laquelle il précise que la France ne fera aucun obstacle à la politique d'autodétermination algérienne et de l'Algérie comme d'un « État souverain ». Cette conférence décide Challe, sollicité depuis des semaines par un petit groupe de colonels en opération en Algérie pour être à la tête du putsch, de rentrer dans le complot le 12 avril. Le 20 avril 1961, il s'embarque incognito dans un avion de transport de troupes Noratlas et rejoint l'aéroport d'Alger-Maison Blanche. Son plan d'action prévoit de rallier l'armée d'Algérie, prendre Alger puis terminer la guerre d'Algérie, renvoyer en métropole les 200 000 appelés du contingent et redéployer les 300 000 soldats de métier, enfin mettre de Gaulle au pied du mur. Il s'installe dans la villa des Tagarins, PC des commandos de l'air. Le 22 avril 1961, à Alger avec ses pairs André Zeller (chargé de l'intendance), Edmond Jouhaud (chargé des relations avec la population) et en liaison avec Raoul Salan, il coorganise (avec Jean-Jacques Susini) et participe au putsch des généraux. Au bout de quatre jours et cinq nuits, Challe se rend, le coup d'état militaire ayant échoué. Il est emprisonné à Paris à la prison de la Santé. En même temps que Zeller, il est condamné le 31 mai 1961 par un tribunal militaire à quinze ans de détention et à la perte de ses droits civiques. Après avoir été détenu à Clairvaux et Tulle, il est libéré par anticipation le 22 décembre 1966 et amnistié par de Gaulle en 1968. Il publie ses souvenirs sous le titre Notre révolte et meurt le 18 janvier 1979. Son épouse Madeleine Mollard est décédée aux Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône), le 22 août 1996. Le général Challe est inhumé aux côtés de son épouse au cimetière des Saintes-Maries-de-la-Mer. Distinctions Grand'croix de la légion d’honneur Croix de guerre 1939-1945 Médaille de la Résistance Croix de la valeur militaire Commandeur de la Legion of Merit (États-Unis) King's Medal for Courage in the Cause of Freedom (Royaume-Uni) Titulaire de 8 citations ( Source : Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Challe_(1905-1979) )
  22. Tu as raison, partis dans l’enthousiasme du sujet, j'ai totalement omis cette différence d'arme. Tu as raison, je vais ouvrir un second sujet. Je reprends donc avec le colonel Pierre Chateau-Jaubert alias Conan. Pierre Yvon Alexandre Jean Chateau-Jobert (alias Conan) est un officier supérieur de l'armée française, combattant de la Seconde Guerre mondiale (et à ce titre, compagnon de la Libération) et des guerres d'Indochine et d'Algérie, né à Morlaix le 3 février 1912, et décédé à Caumont-l'Éventé dans le Calvados le 29 décembre 2005 à l'âge de 93 ans. ( Je découvre qu'il est décédé à quelques kilomètres de chez mes parents... ) Son père ayant été tué au front en 1915, il est pupille de la Nation, il fait ses études à Morlaix, au collège Stanislas à Paris et au collège Saint-Charles de Saint-Brieuc où deux pleurésies successives l’empêchent de préparer l’École navale. Après son service militaire qu’il effectue en 1934-1935, il reste dans l’armée et suit, comme sous-lieutenant, les cours de l’École d'application de l'artillerie et du génie à Fontainebleau. Affecté au 154e régiment d’artillerie, il suit les cours de l’école d’observateurs en avion de Dinan. Blessé durant la bataille de France, il rejoint l’Angleterre et s’engage dans les Forces françaises libres, à Londres, le 1er juillet 1940, sous le nom de Conan, afin que sa famille ne souffre pas de représailles des Allemands. Ce surnom lui restera toute sa vie. Marié a Douala a Noel 1940 avec l'infirmière militaire et résistante Lucienne Delcuze . Lieutenant à la 13e demi-brigade de Légion étrangère (DBLE), il se bat en Érythrée, en Syrie et en Libye où il est blessé en février 1942. Le 7 novembre 1942, capitaine, il prend le commandement du 3e SAS qui devient, en juillet 1944, le 3e régiment de chasseurs parachutistes (RCP). Le 3e RCP opère sur les arrières de l’ennemi, par petites unités, dans des régions non encore libérées du territoire métropolitain, du Poitou à la Bourgogne. Chef de bataillon en décembre 1944, il transmet le commandement du régiment au lieutenant-colonel de Bollardière. Il crée, par la suite, le Centre École de parachutisme militaire, basé à Lannion, puis à Pau-Idron. Indochine Adjoint du colonel de Bollardière, puis commandant de la Demi-brigade coloniale de commandos parachutistes SAS, il est engagé à la fin de 1947 et en 1948, au Cambodge, en Cochinchine et en Annam. Après un séjour à Vannes-Meucon où il commande en second la 1re DBCCP auprès du colonel Gilles, il retourne en Indochine en 1950, comme lieutenant-colonel, à la tête de la 2e DBCCP, pour se battre au Tonkin et en Cochinchine jusqu’en avril 1952. Le 7 avril 1952, alors que Château-Jobert s'apprête à quitter l’Indochine, à la fin de son deuxième séjour, le général Salan, commandant en chef des forces en Extrême-Orient préside la cérémonie d’adieux. Algérie Après un passage en métropole, il est affecté à l’état-major des Forces terrestres, maritimes et aériennes à Alger de 1953 à 1955, puis, en novembre 1955, au commandement du 2e régiment de parachutistes coloniaux (RPC). Suez Colonel, lors de l’affaire de Suez, le 5 novembre 1956, il est parachuté au sud de Port-Saïd à la tête d’une partie de son régiment renforcée de commandos du 11e Choc et y atteint tous ses objectifs jusqu’à l’ordre du cessez-le-feu. L'autre partie du régiment commandée par le lieutenant colonel Albert Fossey-François saute avec succès sur Port-Fouad le même jour. Dans les premiers jours de 1957, le colonel Château-Jobert, après l’affaire de Suez, de retour en Algérie vient se présenter au général Salan, commandant supérieur interarmes. Il lui fait part de sa déception de ne pas avoir reçu l’ordre de pousser ses parachutistes au-delà de Port-Saïd et de Port-Fouad, jusqu’au Caire et à Suez. En 1957, il commande à Bayonne la Brigade de parachutistes coloniaux où il succède au général Jean Gracieux. Dans les semaines qui suivent le 13 mai 1958, il est en liaison avec des délégués d’Alger, tel le commandant Robert Vitasse. OAS En 1959-1960, il est auditeur à l’IHEDN et suit les cours du CHEM. Affecté au Niger en février 1961, il se solidarise avec les officiers qui, le 22 avril 1961, autour du général Maurice Challe, ont pris le commandement à Alger, ce qui lui vaut plusieurs mois d’arrêts de forteresse. Le 13 janvier 1962, alors qu’il est affecté à l’état-major de l’amiral préfet maritime de Cherbourg, il rejoint clandestinement l’Algérie et se met aux ordres du général Salan, chef de l’OAS. À la fin du mois de janvier 1962, à son arrivée à Alger, Pierre Château-Jobert est d'abord reçu par Jean-Jacques Susini, puis par le général Salan qui lui confie le commandement de l’OAS du Constantinois qui manque chroniquement de cadres supérieurs. Cette nomination est officialisée par une note de service du général Salan diffusée largement en Algérie. Responsable du Constantinois, il y retrouve le lieutenant Michel Alibert et y noue, en vue de leur ralliement, de nombreux contacts avec des officiers supérieurs et subalternes des régiments qui y sont stationnés, 13e Dragons, 6e Cuirassiers et 2e REC - (Le général Michel Multrier, commandant de la zone Est Constantinois dira : « l’OAS progresse vite dans le Constantinois quand Château-Jobert en prend la tête »). Désapprouvant les « Accords Susini-Mostefaï », il quitte l’Algérie le 30 juin 1962 à bord d’un cargo qui le ramène en métropole. Clandestin, en France et en Espagne, il continue son combat ; en 1965, il est condamné à mort par contumace pour son action au sein de l'OAS. Il réapparaît à Morlaix le 3 novembre 1968, après la première amnistie de juin 1968. Il met à profit ses années de clandestinité pour étudier les idées de la Contre-révolution catholique. Gracié en 1968, Chateau-Jobert retourne, dans le Finistère, à sa ville natale de Morlaix en 1969 où il se consacra à l'écriture de livres de doctrine d'action politique, et publie plusieurs ouvrages d'analyse et de réflexion, basés sur son vécu militaire personnel, ayant toujours cherché à comprendre les guerres qu'il faisait. Un buste à son effigie a été inauguré le 22 octobre 2010 dans l'enceinte de l'École des Troupes Aéroportées de Pau. Distinctions Commandeur de la Légion d'honneur Compagnon de la Libération Croix de guerre 1939-45 avec onze citations dont dix palmes Croix du Distinguished Service Order (D.S.O.) Croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs Médaille de l'aéronautique ( Source : Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Chateau-Jobert )
  23. Bon courage, et bonne rentrée !
  24. Oui. La même chose pour moi!
  25. Merci Tarco pour ton message je ferais de mon mieux à Maistrance. L'appréhension se mêle a l'excitation vu que je part demain pour l'école.
  26. Dacodac. Intéressant! Merci pour tes remarques. Bon courage à toi Benito pr les maths, je suis sûr que ça va le faire avec un peu de travail.
  27. Merci pour toutes ces biographies Bouchon-Gras, mais ne devrait-on pas plutôt mettre le général Challe dans un sujet sur les grands personnages de l'Armée de l'Air ?
  1. Load more activity
  • Newsletter

    Want to keep up to date with all our latest news and information?
    Sign Up
×
×
  • Create New...

Important Information